Permis de travail moins accessibles à ceux qui ont étudié en dehors des États-Unis

  • permis de travail
    Shutterstock.com
Article
Publié le 2019-02-13 14:14
Actualisé le 2019-02-14 14:14

Ce changement prend plein effet à compter d'avril 2019 ! Les détenteurs d’un Master d’une institution américaine sont plus enclins à obtenir un permis de travail H-1B que d’autres candidats. Comme les États-Unis n'octroient que 85 000 permis H-1B par an, les professionnels étrangers souhaitant travailler dans ce pays sans y avoir étudié voient leurs chances s’amenuiser.

Le visa H-1B permet aux profils les plus pointus de vivre et travailler aux États-Unis. Ce programme permet chaque année à 85 000 ressortissants étrangers de s'installer aux États-Unis. En revanche, suite au changement de procédures de sélection qui entreront en vigueur en avril 2019, les professionnels étrangers n’ayant pas étudié aux États-Unis auront désormais moins de chances d’obtenir un visa H-1B.

Ce sont les critères de sélection effectués pris en compte par les services de l’immigration et de la nationalité américains (USCIS) qui ont changé. Il s'agit d'une réforme proposée par le Département de Sécurité intérieure des États-Unis. Aujourd’hui, l’USCIS n'offre que 85 000 visas H-1B par année, soit 65 000 pour ceux qui n’ont pas étudié aux États-Unis et 20 000 réservés uniquement à ceux détenant un mastère d’une institution américaine. A compter d’avril, la sélection des 65 000 premiers visas tiendra aussi en compte les professionnels ayant étudié aux États-Unis en sus des 20 000 réservés pour cette catégorie de candidats. « Changer l’ordre dans laquelle l’USCIS compte ces deux catégories devrait augmenter les chances que les candidats avec un mastère ou un diplome avancé d’une institution américaine soient sélectionnés pour le reste des procédures », indique le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis dans le registre fédéral.

La demande de visas de catégorie H-1B est généralement très élevée. Qui plus est, selon les médias américains, les sociétés spécialisés en informatique sont celles qui nécessitent le plus d'expertise étrangère, ce qui explique la forte demande de visas H-1B. D’ailleurs, l’industrie informatique a exprimé son souhait qu’un plus grand nombre de visas soient disponibles dorénavant en vue de satisfaire les besoins grandissants du secteur.