Quand Angela Merkel comprend «la frustration» des Allemands de l'Est

La chancelière allemande se livre comme elle l'a rarement fait dans une longue interview accordée à Die Zeit. Elle y évoque des thèmes personnels, comme être une femme en politique et son passé est-allemand.



Elle parle généralement peu d'elle-même. Mais dans une longue interview parue dans Die Zeit , la chancelière Angela Merkel évoque pour une fois des thèmes personnels: être une femme en politique, son passé est-allemand, les deux à la fois. Près de trente ans après la Chute du mur et alors que l'Allemagne «n'est peut-être pas aussi réconciliée qu'on le pensait», comme elle le note, ses confidences ont une résonance très politique.

«Je ne trouve pas si surprenant qu'il y ait de la frustration en Allemagne de l'Est», dit-elle en expliquant pourquoi certains habitants des «nouveaux Länder» ont le sentiment d'être des citoyens de seconde zone. «Dans beaucoup de domaines, les Allemands de l'Est sont sous-représentés», observe-t-elle. Elle revient aussi sur la «césure» de 1989, qui s'est révélée parfois douloureuse individuellement. «Pour le dire autrement, certains, dans leur biographie personnelle, n'ont pas vécu cette rupture aussi positivement que moi», dit-elle en évoquant son parcours et son entrée en politique alors qu'elle avait 35 ans. «J'ai rapidement trouvé un nouveau travail, j'ai eu de nombreuses opportunités, mon horizon s'est élargi. Mais il y avait aussi beaucoup de personnes, souvent un peu plus vieilles que moi, pour qui cela n'a pas été possible», dit-elle en citant comme exemple les agriculteurs. En RDA, ils représentaient 11% de la population, mais «seulement 1,5% ou 2% ont pu continuer à travailler après la réunification». Cette expérience d'inutilité sociale «assombrit» le souvenir de l'après-réunification, admet-elle.
Malentendus et bouleversement démographique

À ce choc social s'est ajoutée une forme d'incompréhension, poursuit Angela Merkel. «La société en RDA était construite différemment qu'en Allemagne de l'Ouest et jusqu'à aujourd'hui encore, on le comprend trop peu», souligne-t-elle. Vue de RFA, l'Allemagne de l'Est n'était qu'un système politique totalitaire. «La politique posait des limites strictes aux individus, mais elle n'était pas non plus omniprésente. Il y avait des amitiés. Il y avait des espaces où l'on pouvait discuter, réfléchir, faire la nouba. Dans les récits, on ne raconte pas ces aspects-là de la vie», déplore-t-elle.

    « En RDA, il y avait peu de contacts avec d'autres cultures. »

    Angela Merkel.

Après la Chute du Mur, ces malentendus se sont combinés à un bouleversement démographique: les plus jeunes ont quitté l'ex-Allemagne de l'Est pour tenter leur chance à l'Ouest. Tous ces facteurs psychosociologiques expliquent en partie que l'extrême droite soit nettement plus forte en ex-RDA que dans le reste de l'Allemagne. La politique migratoire d'Angela Merkel en 2015 y a aussi été peu comprise: «En RDA, il y avait peu de contacts avec d'autres cultures», explique la chancelière. Pour analyser les tensions sociales, elle mentionne aussi le ressentiment né lors de la crise financière de 2008.

Dans trois Länder de l'Est, Brandebourg, Saxe et Thuringe, l'AfD pourrait arriver en tête des élections régionales prévues à l'été et l'automne. «Le défi politique est sans conteste grand», reconnaît Angela Merkel, en constatant l'espoir déçu d'un rattrapage rapide entre les deux Allemagne. «Les gens se demandent combien de temps cela va encore durer?», dit-elle. «C'est une mission prioritaire de la politique d'assurer les mêmes conditions de vie». Les confidences de la chancelière à Die Zeit n'étaient donc pas qu'un simple exercice personnel. En racontant l'Allemagne de l'Est et en se racontant elle-même, Angela Merkel espère retrouver la confiance perdue d'une partie de l'électorat.
http://www.lefigaro.fr/international/20 … -l-est.php
.
PS: bien sûr ,qu'il y a du ressentiment dans l'ex RDA ,beaucoup on perdu leurs travails , leurs valeurs , ont du partir á l'ouest , il y avais beaucoup "ingénieurs" , mais á l'ouest ,c'etais des simples techniciens car leurs diplômes ne correspondais pas au standart de l'ouest , je prend le cas des "ingénieurs en pharmacie " , diplômes qui exister plus depuis longtemps á l'ouest, á la réunification , on as dû le resortir des placards .   celas a fait des pharmaciens  de 2eme classe , car il etais entre le pharmaciens et le   préparateur (trice) ,  si il pouvais remplacer le pharmacien , il avait pas les prérogatives , ni le salaire .  il etais une sorte de "sous chef" , alors  qu'en RDA ,il etais le chefs . beaucoup de jeunes " ingénieur" ont dû  compléter leurs études . je me demande pourquoi , il y a encore un smic  ouest  et est allemand , des grilles de salaires ouest  et est allemande avec un écart de 25-30% en faveur de l'ouest  . par ex  un salariers est allemand qui gagne 3000€ , verras un collégue venant de l'ouest gagné 4000€ , pourquoi cette différence existe encore ?  jean luc  ;)

Nouvelle discussion