Acheter une maison coloniale

Bonjour à tous,
Je suis résidant à Hanoï, et propriétaire d'un appartement avec mon épouse vietnamienne, à part égale.
Ma question est:
Est-il possible de devenir propriétaire d'une maison de l'époque coloniale, au Vietnam ?
Les articles que j'ai lu à ce sujet, informe que cela n'est pas possible pour un étranger, mais dans mon cas, je suis marié au Vietnam, résidant déclaré et déjà propriétaire, ce qui me semble être une situation bien différente.
Vos avis sont les biens venus.
Bonne journée
Cordialement
Arnaud

Bonjour,
ça me parait faisable sauf le "à part égale".
N'est-ce pas déjà votre épouse qui figure sur tous les papiers de votre appartement ?
Cdlt
Pat

Avec les nouvelles lois sur l'immobilier, je suis propriétaire, tout comme mon épouse à 50/50 de notre appartement.
J'ai le rêve d'acheter une ancienne maison coloniale, pour en faire mon habitation, quitte à la restaurer, d'où ma question sur le site.

Bonjour Arnaud
Tu ne pourras pas acheter une maison avec ton nom ,c’est complètement différent d’un appartement. Ton epouse a son nom oui ,et si tu veux contribuer à 50/100 tu as le droit et tu seras marqué par le notaire mais tu seras pas propriétaire juste prêteur et tu si un soucis tu récupères ta mise rien d’autre .
Si tu crées une SCI vietnamienne bien montée par avocat .... la oui tu peux acheter .
Attention aux clauses ...
Voilà l’ami
Bien à toi
Éric

Merci pour ta réponse, car cette information n'est pas facile à obtenir.

Arnaud Loison :

Merci pour ta réponse, car cette information n'est pas facile à obtenir.

Bienvenue au club

Bonjour, même avec un statut de SCI de droit viet validé par un avocat, le principe d'attention aux clauses reste un vain mot.
Si procès, le citoyen vietnamien (votre épouse) aura toujours la préférence du tribunal par rapport à l'étranger (vous).
Du coup, pouvoir ne récupérer ne serait-ce que sa mise reste bien hypothétique.
Cdlt
Pat

En tant que particulier étranger, tout le système au Viêt-Nam est conçu pour ne jamais laissé l'argent sortir du pays et le faire tomber dans les pattes d'un vietnamien (associé dans une affaire) ou d'une vietnamienne (épouse ou copine qui-n'est pas-comme-les-autres).

Depuis la  de 2014 il n’existe plus de restriction à l’achat par un étranger de tous biens immobiliers au Vietnam. Mais les etrangers ne peuvent être propriétaires de plus de 30% dans un immeuble et de plus de 250 maisons ou terains dans un même quartier.
Voilà, voilà la vérité.  À vous de la faire appliquer dans votre commune...
Moi, j’ai acheté un appartement à mon nom à Mui Ne a un particulier sans aucun problème.

Voir  lien suivant http://www.vietnamese-attorney.com/fr/i … u-vietnam/

@rvdaron
Bonjour,
Votre phrase "À vous de la faire appliquer dans votre commune..." est primordiale car il y a effectivement autant d'interprétations des lois nationales qu'il existe de Comités Populaires ;-)
Cdlt
Pat

@BichetPat,

Bonjour,

Il existe un proverbe vietnamien qui dit, en substance : le chef du village est plus près que l'empereur.

Bonjour, et il ne s'agit pas reellement d'un achat puisque limite dans le temps, l'eventuelle prolongation n'etant pas gratuite.

rvdaron :

Depuis la  de 2014 il n’existe plus de restriction à l’achat par un étranger de tous biens immobiliers au Vietnam. Mais les etrangers ne peuvent être propriétaires de plus de 30% dans un immeuble et de plus de 250 maisons ou terains dans un même quartier.
Voilà, voilà la vérité.  À vous de la faire appliquer dans votre commune...

