Actualisé l'année dernière

Obtenir un permis de résidence long terme en Turquie est un processus qui peut s’avérer un petit peu long (comptez quelques semaines au mieux) et est parfois plus facile à initier depuis l’intérieur du pays (pour plus d’informations, consultez notre article Les permis de séjour longue durée en Turquie).

Aussi, beaucoup d’expatriés choisissent d’entrer en Turquie avec un visa, qui est un permis temporaire vous autorisant à séjourner dans le pays pour 90 jours au plus avant de déposer une demande de permis de séjour longue durée.

Généralités

Afin d’obtenir un visa, votre passeport doit être valide pour 6 mois au moins à compter de votre date d’arrivée en Turquie. Le tampon du visa doit être ostensiblement visible sur votre passeport lors de votre passage à la frontière.

Vous devez demander un permis de séjour long terme dans les 30 jours suivant votre entrée dans le pays avec un visa.

Différents types de visas sont disponibles en fonction du motif principal de votre séjour, les principaux étant les visas de tourisme, d’études et de travail.

Visa de tourisme pour la Turquie

Entrer dans le pays avec un visa de tourisme est une option très répandue parmi les expatriés qui n’ont pas encore arrêté tous les détails de leur vie en Turquie au moment de leur départ.

Les citoyens de certains pays (à savoir l’Allemagne, la Belgique, la France, la Géorgie, les Pays-Bas, l’Espagne, la Suisse, l’Italie, la République turque de Chypre du Nord, le Liechtenstein, le Luxembourg, Malte, le Portugal et la Grèce) sont dispensés de l’obligation d'obtenir un visa pour leurs séjours non professionnels de moins de 90 jours en Turquie.

Les ressortissants des autres pays doivent, en revanche, obtenir un visa, soit directement à la frontière, soit en ligne, via le système e-Visa.

 Bon à savoir :

Déposer une demande via la plate-forme e-Visa vous vaut une réduction d’environ 30% sur les frais de visa.

Outre vos pièces d’identité, il vous faudra présenter une photo d’identité type passeport, votre itinéraire de vol et une attestation d’hébergement (une réservation d’hôtel ou une invitation écrite émise par un résident en Turquie, par exemple).

 Attention :

Un visa de tourisme peut être refusé à la frontière, mais, dans les faits, les refus non motivés sont extrêmement rares.

 Lien utile :

E-visa www.evisa.gov.tr

Visa de travail pour la Turquie

Les expatriés déménageant en Turquie pour des motifs professionnels doivent préalablement avoir obtenu un visa de travail, obligatoire même si leur pays d’origine bénéficie d’une exemption de visa pour les séjours touristiques.

Une fois le contrat de travail dans une entreprise turque signé, vous devez déposer une demande de visa de travail auprès d’une ambassade ou d’un consulat de Turquie dans votre pays d’origine. Vous devrez, pour ce faire, présenter une copie de votre contrat de travail, de vos diplômes et de vos pièces d’identité.

Dans le même temps, votre employeur enclenchera les procédures visant à vous procurer un permis de travail longue durée (calisma izni).

Visa d’études pour la Turquie

Les étudiants inscrits dans une école ou une université turque doivent avoir demandé un visa d’études depuis leur pays d’origine avant de déménager, en fournissant une attestation d’admission dans l’établissement en Turquie. Dans le cas du visa de stage, une lettre de l’employeur est également requise. Les détenteurs de visas d’études ou de stage doivent déposer une demande de permis de résidence dans les 30 jours suivant leur arrivée en Turquie.

Petit conseil :

Quel que soit le visa ou le permis que vous déteniez, il est recommandé d'être en présence de votre passeport et de votre autorisation de séjour à tout moment en cas de contrôles de police aléatoires.

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.