Les bêtes sauvages à la Réunion

Question que doivent se poser pas mal de futurs "expats" : que rencontre-t-on comme bêtes à la Réunion ? Sont-elles dangereuses ?
Que les "expats" sur place les renseignent !

1. Sur terre :

- les "cancrelats" : ce sont des cafards assez gros, il y en a 2 sortes. La plus répandue est de couleur marron, allongée, fait un peu moins que la taille d'un pouce d'adulte, l'autre espèce paraît plus trapue et a une couleur noire-blanche. L'espèce la moins répandue se trouve plus, je crois, dans l'Ouest car elle préfère un climat sec.
Le cafard le plus commun est comme tous les cafards, il est chez nous parce qu'il sait qu'il y a de la nourriture. Les femelles rentrent en volant, et il est vrai qu'elles ont la sale manie de venir se poser partout y compris sur vous. Quand elle s'arrête de voler, elle est affolée et court partout pour trouver un refuge. Au bout d'un certain temps, elle connaît la maison et s'est trouvée un logement stable, en général près de l'évier de la cuisine. Car ces cafards aiment l'humidité et boivent souvent. Quand vous aurez fini une brique de lait, par exemple, la nuit ils rentreront dedans et boiront les restants de lait.
Ils ne sortent de leur tanière que la nuit, et sont discrets (enfin, ils croient l'être).
Leur seul défaut est de se reproduire en masse, car dans la nature ils ne manquent pas de prédateurs.

- les "babouks" : ce sont des araignées relativement grosses. Leur abdomen est de l'ordre de 2-2,5 cm de long, de forme plutôt rectangulaire, et avec leurs pattes elles couvrent une superficie un peu plus petite que la paume de la main. Elles sont de couleur marron-marron clair.
Elles ne tissent pas de toile, car elles chassent à l'affut, en se cachant et en bondissant sur leur proie. Elles sont très rapides.
Elles ont bien sûr peur de l'homme, mais quand vous êtes endormis (elles aussi sortent uniquement la nuit) elles peuvent vous marcher dessus sans le savoir, et si vous bougez elles peuvent vous faire une piqure de défense (avant de prendre leurs pattes à leur cou).
Sur le coup vous ne sentez rien, mais le matin vous vous réveillez avec un gros bouton rouge qui gratte, et autour du bouton vous avez l'impression d'avoir une couche dure sous la peau (comme une plaque). Ca prend du temps avant de dégonfler suffisamment pour que ça ne vous gêne plus (compter 7-10 jours suivant l'endroit), et beaucoup plus de temps avant de dégonfler totalement.
Elles vivent en gros dans les endroits où elles peuvent trouver des cafards, qui sont leur pain quotidien.

- les "bibes" (nom général qu'on donne aux araignées à la Réunion) : elles vivent dans la nature (dans les arbres et arbustes) et tissent des toiles pour capturer leurs proies. On les trouve surtout dans les endroits humides, dans les hauts en particulier.

- les "margouillats" : petits geckos qui font du bruit ("clac-clac-clac-clac-clac") et se postent sur les murs, près des ouvertures, où ils ont des chances d'attraper des petits insectes volants (moucherons, moustiques, ...). Ils laissent leurs crottes sur vos murs. Ils ont également parfois la mauvaise idée de se poster dans l'encâblure d'une porte, faites donc attention avant de fermer une porte, vous risquez d'écraser un imprudent en refermant).

- les "lézards" : sortes d'iguanes miniature, ils ne rentrent normalement pas chez vous, ils vivent plutôt dans les espaces verts. On en trouve hélas beaucoup écrasés par des voitures dans les routes des hauts.

- les "endormis" : ce sont de très petits caméléons, qui vivent dans les mêmes endroits que les "lézards", mais qui sont plus rares. Eux aussi se font écraser par des voitures.

- les fourmis : il y en a sûrement plusieurs espèces, mais jusqu'ici je n'ai jamais vu de grosses fourmis comme celles qu'on trouve facilement dans le Sud de la France. Ce qui est sûr, c'est qu'elles sont aussi tenaces que les fourmis de France, quand vous avez un vrai nid, vous pouvez les exterminer, elles reviendront au bout de 2-3 jours. Dans ce cas, il faudra faire appel à un professionnel pour éliminer la reine.
Elles ne piquent pas systématiquement comme d'autres espèces. Mais si vous en avez chez vous, vous ne pourrez plus laisser de nourriture à l'air libre (fruits notamment). Il vous faudra tout calfeutrer comme emballages (sucre, biscuits, ...), elles arrivent même parfois à pénétrer dans un bocal hermétique !

- les "couleuvres" : en fait, elles ressemblent plus à des orvets qu'aux grosses couleuvres de France. En 15 ans, en ville, je n'en ai vu que 2 fois, je pense qu'elles préfèrent les espaces verts peu fréquentés par l'homme. Aucun venin, absolument inoffensive, sans histoires.

- les "tangues" : sortes de hérissons, ils vivent plutôt dans les hauts (pour la fraicheur de l'air) et sont chassés pendant la période légale par les chasseurs, et braconnés par d'autres hors-période légale, ce qui diminue leur population (des femelles en gestation ou en période de reproduction sont tuées par les braconniers, voire des petits).

