Négocier son salaire lors d’une expatriation en Ukraine

Bonjour à tous,

De meilleures perspectives d'emploi en Ukraine peuvent certainement vous amener à vouloir vous y installer. Ceci dit, obtenir un contrat de travail qui s'accompagne d'un salaire adéquat et éventuellement de primes et autres avantages repose sur une bonne négociation.

Est-il courant de négocier son salaire et avantages en Ukraine ? Comment procéder (lors de l'embauche, sur une base mensuelle/annuelle...) ?

Que souhaiteriez-vous inclure dans votre contrat de travail en terme d'avantages ? Quels sont  ceux qui vous semblent nécessaires en Ukraine ?

Quels sont les impôts et taxes applicables sur le salaire pour un expatrié ?

Quelle est l'influence du taux de change si votre salaire est versé en devises étrangères ?

Quels sont les changements que vous auriez souhaité apporter lors de la négociation de votre contrat d’expat, en particulier concernant votre salaire et les avantages associés ?

Merci de partager votre expérience,

Bhavna

Bonjour,
Je pense que votre message s'adresse a des personnes voulant travailler dans des pays evolues ou les salaires sont decents.
Desole, clavier GB.
En Ukraine il n'est pas possible pour un emploi normal officiel d'obtenir un bon salaire pour nous europeens.
A Kiev, je crois que 500 euros/mois est un maximum si vous etes hyper qualifie.
Dans ma petite ville de Shpola, centre du pays, les salaires sont 3 fois moindres.
Exemple, l'Ingenieur en chef pour l'equivalent d'EDF, ne gagne que 200 euros/mois, et il gere une superficie grande comme un departement de France.
Donc, je ne comprends pas l'objet de votre discussion a propos de l'Ukraine.

Bonjour,

la question concerne peut-être les "expats" qui vont  travailler pour la filiale ukrainienne d'une multinationale
dans ce cas, il  doit y avoir bien des points à vérifier

Renault proposait par exemple 400 euros/mois pour travailler dans l'usine Dacia en Roumanie, soit plusieurs fois moins que les salaires en France.
Cela avait fait un scandale, surtout venant des syndicats.

Nouvelle discussion