Close

Le PVT d'une Française en Nouvelle-Zélande

  • Un PVT en Nouvelle-Zelande
Interview
Publié le mois dernier

Originaire de Strasbourg, Aby a vécu une année au Québec avant de tenter une nouvelle aventure en Nouvelle-Zélande avec un visa Programme Vacances Travail (PVT) en poche. Si c'est initialement l'immense beauté et la richesse naturelle et culturelle de la Nouvelle-Zélande qui l'y ont attirées, Aby apprécie surtout l'accueil et la convivialité néo-zélandais, ainsi que la flexibilité que lui procure son PVT. Elle parle à Expat.com de sa nouvelle vie au pays des Kiwis.

Bonjour Aby, peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ?

Je suis Aby, j'ai 29 ans et je viens de la ville de Strasbourg, surnommée le « carrefour de l'Europe », qui se trouve dans l'Alsace, sur la frontière allemande. Il s'agit d'une région multiculturelle, la France et l'Allemagne ayant une forte influence conjointe tant sur les lois que sur l’éducation, les langues et les festivals. C'est d'ailleurs ce côté multiculturel qui m'a motivé partir à la découverte de nouvelles cultures à l’étranger. Je me suis donc envolée, en 2014, pour le Québec où j'ai passé une année. Aujourd'hui, je vis en Nouvelle-Zélande. Je suis dessinatrice de bandes dessinées, inspirées de mes périples, mes expériences et mon ambition de donner le goût de l'aventure à toute personne souhaitant partir vivre à l’étranger, ou tout simplement voyager.

Qu'est-ce qui t'a attiré vers la Nouvelle-Zélande ? Depuis combien de temps y vis-tu ?

Je suis arrivée en Nouvelle-Zélande avec un visa PVT en poche. Le Programme Vacances Travail est un moyen facile est rapide de partir dans de nombreux pays. Au terme de mon expérience formidable au Canada, je recherchais quelque chose de nouveau, tout aussi palpitant. Mon choix s'est porté sur la Nouvelle-Zélande lorsque je parcourais la liste des pays signataires du PVT avec la France. C’était l'occasion rêvée pour moi de partir à la découverte d'un nouveau pays doté d'une grande diversité culturelle et d'un peuple fier et chaleureux.

Quelles sont les formalités à remplir pour s'expatrier en Nouvelle-Zélande ?

Les procédures relatives au PVT pour la Nouvelle-Zélande sont plutôt simples et réalisables en ligne par le biais de quelques échanges par courriel. En revanche, le voyage me semblait long. J'ai dû m'y préparer mentalement. Avant de m'envoler pour la Nouvelle-Zélande, j'ai aussi dû prendre en compte certaines formalités, notamment informer ma banque et la sécurité sociale française de mon projet de voyage, sans oublier la souscription d'une assurance santé.

Parles-nous de ce que tu aimes le plus en Nouvelle-Zélande, et le moins.

A mon arrivée, je ne parlais pas bien l'anglais, mais les gens ici sont très patients et attentifs aux besoins des expatriés souhaitant en apprendre plus sur leur culture. Je me suis ainsi remise à l'apprentissage de l'anglais grâce à leur aide, ce qui m'a permis d'avoir leur charmant accent. J'ai aussi été émerveillée par la beauté des paysages naturels de la Nouvelle-Zélande. Je dois dire que les néo-zélandais sont très attachés à leur héritage naturel et font des efforts significatifs pour le préserver. On trouve, ici, de nombreuses espèces endémiques, y compris des oiseaux aux couleurs vives et aux magnifiques chants, ainsi que des insectes géants. Je dirai que le pays représente une véritable escapade, tant sur le plan physique que mental.

Ce que j’apprécie le moins, en revanche, c'est la conduite à gauche, mais ce n'est pas si grave que ça en a l'air.

Comment décrirais-tu la Nouvelle-Zélande en une phrase ?

Nous ne sommes pas si grand et si nombreux, mais vous n'avez sans doute jamais vu un aussi beau pays de toute votre vie.

Qu'est-ce qui t'a le plus surpris à ton arrivée en Nouvelle-Zélande ?

La tranquillité au quotidien. C'est plutôt rare en Europe. Ici, les gens ne sont pas stressés. Ils prennent leur temps et aiment bien se retrouver entre amis pour profiter des splendides couchers de soleil et de la richesse culinaire du pays.

expatriee en Nouvelle-Zelande

Qu'est-ce qui caractérise le marché du travail néo-zélandais ?

Ne vous attendez pas à trouver le métier de vos rêves dès votre arrivée. Le marché du travail s'est toutefois adapté à la présence des expatriés. De nombreux secteurs sont ainsi ouverts aux professionnels étrangers, d'autant que les procédures administratives sont relativement simples et rapides.

Est-il facile pour un expatrié de trouver un logement en Nouvelle-Zélande ? Quels sont les types de logements disponibles ?

