A propos du Guatemala


Probablement l'une des destinations d'expatriation les plus sous-estimées, le Guatemala est un pays culturellement riche et incroyablement beau. Bien que l'image du pays ait souffert de problèmes sécuritaires au cours des dernières années, le Guatemala reste globalement très accueillant envers les nouveaux arrivants.

Histoire du Guatemala

Le Guatemala est historiquement un territoire maya. Après avoir été colonisé par l'Espagne, le Guatemala a conquis son indépendance au 19ème siècle. Le pays fut alors affligé par des décennies de troubles politiques, une série de coups d'État militaires se heurtant à une opposition sous forme de guérilla, ce qui a dégénéré en guerre civile. Le Guatemala est finalement parvenu à rétablir la paix et s'est transformé en un régime démocratique à la fin du 20ème siècle, et s'est progressivement rétabli depuis lors. Depuis 1986, le Guatemala est une république démocratique souveraine constitutionnelle.

Géographie du Guatemala

Situé en Amérique centrale, le Guatemala partage des frontières avec le Mexique, le Belize, le Honduras, le Salvador et est bordé par le golfe du Honduras et l'océan Pacifique. Bien qu'assez petit, avec une superficie de 108 889 km2, le pays est géographiquement très varié : ses régions méridionales abritent une chaîne de 27 volcans, dont trois actifs, tandis que le nord est constitué d'une forêt tropicale dense et de savanes herbeuses. Le processus de déforestation à l’oeuvre a quelque peu appauvri la faune exubérante de la région, composée de mammifères, de reptiles et d'oiseaux, dont le chamarré quetzal, le symbole national. Situé sous les tropiques, le Guatemala connaît des températures constantes tout au long de l'année, allant d'environ 14°C dans les zones les plus élevées à 24°C au niveau de la mer.

En ce qui concerne les précipitations, le Guatemala connaît une saison sèche entre les mois de novembre et d'avril, mais est sujet à de fortes tempêtes tropicales venteuses provoquant des inondations en septembre et en octobre. La population du pays, d’environ 15 millions d'habitants, vit pour moitié dans les zones rurales, et pour moitié dans les grandes villes comme la capitale, Guatemala City, ou Quetzaltenango, cœur de la communauté indienne.

Économie du Guatemala

La diversité climatique du pays permet à un large éventail de cultures de s’y épanouir, et le Guatemala possède d'importantes richesses agricoles. Les marchandises tels que le café, le sucre et les bananes sont d’ailleurs des piliers du commerce extérieur du Guatemala.

Après avoir surmonté de graves difficultés économiques et monétaires dans les années 1980, le gouvernement s'est efforcé de relancer l'économie nationale et de stabiliser sa balance des paiements en encourageant la diversification des cultures, promouvant la culture de fleurs ou de pois gourmands destinés à l’exportation.

En ce qui concerne les activités industrielles, la fabrication textile, la transformation agro-alimentaire (et en particulier le traitement du sucre) et la production de boissons figurent au nombre des principaux secteurs. Des usines d’assemblage ont également été créées dans l’intention de tirer parti de la proximité du pays aux territoires américains et mexicains.

Le secteur des services prend rapidement de l'ampleur et effectue déjà la plus importante contribution au PIB du Guatemala. Le tourisme en particulier est un important moteur de croissance.

Culture du Guatemala

Le Guatemala abrite deux principaux groupes ethniques : ceux que l’on appelle les Ladinos, mêlant origines mayas et hispaniques, et les Indiens Maya indigènes.

L'espagnol est la langue officielle du Guatemala, mais des douzaines de langues mayas sont parlées et même utilisées dans des contextes administratifs et commerciaux. Alors que la plupart des Ladinos ne parlent pas maya, beaucoup de Mayas maîtrisent parfaitement l'espagnol.

Le catholicisme romain et le protestantisme dominent le pays, parfois mêlés à des croyances précolombiennes. Le Guatemala est marqué par des inégalités aiguës dans presque tous les domaines. Les ménages urbains et aisés vivent comme les New-Yorkais, en contraste flagrant avec les populations rurales autochtones qui ont conservé un style de vie traditionnel, presque pré-industriel. Quelles que soient leurs origines, les Guatémaltèques sont généralement des gens optimistes, positifs et joyeux, plus que disposés à accueillir et à intégrer les nouveaux arrivants.