- les "carias" : ce sont des sortes de fourmis ou termites ailées qui se précipitent en masse vers les sources de lumière à la tombée de la nuit. Ils perdent rapidement leurs ailes, et meurent étrangement peu de temps après. Je n'ai jamais compris ce que tout cela signifiait.
Ils annoncent l'été. Quand vous avez des carias plusieurs soirs de suite (on en voit également sur les lampadaires en ville), vous savez que l'intersaison est finie, et que l'été est bel et bien là.

Suite de l'exposé.

2. Dans le lagon :

- les murènes étoilées : ces petites murènes sont inoffensives, elles n'ont d'ailleurs pas l'horrible sourire de leurs cousines plus grandes (murènes de Java, ...). Elles vivent dans les récifs, et vous les verrez se déplacer en journée, mais la plupart d'entre elles ne sortent que la nuit. Elles mangent de petits crustacés et des alevins. Quand vous en croiserez une, elle vous laissera poliment la priorité. Elles sont craintives, inutile de leur faire peur en cherchant à les approcher de près.
Il y a une autre sorte de murène dans le lagon, plus rare, et de couleur uniforme rougeâtre, mais de même calibre et tout aussi inoffensive.
Les grosses murènes (potentiellement dangereuses pour l'homme) se trouvent de l'autre côté du lagon, sur la pente externe de la barrière récifale, et elles ne rentrent pas dans le lagon (en tout cas, pas la journée).

- les balistes Picasso : ces petits poissons sont placides la majeure partie de l'année, sauf en période de reproduction (fin octobre à fin-février). Là, les couples font des rondes autour du nid, qui est dans le sable, et si vous vous attardez trop près, ils vous chargeront une première fois sans mordre. Si vous ne déguerpissez pas, ils vous chargeront et essayeront de vous mordre.
Ils ont de grosses dents de devant, car ils se nourrissent de petits crustacés, et leur morsure vous fera généralement l'effet d'un pincement, il est rare que ça aille jusqu'au sang. J'ai été mordu une fois à un orteil, aucun souci.
A la fin de la saison de reproduction, vous verrez des tas de petits Picasso se poursuivre l'un l'autre.
Lorsqu'ils sont énervés ou en danger, leurs bandes jaunes et bleues ont tendance à s'effacer quelque peu, on dit qu'ils "pâlissent". En début de saison, cette particularité vous aidera à discerner ceux qui ont déjà pondu (et vous attaqueront donc) de ceux qui sont encore pacifiques.
Vous pourrez voir également, de temps en temps, un cousin plus gros du baliste Picasso, le baliste Titan. Il est plus allongé, et surtout il a des dents beaucoup plus grosses. Heureusement, il ne pond que sur la pente externe, et lorsque vous le croiserez dans le lagon (en hiver surtout), il s'agira généralement d'adolescents qui cherchent leurs repères naturels.

- les "sergent-majors" : ce sont des petits poissons bleus avec un gros point noir sur le flanc. Quand vous êtes en masque-tuba, vous les verrez de près, car ils nagent près de votre tête, devant vous, et en se retournant sans cesse avec un regard inquisiteur. Ils ne font aucun mal.

- les carangues argentées : ce sont les plus gros poissons que j'aie rencontrés dans le lagon de Saint Pierre. Ils sont très rapides et ne se gênent pas pour vous frôler ou passer juste devant vous en éclair. Ils semblent n'avoir aucune crainte de l'homme, mais sont parfaitement inoffensifs. Les plus gros que j'aie vus devaient faire dans les 70-80 cm.
A la fin de la saison de reproduction, vous verrez de nombreuses petites carangues argentées, certaines auront vis-à-vis de vous un comportement de poisson-pilote, se retournant vers vous dans l'espoir d'avoir quelques miettes d'un poisson que vous aurez dévoré.
Les poisson-pilotes font d'ailleurs partie de la grande famille des carangues.

- les "grondins volants" : à première vue, ils font peur. Leurs nageoires pectorales sont grandes et étendues comme les ailes d'un papillon, mais hérissées de pointes. Ils ont également une aiguille sur le haut de la tête. Mais il ne s'agit pas de poisson-pierres, ils sont parfaitement inoffensifs et ont peur de vous. Ils sont de couleur marron clair avec quelques motifs verdâtres, et évoluent généralement près du fond. On dirait parfois qu'ils marchent sur le sable, sur leurs petites nageoires pelviennes.

- les poisson-pierres : je n'en ai jamais vu autrement qu'en photo, quoique ...
Ils ont la réputation de se confondre avec un environnement rocheux, restent parfaitement immobiles jusqu'à ce qu'un malheureux poisson vienne devant eux. Alors, ils ouvrent leur grande gueule et aspirent littéralement le poisson en une fraction de seconde.
Ils disposent d'un dard sur le dos, qui ne se lève que s'ils se sentent menacés. Quand vous posez le pied sur eux, vous serez donc piqués et d'après les témoignages que j'ai eus, vous connaîtrez le véritable sens du mot "douleur", pendant plusieurs jours.
Quand ça arrive, direction les urgences sans hésiter.
Sachez le dard transperce même des semelles, le mieux reste donc de ne JAMAIS poser le pied sur ce qui peut être un rocher ou un bloc corallien (ne serait-ce que par respect pour le corail).

