Actualisé il y a 10 mois

La situation fiscale d’Oman en fait rêver plus d’un ! En effet, le Sultanat fait partie des 10 pays du monde dans lequel le gouvernement ne prélève pas d’impôt sur le revenu aux particuliers. Vous trouverez plus d’informations dans cet article.

Les prélèvements sociaux à Oman

Tous les employés du secteur privé âgés de 15 à 59 ans doivent normalement contribuer au système de sécurité sociale à hauteur de 6,5 % de leur salaire chaque mois. L’employeur, pour sa part, y contribue à hauteur de 10,5 %. Il verse également 1% du salaire mensuel pour les maladies et blessures liées au milieu professionnel. Ces contributions servent à financer les retraites, les maladies professionnelles et les accidents du travail.

Cependant, les travailleurs étrangers (dont les expatriés), tout comme les travailleurs autonomes, les artisans et le personnel domestique ne sont pas couverts par la sécurité sociale. Si vous souhaitez mettre de l’argent de côté pour votre retraite en travaillant à Oman, vous devriez donc penser à utiliser un fonds de pension privé ou cotiser auprès d’un organisme de retraite de votre pays d’origine dédié aux expatriés. Par exemple, si vous êtes Français, vous pouvez cotiser à la Caisse des Français de l’Étranger (CFE).

 Bon à savoir :

Votre pays pourrait avoir passé une convention fiscale avec Oman, dans le but d’éviter la double imposition et l’évasion fiscale. C’est le cas, notamment, pour la France et le Canada. Renseignez-vous auprès de votre ambassade.

Les taxes pour les propriétaires immobiliers

Si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier à Oman, vous devrez vous acquitter, lors de l’acquisition du bien, d’une taxe qui correspond à 3 % du prix d’achat. Notez que si vous louez votre bien, vous devrez éventuellement payer la taxe sur le revenu des entreprises ainsi qu’une taxe municipale qui correspond à 3 % du revenu généré par la location du bien. Les hôtels et les restaurants doivent s’acquitter d’une taxe municipale de 5 % et d’une taxe de tourisme qui correspond à 4 % du montant de leurs factures.

L’impôt sur le revenu des entreprises

Toute personne, qu’elle soit omanaise ou d’une autre nationalité, qui possède une entreprise ou est propriétaire d’un bien immobilier à Oman doit s’acquitter d’une taxe sur les revenus d’entreprise. Depuis février 2017, le taux d’imposition est de 15 %. Certaines dépenses peuvent être déduites.

Les entreprises peuvent n’être imposées qu’à hauteur de 3 % si :

  • leur capital n’excède pas 50 000 R.O
  • leurs revenus n’excèdent pas 100 000 R.O
  • le nombre d’employés ne dépasse pas 15
  • leur activité ne concerne pas le transport aérien et maritime, ni l’extraction des ressources naturelles, ni les services bancaires, financiers et d’assurance, ni des concessions d’utilité publique.

La déclaration de revenus peut s’effectuer en ligne sur le site du secrétariat général des Impôts. L’année fiscale omanaise débute en janvier.

 Bon à savoir :

Il n’existe pas de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à Oman, mais, selon la Banque HSBC, le gouvernement omanais ainsi que d’autres pays du Golfe sont en train de travailler à l’implantation d’un tel système.

 Liens utiles :

Changements dans la loi sur l’impôt des entreprises (en anglais)
Portail officiel des taxes

Nous faisons de notre mieux pour que les informations fournies dans nos guides soient précises et à jour. Si vous avez toutefois relevé des inexactitudes dans cet article, n'hésitez pas à nous le signaler en laissant un commentaire ci-dessous et nous y apporterons les modifications nécessaires.