Dans quels pays peut-on conduire avec le permis de son pays d'origine en tant qu'expatrié ?

Vie pratique
  • permis de conduire
    Shutterstock.com
Écris par Ameerah Arjanee le 26 mai, 2023
Se déplacer est un enjeu important à prendre en compte lorsque l'on s'installe à l'étranger. Il est important de disposer d'un système de transport en commun fiable, mais vous voudrez peut-être aussi pouvoir conduire dans votre nouveau pays. Devrez-vous repasser l'examen du permis de conduire ? Pouvez-vous convertir votre permis dans votre nouveau pays ? Cela dépend des accords bilatéraux et internationaux que votre pays d'origine a conclus avec d'autres pays. 

Un permis délivré dans un pays de l'UE peut être utilisé dans n'importe quel autre État membre 

Les résidents et les citoyens des pays de l'Union européenne détenant un permis de conduire délivré dans un pays de l'UE ont la possibilité de conduire dans les 27 États membres. Ils peuvent également conduire en Suisse, en Islande, au Liechtenstein et en Norvège, des pays membres de l'EEE (Espace économique européen). 

Une fois dans leur nouveau pays au sein de l'Union européenne, ils peuvent choisir d'échanger leur ancien permis de conduire contre un nouveau permis délivré par ce pays ou de continuer à conduire en utilisant leur ancien permis. Cependant, ils ne peuvent garder les deux. Le site Web de l'Union européenne précise qu'une personne ne peut posséder qu'un seul permis de conduire européen à la fois. À titre d'exemple, un citoyen irlandais qui déménage en Estonie peut soit continuer à conduire en utilisant son permis irlandais, soit l'échanger, sans avoir à repasser l'examen de conduite, contre un permis estonien.  

Toutefois, une limite à deux ans peut être de rigueur si vous vous utilisez le permis de votre pays d'origine. Les expatriés européens en Italie, en Espagne et au Portugal doivent obligatoirement échanger leur permis contre un permis local passé le délai de deux ans. Fort heureusement, il s'agit d'une procédure administrative relativement simple. Au cours de cet exercice, les autorités contacteront les autorités équivalentes dans le pays d'origine de l'expatrié pour vérifier que son permis original n'a pas été restreint ou suspendu. 

Toutefois, quelques éléments sont à garder à l'esprit : même si le permis d'un autre État membre de l'Union européenne peut être utilisé, le code de la route du nouveau pays de l'UE peut être différent. Il est donc important de parcourir un manuel du code de la route et de s'habituer à ces nouvelles règles. Par exemple, l'interdiction de dépasser une autre voiture est indiquée par une simple ligne continue sur les routes françaises, mais par une double ligne blanche en Allemagne. 

Qu'en est-il des permis de conduire délivrés dans des pays non-membres de l'UE ?

La reconnaissance de votre ancien permis de conduire dépendra de l'existence d'un accord bilatéral avec votre pays d'origine. Par exemple, l'Espagne a conclu des accords d'échange avec la plupart de ses anciennes colonies : le Pérou, l'Uruguay, le Chili, l'Argentine, la Colombie, la République dominicaine, entre autres. Curieusement, il n'en existe pas avec le Mexique. Cet accord existe également avec certains pays non-hispanophones à l'instar du Japon, la Corée du Sud et le Brésil. Un accord post-Brexit avec le Royaume-Uni est encore en cours de négociation. 

Cela signifie que les expatriés colombiens en Espagne peuvent échanger leur permis de conduire contre un permis espagnol, tandis que les Mexicains expatriés devront repasser un examen de conduite. Le coût total de l'obtention de ce permis varie entre 500 et 1 000 euros selon la région espagnole : ce coût comprend les frais d'inscription, l'examen pratique, l'examen théorique et les leçons de conduite. N'oubliez pas qu'un Colombien ayant obtenu un permis espagnol devra le faire vérifier à nouveau s'il s'installe dans un autre pays de l'Union européenne qui n'a pas conclu d'accord avec la Colombie. Ce nouveau pays peut accepter ou refuser le permis espagnol converti. 

La plupart des pays acceptent le permis de conduire international, mais pas nécessairement pour les expatriés résidents. 

Le PCI, ou permis de conduire international, est un dispositif mondial qui permet aux voyageurs de conduire dans les pays ayant signé la Convention internationale de Paris de 1926 relative à la circulation routière, la Convention de Genève de 1949 sur la circulation routière ou la Convention de Vienne de 1968 sur la circulation routière. La plupart des pays du monde ont signé l'une de ces conventions. La Chine est une exception notable. Les touristes peuvent conduire jusqu'à trois mois avec un permis de conduire provisoire, mais après trois mois, les expatriés ont besoin d'un permis chinois en bonne et due forme.  