- le "zourite" : c'est une pieuvre dont le corps a la taille de votre pied, avec des tentacules un peu moins longues que votre bras.
Elle est plutôt rougeâtre. Elle se cache dans les récifs et les rochers, et a peur de l'homme. Elle est chassée par des gens qui marchent sur la barrière récifale à marée basse, on la cuisine en civet et parfois en massalé.
Vous verrez également des petites seiches nager par groupes de 3-4, qui ne se laisseront pas approcher.

On trouve également différentes espèces de petits mérous (gâteau de cire, ananas, ...) qu'on reconnaît à la forme de leur mâchoire inférieure et à leur air mal réveillé.
Il y a aussi les beaux poisson-perroquets, de couleur bleu turquoise, également les "poisson-trompettes" en forme de clarinette, de différentes couleurs (jaune, violet, ...).
Vous verrez encore des bancs d'aiguillats, petits poissons fins et élancés avec des mâchoires pointues. Laissez-leur la priorité, c'est plus prudent.

En gros, dans le lagon (en tout cas celui de Saint Pierre), le seul danger est le poisson-pierre, c'est pourquoi il est fortement déconseillé de poser ses pieds sur des amas rocheux ou coralliens. Et c'est tant mieux pour la santé des récifs.
Car chaque année, il est de plus en plus dégradé, que ce soit par les rejets d'eaux de pluie chargés de résidus d'engrais, par les fortes houles, par les indélicatesses humaines, ou par les crèmes solaires et autres produits sur notre peau.

Quant aux requins, il suffit de ne JAMAIS aller dans la mer hors d'un lagon FERMÉ.
A la limite entre la plage de l'Hermitage et celle de la Saline, il y a une passe peu profonde qui a pu permettre à de petits requins de pénétrer dans le lagon. Ca arrive rarement et ça donne lieu à des alertes. Généralement les requins sont poursuivis par les MNS, et ils finissent par sortir du lagon (par la passe) avant d'être approchés.
Au lagon de l'Etang-Salé, par contre, il peut y avoir un peu plus de danger (bien qu'il n'y ait encore jamais eu d'attaque), car les bateaux de pêche ont percé une passe à travers la barrière récifale pour sortir du port, et des requins adultes ont plusieurs fois été signalés à l'intérieur même du lagon (en général au lever du jour).

Vous verrez parfois des gens assis dans l'eau, au bord du rivage, dans des endroits pas abrités par les récifs. A la baie de Saint Paul par exemple, ou à la pointe du Diable (Saint Pierre). Sachez que ces gens ne se mettent dans l'eau que pour se rafraîchir, ce n'est pas une invitation à nager.
Un chien a été happé par un requin en baie de Saint Paul, alors qu'il n'était qu'à quelques mètres du rivage, sous les yeux de son maître.

Le fond est en chute libre, quand il n'y a pas de lagon. Vous avancez pas à pas, vous avez de l'eau jusqu'à mi-cuisses, et tout à coup vous vous enfoncez sous l'eau parce que le sable se dérobe sous vos pieds. Vous sentez d'ailleurs que l'eau devient subitement plus froide.
J'en ai fait l'expérience personnellement, à la pointe du Diable, ça calme.
Et les requin-bouledogues (et tigres), malgré leur taille, n'hésitent pas à nager dans des eaux peu profondes, pourvu qu'ils y trouvent leur compte.
Il y a également des risques dans les étangs du Gol et de Saint Paul. S'il y avait des rivières, le risque serait également grand, car les requin-bouledogues ont la particularité de supporter l'eau douce.
Ils fréquentent également les sorties de ravine lorsque celles-ci sont inondées par les pluies cycloniques (divers rejets organiques attirent les petits poissons, qui attirent les moyens, qui attirent les gros ...), ainsi que les ports (rejet de viscères par certains pêcheurs).

Suite et fin :

3. Dans les airs :

- les moustiques : il y a de nombreuses espèces différentes de moustiques, la plupart du temps il n'y a rien à craindre, mais en ce moment il y a une épidémie de dengue véhiculée par certains moustiques.
Les cas sont somme toute assez rares, proportionnellement parlant, et compte-tenu du fait que les moustiques sont très nombreux à la Réunion. Certaines régions sont plus atteintes que d'autres, allez savoir pourquoi.
Le chikungunya avait fait plus de ravages, en son temps.
Evitez les eaux stagnantes (gouttières, objets creux divers, etc ...) pour ne pas sédentariser les moustiques près de chez vous.

- les chauve-souris : de petite taille, on en voit encore dans les espaces verts, en début de soirée. Elles chassent les moustiques et autres insectes volants. Le nom "Manapany" vient du Malgache, et signifie "il y a des chauve-souris".

