Close

Stéphanie à Lausanne : « J'aime beaucoup le lien avec la nature »

Interview
Publié l'année dernière
Originaire de la campagne française, Stéphanie a vécu à Paris pendant des années. Elle s'est installée à Lausanne depuis 13 ans pour des raisons professionnelles. Pendant son temps libre, elle fait du sport avec son conjoint et danse le tango.
Mirabelle23

Mirabelle23

D'où viens-tu, Stéphanie, et que fais-tu actuellement ?

Je suis une pure Parisienne, née en plein centre de la ville, y ayant fait mes études. Mais d'origine, je viens de la campagne. Je suis une mixte. J'étais en cours de thèse quand mon laboratoire a déménagé en Suisse. Donc, j'ai du suivre. Cela fait maintenant 13 ans. Je suis chercheur en recherche biomédicale.

Qu'est-ce qui t'a attirée vers la Suisse ?

Sincèrement, je n'ai pas eu le choix. Mais les conditions de travail proposées y étaient extraordinaires avec des locaux, du matériel, des possibilités de collaboration et d'interaction impressionnantes par rapport au monde cloisonné et un peu nombriliste de la France. Pour être honnête, j'ai aussi un bon salaire, même si je suis dans le public. Ça fait plaisir d'avoir un salaire décent pour 10 ans d'études.

Quelles étaient les procédures à suivre pour qu'une citoyenne française puisse s'y expatrier ?

J'ai eu beaucoup de chance. L'EPFL s'occupait de tout. Le permis de séjour était fourni avec le poste. Pour le reste, il a fallu faire le déménagement avec le colisage pour pouvoir passer la douane, faire les démarches pour avoir le téléphone (il fallait 500 CHF de caution à cette époque), le natel (pas d'appels à l'étranger possibles pendant 3 mois), courir au contrôle des habitants. Mais l'administration suisse est efficace.

Comment s'est passée ton installation ?

Le plus difficile a été de trouver un logement. J'ai vécu chez les bonnes sœurs pendant trois mois avant d'obtenir un 2 pièces 1/2 en suppliant la gérance. J'ai eu un peu de mal avec l'atmosphère ambiante alors que je faisais tout pour m'intégrer : vocabulaire, histoire... J'avais tout appris.

Qu'est-ce qui t'as le plus surpris à ton arrivée au pays ?

Les gens étaient super polis, mais ils restent quand même assez distant. Je trouve toujours difficile de s'intégrer avec les Suisses. Mes collègues (Suisses) reconnaissent volontiers qu'ils sont froids.

Une idée reçue qui s'est avérée fausse ?

Ma patronne est Suissesse. Donc, j'étais déjà au contact et je n'ai eu aucun préjugé.

Quelles sont les particularités du marché du travail de Lausanne ? Est-il facile pour un expatrié d'y être embauché ?

Je ne suis pas très au fait du marché du travail à Lausanne vu qu'on est venu nous chercher à Paris. Mais il est évident qu'il faut préciser à tous les gens rêvant de vivre ici que le marché du travail n'est pas aussi libre que ce que l'on croit. Il y a une sérieuse préférence nationale et personne ne nous attend, particulièrement lorsque l'on est français. Donc, il vaut mieux avoir des compétences particulières, une niche.

Est-il difficile d'y trouver un logement, en général ? Quels sont les types de logements disponibles à Lausanne ?

Oh oui ! Une gérance m'a même dit qu'étant étrangère, célibataire (mon conjoint était resté en France car travaillant pour l'Éducation Nationale), sans enfant, je n'avais aucune chance de trouver un logement. Mais le fait d'être fonctionnaire (EPFL), avoir fait une jolie lettre de motivation expliquant ma situation, cela a décidé un propriétaire. Les petits logements (pas trop chers) sont surbookés. Quand j'ai voulu déménager, j'ai remis mon 2 pièces 1/2 avec 75 dossiers de candidature. J'ai visité des appartements de 3 pièces 1/2 en compagnie de 60 autres personnes. Les gros appartements sont très chers et souvent pris pour des colocations... Il est difficile de se loger à Lausanne.

Que penses-tu du mode de vie des Suisses ?

C'est un peu calme pour moi. Mais sinon, j'aime beaucoup le lien avec la nature.

As-tu eu des difficultés d'adaptation à ton nouvel environnement ?

Je partagerai deux anecdotes avec vous. Mon ancienne concierge fouillait mes poubelles pour vérifier que je recyclais correctement car en tant que Française, je devais être mal-éduquée. Elle s'est faite remettre en place vertement. Puis, lorsque je me garais, les gens regardaient si je ne le faisais pas à la touchette, en faisant des commentaires. Malheureusement pour eux, je n'ai donnée aucune eau à leur moulin.

