Close

comment chacun vit "son" Mayotte, son ressenti, ses témoignages....

ça sent la fin pour moi à Mayotte et je crois que je suis dans une phase de bilan.  :unsure

Le fait de m'être livrée sur le post de "melo58" sur les émeutes 2011, pour la première fois depuis 4 ans, m'a permis de mettre en mots un ressenti que j'avais gardé enfoui pour l'occulter.

Je me suis aussi retrouvée dans le témoignage de lougasmar sur un autre post, et je pense qu'il y a un besoin car vous avez été nombreux à me poser des questions en mp.

ça m'a donc donné envie d'ouvrir ce post pour que chacun puisse y livrer ses témoignages, en toute humilité, sur son vécu à Mayotte.
Qu'il soit bon ou moins bon, sans jugements de valeurs, juste livrer son témoignage afin de faire comprendre à tous tout ce que l'on peut ressentir ici...

Cela peut être exutoire et permettre de se rendre compte que l'on n'est pas seul dans son coin à vivre de telles émotions.

Qu'en dîtes vous? :/

Ton post m'a permis de comprendre certaines réactions que j'avais du mal à comprendre parfois... C'est surtout quand tu parles de ton ressenti de maman... Si ça m'était arrivé j'aurais certainement réagi comme toi.
J'avoue aussi qu'il m'a fichu la trouille.
Cependant ma mutation à Mayotte est un projet familial réfléchi.  Et je ne le regrette pas du tout, au contraire. Il me tarde! Je sais que certains ne le comprendront pas...
Courage à toi Jensairien

Tout pareil pour moi yoyo!
A 2 mois du départ je ne vais plus lire les témoignages mais plutôt continuer d'apprendre des personnes que je connais bien et qui ont séjournées à Mayotte (pas que de belles expériences!) puis m'y rendre enrichie mais sans apriori, observer, tester, découvrir, vivre (ou survivre), aimer (ou détester) avec mon regard à moi, mon contexte à moi et avec ma personnalité à moi. Si ça se passe mal j'aurai peut être envie d'échanger avec d'autres ici. Si ça se passe bien je penserai plutôt à le partager sur Facebook ou créer un blog. Bonne chance à tous! :cool:

Je suis dans le même état d'esprit que vous Chritine et Yoyo...  Nous laissons ici nos enfants (qui sont majeurs certes), la famille de Christian (mon mari), des amis chers, une maison... Nous sommes contents et heureux  de partir à Mayotte. Nous quittons notre petite vie ici avec une pointe de joie/de bonheur mélée à une zeste de nostalgie/de tristesse... Ces sentiments sont bons et font du bien. Comme je l'ai toujours dit sur ExpatBlog, nous verrons sur place : peut être que nous serons déçus,peut être que nous serons enchantés. Je ne mets aucun préjugés avant de partir. Lorsque j'ai quitté mon île (la Réunion), certaines personnes m'ont présagé un retour rapide vers la Réunion. Certaines m'ont dit "Il fait froid ! Tes enfants vont être malheureux ! Les gens sont racistes ! Les métros quittent la Métropole pour la Réunion et toi tu fais le contraire, c'est le monde à l'envers !..." Cela fait 13 ans que je suis dans le Lot et je suis extrêmement heureuse ici ! Et surtout, je ne regrette rien. Si c'était à refaire, je le referai sans hésitation !!!!!  :)

vous avez tous les 3 tout à fait raison:  chacun vivra son expérience à sa manière selon son vécu, son tempérament et ses émotions.

Mais ce post s'adresse plutôt à ceux qui ont vécu Mayotte, afin qu'il y livrent, s'ils le souhaitent, leur témoignage sur "leur" Mayotte.

Après vous serez libres de ne pas les lire si vous ne souhaitez pas avoir l'esprit pollué par les expériences de chacun.

Moi, ça m'intéresse de connaître le ressenti de ceux qui sont venus ou y sont encore.

Bonne continuation à vous.

Salut Jensaisrien,

Moi j'ai envie de parler de mon "après" Mayotte, ce que j'ai ressenti en rentrant "chez moi".
Notre séjour a duré 4 ans, j'ai connu les cambriolages, l'éloignement, la nostalgie, le manque de la famille, des amis et tout cela la première année et puis j'ai rencontré des gens, et je me suis très vite acclimatée, j'ai pu sereinement profiter de mon séjour.
Les événements de 2008, j'ai connu, j'étais seule et enceinte à Trévani , mon mari bloqué à Mamoudzou et c'est pour lui que j'ai eu peur quand on me parlait de la chasse aux mzungus et puis ça s'est tassé, avec le temps chacun a pansé ses blessures et on a continué.
Et depuis mon retour c'est de Mayotte dont je suis nostalgique, nous n'avons plus le même rapport aux choses, nous nous sentons décalés par rapport à notre entourage, nous n'avons plus les m^mes envies, les mêmes besoins.
Ma fille est née à Mayotte et c'est là bas que nous nous sentions bizarrement chez nous, certes tout n'a pas été facile mais la vie y était plus douce.
La chaleur, la lumière, les couleurs, les odeurs, la vie simple, la nonchalance, tout cela je ne l'ai pas retrouvé et j'avoue que cela me manque terriblement.

Merci Tifette,

ça me fait plaisir d'avoir un retour sur l"après Mayotte" car justement, je me pose des tas de questions sur notre retour.