- les guèpes : elles sont entièrement jaunes, et ont une vie semblable à celle des abeilles. Elles mangent des fruits, entre autres. Leurs nids sont recherchés, car on peut manger leurs larves en carri. On s'inquiète de leur disparition, car il semble qu'elles participent à la fécondation des arbres fruitiers.

- les "mouche-charbon" : ce sont des bourdons entièrement noirs, avec des reflets bleus (comme du charbon). Ils butinent et font une sorte de miel, dont ils se nourrissent eux et leurs petits. Ils s'établissent par clans dans des poutres, des planches, ...
Très territoriaux, ils se livrent régulièrement à des guerres meurtrières entre clans, et c'est pourquoi ils sont dangereux pour l'homme. Si vous faites mine de vous approcher de leur territoire, ils viendront à votre rencontre, mais normalement ils ne vous piqueront pas à moins que vous n'ayez vraiment l'intention de porter atteinte à leur nid.
Le problème est que les gens ont parfois la mauvaise idée d'essayer de les frapper, dans ce cas ils n'hésitent plus à vous piquer.
Une piqure est seulement douloureuse, mais de nombreuses piqures à la fois peuvent être réellement dangereuses.

Aucun oiseau dangereux pour l'homme, le seul rapace est le papangue, de la taille d'un épervier, qui vit plutôt sur les parois des montagnes.

4. Conclusion :

Sur terre, aucun danger réel de la part des bêtes sauvages, si ce n'est les mouche-charbons quand on a la mauvaise idée de menacer leur colonie.
Le réel danger est dans l'océan, en dehors du lagon. Les poisson-pierres ne sont dangereux que lorsqu'on les piétine.

Vous verrez des plages de sable blanc, et des plages de sable noir (la majorité).
Le sable blanc provient de la décomposition des blocs de corail échoués sur le rivage, tandis que le sable noir est de nature volcanique (provient de l'érosion de la roche volcanique par l'air et l'eau).
Les plages de sable blanc ne se trouvent donc que sur les rivages bordés par des récifs coralliens.

Je n'ai pas parlé des scorpions car je n'en ai vu qu'un seul en 15 ans, à Saint Leu sur un chantier de construction. Je crois qu'ils préfèrent les climats secs, un "expat" de l'Ouest sera donc plus en mesure de vous renseigner sur ce sujet.

Merci Gergo,
Bon, c'est quoi ta formation?
Est il indiscret de te demander ce que tu fais dans la vie...
Bref, bravo et merci c'est vraiment précieux.
Bien cordialement.
Robert

Bonjour

Sur Petite Ile Scorpion et Scolopendre

Le scolopendre impressionnant bien 2 centimètres de large sur 1 de hauteur
Avec 2 énormes crochets à la tête
Ici ils appellent ça le 100 pattes

Scorpion de la taille d'une demi main tout de même. J'habitais à hauteur de Ravine du pont entouré de champs de canne.

Sur Ravine des cabris j'étais envahi par Bebete L'argent qui ne faut surtout pas tuer car soit disant ça porte bonheur mais surtout car ça sent mauvais

Bonjour,

scolopendres et scorpions régulièrement sur ma terrasse (saint leu) mais pas trop quand même, je dirais que j'en vois 5/6 par an ;) je rajouterais les "fourmis de feu" minuscules et qui font très mal, j'en ai beaucoup dans mon jardin.
Moi ce dont j'ai peur ce sont les chiens errants ou pas qui attaquent les 2 roues, les joggers et les promeneurs :(

Laurence

Salut à tous,

On sait donc maintenant que les scorpions peuvent se trouver dans des zones humides également.
Savez-vous s'ils sont dangereux pour l'homme, et à quel degré ?

Je ne connais pas du tout la "bébète l'argent", une description du fauve ?

J'avais oublié les "100 pieds", il paraît que leur morsure est douloureuse. Les Créoles les redoutent particulièrement.

Il y a également pas mal de rats, venus ici avec les navires il y a plusieurs siècles. Les chiens et chats errants s'occupent de leur cas, les gens les empoisonnent car ils craignent de contracter la leptospirose, mais les rats sont intelligents (les parents envoient leurs jeunes en éclaireurs).
Les nombreux dépôts sauvages leur servent d'habitat.

Les coupeurs de canne se font martyriser par les fourmis, qui défendent farouchement leur garde-manger.

Il paraît qu'on peut trouver des raies dans le lagon de la Saline, qui est le plus grand et le plus profond de l'île.
A Saint Pierre je n'en ai jamais entendu parler, par contre il m'est arrivé de voir des soles sur le sable, tout près du rivage.

Bonjour

Le scolopendre ça ne mord pas, par contre c'est 2 énormes crochets et la douleur est encore plus douloureuse que le scorpion

https://i15.servimg.com/u/f15/19/67/77/27/tzote_10.jpg

Voici le specimen que j'avais sur Petite ile :

https://i15.servimg.com/u/f15/19/67/77/27/scolop10.jpg

La bebête l'argent, ressemble à un gros bourdon mais il y a du blanc. Et y a une carapace.
On les voit généralement pour Noel et Nouvel an. Ils sont attirés par la lumière.

https://i15.servimg.com/u/f15/19/67/77/27/32465310.jpg

Je suis d'accord avec toi Laurence, ces petites bébêtes me font moins peur que les chiens errants.
Pourtant j'ai eu ma propre association, j'ai fait beaucoup de bénévolat mais franchement …. quand tu te fais charger par des meutes de 10 voir 15 chiens et qui s'en prennent à ton petit garçon car plus faible ….
c'est là que tu vois la dangerosité de la situation.
Quand je quitte le centre nautique le soir après les entrainements de mon fils. C'est hyper dangereux la nuit. ils se cachent dans les fourrés pour nous attaqués.