Malheureusement, l'utilisation du PCI est également limitée à une période de 1 à 3 ans, même dans les pays où il est accepté. Par exemple, aux États-Unis, les étrangers peuvent conduire en utilisant le permis de leur pays d'origine pendant 3 mois, puis en utilisant un PCI pendant 1 an, après quoi il expire. Il peut être renouvelé dans certaines circonstances. Bien entendu, pour obtenir un PCI, une personne doit déjà posséder un permis de conduire dans son pays d'origine. Elle doit également avoir reçu le PCI dans son pays d'origine. En tant que non-résident, elle ne peut pas en faire la demande aux États-Unis. 

Une autre restriction majeure est que dans de nombreux pays, une fois que vous avez un emploi local et que vous êtes devenu résident, vous devez obtenir un permis de conduire local au lieu de dépendre d'un PCI (même s'il n'a pas encore expiré). Cela signifie que si les nomades numériques (qui travaillent à distance) et les étudiants internationaux peuvent utiliser un PCI, un expatrié employé par une entreprise locale pendant plusieurs années peut ne pas pouvoir le faire du tout. 

Les Émirats arabes unis ont récemment reconnu les permis de conduire de 43 pays. 

Excellente nouvelle pour les expatriés aux Émirats arabes unis : en avril, le ministère de l'Intérieur a annoncé que les détenteurs de passeports de 43 pays peuvent utiliser le permis de conduire de leur pays pour conduire aux Émirats arabes unis, à condition d'avoir un permis de séjour valide. 

Les pays concernés sont l'Albanie, le Portugal, la Hongrie, la Grèce, la Bulgarie, l'Ukraine, l'Estonie, la Slovaquie, la Slovénie, la Serbie, Chypre, la Lettonie, la Chine, le Luxembourg, la Lituanie, les Etats-Unis, l'Islande, le Monténégro, la France, le Japon, la Belgique, la Suisse, l'Allemagne, Malte, l'Italie, la Suède, l'Irlande, l'Espagne, le Norvège, la Nouvelle-Zélande, la Roumanie, Singapour, Hong Kong, les Pays-Bas, le Danemark, l'Autriche, la Finlande, le Royaume-Uni, la Turquie, le Canada, la Pologne, l'Afrique du Sud et l'Australie. 

Les expatriés originaires d'autres pays devront malheureusement passer l'examen de conduite du pays. Cet examen coûte 80 dirhams, soit environ 300 dollars, et est valide pour une durée de 5 ans pour les adultes de plus de 21 ans (il est valable pendant 1 an pour les personnes âgées de 18 à 21 ans). Ce permis leur permet également de conduire pour de courtes périodes en tant que touristes dans plus d'une vingtaine de pays, dont le Royaume-Uni et les Pays-Bas. 

D'autres États ont conclu des accords d'échange similaires avec une liste limitée de pays 

Il existe d'autres accords dans le monde qui sont similaires à l'accord intra-Union européenne ou à l'accord que les Émirats arabes unis ont conclu avec 43 pays. Il est également semblable à l'accord que l'Espagne a conclu avec la plupart des autres pays hispanophones. 

Si un tel accord bilatéral existe entre votre pays d'origine et votre pays d'expatriation, vous devriez facilement pouvoir convertir votre permis auprès du département des transports ou du quartier général de la police de ce pays. Cela diffère d'un permis de conduire international, qui n'est pas un permis à part entière et qui est soumis à des restrictions en matière de durée et de résidence - ici, vous obtenez un permis complet en échange. 

Par exemple, les expatriés en Malaisie originaires des pays suivants bénéficient de cette option : Australie, Belgique, Brunei, Chine, Danemark, Égypte, Fidji, Finlande, France, Allemagne, Hong Kong, Iran, Irak, Italie, Japon, Corée du Sud, Laos, Libye, Maurice, Nouvelle-Zélande, Nigeria, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Pays-Bas, Philippines, Pologne, Russie, Singapour, Espagne, Suisse, Thaïlande et Turquie. Il leur suffit de présenter l'original de leur permis, une copie de celui-ci, une traduction en anglais ou en malais si nécessaire, une photo d'identité et une somme modique de 40 ringgits (environ 10 dollars) au Service des transports routiers pour obtenir en échange un permis de conduire malaisien. 

Autre exemple : en Australie, les expatriés des pays suivants peuvent convertir leur permis en permis australien : Bulgarie, Tchéquie, Estonie, Hong Kong, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Chypre, Corée du Sud, Serbie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Afrique du Sud et Taïwan. Leur âge et leurs années d'expérience au volant seront également pris en considération pour qu'ils puissent obtenir la reconnaissance du conducteur expérimenté. Ceux âgés de moins de 25 ans ont peu de chances de l'obtenir et devront probablement repasser l'examen de conduite en Australie. Le coût de l'obtention du permis est d'environ 175 $AU, soit environ 120 dollars $US.