La maman de mon mari est gravement malade donc le retour s'impose pour nos fils et la famille.

Mais j'ai beaucoup d'appréhension quant à notre retour "définitif"

Est-ce que j'arriverai à me ré-acclimater à notre ancienne vie?
Est-ce que j'ai envie de revivre comme dans l'ancienne vie? non!

J'ai peur de retomber dans la routine qui nous avait fait décider de partir.

Nous aussi, on a souvent ressenti le manque de nos proches mais en même temps à chaque fois que l'on est rentré pour les fêtes de fin d'année, au bout de quelques jours les travers de chacun nous sautaient au visage et nous rappelaient aussitôt notre première volonté de vivre autre chose ailleurs.

Je pense qu'un nouveau voyage se fera sûrement dans quelques années, quand mes fils seront un peu plus âgés.
On n'est pas encore rentré, que mon mari et moi en parlons déjà.
Par contre, pour l'instant, on n'envisage plus Mayotte. Peut-être parce que l'on y est encore et que le négatif, en ce moment, a pris le dessus sur les bons côtés.
On verra dans quelques mois, après notre retour s'il reste plus de bons souvenirs que de mauvais.

Merci pour ton témoignage.

Bonjour à tous,

A la lecture de tous ces messages, j'ai envie de mettre quelques mots de notre expérience...

Nous sommes à Mayotte depuis 5 ans et nous partons cette année avec beaucoup d'émotion et de bons souvenirs, même si effectivement c'est parfois difficile au quotidien d'être là...nous avons aussi vécu les événements de 2011 et voyons bien la montée de la violence sur les 2 dernières années. Malgré tout nous aimons Mayotte et nous sommes toujours sentis bien et ça dès le 1 er jour. Mais il est vrai qu'avant de venir nous avions eu une autre expérience outre mer à Wallis où nous sommes restés 4 ans, là où ma fille est née et où nous avons fait nos premiers pas dans le monde des ultras marins. Nous avons eu du mal la première année à nous acclimater, à accepter l'éloignement, le manque parfois, la famille les amis....mais quand nous avons passé ce cap, la vie est devenue tout simplement géniale ! Une vie simple, remplie de choses simples avec des gens simples !!! Et que du bonheur...nous avons eu beaucoup de mal à quitter cette île, mais nous n'avons pas eu le choix puisque nos contrats s'achevaient.
Avant même de partir de Wallis nous savions que nous repartirions et nous avons choisi Mayotte pour retrouver un peu de cette ambiance, de ce soleil, de ces gens simples...même si la culture est très différente ici nous avons fait le bon choix. Aujourd'hui nos enfants ont grandi et ont passé plus de temps en outre mer qu'en métropole...alors nous avons décidé de "rentrer" mais à contre cœur...nous avons joué une dernière carte : Andorre et on l'a obtenu....parce qu'on n'arrive pas à " rentrer" ni nos enfants ni mon mari ni moi même !
Voilà c'est mon témoignage, l'outre mer quand on aime on adore et on ne peut plus s'en passer !

Bonne continuation à tous, à ceux qui quittent mayotte surtout n'oubliez pas de repartir et à ceux qui arrivent je vous envie car vous allez vivre une expérience inoubliable...bien sur il y aura des choses difficiles mais il y aura tellement de bons moments que vous les oublirez vite...

Je reste sur ce blog ça me permets de garder le lien tout comme je l'ai gardé avec Wallis que je ne pourrait j'aimais oublier.

A bientôt de vous lire et surtout les nouveaux arrivants de Mayotte donnez nous de vos nouvelles quand vous serez là 😉

Merci jesaisrien et pitch97.6  :top: ,

ça nous fait beaucoup bien de vous lire, nous n'hésiterons pas à vous donnez de nos nouvelles et je vous souhaite un bon nouveau départ et une belle nouvelle vie.

Pitch97.6 :

Bonjour à tous,

A la lecture de tous ces messages, j'ai envie de mettre quelques mots de notre expérience...

Nous sommes à Mayotte depuis 5 ans et nous partons cette année avec beaucoup d'émotion et de bons souvenirs, même si effectivement c'est parfois difficile au quotidien d'être là...nous avons aussi vécu les événements de 2011 et voyons bien la montée de la violence sur les 2 dernières années. Malgré tout nous aimons Mayotte et nous sommes toujours sentis bien et ça dès le 1 er jour. Mais il est vrai qu'avant de venir nous avions eu une autre expérience outre mer à Wallis où nous sommes restés 4 ans, là où ma fille est née et où nous avons fait nos premiers pas dans le monde des ultras marins. Nous avons eu du mal la première année à nous acclimater, à accepter l'éloignement, le manque parfois, la famille les amis....mais quand nous avons passé ce cap, la vie est devenue tout simplement géniale ! Une vie simple, remplie de choses simples avec des gens simples !!! Et que du bonheur...nous avons eu beaucoup de mal à quitter cette île, mais nous n'avons pas eu le choix puisque nos contrats s'achevaient.
Avant même de partir de Wallis nous savions que nous repartirions et nous avons choisi Mayotte pour retrouver un peu de cette ambiance, de ce soleil, de ces gens simples...même si la culture est très différente ici nous avons fait le bon choix. Aujourd'hui nos enfants ont grandi et ont passé plus de temps en outre mer qu'en métropole...alors nous avons décidé de "rentrer" mais à contre cœur...nous avons joué une dernière carte : Andorre et on l'a obtenu....parce qu'on n'arrive pas à " rentrer" ni nos enfants ni mon mari ni moi même !
Voilà c'est mon témoignage, l'outre mer quand on aime on adore et on ne peut plus s'en passer !