On a essayé de les nourrir, de les caresser ! rien n'y fait. On leur donne de l'eau. Les ouvriers leur donne les restes des repas mais malgré tout ça ils restent hyper agressif.

Même les enfants leurs donnent leur gouter ….

C'est triste une situation aussi catastrophique.

Merci Kreen  :top:

Je comprends maintenant pourquoi les Créoles redoutent autant les "100 pieds".

Je vois maintenant ce qu'est une "bébète l'argent", j'en ai (plutôt rarement) parfois sur mon balcon, mais la plupart du temps ils finissent sur le dos et n'arrivent pas à se redresser, ce qui fait les bonnes affaires des fourmis.
A mon avis elles doivent faire partie de la famille des punaises, ce qui expliquerait l'odeur.

Concernant les raies qu'il peut y avoir dans le lagon de l'Hermitage (ou de la Saline), il faut savoir qu'elles ne sont pas agressives, mais peuvent être dangereuses si on stagne trop près au-dessus d'elles (elles sont généralement à moitié enfouies dans le sable).
Leur queue est armée d'un dard, et elles peuvent relever très rapidement la queue pour vous transpercer le bide par exemple.

Les chiens errants se font souvent caillasser par les enfants, ça peut expliquer leur animosité à leur encontre.
Quand les chiens sont en meute, bien souvent c'est parce qu'ils accompagnent une femelle en chaleur. Les mâles se battent entre eux, et je pense que certains mâles s'attaquent à des vaches ou des cerfs d'élevage sans les manger parce que leur but est avant tout de montrer leurs qualité de survie à la femelle (afin d'être choisie par elle pour se reproduire).

Quand c'est le cas (femelle en chaleur), la meute est constituée de chiens très différents entre eux. Une fois les chaleurs terminées, la "meute" se dissout.
Quand il s'agit d'un clan familial, les chiens se ressemblent plutôt, car seule la femelle dominante a le droit de se reproduire. Ces clans-là ne comptent pas beaucoup d'individus, car la fourrière est active.

Je préfère ne pas m'attarder sur le sujet des chiens (et chats) errants, car c'est un sujet douloureux.
Je préfère toujours voir un chien errant, surtout s'il est intégré à un groupe de congénères, que de voir un chien en cage ou attaché à un arbre 24 h/24, comme système d'alarme "traditionnel".

Bonsoir

Je parlais précédemment du lagon d'Etang Salé, qui n'est pas sûr sur le plan du risque requin, du fait qu'une passe a été creusée dans la barrière récifale pour laisser sortir les bateaux de pêche.
Je disais que les observations de requins (bouledogue) adultes n'étaient pas rares.

Ce matin même, un juvénile a été vu (de près) par des pêcheurs, il ne mesurait que dans les 70-100 cm de long, mais ça peut déjà être dangereux pour un enfant :
https://www.clicanoo.re/Faits-Divers/Ar … gue_593049

Il est évident que par les passent les requins de petites tailles peuvent passer.

C'est d'ailleurs par la passe de l'ermitage que le bébé requin était passé pour atterir dans le lagon en décembre dernier.

Des requins il y en a toujours eu, sauf que d'antan le requin était pêché pour être consommé !

Bien évidemment avec toutes les chartes actuellement ce n'est plus le cas .... d'où leur prolifération !

Je rappelle tout de même que sur ces 15 dernières années, 1 seul spécimen était porteur de la ciguatera......

Le virus de la ciguatera existe aussi aux Antilles là où les requins sont autorisés à être pêchés. Allez comprendre.... Dans tous les cas, tous ces commentaires sont très instructifs pour les nouveaux arrivants.

Salut

On ne pourra jamais bien comprendre le problème si l'on parle de "requins" sans préciser l'espèce.
La ciguatera, ça concerne les requins (et autres poissons moins gros) vivant dans les récifs, car c'est là que se développe la bactérie. Celle-ci est présente dans les algues, elle est ingérée par les petits poissons brouteurs, qui sont mangés par d'autres poissons plus gros, et en fin de chaîne ce sont les requins de récifs (les plus gros poissons de récifs avec le mérou patate et les grosses espèces de carangues) qui accumulent les plus forts taux de ciguatéra.

L'interdiction de pêche ne concerne que les requin-bouledogues, et peut-être les tigres également.
Les requins bleus et océaniques, par exemple, ne sont pas interdits à la consommation, puisqu'ils vivent au large. En même temps, il est vrai qu'ici il n'y a pas de plateau continental, ça descend vers le fond dès à partir du rivage, le large n'est donc pas très éloigné du rivage.

