Close

Gérard à Cha-am : « En Thaïlande, on apprend l'humilité »

Interview
Publié l'année dernière
Expatrié français, Gérard a beaucoup voyagé pendant une grande partie de sa vie, principalement en Afrique. Après avoir débuté sa retraite en Ile de France, il s'est finalement installé dans la province de Petchaburi, en Thaïlande, il y a 5 ans et demi.
Gerardthai

Gerardthai

Je suis à la retraite depuis 2010 en Thailande

D'où viens-tu, Gérard, et que fais-tu actuellement ?

Je suis Français, mais j'ai passé mon enfance et mon adolescence en Afrique car mon père y travaillait. Puis, de retour en France, j'ai habité surtout en Ile de France.

Pourquoi as-tu choisi de t'expatrier en Thaïlande ?

Après avoir pas mal voyagé, je suis tombé amoureux du pays au bout de 2 jours. J'ai eu le même sentiment pendant des dizaines d'années.

Qu'est-ce qui t'as attiré vers Cha-am ?

Ce qui m'a attiré, ce sont surtout la mer et les longues plages de la province de Petchaburi ou se trouve Cha-am.

Comment s'est passée ton installation ?

Très facilement. En allant faire des photocopies, j'ai demandé à la personne qui gérait le magasin si elle connaissait une maison à louer. Elle m'a dit que justement sa mère était en train de rénover une maison pour la louer. J'ai été voir le lendemain. J'ai aimé la maison et j'y suis toujours.

Depuis combien de temps t'y es-tu installé ?

5 ans et demi.

Quelles étaient les procédures à suivre pour qu'un citoyen français s'expatrie en Thaïlande ?

Il faut disposer de suffisamment d'argent pour répondre aux critères du visa O-A. Contrairement à la croyance, on ne prolonge ou renouvelle pas son visa (que l'on n'a qu'une fois) mais on étend son autorisation de séjour. Il faut aussi passer une visite médicale pour prouver qu'on ne souffre d'aucune maladie contagieuse, disposer d'un casier judiciaire vierge, d'un passeport valable encore 6 mois après le séjour, avoir plus de 50 ans et prouver qu'on a une somme de 800 000 bahts, soit l'équivalent de 22 000 euros sur un compte en banque, ou une pension annuelle.

As-tu eu des difficultés d'adaptation à ton nouvel environnement ?

Je connais la Thaïlande depuis 40 ans. Je parle et lis le Thaï. Je savais donc comment m'y comporter et ce qui m'y attendait.

Qu'est-ce qui t'as le plus surpris à ton arrivée à Cha-am?

Rien de particulier. C'est un lieu de villégiature pour les habitants de Bangkok. Ils sont détendus, heureux et c'est agréable de vivre dans un endroit où les gens sont en vacances.

Quels sont les types de logements qui y sont disponibles ?

Il y a ce qu'on appelle des « town houses », comme ma maison, de deux étages avec tout le confort possible. Il y a aussi des villas, condos (condominiums), appartements en copropriété, avec piscine, gardiens, entre autres.

Que penses-tu du mode de vie des Thaïlandais ?

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils aiment le « sanouk », c'est-à-dire, ce qui est agréable. Ils aiment être en groupe, boire (l'alcoolisme est très répandu, y compris chez les femmes). D'une manière générale, ils semblent heureux et évitent ce qui peut amener à un conflit. Ils n'aiment pas trop penser, mais il y deux côtés ici : celui que l'on voit et celui qui est caché. Les faits divers sordides et innombrables le montrent bien. Il y a beaucoup de drames familiaux, de femmes abandonnées par un mari qui va voir ailleurs...

Une idée reçue qui s'est avérée fausse ?

Que les femmes asiatiques sont soumises et au service de l'homme. Toutes les femmes que je connais ou que j'ai connues ici ont beaucoup de caractère. Elles ne se laissent pas faire et les hommes n'ont pas toujours le dessus.

A quoi ressemble ton quotidien à Cha-am ?

Je suis en vacances à longueur d'année. Je me maintiens en forme, je pratique trois langues pour garder un bon esprit, je lis beaucoup, j'ai quelques amis pour discuter. La retraite heureuse, quoi !