Bonne continuation à tous, à ceux qui quittent mayotte surtout n'oubliez pas de repartir et à ceux qui arrivent je vous envie car vous allez vivre une expérience inoubliable...bien sur il y aura des choses difficiles mais il y aura tellement de bons moments que vous les oublirez vite...

Je reste sur ce blog ça me permets de garder le lien tout comme je l'ai gardé avec Wallis que je ne pourrait j'aimais oublier.

A bientôt de vous lire et surtout les nouveaux arrivants de Mayotte donnez nous de vos nouvelles quand vous serez là 😉

OUF! en fin quelqu'un qui a été heureux à Mayotte!! ça existe, je commençais à douter que cette île puisse donner un quelconque bonheur à quelqu'un. Ce qui était rassurant tout de même malgré ce doute est ce constat surprenant: la quasi totalité de ceux qui disent se sentir mal n'ont pas plié bagages avant la fin de leur contrat; ils y sont restés et beaucoup y sont encore. Où est la logique? Merci Pitch 97.6 de rétablir l'équilibre.

Bonjour Lelillois,

Si tu relis bien tous nos posts, tu verras que la plupart sont d'accord pour dire que le propre de l'île est de te faire osciller entre des sentiments extrêmes: haine ou adoration, quasi d'une semaine à l'autre.
Donc , NON tout n'est pas négatif.
OUI, on peut avoir des moments de bonheur sur l'île
Mais, selon le climat " social" de l'île, malheureusement, ces moments de bonheur seront souvent entachés par des périodes de stress et de vigilance.

Quant au fait que certains ( moi la première) soient tout de même restés 4ans sur l'île, si tu relis bien,  j'ai expliqué les conditions dans lesquelles l'administration te demande de faire ton choix de renouveler ou non après seulement un an de présence sur l'île. ( bien court pour avoir un recul objectif sur cette grosse décision à prendre!)

Et il n'y a pas de logique! car la vie ici est partagée entre bons moments heureux et mauvais moments .
Y a pas de gris.

Pour te répondre, Jeansairien, le retour pour ma part après 7 ans d'expatriation dont Mayotte pendant 2 ans, a été mitigé. D'abord sur le plan professionnel, j'avais l'impression de tomber de la lune. Je rentrais de Moroni en Grande Comore alors forcément question décalage!
Sur un plan "domestique",j'étais super contente de retrouver les temples de la consommation, avec 2 à 3 rayonnages de fromages, yaourts...des fruits et des légumes frais, du bon pain, les gâteaux chez le pâtissier, les bons restos,. J'ai tenu 6 ans quand même et j'ai craqué. Retour dans l'Océan indien depuis 3 ans déjà, Une fois que tu as chopé le virus, c'est trop tard.......
Bon retour quand même.

Merci Edlerognard,

C'est bien ce à quoi je m'attends aussi: repartir dans quelques temps et à nouveau sous le soleil de cette zone de l'Océan Indien qui nous plaît énormément.  :cool:

Par contre pour l'instant, nous prendrons quelques années pour être avec nos familles, voir grandir nos neveux et nièces nés durant nos 4 ans d'absence et SURTOUT accompagner ma belle-mère dans son dur combat, le temps qu'il faudra.

Il est vrai aussi que j'ai hâte de pouvoir avoir le choix de produits alimentaires qui ne seront plus de sous qualité.
Mais la consommation de masse et excessive ne me tente plus du tout "pour l'instant", car ici, je me suis bien rendue compte que c'est beaucoup de superflu.

Et après on verra bien où le jeu des mutations nous permettra d'atterrir...... :cool:

je viens de lire le message de jensaisrien qui me disait que ce serait bien que je mette mes impressions que j'avais donne en prive.Alors voila
Nous sommes depuis 1 an a Mayotte et mon compagnon devant choisir sa mutation en nov de la meme annee 2014 il a decide de rester encore 1 an car en 3 mois il etait difficile de 'cerner' la vie a Mayotte
J'avoue que pour moi ce fut un dilemme:ou rester ou partir et quitter mon compagnon avec ce que cela comporte
Finalement je reste mais en ayant beaucoup de mal car vraiment depuis que nous sommes ici,je ne me sens pas bien du tout et j'ai regulierement le blues,.Etre toujours sur le qui vive,ne pas pouvoir aller seule a certains endroits,plages ect l'ambiance,et toutes ces choses que l'on subit insidieusement,m'usent quotidiennement.J'ai l'impression de vivre en prison oui on me dira:La prison?avec le soleil ,la mer ?Si on veut.!!Il faut toujours avoir les stores tires,avoir une alarme,des qu il y a un bruit bizarre on est aux aguets,surtout a cause des cambriolages,d'ailleurs on y a eu droit il y a qq jours!!
Bref la seule chose reconfortante,est la solidarite entre m'zungus
Je ne comprends pas encore aujourdhui pourquoi Mayotte est devenu departement Francais vraiment.Nous etions venus ici ,nous disant que ce serait une belle experience a ,partager avec les Mahorais le developpement de leur ile!!!!Et bien non pas du tout ils ne nous aiment pas nous les derangeons  !!.
Quand au salaire qu on arrete ca ,de tt facon je ne suis pas prof et pas mal de nos potes ont
des contrats locaux et ca n 'est pas byzance
Que ces jeunes ne comprennent pas que ,comme c 'est partie ,leur avenir et celui de leur ile, risque fort de se deteriorer de plus en plus ,pour finir en rien ou redevenir comme avant avec ce que cela comporte aussi
Voila!Quelle desolation,quelle tristesse.Et maintenant que faire pour ameliorer cette ambiance???qu'en est il aujourdh ui? Que fais l'etat Francais!!!!