Une autre cause de la prolifération des requin-bouledogues, c'est la disparition des requins à pointes blanches de récif (les grands).
Mais surtout, ils ont x raisons d'être sédentarisés à la côte, à cause de divers rejets, et ils ont une excellente mémoire et un sens de l'orientation.

Dans certains coins de l'île, il est vrai qu'on avait l'habitude de proposer des recettes de carri requin, mais là encore qui peut dire de quelles espèces de requin il s'agissait ?

La "crise requin" est complexe, mais il y avait déjà des attaques avant l'interdiction de pêche, donc quoi qu'il en soit, ne JAMAIS aller dans l'eau hors d'un lagon suffisamment fermé. Et se tenir au courant de l'actualité, des observations de requins dans les lagons de l'Etang-Salé, de l'Hermitage, et même de Saint Leu.
A Saint Pierre, quand on connaît le lagon, on a du mal à imaginer par où un requin adulte pourrait passer, à part par dessus la barrière.

Concernant les bouledogues, il faut dire aussi que un de leur plus grand prédateur est…………….. le tigre… Beaucoup plus gros, mais "prélevé" également. Donc tout cela est très complexe….

Salut  :cool:

On a réintroduit le requin pointes blanches de récif (le grand) dans le coin de Saint Gilles il me semble, en espérant qu'ils ne seront pas de nouveau exterminés.
Eux aussi bouffent les jeunes bouledogues, et normalement éloignent les adultes, étant réputés très territoriaux. Mais ce même comportement territorial posera problème aux chasseurs sous-marins.

Je pense qu'on mise davantage sur les drum-lines pour éliminer systématiquement tout requin dangereux qui s'aventurera dans les eaux fréquentées par les "usagers de la mer", en partant du principe qu'il croquera les appâts en priorité par rapport aux usagers.

J'oubliais un détail d'importance : le risque ciguatéra a entraîné l'interdiction de mise à la consommation des requins concernés, pas l'interdiction de les pêcher.
Il me semble bien qu'en tant que pêcheur, vous pouvez très bien attraper un requin bouledogue et le manger en famille.
Les bouledogues et les tigres ne sont pas des espèces protégées, à ma connaissance (le requin blanc l'est).

A vérifier à l'occasion.

bonjour Gergovie merci pour ce bel exposé . le 100 pattes doit correspondre au 100 pieds de la polynésie ?
je regarde le forum expat car j 'aimerai faire un séjour de 15 jours ou plus sur l'île et ces infos peuvent servir entres autres.
bonne journée.
Claude

Bonjour Rollande

Content d'avoir pu vous renseigner sur les bêtes à la Réunion, ça vous sera en effet sans doute utile si vous venez visiter l'île.
"100 pattes", c'est nous Français qui avons tendance à le dire, en référence au mille-pattes. Les Réunionnais eux disent "100 pieds". Je ne connais pas le 100 pieds de Polynésie, celui de la Réunion est un scolopendre. Kreen en a donné une bonne description (post #8), avec photos d'identité en prime  :proud
Bien à vous

Tant que je suis là, j'en profite pour compléter le tableau. J'ai oublié de parler des coraux, qui sont des êtres vivants.
La première fois qu'on s'écorche sur un récif corallien, on peut développer de l'urticaire. Une fois rentré à la case, on se gratte à s'arracher la peau pendant une bonne semaine. Pour ne pas se dépecer, on va chez le médecin qui nous prescrit une pommade pour résorber l'allergie, ainsi que des pastilles à sucer qui font disparaître l'envie de se gratter.
Mais pendant ce temps, on n'a plus guère envie de retourner dans le lagon.
Avec le temps, le corps s'habitue et si on va dans le lagon relativement régulièrement, on n'a plus à craindre de réaction allergique quand on s'écorche sur le corail.

Le mieux est donc d'éviter à tout prix de se frotter aux récifs quand on vient sur l'île pour une durée limitée et qu'on aime nager.
On se fracasse dans les récifs quand on nage la tête hors de l'eau, en particulier si on nage sur le dos. La majorité des récifs se trouve sur la barrière, loin du rivage, mais il y a parfois de minces franges qui s'étendent jusque très près du rivage, ainsi que des amas coralliens isolés.
Le mieux dans le lagon est de toute façon l'exploration en masque-tuba ou simplement en lunettes de natation, car il y a de magnifiques choses à voir sous l'eau.