Que fais-tu pendant ton temps libre ? Quels sont les loisirs accessibles aux expatriés ?

A Hua hin qui est juste à côté, on trouve tout ce qu'on veut. Hua hin est réputé pour avoir de très beaux parcours de golf. On a toutes sortes d'activités ici pour ceux qui veulent. Personnellement, je fais du vélo, le jogging, la marche sur la plage ou dans un parc...

Qu'est-ce qui te plait le plus à Cha-am ?

La présence de la plage, longue de 10 km à marée basse, l'amabilité et le sourire des Thaïlandais et, comme partout en Thaïlande, il y a beaucoup de jolies femmes pour le plaisir des yeux.

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport à la France, ton pays d'origine ?

Le fromage et les sentiers de randonnée, avec les cartes pour se diriger. La Thaïlande est mal pourvue en cette matière.

Un évènement particulier que tu as vécu en Thaïlande et que tu voudrais partager ?

Un séjour, il y a longtemps, dans une maison-radeau sur la rivière Kwai, avec une famille du coin. A l'époque, il n'y avait que la rivière pour se déplacer. C'était vraiment une ambiance de bout du monde. On en a profité pour faire une incursion en Birmanie, à pied en passant la frontière illégalement. J'ai demandé au guide birman « Qu'est-ce qu'on fait si on rencontre un tigre ? ». Il m'a répondu, sans rire, « On court et on grimpe dans un arbre ! ». Il avait quand même un fusil avec lui. On ne sait jamais !

Quel est ton avis sur le coût de la vie dans la province de Petchaburi et en Thaïlande en général ?

C'est beaucoup moins cher, surtout en termes de logement et de nourriture. Si on veut manger et vivre comme un occidental, là c'est une autre paire de manche. C'est cher ! Encore une fois, ça dépend du genre de vie qu'on mène. Si on consomme des boissons alcoolisées et on fait des sorties nocturnes, c'est dur à suivre. Il y a tous les prix en Thaïlande.

Des conseils à donner aux personnes qui souhaiteraient s'y expatrier ?

Premièrement, parlez anglais. En Thaïlande, on apprend l'humilité. La langue française est inexistante. Il y a des francophones qui ne fréquentent que les autres francophones. Excusez-moi, mais choisir de s'expatrier en Thaïlande pour n'être qu'avec des francophones, autant rester au pays ! Ensuite, évitez de vous faire remarquer en public par votre comportement. On a quand même une image de notre pays à montrer. Bien des touristes ont un comportement honteux. Les Thaïlandais n'ont jamais été colonisés et ils en sont fiers. Il ne faut donc pas venir avec le sentiment que l'on est meilleurs qu'eux. Enfin, il faut respecter la loi en ce qui concerne les passeports, visas, « overstay », trafics, entre autres. Les prisons, paraît-il, ne sont pas accueillantes.

Quels sont tes projets d'avenir ?

Je ne me vois pas habiter ailleurs qu'en Thaïlande. J'ai prévu, avec ma compagne, de m'installer dans notre maison à la campagne. Là-bas, il n'y a pas de tourisme. Il y a intérêt à lire et parler le Thaïlandais. C'est la Thaïlande profonde et c'est celle que j'aime.

3 Commentaires
Philippe RICHE
Philippe RICHE
l'année dernière

Merci infiniment pour ton témoignage Gérard Bonne continuation Pour ma part j'ai des projets pour vire à Chiang Mai avec ma femme qui y est originaire Pas avant une dizaine d'année ....

Répondre
Pilouthai
Pilouthai
l'année dernière

Une bonne analyse agréable à lire! Bonne continuation :-)

Répondre
CHANTHABURI
CHANTHABURI
l'année dernière

Bonjour Gerard et merci pour votre commentaire ! Je suis d'accord a 100 % avec vous ! Bonne continuation au Royaume du Siam

Répondre
Partagez votre expérience d'expatrié !

Si vous souhaitez participer aux interviews, contactez-nous.

Participer

Assurance santé expatrié

Conseils pour bien choisir votre assurance santé pour expatrié.

Déménagement international

Conseils pratiques pour bien préparer votre déménagement international

2 millions de membres !

Regarder plus tard