Merci Lougasmar d'avoir accepté de partager à nouveau ton témoignage sur ce fil.

lougasmar :

......... j'ai regulierement le blues,.
Etre toujours sur le qui vive,ne pas pouvoir aller seule a certains endroits,plages ect
l'ambiance,et toutes ces choses que l'on subit insidieusement,m'usent quotidiennement.
J'ai l'impression de vivre en prison oui on me dira:La prison? avec le soleil ,la mer ?Si on veut.!!
Il faut toujours avoir les stores tires,avoir une alarme,des qu il y a un bruit bizarre on est aux aguets,surtout a cause des cambriolages,d'ailleurs on y a eu droit il y a qq jours!!
Bref la seule chose reconfortante,est la solidarite entre m'zungus

J'y retrouve ce que j'ai pu penser ou ressentir à certains moments de mon séjour.

J'espère pour toi, que comme moi, tu connaîtra quand même des moments meilleurs pour améliorer ton quotidien.

Au risque de me répéter, Mayotte est l'île des émotions extrêmes, donc avec les bas, il y a aussi des hauts.

Une sortie en mer te permettra peut-être de voir les dauphins, des raies manta ou des baleines.... ça c'est le pied!
Même si ça n'est qu'une évasion d'une journée, ça permet d'oublier cette ambiance étouffante et de garder quelques temps en tête ces magnifiques rencontres.

Moi, je sais que je me ressource en allant à N'Gouja voir les tortues et le tombant.
J'y oublie tout, je ne veux plus sortir de l'eau..... comme une gamine!!

Bonjour Lougasmar,

Ma pauvre je te plaints, ça doit être vraiment difficile de vivre à Mayotte de cette façon, oui ça doit être terrible et je ne le souhaite à personne.
Je pense que ton raccourci est pour le coup un peu "rapide" ;) et c'est bien dommage mais je pense que tu te trompes quand tu dis que les mahorais ne nous aimes pas, (moi ils m'aimaient bien  :lol: ) j'ai connu des mahorais très heureux de nous avoir connu et aujourd'hui encore j'ai de très bonnes relations avec certains d'entre eux.
Il est bien dommage et je pense que c'est une erreur de généraliser.
Ils y en a qui t'aimerons, d'autres qui te respecterons, d'autres qui te tolérerons, et d'autres qui seront indifférents, certains seront curieux, mais tous s'accorderont sur le fait qu'ils se méfieront de toi au même titre que tu te méfies d'eux.
Et il faut se rappeler qu'en France métropolitaine, dans pas mal de villes et de villages, le sentiment de ne pas être aimé est tout aussi profond, nul besoin d'aller à Mayotte, l'intégration parfois ne se fait pas.
Le racisme hélas est universel, et cela n'entame en rien mon éternel optimisme.

Bonjour
C'est ma deuxième année à Mayotte. J'ai 3 enfants et suis venue avec mon mari. Voici mon constat:

- Egoïstement je dirais que pour mon mari et moi, la vie est douce à Mayotte: habitants, plages, soleil,collègues,...

- Mais, quand je prends en compte mes enfants, la vie est différente. Le niveau scolaire est trop bas, je suis dans l'obligation de refaire la classe à la maison après l'école (ce qui n'est pas toujours facile car je travaille). Pour les enfants au collège, j'ai dû prendre le CNED en plus: compte tenu des classes de collège, le niveau est forcément bas et le programme ne peut être vu dans le détail. Mais que c'est dur.

Alors après avoir bien réfléchi, nous faison encore uen année et repartons en Métropole. Et principalement pour les enfants, car rester ici c'est sacrifier la scolarité des enfants notamment fin collège et lycée.

Voici donc ma grande déception, le niveau scolaire qui m'empêche de vivre pleinement mon séjour. Passer de nombreux week ends à travailler les cours à la maison au lieu d'aller à la plage, randonnée,...

Il faut parfois être raisonnable et penser à l'équilibre général de la famille.

merci, Cdelarue,

Eh oui, on ne vit décidément pas notre séjour de la même manière avec des enfants, bonne continuation.

Nous aussi, nous déplorons le faible niveau scolaire.
Notre ainé termine sa 6ème et nous rentrons. Et heureusement! Il était, selon les dires , dans la meilleure 6ème du collège, et le niveau des cours est très faible, il a peu ou pas de travail à la maison, certains cours sont sont "magnegne", tant ils sont réduits au plus simple du simple.
Et là, depuis le 1er juin, dans certains cours, ils regardent déjà des films!! Mais rien de pédagogique: "les nouveaux héros" ......
Y a bien un problème quelque part, non?
Jensaisrien, moi, ils pourraient réviser le français, même dans d'autres matières....la transdisciplinarité, quoi!

