Maman expat : où l'allaitement en public est-il autorisé ?

Vie pratique
  • jeune maman qui allaite son bebe
    Shutterstock.com
Publié le 2024-05-28 à 14:00 par Estelle
Lorsque l'on vit à l'étranger et que l'on planifie d'avoir un enfant, beaucoup d'aspects entrent en jeu. Soins, maternité, accompagnement, congés maternité et paternité, crèche… Ce merveilleux moment de la vie est aussi sujet à une bonne organisation, surtout en expatriation. L'un des sujets sur lesquels se pencher (si tel est votre choix) est l'allaitement maternel et plus précisément l'allaitement dans l'espace public. Oui, car ce geste, certes naturel, dans certains pays est sujet à controverse, fortement critiqué ou déconseillé, voire interdit.

Quels pays autorisent l'allaitement dans l'espace public ?

Parmi les pays qui autorisent l'allaitement en public et surtout l'acceptent, on retrouve surtout les suivants :

Les États-Unis : L'allaitement est protégé par la loi dans les 50 États américains. Nombre d'entre eux ont des lois spécifiques qui garantissent le droit des mères d'allaiter où elles le souhaitent.

Canada : Tout comme son voisin, l'allaitement en public y est aussi protégé par la loi. Les mères peuvent allaiter leur enfant partout.

Royaume-Uni : Au Royaume-Uni, allaiter en public est tout à fait légal, et cela est généralement bien accepté.

Australie : L'allaitement en public est, encore une fois, protégé par la loi dans tous les États australiens et est bien accepté.

Scandinavie (Suède, Norvège, Danemark, Finlande) : Allaiter dans l'espace public est largement accepté et soutenu dans tous ces pays.

Nouvelle-Zélande : là encore, allaiter son enfant partout est protégé par la loi et accepté dans la société.

Pays d'Europe de l'Ouest : généralement, l'allaitement est autorisé par la loi et accepté dans tous ces pays (Allemagne, France, Italie, Espagne, Belgique, etc…).

Chine : L'allaitement maternel en public en Chine est généralement bien accepté et socialement toléré. La Chine n'a cependant pas de lois spécifiques interdisant ou autorisant l'allaitement en public.

Bien que ces pays autorisent par la loi le fait d'allaiter partout où elles le souhaitent, certaines femmes font régulièrement l'objet de critiques, ce geste étant parfois vu comme dégoûtant et non acceptable en public. La plupart du temps, tout se passe bien et tout est très bien accepté, voire une chose tout à fait normale. Mais certaines témoignent de regards insistants, de petites phrases comme « Vous pourriez faire ça ailleurs ! », par exemple, ou encore du fait qu'elles soient priées de quitter un restaurant ou de se rendre aux toilettes pour nourrir leur bébé. Et ce, même dans des pays où ce droit est protégé par la loi.

Quels pays interdisent ou limitent l'allaitement dans l'espace public ?

Concernant les pays qui interdisent ou sont sujets à des attitudes restrictives sur ce sujet, on peut citer les suivants :

Certains pays du Moyen-Orient : Dans certains pays du Moyen-Orient, l'allaitement en public peut être considéré comme inapproprié et interdit, notamment pour des questions religieuses. On citera surtout l'Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis.

Les Maldives : l'allaitement dans l'espace public n'est pas interdit par la loi, mais il est recommandé de le faire discrètement en raison de l'influence de l'islam, une religion dominante aux Maldives.

Asie du Sud-Est : Les attitudes envers l'allaitement en public peuvent varier dans les pays d'Asie du Sud-Est. Il n'existe pas de lois dans des pays spécifiques et il est donc recommandé de se renseigner sur les pratiques et la culture locales afin de ne pas vous retrouver dans une situation inconfortable.

Europe de l'Est : Les attitudes envers l'allaitement en public peuvent varier dans certains pays d'Europe de l'Est. Aucun pays de cette zone ne l'interdit strictement. Cependant, dans des pays comme la Russie, allaiter en public peut être perçu et accepté différemment entre les zones urbaines et rurales.

Allaitement en public : témoignage d'une expat

Marine, une expat française en Italie et récemment maman, nous parle de son expérience de l'allaitement en Italie, mais aussi en France où elle a eu l'occasion d'allaiter dans l'espace public également : « Avant de parler de l'espace public, je voudrais juste partager mon expérience de l'allaitement en Italie. Je ne sais pas si ça dépend de la ville où tu accouches ou non, mais à Milan et notamment dans l'hôpital où j'ai accouché, j'ai été très bien préparée et j'ai aussi pu voir une conseillère en allaitement avec qui j'ai eu des rendez-vous toutes les semaines pour voir si le bébé tète bien et avoir un soutien moral, très important pour les nouvelles mamans. » À la maternité, selon Marine, les puéricultrices après l'accouchement ont aussi été très présentes pour le début et pour l'aider aux premiers essais de la tétée. « On accompagne vraiment beaucoup les femmes en Italie et on les encourage même à prendre la voie de l'allaitement plutôt que le biberon, dont on ne m'a pas beaucoup parlé d'ailleurs ».

Le retour d'expérience de Marine sur l'allaitement dans l'espace public est plutôt positif : « Pour ma part, j'ai allaité mon enfant où je voulais et je ne me suis jamais caché ou senti gêné de le faire, je l'ai fait vraiment partout : dans le bus et le tram, dans les parcs, au restaurant... Dans 80-90 % du temps, c'était des réactions bienveillantes, des sourires de tendresse même, j'ai senti l'approbation totale des gens. Par contre, parfois, surtout de la part de personnes d'un certain âge, j'ai remarqué des regards insistants, ils me fixaient littéralement. En France, je ne me rappelle pas de regards bizarres ou de réflexions négatives. Par contre, une question qui m'a souvent été posée là-bas, c'était “Quand as-tu prévu d'arrêter l'allaitement ?” Pour info, mon bébé avait 4 mois à l'époque. »

Allaiter dans l'espace public et de nos jours assez bien accepté, bien que certains le critiquent ou l'interdisent encore, notamment dans les pays les plus religieux et conservateurs. Certaines connaissent encore malheureusement de mauvaises expériences et peuvent en être affectées, même dans des pays où c'est généralement bien accepté, mais les esprits sont de plus en plus ouverts et, en règle générale, les femmes peuvent se sentir libres de pouvoir nourrir leur enfant où elles le souhaitent sans contrainte ou remarque désobligeante.