Ils ont prévu de s'expatrier après la crise !

  • passeport en main
    Shutterstock.com
Article
Publié le 2020-06-24 12:00

La crise sanitaire mondiale a mis un frein aux projets d'expatriation de nombreuses personnes autour du globe. Si certaines d'entre elles ont tout simplement dû abandonner leur projet, compte tenu des risques sanitaires qui pèsent toujours et des restrictions de voyage qui sont en cours, d'autres restent déterminées à poursuivre leur rêve dans un futur proche. Même si elles n'ont pas la possibilité de voyager actuellement, rien ne leur empêche de se préparer. Ils nous en parlent.

C'est à l'île Maurice que Allison, jeune maman de deux garçons et d’une fille de 2 ans, a décidé de poser ses valises. Après avoir vécu 37 années en France, soit depuis qu’elle a un an, elle a choisi de retourner sur son île natale. Pour elle, c'est vraiment dommage que les frontières soient fermées, sinon elle serait déjà à l'île Maurice à l'heure qu'il est. D'ailleurs, même si on ne sait pas encore quand le pays rouvrira ses frontières à la France, elle ambitionne déjà de s'y envoler en octobre 2020.

C'est la quête d'une nouvelle opportunité de carrière qui l'a amenée à prendre cette décision. “ J'ai été, pendant plusieurs années, cadre dans le domaine de la grande distribution, un métier que j'ai beaucoup aimé exercer. Mais je pense que je suis arrivée au bout de ce que voulais faire. J'ai donc arrêté pendant un certain temps et me suis occupé de mes enfants pendant 4 ans. Suite à ça, j'ai eu le temps de réfléchir et je me suis lancé dans le métier de prothésiste ongulaire. C'était ma formation de base avant d'être manager et j'ai suivi une formation pour pouvoir me mettre à mon compte”. 

Pourquoi l'île Maurice ? “Dans un premier temps, c'est pour le confort de vie. J'avais tellement envie de changer de routine d'offrir un meilleur cadre de vie à ma fille et à moi même que la question ne s'est même pas posée. C'était Maurice, mon pays natal.” Cependant, elle avoue que planifier son voyage est loin d’être une chose facile. “ Je me suis un peu renseigné. Il est vrai que je pars de France en ayant pris certaines dispositions ici, mais je ne sais vraiment pas comment va se passer l'emménagement là-bas, compte tenu de la situation actuelle.” Ce qu'elle sait, en revanche, c'est qu'elle est remplie de motivation et déborde d'idées pour son pays. “ Je vais m'y installer avec seulement quelques bagages en main, ma fille, et un petit budget pour pouvoir payer mes premiers loyers et nous nourrir pendant quelques mois”. Quant à son conjoint, il ira la rejoindre plus tard après avoir trouvé les moyens de financer son projet de voyage.

Marie, pour sa part, avait pour projet de s'installer à Pondichéry, en Inde. Initialement, son arrivée était prévue pour le 14 août 2020 après deux années de préparation. Cependant, la crise sanitaire mondiale a fini par mettre en parenthèses son déménagement. “Nous n'avons toujours pas de visas pour l'Inde et les frontières sont toujours fermées. C'est une vraie galère pour toute notre organisation qui tombe à l'eau”, nous confie-t-elle. Mais elle reste optimiste quant à l’avenir, car c'est surtout son besoin de changer de vie qui la motive à persévérer. Comme Nolwenn, française qui a décidé de tout quitter pour partir en Moldavie avec son compagnon moldave. “ Nous avons prévu de partir en juillet si tout se passe comme prévu. En ce moment nous sommes en train de peaufiner notre projet d'installation avec notre fils de 9 ans”.

Jeune ingénieur français, Fidan à prévu de s'installer dans la ville de Göteborg, en Suède, et y trouver un emploi. Si sa recherche de logement est déjà en cours, il compte pouvoir mettre le cap sur son pays de coeur dès le mois de septembre en compagnie de son épouse. Mais n'oublions pas ceux qui ont préféré remettre à plus tard leur projet d'expatriation par prudence, comme Thomas, un jeune britannique qui souhaite profiter du climat chaud et de la douceur de vivre en Espagne. “ J'aurais dû mettre le cap sur Barcelone depuis octobre dernier mais je n'ai pas pu le faire pour des raisons personnelles. Par la suite, on a vu la fermeture des frontières et, honnêtement, je ne pense pas qu'il serait sage pour moi de voyager en cette période de crise. Je vais donc attendre encore un peu, le temps que la situation se rétablisse. Puisque je travaille pour mon propre compte, ça me laisse aussi le temps de réfléchir à ce que je pourrai faire une fois sur place, peut être créer une entreprise et, ainsi, créer de l'emploi ”.

Visiblement, malgré son impact considérable sur l'économie mondiale et le marché du travail, ainsi que le monde de l'expatriation, la crise de COVID-19 ne semble pas décourager ceux qui ont toujours rêvé de vivre à l'étranger. Vous l'avez compris : rien ne vous empêche de suivre votre rêve et de commencer d'ores et déjà vos préparatifs. Le forum et les guides d'Expat.com vous seront d'une aide précieuse, alors bonne chance !