Si l'on revient, on le fera quand nos enfants seront grands, pour qu'il n'y ait plus ce problème de scolarité.

Apres 12 ans de vie en couple mixte en metropole et 10 mois ici avec une naissance je peux vous dire que je ne regrette rien. Pour moi ma qualité de vie est meilleure mais certes certains points me font rager : les violences toujours grandissantes et pas que sur les vasahas, le ramassage des ordures, les files d'attente interminables dans les administrations.... mais cela n'entame pas du tout mon moral. L'amour et le respect de ma belle famille, le paysage, la gentillesse des gens, les couleurs, les odeurs.... non aucuns regrets.
Mayotte ne pourra pas à elle seule relever les défis de la départementalisation et ne pourra résoudre les difficultés énormes qui nous touchent tous tous les jours.
NE SOYONS QU'UN SEUL ET MEME PEUPLE: LE PEUPLE DE MAYOTTE!

C'est là où je ne suis plus d'accord,

Pour moi, on ne parle plus de "peuple mahorais" mais de "peuple français" puisque la départementalisation a été demandée à l'unanimité, acceptée avec les conditions de mise en place annoncées qu'elle impliquait sur un long terme.
Chez moi, je ne parle pas de peuple "calaisien"

La départementalisation impliquait beaucoup de changements pour cette île mais pas en deux ans , mais sur 20- 25 ans,
mais la population ne pense avoir que des droits et des dûs, elle voudrait maintenant que tout se fasse, là, comme ça , tout de suite!!
Impossible, il faut un temps pour que les choses se fassent.

Il y a aussi des devoirs : à commencer par un minimum requis en métropole pour accéder à la nationalité française: savoir parler français!

Je suis désolée, mais moi au bout de 4 ans, ça me choque encore d'aller dans une administration française, et de voir un fonctionnaire arriver et s'adresser à la foule en shimaoré.

Les efforts sont à faire deux côtés.
Devenir Département ne signifie pas juste en exiger les avantages, il y a aussi des concessions à faire pour montrer sa volonté d'être français à part entière.

Après, je ne souhaite pas que la population perde son identité mahoraise, car c'est son patrimoine et sa richesse culturelle, mais de là à rejeter toute règle française ses lois, sa langue, .... je dis non.

Dans ce cas il fallait demander son indépendance!

Eh oui, on ne peut avoir le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la jolie crémière!

Je ne vais pas me faire des amis avec ce hors sujet sur mon propre post, mais il fallait que je réponde à ce cliché!

Et là on ne sera pas du tout d'accord ce n'est pas parce que nous sommes loin de Paris et un jeune département qu'on ne doit pas être fier! Un corse est un corse un breton un breton bass!
Comment veux tu que l'administration fasse son boulot si en face la maitrise du français ne se fait pas!
Tu vois Mayotte comme un metropo et non comme un local car comme tu l'as dit cela prendra un certain temps pour que Mayotte se développe. Tu caricatures et dénigres quelque peu à mon goût les gens ici. Mayotte n'est pas une banlieue calaisienne ni un énième arrondissement marseillais.
Tout l'enjeu ici c'est de trouver le juste milieu entre tradition et modernité, religion et laïcité, assistanat et financement. Mayotte et les mahorais sont des francais qui ont été trop longtemps mis de coté mis aux oubliettes.
Mayotte dérange, intrigue, questionne, émerveille et exaspère.  Ceux qui veulent trop franciser cette île n'ont rien compris à cette île si particulière. Les discours colonialiste mais aussi d'assistés ne doivent plus avoir lieu au jour d'aujourd'hui. Retroussons nos manches et tous!

C'est l'île, elle même, qui a demandé à devenir française.

C'est juste qu'à mon sens, se franciser faisait partie du lot accepté par l'île en 2011.

J'ai bien l'impression que l'euphorie de la perspective des droits financiers ouverts en devenant département a fait occulter à beaucoup tout ce que cela impliquerait aussi en devoirs.

Du coup maintenant, pour beaucoup, ça ne va pas assez vite.
Alors, on descend régulièrement dans la rue pour faire accélérer les choses en comparant constamment à La Réunion.

Et lorsque je vais en Bretagne, en Corse, à La Réunion ou au pays Basque, je suis heureuse d'y découvrir d'autres us et coutumes, mais on me parle bien en français d'abord.

Alors pas devenir mais rester française. Mayotte est francaise avant Nice et la Savoie!
Effectivement lors de la campagne sur la départementalisation les politiques locaux ont occulter les aspects financiers qui serviront à financer ce jeune département.  Cependant je pense que la langue française telle qu'elle est pratiquée ici est perçue comme une langue étrangère puisque ce n'est pas la langue maternelle surtout si certaines personnes n'ont pas eu la chance d'aller à l'école.
Les trentenaires parlent tous la langue et ce sont eux qui developperont Mayotte alors ne manquons pas de respect à leurs parents.
Il y a du travail c'est certain, Mayotte ne se développera pas en 5 ans!

mams976 :

Les trentenaires parlent tous la langue et ce sont eux qui developperont Mayotte alors ne manquons pas de respect à leurs parents.