Arf, si ce lien est vrai (je me méfie d'un texte en français sans source), il n'est pas appliqué même à Saigon.
Quand j'ai demandé à une agence si les étrangers pouvaient acheter une maison au district Binh Chanh, on m'a dit qu'il n'y avait pas moyen. Pourtant c'est Saigon et il y a des lotissements qui se créent...
Un étranger ne peut de toute façon pas posséder le terrain sur laquelle la maison est construite, ne peut pas léguer à ses enfants, donc c'est une juste "une location de 50 ans", votre famille n'héritera rien du tout !
Il fallait oser "oui oui vous êtes propriétaire, vous payez comme un propriétaire, mais dans 50 ans on vous reprend tout", le Vietnam l'a fait !

fredy12 :

Arf, si ce lien est vrai (je me méfie d'un texte en français sans source)

Bonjour,

;) C'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité puisque le 28 décembre tu évoques un décret sans donner son nom, sa date et son numéro : https://www.expat.com/forum/viewtopic.p … 30#4441727. Les coordonnées du décret m'intéresserait pour me faire ma propre opinion sur ce sujet qui me concerne et qu'il semblerait que je sois en passe de régler via la SCB (Saigon Commercial Bank).

L'article en français précise qu'il s'agit de la loi sur la propriété foncière [sic] au Vietnam et un lien est proposé : http://www.moj.gov.vn/vbpq/en/lists/vn% … temid=5972 vers la loi sur le logement. Il existe une autre loi sur la propriété foncière (45/2013/QH13 du 29 novembre 2013).

Les 30% et 250 maisons sont à l'article 161 de la loi sur le logement.

Ceci étant précisé réserver et comptabiliser 30% dans un projet immobilier parait plus facile que 250 maisons dans un quartier d'où, peut être des difficultés et une géométrie variable dans l'application.

Bien à toi.

fredy12 :

Un étranger ne peut de toute façon pas posséder le terrain sur laquelle la maison est construite, ne peut pas léguer à ses enfants, donc c'est une juste "une location de 50 ans", votre famille n'héritera rien du tout ! Il fallait oser "oui oui vous êtes propriétaire, vous payez comme un propriétaire, mais dans 50 ans on vous reprend tout", le Vietnam l'a fait !

C'est une vieille rancune des communistes vietnamiens pour tous ceux qui ne sont pas vietnamiens : pour eux, l'étranger est celui qui veut envahir à nouveau le pays avec son argent (arme économique) et comme cet argent est bon à prendre ils ouvrent en grand leurs bras griffus mais ne les ré-ouvrent plus jamais.

On notera que c'est aussi une remise au goût du jour du système de l'appropriation "par le peuple" des biens des ennemis du peuple. Ma définition du communisme : on te prend tout au nom de tout le peuple vietnamien et mais on ne partage qu'entre communistes.

Désolé, j'avais oublié qu'il y avait un décret d'application sur la loi sur le logement (99/2015/ND-CP du 20 octobre 2015).

Si je comprends bien son article 76, l'achat de maison n'est possible que dans le cadre d'un projet immobilier. Il est même précisé que si le projet comporte moins de 2500 maisons, seulement 10% des maisons peuvent être détenues par un étranger ce qui fera moins de 250 maisons dans la plupart des situations.

Bref, la seule loi ne permettait pas de comprendre et d'appliquer cette notion de 250 maisons par quartier.

Une maison coloniale ne semble donc pas pouvoir être achetée par un étranger.

Philippe Hùng :

Une maison coloniale ne semble donc pas pouvoir être achetée par un étranger.

Il ne reste plus qu'à attendre un projet de maisons de style colonial...

Une copine viet, me dit qu'il faut investir dans des terrains pour les revendre aux chinois avec 50% de plus value.
il = viets et foreigners
Je reste sceptique, comme Fosse...

"Une copine viet, me dit ..."
Voici une bonne introduction qui résume bien avant d'engager vos sous à vous ;-)
Cdlt
Pat

Sachant qu'une société de droit vietnamien créé par un étranger peut - peut-être -acheter un terrain. Mais peut-être seulement dans les fameux secteurs réservés aux étrangers. Les chinois étant des étrangers cela a son importance dans le montage (eux aussi ne peuvent être propriétaire,s sauf dans le cadre d'une société). A vérifier.

On sent un intérêt de plus en plus important des investisseurs étrangers (français y compris)  dans l'immobilier.