Quand la marée est haute, on peut éventuellement nager au-dessus des récifs sans les toucher. Mais une multitude de Grégoires, Demoiselles, et autres, viendront vous titiller le corps avec leur bouche, pour vous faire comprendre que vous n'êtes pas le bienvenu sur leurs terres.
Ce sont de petits poissons pas plus larges qu'une paume de main, et qui se nourrissent de produits situés dans les récifs (algues, corail lui-même, ...).
Il n'y a aucun danger avec eux, mais ça fait bizarre de sentir des tas de petits poissons frétiller contre vous  :nothappy:

bonjour Gergovie,
merci pour ce complément d'info.
pour ce qui est du 100 pieds en polynésie il est noir avec un corps un peu trapu genre scorpion sans queue recourbée.il faut dire que je n'ai pas pu bien l'observer car il était sur le lit,heureusement j'avais plié le fai fai en deux et il n'a pas pu venir sur moi . j'ai filé dans la cuisine d'après ma colocataire j'ai eu de la chance car c'est assez douloureux.
pas facile de trouver à se loger sur l 'île .quand je pars aussi loin c'est pour 3 à 5 semaines j'aime bien visiter marcher et profiter des marchés et petits restos locaux sympas.
avec french bee c'est abordable. je l'ai pris pour Tahiti et c'était très bien.
je vais chercher, pour cette année trop tard.....mais si vous avez des endroits à me conseiller je suis preneuse .
bonne journée.
cordialement

Bonjour Rollande  :cool:

Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il y a beaucoup de choses à voir et à faire à la Réunion, pour un touriste. L'île est virtuellement coupée en deux, car au centre il y a les cirques. Beaucoup de touristes prennent différentes locations dans le même séjour, mais si vous ne deviez en prendre qu'une, je vous conseillerais de chercher sur la commune du Tampon, qui au niveau des routes vous permet d'aller partout sans être trop loin. Pratiquement toutes les communes regorgent de centres d'intérêts touristiques.

Personnellement, je vous déconseillerais la période de janvier à mars, car c'est la période cyclonique, en plus il fait très chaud à cette époque. Mai me semble être un bon mois, c'est plus calme à cette période de l'année question fréquentation, et le climat est (normalement) agréable.

Pour la gastronomie réunionnaise de base, vous aurez le choix, les restaus chinois pourraient vous suffire (ils font généralement de la cuisine réunionnaise). Mais pour des spécialités locales, il faudra s'orienter vers des adresses précises qui vous seront fournies par tout bon guide touristique qui se respecte (le Routard, le Petit futé, ...).

bonjour Gergovie ,
encore merci pour ces infos je vais chercher 1 location au Tampon pour la période indiquée.
bonne journée.
cordialement.

re,
je pense qu'il a des transports en commun.

Merci pour ce post.
Des réponses qui me seront d'une grande aide.
😀😊😀

Oui Rollande, il y a les cars jaunes, qui permettent d'aller à peu près partout dans l'île.
Toutes les infos pratiques dans ce lien :
http://www.carjaune.cityway.fr/fr/fiches-lignes/1001

Il y a une ligne qui relie Saint Pierre et Saint Benoît en passant par les plaines, donc par le Tampon. Elle vous permet de passer de la côte Ouest de l'île à la côte Est.
Pour ce qui est de la ligne Sud (Saint Pierre - Saint Benoît en passant par le Grand brûlé, c'est à dire par l'endroit où le volcan crache dans l'océan), elle vous permettra de découvrir tout le Sud sauvage ainsi que Sainte Rose et Sainte Anne, hauts lieux touristiques.

Saint Paul, 1ère capitale de l'île, est également très chargée d'histoire et d'endroits pittoresques. Vous ne pourrez partir sans avoir visité l'aquarium de Saint Gilles, qui présente la faune marine réunionnaise.
Le centre-ville de Saint Denis aussi est à visiter.
Tout ceci vous le ferez en descendant du Tampon à Saint Pierre avec la ligne Saint Benoît-Saint Pierre par les plaines, puis prendrez une correspondance avec la ligne Saint Pierre-Saint Denis.

Pour aller visiter le Nord-Est (Saint André etc ...), il vous suffira de descendre à Saint Benoît en prenant la ligne Saint Pierre-Saint Benoît par les plaines, puis une correspondance avec la ligne Saint Benoît-Saint Denis.

Pour aller dans le cirque de Cilaos, il vous faudra aller à Saint Louis, comme d'habitude en faisant une correspondance à Saint Pierre. Une fois arrivée à la gare routière de Saint Louis, il vous faudra changer de réseau de bus, ça sera un bus Alternéo, ligne 60 à destination de Cilaos-ville :
https://transport-en-commun.coreunion97 … union-974/

Pour Salazie, je ne sais pas comment on fait pour y aller en bus.
Pour Mafate, laissez tomber, on ne peut y aller qu'en hélicoptère ou au prix d'une longue marche de forçat.
Pour le volcan, vous serez à côté, mais les bus s'arrêtent à Bourg Murat, où vous pourrez visiter la Maison du volcan.
Il vaudra donc mieux louer une voiture pour aller jusqu'au Pas de Bellecombe et voir le "désert" de la Plaine des sables d'en haut.

D'une manière générale, il vaut mieux visiter les endroits très hauts perchés tôt le matin, car à partir de 11h00 les nuages envahissent les lieux et il pleut souvent. La Réunion appartient à ceux qui se lèvent tôt.
Vous ne verrez peut-être pas tout ce qu'il y a à voir en n'utilisant que les bus, mais vous pourrez voir déjà énormément de choses.
Le problème principal avec les bus, c'est surtout qu'ils ne roulent plus guère à partir de 18h00. Evitez de louper le dernier bus  :nothappy:

bonjour Gergovie,
super toutes ces infos et encore merci.et ça tombe bien car je suis une lève tôt .
je vais bien chercher pour un logement car j'ai vraiment envie d 'aller à La Réunion.
bonne journée.
cordialement.
Claude

Je viens de me souvenir de 2 bêtes marines que je n'ai pas évoquées jusqu'à présent.