Pour le rester ou devenir française ça dépend à quelle moment tu commences l'histoire et ce que tu entends par là.

Pour la langue sans manquer de respect à personne je suis désolé mais c'est très loin d'être acquis et ça n'est pas une question d'école.
J'ai des élèves de troisièmes qui sont nés à Mayotte et qui vont à l'école depuis la maternelle à Mayotte et ils ne parlent pas le français, ne comprennent pas le français et ne l'écrivent pas.
Et je ne parle même pas du niveau général de français.
Alors les trentenaires parlent peut être tous le français mais pas la génération suivante.
Et pour être allée à Mada le français y est beaucoup plus parlé et compris qu'a Mayotte.
Sur ce j’arrête le hors sujet.

Alors quel est le problème? Les enseignants feraient mal leur boulot?

On y vient!!
La faute des enseignants!! ça faisait longtemps!

Ce que j'ai pu constater depuis 4 ans, c'est que la langue n'est tout simplement pas apprise car elle est considérée comme inutile dans la société mahoraise.
Société qui est pourtant française depuis déjà bien longtemps, comme vous l'avez vous même souligné.

Mais ici, c'est la langue de "l'autre" , le "mzungu", la langue de l'école uniquement, puisqu'ils n'en ont besoin nulle part.
Quelle est le reflet de la réelle volonté d'ouverture à la culture française derrière ça?

Parce que sur ce forum, on parle toujours de notre ouverture aux autres comme une solution miracle pour être bien à Mayotte, mais encore faut-il que la volonté d'ouverture soit réciproque.
On ne peut malheureusement pas forcer l'ouverture de ceux qui ne le souhaitent pas.
Et pourtant , j'ai essayé, mais les relations restent courtoises, agréables et ça s'arrête souvent là. Quel dommage, on aurait tant à partager des deux côtés.

A Madagascar, la langue française n'est pas la langue maternelle et pourtant presque tout le monde la maîtrise.

Il y a d'ailleurs un vrai accueil touristique, avec des gens formés et compétents.
Là, c'est encore un autre sujet mais qui interroge tout de même!

Quand , on a voyagé dans le reste de l'Océan Indien , on ne peut que constater ces trop fortes différences, avec  Mayotte, et pourquoi?

jensaisrien :

Quand , on a voyagé dans le reste de l'Océan Indien , on ne peut que constater ces trop fortes différences, avec  Mayotte, et pourquoi?

Je crois que tu as donné toi-même la réponse  :

jensaisrien :

J'ai bien l'impression que l'euphorie de la perspective des droits financiers ouverts en devenant département a fait occulter à beaucoup tout ce que cela impliquerait aussi en devoirs.

... et je suis bien d'accord avec ....

Ouai.... on est pas dans le même monde ni la même réalité. Vous pensez comme des métropos venant "civiliser" ces "ignorants" qui ne font pas d'effort ni pour accueillir les metropos ni pour parler la langue. Vous manquez honteusement de respect à Mayotte et là pour être plus précise à ma belle mère qui n'a pas été à l'école mais qui a élevé 12 enfants qui ont tous réussi. Ce n'est qu'un exemple pour vous montrer que vous avez appréhender ces gens avec un regard critique. Si au bout de 4 ans vous tenez encore ce genre de discours c'est que vous êtes passés à côté de l'essentiel: s'intéressé à son voisin, son histoire....bon retour chez vous, avec des personnes à votre image, qui ne vous choquerons pas....

mams976 :

Ouai.... on est pas dans le même monde ni la même réalité. Vous pensez comme des métropos venant "civiliser" ces "ignorants" qui ne font pas d'effort ni pour accueillir les metropos ni pour parler la langue. Vous manquez honteusement de respect à Mayotte et là pour être plus précise à ma belle mère qui n'a pas été à l'école mais qui a élevé 12 enfants qui ont tous réussi. Ce n'est qu'un exemple pour vous montrer que vous avez appréhender ces gens avec un regard critique. Si au bout de 4 ans vous tenez encore ce genre de discours c'est que vous êtes passés à côté de l'essentiel: s'intéressé à son voisin, son histoire....bon retour chez vous, avec des personnes à votre image, qui ne vous choquerons pas....

C'est ça ... t'es trop forte en psycho. Je m'incline ...
T'as tout compris de ma pensée , de ma façon d'appréhender les choses et de la façon dont je vivais "mon" Mayotte (ou de celles de jensaisrien) ...
Chapeau

Pffffffffffffffff ...... :huh:

Pour ma part je ne fais que poser un constat avec la même conclusion que Jeansaisrien: pourquoi apprendre si de toute façon la langue française à Mayotte ne sert à rien. Bah oui mais j'espère de tout cœur que mes élèves pourrons un jour aller voir le monde et revenir à Mayotte pour développer l'île.
Tu parles de s'intéresser à l'autre mais c'est à double sens. La culture mahoraise est très riche mais la culture "française" l'est aussi.
Et je ne manque de respect à personne en faisant le constat que malheureusement cette recherche de compréhension de la culture de l'autre ne va souvent que dans un sens aujourd'hui et j'ai l'impression que ça na pas toujours été le cas. Quand je discute avec des collègues qui étaient là il y a une dizaine d'année ou justement avec des trentenaires originaires de Mayotte ( qui sont et de loin beaucoup plus critique que moi) où même avec des collègues qui sont là depuis 4 ans et qui il y a 4 ans encore n'entendais quasiment pas de shimaoré dans la classe ( même pour demander une gomme ou un stylo) et qui font le constat qu'aujourd'hui ça n'est plus du tout le cas.

