Close

De New York à Bogotá en suivant son conjoint

  • Expatriee en Colombie
Interview
Publié la semaine dernière

Originaire du Maine, Sarah décide de suivre son conjoint en Colombie après avoir passé 5 années à New York où ils se sont rencontrés. Fascinée par la culture colombienne, particulièrement la musique et la danse, et aussi par les possibilités de randonnées, Sarah profite à présent d'un style de vie agréable entre le travail et la famille, sans oublier une gastronomie hors-pair. Elle parle de ses aventures à Expat.com.

Bonjour Sarah, peux-tu te présenter brièvement et nous parler de ton parcours ?

Je viens de la région de Maine. J'ai passé les 5 dernières années à New York où je travaillais dans le domaine de la publicité.

Qu'est-ce qui t'as attiré vers la Colombie?

Cela fait près d'une année que je vis en Colombie avec mon époux colombien. Nous nous sommes rencontrés au travail, à New York. Nous étions en train d'attendre l’émission de sa carte verte mais l'énorme retard qu'ont pris les procédures durant l’année écoulée nous a fait changer d'avis. La durée de validité du visa de travail de mon époux arrivait presque à terme. Il risquait donc d’être déporté des États-Unis. J'ai ainsi négocié avec mon employeur pour pouvoir travailler à distance, et nous voici !

Quelles étaient les formalités à remplir pour que tu puisses t'installer en Colombie ?

Je dois dire que c’était bien plus facile que les procédures que mon époux à dû suivre pour s'installer aux États-Unis. A notre arrivée en Colombie, nous avons immédiatement fait une demande en ligne du visa de conjoint étranger. La procédure prend un mois tout au plus.

Parles-nous de ce que tu aimes le plus en Colombie et le moins.

J'aime particulièrement la musique et la danse locales. Les Colombiens chantent avec le cœur et sans la moindre hésitation, contrairement aux États-Unis ou ailleurs. Je suis quasiment persuadée que même les bébés se mettent à danser au rythme de la musique colombienne avant d'apprendre à marcher. En revanche, j’apprécie moins le fait que les gens ne sont pas conscients du niveau de pollution sonore, ce qui est loin d’être le cas aux États-Unis. En Colombie, mes voisins font la fête jusqu'à fort tard pratiquement toutes les semaines et pas forcement le week-end. Des fois, on n'arrive même pas à fermer l’œil en raison du bruit assourdissant. Aux États-Unis, on peut appeler la police pour se plaindre et celle-ci réagit dans promptement. Ici, le taux de criminalité étant élevé, ce genre de situation est toujours relayé au second plan.

randonnee en Colombie

Comment décrirais-tu la Colombie en une phrase ?

La Colombie est un pays riche et verdoyant qui fait des envieux.

Qu'est-ce qui t'as le plus surpris à ton arrivée en Colombie ?

Les niveaux extrêmes de pauvreté dans certaines régions.

Quelles sont les particularités du marché de l'emploi colombien ? Est-il facile pour un expatrié d'y être embauché ?

Il dirai qu'il existe plus d’opportunités pour les expatriés que pour les locaux. Le marché du travail colombien est essentiellement axé sur le tourisme qui génère le plus gros volume d'emplois. Les multinationales opérant en Colombie sont également à la recherche de candidats anglophones. A mon arrivée, j'ai approché un groupe d'expatriés qui m'ont recommandée à quelques entreprises. En quelques semaines seulement, les offres d'emploi pleuvaient.

Est-il difficile de trouver un logement en Colombie ? Quels sont les types de logements disponibles pour les expatriés ?

Je ne peux pas me prononcer sur les Colombiens vu que la plupart d'entre eux, à mon avis, vivent avec leurs parents jusqu'à ce qu'ils se marient. Pour ma part, j'ai eu recours à AirBnB. Les loyers sont moins chers en Colombie, surtout par rapport aux prix exorbitants que l'on trouve à New York ou à San Francisco. Ici, on peut facilement trouver une chambre luxueuse pour environ 300 $ par mois, ou encore, un appartement moderne de deux chambres dans le quartier le plus huppé de la ville pour quelque 900 $.

culture en Colombie

Quels sont les festivals les plus populaires et les principaux codes culturels en Colombie ?

Ce qui est intéressant, c'est qu'il y a un jour férié pratiquement chaque deux semaines, même si personne ne sait vraiment de quoi il s'agit. La Colombie est l'un des pays ayant le plus grand nombre de fêtes et de festivals au monde, dont la plupart sont des fêtes catholiques.

Que penses-tu du mode de vie en Colombie ?

Il est vrai que la musique et la danse sont une partie intégrante de la culture et du mode de vie colombiens. En revanche, l'on a tendance à être davantage préoccué qu'aux États-Unis, surtout en ce qui concerne le niveau de sécurité et le marché du travail. Il est aussi facile de perdre son emploi que d'en trouver un.

Quels sont les moyens de transport disponibles sur place ? Comment te déplaces-tu ?

Le système de transport colombien est peu développé et plutôt dangereux. Il n'y a pas de métro, mais on y trouve des bus typiquement bondés. Le niveau de congestion routière est également très élevé, d'autant qu'il est très difficile d'y trouver des aires de stationnement. Le taxi est déconseillé aux expatriés : les chauffeurs peuvent non seulement vous réclamer un tarif excessif mais encore, vous voler, certains d'entre eux pouvant être associés à des criminels. Pour ma part, j'utilise Uber, même si cela ne ressemble pas vraiment à ce que c'est aux États-Unis. Qui plus est, l'Union des taxis n'apprécie pas la présence d'Uber en Colombie, ce qui fait que les chauffeurs sont fréquemment victimes d'agression. Lorsque vous avez recours à Uber, il vaut mieux se mettre à côté du chauffeur et faire comme si vous vous connaissez pour éviter tout risque.