En 1er lieu, l'holothurie, appelée communément "concombre de mer". Ca ressemble à une grosse crotte humaine couleur marron foncé déposée sur le fond sableux, mais non, c'est un être vivant qui se déplace encore plus lentement qu'un escargot.
Une fois, j'ai vu 2 balistes Titan en train d'en picorer un, je pense qu'il devait être déjà mort.

Puis, le congre. Les Réunionnais appellent les petites murènes du lagon "congre", mais c'est faux. Les congres sont de forme allongée, certes, mais ils vivent enfouis dans le sable, et parfois on peut les voir sortir leur tête et le haut du corps. Tandis que les murènes, petites et grandes, logent dans les récifs coralliens quand elles ne sont pas en chasse.
Leur tête est également très différente. Les grandes murènes ont un sourire diabolique, limite grand-mère Kalle, les petites murènes (étoilées) ont en revanche un visage empli de douceur, comme si elles sortaient d'un dessin animé pour petits enfants.
Les congres, eux, ont une tête de poisson classique. En fait, ils sont un peu comme des anguilles.

Il arrive de temps en temps qu'on trouve une bête morte dans le lagon, qu'on s'empresse de définir comme un serpent de mer, et qui donne lieu à un article dans le journal.
Mais c'est faux. Cette bête, qui a des bandes noires et blanches, est plutôt de la famille des anguilles. On en voit (assez rarement) au niveau de la barrière récifale, je pense qu'elles vivent plutôt sur la pente externe de la barrière.
Mais il est vrai qu'il existe des serpents marins (par exemple dans le Nord-Est de l'Australie) à bandes blanches et noires, d'où la confusion.

Les serpents marins sont avant tout des serpents, c'est à dire qu'ils ne respirent pas sous l'eau, ils ne font que retenir leur respiration quand ils plongent pour attraper une proie, ou nager en surface.
Ils ne passent pas tout leur temps en mer, ils vivent également sur terre, près des cours d'eau et des rivages.
Autrement dit, s'il y avait des serpents marins sur les côtes réunionnaises, il y aurait également ces mêmes serpents sur le littoral, or nous savons tous que les seuls serpents réunionnais sont les "couleuvres" (en réalité des orvets).

En France, les couleuvres (les vraies) plongent elles aussi dans les étangs pour attraper des poissons ou autres proies.

Bonjour,
Depuis hier il y a une nouvelle bête sur le caillou mais elle n'est pas sauvage. J'ai pris mes quartier chez l'habitant et je suis ravi. J'ai ma carte de bus (gratuit vu que j'ai fini ma puberté il y a environ 55 ans) et j'ai rendez-vous dans quelques jours avec la responsable de projets de l'association que je rejoint (en tant que bénévole). Je suit attentivement le forum et je réitère mes remerciements et félicitations à Gergovie pour sa disponibilité et la qualité de ses infos.
Bonne santé à tous (es) et à un de ces quatre.
Cordialement.
Robert

Bienvenue Berto  :cool:

Alors moussaillon, bien passé le voyage ? Pas trop de pirates ?
Avant de prendre tes fonctions, tu iras bien écumer le lagon de la Saline de long en large, non ?

Sûr, dès que j'aurai dégoté un(e) pote pour m'y emmener la première fois...
Pour l'instant je fais des aller-retour sur la ligne 11.
Je te donnerai mes impressions d'amoureux de la mer après y avoir goûté et comparé avec la méditerranée (oui, je sais, ici c'est un océan et ma mer natale est une baignoire) .
Bonne soirée à tous(es)
Cordialement
Robert

Salut Berto

Tes meilleurs potes seront justement les êtres du lagon, et ils t'appellent !

Par rapport à la somptueuse Méditerranée, c'est plutôt le lagon qui te paraîtra être une baignoire. En Eté, l'eau n'est guère agitée dans le lagon. En hiver, avec la houle australe, c'est un peu plus trépidant, mais rien à voir avec les vagues méditerranéennes.

Par contre, question poissons, il n'y a pas photo, les côtes méditerranéennes sont un désert à côté d'un lagon.
En Méditerranée, j'ai surtout vu (et bouffé, à l'occasion  :nothappy: ) des algues.

Et sinon, le climat à Saint Denis, ça donne quoi ?

Le climat? J'adore. J'aime la chaleur (comme beaucoup d'italo-provençaux). Je me suis fait saucer cet aprem par une délicieuse pluie autant inattendue que tropicale. Je vais certainement moins faire le malin quand les cyclones vont arriver...
Une chose m'a réellement réjoui : ici c'est la couleur (autant de nuances que possible) qui est la norme et moi qui fait tache. Ça change la donne...
Ceci dit il faut que je m'achète un chapeau de paille car ma peau de visage pale va morfler, surtout  la nuque!
A suivre...

Nouvelle discussion