Ensuite pour avoir discuter avec beaucoup de mahorais (adultes et élèves) de pourquoi ils avaient choisis de devenir département et de ce que ça impliquait pour eux à l'époque. Les droits ( RSA, aides, ...) viennent très largement en tête et de leurs propres aveux pas une seule seconde ils n'avaient penser à ce que ça impliquerait en terme de devoir ( les impôts en tête).

Pour finir je n'ai aucun complexe de supériorité. Chacun est différent et c'est très bien comme ça mais pour que tout le monde vive en bonne harmonie il faut que tous face des efforts et aillent les uns vers les autres.

Je ne te répondrais plus car pour moi chercher à toute fin à polémiquer sur un forum d’entraide est totalement inutile et contre productif et en plus on est hors sujet du thème de départ du post.

Les accompagner où?
...ok je sors 😉

arwen60 :

Pour finir je n'ai aucun complexe de supériorité. Chacun est différent et c'est très bien comme ça mais pour que tout le monde vive en bonne harmonie il faut que tous face des efforts et aillent les uns vers les autres.

Je ne te répondrais plus car pour moi chercher à toute fin à polémiquer sur un forum d’entraide est totalement inutile et contre productif et en plus on est hors sujet du thème de départ du post.

C'est tout pareil pour moi.

Bonne journée

yoyo6440 :

Ps:vous aurai reconnu aux fautes d hortographes que c est le mari qui écrit. .......
Bonne journée à tous.

Ouais !!!! Je t'avais reconnu !!!! Oui, toi.... Le mari avec tes fautes d'orthographe !!!  :lol:
Trêve de plaisanterie, soyons sérieux ! Je te suis à un milliard de % !!!! Bises et gros câlins à tes filles !!!

En tout cas si certains veulent un point de vue, des conseils, des réponses, je suis là sans aucun souci!  ;)

mams976 :

Alors allons-y parlons du fond!
Tiens parlons de la langue française: langue non maternelle ici donc qui s'apprend à l'école, donc si ce n'est pas la faute à l'école à qui la faute si les gamins ne parlent pas, n'écrivent pas ou ne comprennent pas le français?

Les gamins ne savent pas parler français parce que cette langue ne leur sert à rien dans la vie quotidienne, en dehors de l'école. C'est la langue du "mzungu".
Partout autour d'eux, on parle le shimaoré ( famille, magasins, administrations....)

mams976 :

Il fallait demander l'indépendance me direz-vous

Bon, il est vrai que cette réplique sortie du contexte n'est pas la meilleure.
Elle ne reflète pas ma pensée. C'était une question que je posais face à la récurrence de propos comme "statut particulier" pour Mayotte, ou "peuple mahorais" et non pas "peuple français".

mams976 :

Avez-vous parlez des soirées entières avec des jeunes ou des moins jeunes sur leur vie d'avant et d'aujourd'hui? Etes-vous allez à un mariage, un voulé, m'biwi, enterrement, débaa, maoulida?

Apart l'enterrement, tout ça a été fait en 4 années de temps et heureusement, sinon je n'aurai rien découvert de cette île.
Nos collègues de 30 à 40 ans qui ont connu autre chose que leur île ont le même discours que moi. Ils sont critiques et n'aiment pas ce qu'ils voient sur leur île. Ils voudraient que la situation évolue mais ils sont unanimes pour nous dire que le poids des anciens et des coutumes sont trop lourds!!
-Ils ne peuvent pas toujours voter pour celui qu'ils voudraient parce que la famille doit un service à un tel....
-Ils voudraient que leurs enfants ne parlent que français dans leur maison mais la mamie s'y oppose....
-Ils voudraient vivre de manière un peu plus "française" ( l'homme cuisine, aide à la maison... mais les coutumes sont trop fortes et les railleries au sein de leur famille fusent....
Certaines m'ont même expliqué qu'elles ont vécu en couple avec leur mari en Métropole durant leurs études mais que depuis leur retour même si elles sont très heureuses d'être à Mayotte car il y a leur famille, leur couple souffre car les traditions prennent le dessus sur les bonnes résolutions de leur mari....


mams976 :

Les mahorais ont le coeur sur la main, ils sont accueillants, ouverts, respectueux, si en face ils savent que tu ne les prends pas de haut, si dans ton comportement vous êtes égaux car tellement de choses nous séparent.

Tout cela je le sais, et n'en ai jamais douté.
J'ai eu la chance de le vivre avec "mes" mamans , à l'école.
Je ne les ai jamais méprisées ou prises de haut, qu'elles sachent parler ou pas français, qu'elles sachent ou ne sachent pas lire.... C'est le côté humain qui m'intéresse dans les échanges.


mams976 :

Voila, ce sujet est un sujet poignant et sentimental et il est vrai que j'ai tendance à m'emporter quand je lis certains écrits car directement je vois ma belle-mère, illetrée ou analphabète tout dépend du sens que l'on donne.
Si je vous ai blessé je m'en excuse.
Je suis ouverte aux échanges (pourtant ;) )
Mea culpa......