As-tu eu des difficultés à t'adapter à ton nouvel environnement et à la société colombienne ?

Je n'ai pas eu de grande difficulté à m'adapter. Ici, les expatriés sont généralement qualifiés de « gringos ». Les Colombiens sont des personnes compréhensives qui n'accordent pas beaucoup d'importance aux écarts culturels et de langues.

A quoi ressemble ton quotidien d'expatriée en Colombie ?

Ma vie tourne autour de mon travail, la cuisine et ma famille. Au quotidien, je brave la congestion routière pour me rendre au travail et rentrer pour préparer le dîner et passer un peu de temps en famille. Ce n'est pas si mal que ça en a l'air.

Que fais-tu de ton temps libre ?

Nous profitons généralement de notre temps libre pour partir en road trip dans les petites villes pittoresques de la Colombie.

vue de Bogota

Y a-t-il en Colombie des activités nocturnes pour les fêtards ?

Certainement. A Bogotá, il y a non seulement des bars et restaurants mais aussi plein de boites de nuits qui sont ouvertes même en jours de semaine.

Quelles nouvelles habitudes as-tu adoptées en Colombie ? Quelles vieilles habitudes as-tu laissé tomber ?

J'ai pris davantage conscience de ma propre sécurité. A New York, je pouvais marcher seule dans la rue à n'importe quelle heure, même tard dans la nuit. En Colombie, il faut faire plus attention. Et puis, je ne porte plus de marques haut de gamme comme c’était le cas à New York.

Quel est ton avis sur le coût de la vie en Colombie ? Combien coûtent un trajet en bus, une bière, ou encore, un bon pain ?

Le coût de la vie en Colombie est très abordable lorsque l'on gagne sa vie en dollars, en euros ou en livres sterling. Un ticket de bus, une bonne baguette et une bière coûtent à peine 2 $ chacun.

Y a-t-il quelque chose que tu voudrais faire en Colombie mais dont tu n'as pas encore eu l'occasion ?

J'aimerai faire encore plus de randonnées. Je vis à Bogotá qui se situe au cœur des Andes, mais je me suis sentie mal la dernière fois que j'ai essayé d'explorer la région.

nature en Colombie

Quel est ton meilleur souvenir de la Colombie ?

C’était ma première balade en campagne colombienne. Mon époux m'avait conseillé de prendre un bâton au cas où je rencontrerai des chiens sauvages en chemin. Je l'ai pris a contre-cœur, croyant qu'il exagérait, mais ce n’était pas le cas. A 400 mètres de la maison, un énorme chien s'est mis à ma poursuite. J'ai ensuite entendu une voix derrière moi, croyant que quelqu'un venait à ma rescousse. J’étais vraiment surprise de me rendre compte qu'il s'agissait d'un perroquet ! Je m’apprêtais à me défendre contre ce chien lorsqu'il a décidé de se détendre pour me laisser passer. J'avoue que j'ai eu chaud !

Si tu pouvais repartir à zéro en Colombie, que ferais-tu différemment ?

J'aurai emmené moins de vêtements depuis les États-Unis. C'est vraiment difficile de se séparer des choses auxquelles on tient, pensant que l'on en aura besoin tôt ou tard. Dans la réalité, les choses se passent différemment dans votre pays d’accueil. Je me suis retrouvée, en Colombie, avec plein de choses qui ne me sont d'aucune utilité.

Que penses-tu de la cuisine colombienne ? Quelles sont tes spécialités locales préférées ?

La Colombie possède une gastronomie hors paire. L'huile d'olive et les arepas substituent le pain et le beurre. On utilise beaucoup plus de fruits et de légumes frais qu'aux États-Unis. La seule chose qui m’embête un peu c'est la coriandre qu'on retrouve dans presque tous les plats. La plupart des gens pensent que j’exagère.

paysage de la Colombie

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport aux États-Unis ?

La sécurité et l’égalité des genres. La Colombie est réputée pour sa forte culture machiste agissant au détriment des femmes.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs expatriés en Colombie ?

Évitez de vous donner l'air d'un touriste en vous promenant en permanence avec votre appareil photo dernier cri qui vous a coûté 1 000 $ ou votre iphone dans votre poche arrière. On ne se rend pas compte qu'en Colombie un iphone vaut trois fois le salaire mensuel moyen. Vous devenez ainsi une cible pour les voleurs. Aussi, portez en permanence un écran solaire. La Colombie est exposée à des niveaux élevés de rayonnement du soleil, en raison de sa position, pouvant occasionner des brûlures, même par un temps nuageux.

Quelles seraient, selon toi, les 5 choses à ramener dans sa valise en Colombie ?

Je vous recommande plutôt 5 choses à acheter en Colombie : une ruana, une mochila, un rhum infusé de coca, un chapeau de cow-boy classique pour les hommes et une bonne paire de jeans pour les femmes.

Tes projets d'avenir ?

Nous repartirons à New York une fois que mon époux aura obtenu sa carte verte.

Y a-t-il une chose que tu souhaiterais emmener avec toi en quittant la Colombie ?

En Colombie, on se fait toujours la bise lorsque l'on salue quelqu'un ou l'on se dit au-revoir. Tout le monde se fait la bise, qu'il s'agisse de membres de la famille ou de collègues. Cela m'avait l'air plutôt étrange au début vu que ce genre de contact physique est moins répandu aux États-Unis, mais je pense que c'est une façon de montrer aux gens que l'on tient à eux et que l'on est heureux de les revoir. Je pense d'ailleurs je que vais en faire de même à mon retour aux États-Unis !