A quoi ressemble ton quotidien à Lausanne ?

En jours de semaine : boulot et dodo. Le samedi : courses et ménage. Le dimanche : repos ou sorties.

Que fais-tu pendant ton temps libre ?

Lorsque mon conjoint est là, on fait du sport en extérieur (vélo, promenade via ferrent, ski, paddle...). Quand il n'est pas là, je fais du tango, je sors avec des connaissances ou OVS.

Qu'est-ce qui te plait le plus à Lausanne ?

Le lac et le Lavaux.

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport à la France ?

La liste est longue : la nourriture, ma famille, mes amis, certains de mes magasins et de l'animation le dimanche. Je trouve le dimanche affreux ici. Quand je rentre, je pars toujours à vide pour revenir complètement chargée. Le rugby aussi car ce n'est pas très développé ici.

Quel est ton avis sur le coût de la vie en Suisse ? Est-il difficile pour un expatrié d'y vivre ?

Tout est très cher. Le prix de la viande est exorbitante, les laitages sont étrangement chers (ils ont des vaches pourtant), les médicaments, la culture (livres, musique...). C'est terrible de voir qu'on paie facilement 50% de plus sur beaucoup de produits. Ça s'applique aussi aux Suisses.

Des conseils aux personnes qui souhaiteraient s'expatrier en Suisse ?

Avant de venir, surtout ne pas considérer le pays comme la terre promise. Rien n'est donné. Le pays n'est pas social et on n'est pas attendu. Quand je vois certains sujets de discussions qui traitent de déménagement parce qu'on en « a marre » de la France, ça me fait rire. On ne déménage pas en Suisse par frustration mais parce qu'on y a un vrai projet. Après l'installation, il faut se fondre dans la masse, ne jamais ramener sa fraise, s'adapter le plus vite possible aux traditions locales.

Tes projets d'avenir ?

A priori pour le moment, je reste dans mon poste. Si mon conjoint obtient une belle opportunité dans un pays qui est convenable pour moi, on y va.

5 Commentaires
Elodie_londoner
Elodie_londoner
l'année dernière

Interview très réaliste effectivement, merci Stéphanie et http://www.expat.com/ !

Répondre
LIDS
LIDS
l'année dernière

Je vous conseil l'excellent Temps Présent de jeudi passé, vous le trouverez en replay sur le site de la RTS, consacré aux frontaliers, il a le mérite de remettre (un peu) l'église au milieu du village comme ont dit chez nous... Pour ce qui est de gérer la vie au quotidien aux Émirats je vous rassure tout de suite y a pire comme expérience ( j' hésite entre les dimanches lausannois et 3 ans en Arabie Saoudite ),vivre sous le soleil toute l'année, profiter de la plage le week-end, vivre dans une belle villa mis à disposition gratuitement pour nous, scolarisé mes enfants dans de bonnes écoles internationales, ne pas se refuser un bon petit resto ect...C'est juste que malheureusement je ne vis pas à une centaine de km de chez moi et que comme tout à chacun qui vit une expatriation, le mal du pays peut de temps en temps se faire sentir.

Répondre
LIDS
LIDS
l'année dernière

Préférence nationale pas si sûre....mon mari a fait son doctorat à l epfl nous sommes suisses ( son nom est à consonance étrangère, le problème peut être :-( ) il roule sa bosse depuis 2007, enseigne, publie ect.... Et rien que dalle !!!!! Il n'a en 8 ans jamais eu un seul entretien et c'est pas faute de postuler et de chercher activement. Alors dans ces conditions permettez moi d'émettre quelques doutes à ce niveau là. Et moi je serai heureuse de retrouvez mon pays et les "terribles" dimanches lausannois....

Répondre
Mirabelle23
Mirabelle23
l'année dernière

Ce n'est pas moi qui édicte les lois... et la préférence nationale est dedans. Après, il suffit de lire un peu les différentes discussions des forums pour le voir mentionné partout. Suisses > permis C > permis B > nouveaux arrivants. Sauf si on a une compétence particulière. Après, tout dépend du secteur de votre mari. Et c'est sur qu'avec le temps, il est de plus en plus cher et les employeurs préfèrent prendre des petits jeunes moins onéreux. Mais je comprends que les UAE soient compliqués à gérer.

Répondre
Isaac8
Isaac8
l'année dernière

interview très réaliste, merci..

Répondre
Partagez votre expérience d'expatrié !

Si vous souhaitez participer aux interviews, contactez-nous.

Participer

Assurance santé expatrié

Conseils pour bien choisir votre assurance santé pour expatrié.

Déménagement international

Conseils pratiques pour bien préparer votre déménagement international

2 millions de membres !

Regarder plus tard