Je comprends votre attachement, mais nos propos ne concernent pas tout le monde.
Il s'agit de généralités que l'on a pu constaté et qu l'on déplore.

Pour ma part, aussi ouverte que j'ai pu être, je déplore que les vrais échanges et partages de culture n'aient pas été plus nombreux.
Je déplore que l'aide que je pensais pouvoir apporter ici n'ait pas été aussi efficace que je l'aurais voulu, car j'ai trop souvent eu l'impression de brasser de l'air.
Je déplore la situation des mineurs isolés
Je déplore les magouilles politiques
Je déplore  que la chose majeure que mon fils ainé ait apprise ici ( surtout cette année au collège) soit la vigilance et l'auto-défence, moi qui voulait qu'il s'ouvre davantage aux autres!!

yoyo6440 :

Par contre je pense que certain devrons dès leur retour,aller consulter car après les avoir lu on ressent  certains traumatismes qu ils ont envie de partager mais nous futur expat ne sommes pas docteur et ne pouvons rien pour vous.....

Le rdv est déjà pris!!

Merci!!!
Voilà ce qu'est Mayotte!
Et voilà les problèmes rencontrés, je rajouterai aussi l'immigration clandestine, énorme frein au développement. Et également  les élus, parce qu'on ne vote pas pour de bonnes raison nous n'avons pas les élus que nous devrions avoir.
Les anciens ont peur de perdre leur identité et les plus jeunes veulent retrouver cette "france" qu'ils ont découvert.
Un juste milieu est donc à trouver, et le chemin est long, chargé d'embuches.
Quand certains souhaitent la division il et plus que temps que les habitants de Mayotte soient solidaires car au final nous voulons tous la même chose, vivre tranquillement, avec nos familles, avoir des bonnes écoles, de bons soignants, de bonnes infrastructures, habitations, de la nourriture saine et une vie moins chère.
Le fossé tend à s'écarter sur les conditions de vie, cela crée ce que l'on peut vivre, lire ou voir. Il faut que cela cesse.

Pas facile, mais je ne regretterai jamais mon choix ;)

Bonjour à tous et à toutes,

Je souhaite vous informer que j'ai mis de côté quelques posts inappropriés pour le bon fonctionnement de cette discussion.

Pourrions-nous échanger en toute convivialité et dans la bonne humeur sil vous plaît?

Je vous rappelle que cette discussion a été lancée pour que nous échangieons des infos sur nos ressentis et donner un témoignage sur notre vie de tous les jours à Mayotte en tant qu'expat.

Merci dans ce cas de respecter les échanges et opinions des uns et des autres, nous ne sommes pas ici pour juger ou pour critiquer.

Merci pour votre compréhension

Priscilla  :cheers:

Merci  :top:

:)

Des cartons, des cartons et encore des cartons!! Je n'en peux plus!!

ça fait bizarre, à chaque carton que je ferme , je sais que l'on s'approche de la fin du séjour et des ces 4 années riches en émotions, en sensations, et qui se sont si vite passées.

On n'a pourtant pas le choix car des soucis de santé perso et de la famille proche ont entaché cette dernière année et en ont décidé pour nous.

Mais j'ai peur du retour à la vie en Métropole!!  :sick ( chaussettes, pulls, écharpes et bonnets)
J'appréhende déjà le manque "du soleil", de cette vie nonchalante, de mes après-midi avec mes fils ( temps précieux passé avec eux car ils grandissent si vite! )

Et jusqu'au bout, on aura eu des surprises en faisant de belles rencontres:
En passant une annonce pour vendre notre véhicule, on a fait la connaissance d'un jeune homme comorien adorable.
Il vit à Kawéni où je bossais pendant 4ans et je regrette de ne pas l'avoir rencontré plus tôt.
Il est coureur dans un club et participe à de nombreuses manifestations.
Il nous avait dit la semaine dernière qu'il participerait à la course de pneus, mais on n'a pas pu s'y rendre.
Dimanche, on frappe à la porte et c'était lui, qui venait nous offrir son maillot de la course car il savait que mon mari était encore trop malade pour s'y rendre. Il veut qu'on se souvienne de lui et surtout qu'on garde un souvenir des bonnes choses de Mayotte.
ça m'a vachement touchée car, chose très drôle, il a choisi de courir volontairement avec un teeshirt 3 ou 4 fois trop grand pour lui pour qu'il puisse ensuite l'offrir à mon "grand" mari!! Merci Nourdine pour ta gentillesse.

ça , ça va me manquer, ces p'tits gestes de gentillesse sans qu'on s'y attende.

Dans deux jours , je dois passer voir mes collègues et anciens élèves, ça va être dur, va y avoir des larmes , je le sais déjà!! :sosad: La gentillesse et le sourire de mes p'tits CP va me manquer!! J'espère qu'ils ne m'oublieront pas trop vite, quand même!  :joking:

OUHHH que d'émotions , jusqu'au bout. Et pourtant, c'que j'ai pu rêver de quitter l'île l'année dernière quand j'étais mal!!
Maintenant, que ça arrive je voudrais ralentir un peu le temps!!

Compliquée la nana, hein?!!  :unsure

Aux nouveaux arrivants: vivez votre séjour intensément car ça passe à une vitesse folle!  ;)

Nouvelle discussion