Il n'est pas difficile de trouver un logement en Nouvelle-Zélande. Comme c'est le cas du marché du travail, le marché immobilier se réadapte constamment en fonction des besoins des expatriés. A titre d'exemple, vous trouverez une variété d'annonces de colocation sur internet et sur les groupes dédiés à l'immobilier sur les réseaux sociaux.

Quels sont les festivals les plus populaires en Nouvelle-Zélande ?

Ce qui m'a surtout marquée ici, c'est la célébration du Poppy Week aussi connu comme l'ANZAC (corps d’armée australien et néo-zélandais), en souvenir des victimes de la 1e guerre mondiale. Durant toute une semaine, les gens portent sur leur chemise, leur veste ou leur pull un coquelicot rouge confectionné avec du tissu.

Quels sont les principaux codes culturels en Nouvelle-Zélande ?

Évitez de stresser et soyez respectueux en toutes circonstances. Soyez ouvert et aimable et appréciez le temps passé en famille ou entre amis. En Nouvelle-Zélande, « la vie est belle », ce qui signifie que tout va bien.

Que penses-tu du mode de vie en Nouvelle-Zélande ?

Je le trouve plutôt décontracté. J'ai trouvé cela assez amusant que les néo-zélandais aiment marcher pieds nus, que ce soit pour aller au supermarché ou dans le centre-ville. Il faut aussi dire que le climat permet aux gens de ne pas porter de chaussures et de chaussettes.

Quels sont les moyens de transport disponibles en Nouvelle-Zélande ? Comment te déplaces-tu ?

La plupart des néo-zélandais se déplacent en voiture, mais aussi en avion, en train et en bus. Le covoiturage est également très répandu ici. Pour ma part, n'ayant pas de voiture, je prend souvent le bus qui me permet de contempler la splendeur des paysages. Les trajets sont plutôt abordables.

Expatriee francaise en Nouvelle-Zelande

A quoi ressemble ton quotidien d’expatriée en Nouvelle-Zélande ?

Je travaille dans un restaurant sur l’île du sud. Quand je me sens épuisée, je me permet de prendre deux semaines de congé (oui, mon employeur est génial !). J'en profite pour voyager en fonction des recommandations de la propriétaire de mon logement.

Quelles vieilles habitudes as-tu laissé tomber en Nouvelle-Zélande ?

La cigarette ! La Nouvelle-Zélande ambitionne à devenir un pays non fumeur d'ici 2025. Inutile de vous dire que les paquets de cigarettes coûtent extrêmement cher, d'autant que les zones fumeurs sont limitées. J'ai donc été contrainte de changer mes habitudes, ce qui n'est pas si mauvais tout compte fait.

Quel est ton avis sur le coût de la vie en Nouvelle-Zélande ?

Le coût de la vie n'est pas particulièrement élevé en Nouvelle-Zélande, même si cela en a tout l'air au départ. Une fois que l'on maîtrise le taux de change, on se rend rapidement compte que tout coûte à peu près le même prix qu'en Europe. A titre d'exemple, un sac de pain tranché coûte entre 2 et 5 dollars en fonction de la marque. Pour un trajet en bus entre Blenheim et Christchurch, comptez environ 40 dollars.

Y a-t-il une chose que tu souhaiterais faire en Nouvelle-Zélande mais dont tu n'as pas encore eu l'occasion ?

J'aimerai vraiment visiter le parc national de Tongariro. La dernière fois, nous avons dû annuler notre randonnée en raison du mauvais temps. Il s'agit d'une promenade d'environ 7 heures au cœur de quelques-uns des paysages les plus époustouflants du pays.

Quel est ton meilleur souvenir de la Nouvelle-Zélande ?

Lors de ma visite à Queenstown, j'ai fait un saut à l’élastique pour la première fois. J’étais plutôt curieuse et lorsque l'on m'a appris que c’était la spécialité de la région, je me suis lancée. Honnêtement, cela ne m'a pas plu autant, mais je suis contente d'avoir eu le courage de le faire. Ce fut une expérience hors du commun et je pense que cela résume très bien ma nouvelle vie en Nouvelle-Zélande : un saut dans l'inconnu, une expérience merveilleuse et des souvenirs incroyables.

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport à Strasbourg ?

La gastronomie française : le fromage et la baguette en particulier !

Quelles seraient, selon toi, 5 choses à emmener dans sa valise en Nouvelle-Zélande ?

Un bon sac à dos, votre ouverture d'esprit, votre passion pour la nature, sans oublier des produits anti moustiques.

Y a-t-il une chose que tu souhaiterai ramener avec toi en quittant la Nouvelle-Zélande ?

Hormis un petit tatouage sur mon poignet, un hei manaia en jade. Il s'agit d'un pendentif traditionnel représentant un gardien spirituel qui m'accompagnera lors de mes prochaines aventures.

Tes projets d'avenir ?

Je compte publier un ouvrage bilingue sur la Nouvelle-Zélande, mais pas comme celui sur le Québec. Pour l'instant, mon employeur m'a proposé de rester en Nouvelle-Zélande en m'offrant un visa de travail. Il est vrai que j'aime ce pays, mais j'aimerai aussi voyager davantage et découvrir de nouveaux horizons.