Il faut bien comprendre que le système inventé par les vietnamiens
- qui impose un quota d'acheteurs étrangers
- et une "location longue durée" de la maison ou de l'appartement

n'a pour but que

- au départ d'empêcher les pauvres de se loger loin des riches (prestations luxueuses = prix >>)
- de maintenir les prix à la hausse (ce qui incite les étrangers à investir)
- et de pouvoir ainsi leur vendre discrètement à un prix "étudié' (moins à même d'être au courant des vrais prix du terrain, de la construction et des aménagements extérieurs)
- de faire venir les étrangers et donc de valoriser la qualité du voisinage  :dumbom: ce qui permettra aux mêmes voisins vietnamiens de mieux vendre (revendre) plusieurs fois
-pendant que lui l'étranger ne peut que vendre une fois (puisqu'il ne peut acheter plusieurs biens, sauf dans le cadre d'une société, il y a alors un montant maximal je crois)
- dans 50 ans tout le quartier sera vietnamien : on en revient au moteur qui tourner les communistes, s'approprier les terrains à pun prix dérisoire, construite (souvent des années après) plusieurs immeubles ou condominiums de luxe, les revendre très cher dont une partie à des étrangers, le tout ayant fini par non seulement enrichir ces mêmes communistes (qui sont très riches à la base) mais aussi l'État pour les étrangers retardataires qui n'auront pas trouver d'acquéreur pour leur bien (à noter qu'en fin de parcours le bien à encore beaucoup de valeur si c'est un vietnamien qui achète et très peu pour un étranger, sauf si les lois ont restreint la propriété aux étrangers ailleurs et que les biens qui se vendent sont ceux des anciens programmes). 

Nous sommes des boute-en-train  :joking:  !

Moi je trouve ça tout de suite moins prestigieux comme étiquette  :whistle:  !

Oui, vous résumez bien le fait qu'il faut revoir à la baisse toutes prétentions. Merci.

Vous pourrez toujours acheter si vous avez l'argent (cash, jamais à crédit) mais la c'est la revente avec une grosse plus-value qui n'est pas aussi sûre que pour un vietnamien. Qui plus est, l'argent ne repartira pas si facilement en France - sauf à faire un départ "définitif" bien documenté (par exemple vouloir scolariser un enfant en France et l'accompagner) - et sera bien accueilli par le fisc (les héritiers voudront le rapatrier).

Philippe Chaligne,
C'est surtout votre dernier point sur les difficultés à rapatrier légalement du cash en France et cette désagréable impression que les lois nationales sont interprétées localement et, in fine, qu'il existe un vrai risque de spolier nos propres enfants.
Du coup, ces raisons nous ont toujours rebuté d'acheter un bien immobilier au Vietnam. Même si mo épouse est vietnamienne (et française), nos enfants français sont nés et vivent en France, ne parlent pas un seul mot viet, et ne comptent pas s'installer au Vietnam ...
En attendant mieux, vivons heureux en restant locataires ;-)
Cdlt
Pat

Même point de vue pour moi  :)

C'est ce que j'appelle l'effet aspirateur du Viêt-Nam, l'argent rentre et ne ressort pas  (et même parfois jamais), personne n'arrive à couper le courant sauf dossier béton comme un bon gros salaire officiel exportable en Viêt-Nam, mais rien qui dépasse.
Cet effet aspirateur est arrangé par/pour
- l'état vietnamien
- les avocats (souvent véreux) qui ne pensent qu'au pognon  à ramasser tout de suite
- les agences immo (simulations +10% par an pour la plus-value et idem pour les loyers... ce qui est proche de la vérité pour les loyers... à condition d'avoir des locataires!)
- les copines / épouses vietnamiennes qui pensent à leur intérêt (surtout à la fin)
- la loi des mariages internationaux interprétée par la France qui parachève le tout d"une manière grandiose
Comment y remédier
- le contrat de mariage bétonnant ce qu'il y a déjà en France (notamment vis-à-vis des enfants du/des premiers mariages)
- un achat plutôt à travers une société vietnamienne qu'en direct
- la revente lors d'une bonne grosse bulle pour s'assurer d'une bonne grosse plus-value incontestable et dès louer le temps d'organiser son retout en France (soit le dossier passe comme retour définitif et on rapatrie l'argent en bloc soit via des comptes et des cartes bancaires vietnamiennes ou des "compensations" = on transfère doucement des capitaux vers la France... faut avoir confiance et cela coûte toujours un peu)
- au retour avec un fusil de chasse calibre 1 (la balle) le fisc attend.... si c'est pas dans quelques années du vivant de l'acheteur cela sera les héritiers qui mettront leurs gros sabots direct dans le piège (les comptes au nom des héritiers + cartes bancaires évoquées plus haut me semblent assez pertinentes : on part faire un voyage en par exemple en Belgique ou autre et on retire le plus possible de liquidités ou on fait de gros achats pas trop voyants). Le fisc c'est celui qui transforme le bon placement offshore en placement pourri (surtout pour les héritiers qui passent pour des bandits).

Nouvelle discussion