Actualisé il y a 11 mois

En République de Guinée, c’est le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP) qui organise et gère le système de santé.

Malgré les efforts du gouvernement pour renforcer la prévention, lutter contre les maladies courantes (paludisme, VIH, entre autres) et investir dans de nouvelles infrastructures (construction, maintenance), la situation sanitaire de la Guinée-Conakry demeure préoccupante, avec une espérance de vie faible et un taux de mortalité élevé.

Ce qu’il faut savoir sur la Guinée-Conakry

Lors d’une expatriation dans un pays africain, où certains maux et maladies sont fréquents et souvent inexistants sur d’autres continents, il est nécessaire d’être attentif aux vaccinations et traitements disponibles pour limiter les risques au maximum.

Les vaccins

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour entrer sur le sol guinéen.

Les vaccins suivants peuvent par ailleurs être conseillés, en fonction de votre lieu et conditions de séjour. Il s’agira donc de déterminer la nécessité de ces vaccins avant votre départ avec un centre agréé : le DTP, les hépatites A et B, le vaccin contre la fièvre typhoïde, la méningite et éventuellement la rage.

Les maladies

Les piqûres de moustiques sont porteuses de multiples maladies, à commencer par le paludisme (ou malaria). Outre la prévention liée à la protection (vêtements longs, amples, produits répulsifs, etc.), il peut être recommandé de suivre un traitement médical, à déterminer avec votre médecin.

Le Chikungunya et la Dengue sévissent également en Guinée-Conakry. Aucun traitement n’étant à ce jour disponible, il convient de se protéger des moustiques du mieux possible, tout comme pour le paludisme.

L’OMS a officiellement déclaré la fin de l’épidémie d’Ebola en République de Guinée en 2016. Il est néanmoins conseillé de se renseigner sur les préventions possibles en cas de résurgence.

D’autres maladies, telles que la méningite, la rougeole ou encore le cholera, sont récurrentes en Afrique. Consultez un médecin en urgence dès l’apparition des symptômes (fièvre, diarrhée, vomissements).

La situation sanitaire en Guinée

En Guinée-Conakry, les infrastructures sanitaires se développent et vont de pair avec davantage de matériel médical. Cependant, malgré la volonté du gouvernement d’améliorer les conditions sanitaires du pays, certaines infrastructures ne répondent toujours pas aux normes techniques et fonctionnelles permettant de prendre en charge les malades de façon adéquate. Les centres de soin sont limités et les pharmacies ne disposent que de quelques fournitures de base.

Les produits pharmaceutiques peinent quant à eux à être réglementés et le trafic illicite tend à persister, augmentant au demeurant les risques de santé de la population, engendrés par le non-respect des normes pharmaceutiques.

Enfin, le personnel de santé, en nombre insuffisant pour répondre aux besoins de la population, exerce majoritairement dans les zones urbaines, ce qui accroît le déficit de soins et les problèmes de santé dans le reste du pays.

Comment se protéger ?

Outre les vaccins et contrôles médicaux « de base » à effectuer, par précaution, avant votre départ, prenez le temps de réunir les informations nécessaires en matière de couverture sociale et d’assurance.

Si vous travaillez en Guinée, vous devrez vous inscrire à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale. Sachez que les consultations chez le médecin sont à payer en avance et en espèces.

Il est fortement recommandé, outre la constitution d’une petite trousse à pharmacie, de souscrire une assurance en cas d’hospitalisation, de rapatriement en urgence ou toute dépense de santé.

De nombreuses assurances internationales sont proposées afin que les expatriés résidant en Guinée soient assurés d’obtenir les soins appropriés, dans des conditions adéquates, en cas de pépins. Vous pouvez vous rapprocher de compagnies d'assurances dédiées aux exptriés comme l’ASFE ou encore APRIL et déterminer avec eux la formule la plus adaptée à vos besoins.

 Bon à savoir :

À Conakry, les cliniques Ambroise Paré et Pasteur disposent de structures chirurgicales adaptées et d’une ambulance. Un nouvel hôpital, équipé des toutes dernières technologies et doté d’un personnel qualifié, devrait par ailleurs ouvrir ses portes fin 2017 :

 Liens utiles :

France Diplomatie – Santé en Guinée
Institut Pasteur
OMS – Fiche pays Guinée
OMS – Guinée
Guinée Conakry Infos – Santé
Alliance Mondiale pour les professionnels de santé

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.