Close

La Norvège à travers l'objectif d'une Française

  • Une blonde en Norvege
    Anne-Sophie Drouet
  • Paysage norvegien
    Anne-Sophie Drouet
  • Au coeur de la Norvege
    Anne-Sophie Drouet
Interview
Publié il y a 3 semaines

Originaire des Ardennes, Anne-Sophie a vécu quelques années à Paris avant de s'envoler pour la Norvège. Cela fait trois ans qu'elle s'est installée aux alentours de Tønsberg avec son compagnon pour profiter de la vie dont elle a toujours rêvé. Dynamique et enthousiaste, elle revient sur son parcours, y compris un retour forcé évité de justesse, et se confie à Expat.com.

Anne-Sophie Drouet

Anne-Sophie Drouet

Je suis française, je suis originaire des Ardennes et j'ai vecu 10 ans à Paris. J'habite maintenant à côté de Tønsberg à Tolvsrød pour ouvrir une école de batterie avec mon ...

Bonjour Anne-Sophie, peux-tu te présenter brièvement et nous parler de ton parcours ?

J'ai 34 ans et je vis en Norvège depuis 3 ans. J'habite à Tønsberg à 1h15 au sud d'Oslo, le long du Fjord. J'adore cette ville. Je suis monteuse vidéo de formation et j'ai travaillé pendant plus de 11 ans pour de nombreuses productions parisiennes (M6, TF1…) Je suis venue en Norvège pour travailler en freelance en vidéo et photo. Mon copain a quant à lui ouvert une école de batterie.

Qu'est-ce qui t'a attirée vers Tønsberg ?

Je suis originaire des Ardennes mais j'ai vécu 10 ans à Paris avant de venir m'installer ici. Et justement, le but de notre départ de Paris était de vivre plus au calme et de profiter de la nature. On ne voulait pas aller à Oslo, mais on ne voulait pas être trop loin non plus. Par rapport au travail en photo et vidéo, c'est toujours mieux de ne pas être trop loin d'Oslo. Nous avons donc fait une étude de marché avant de déménager pour savoir ce qui pourrait fonctionner pour nous deux : pour la musique, la vidéo et nous convenir en terme de qualité de vie. Notre choix s'est naturellement porté sur Tønsberg. Je ne suis qu'à 1h15 d'Oslo en train ou en voiture. Tønsberg est une superbe ville dans laquelle je me sens bien. C'est la plus vieille ville de Norvège, culturellement et historiquement riche. Il se passe plein de choses ici. La taille de la ville, avec ses 45 000 habitants, est parfaite pour moi.

Quelles étaient les formalités à remplir pour que tu puisses t'installer en Norvège ?

En Norvège, on ne peut rester en visa tourisme que 3 mois. Si l'on a l'intention d'y faire un long séjour, les démarches sont à entamer avec un peu d'avance. La 1e étape est de se rendre au service immigration qui délivre l'autorisation de séjour de 3 mois ou plus, en se basant essentiellement sur vos revenus. Vous devez avoir suffisamment d'argent pour pouvoir y passer quelques mois au moins, le temps de vous intégrer et trouver un emploi. Une copie de votre relevé bancaire vous sera demandé.

Par la suite, vous devrez obtenir un numéro de résident qui vous servira de pièce d'identité. Il y a différentes façons d'obtenir ce numéro, mais j'en connais deux : soit on trouve un emploi et c'est l'employeur qui se charge de faire la demande soit on s'inscrit en indépendant, ce qui est l’équivalent de l'auto-entrepreneur, sauf que ça fonctionne comme une société à part entière. C'est ce que nous avons choisi de faire. On peut alors déposer (gratuitement) un nom de société avec des statuts rédigés résumant le contenu de nos activités. Lors de l'envoi du dossier, on peut préciser qu'on a déjà fait la demande du numéro de résident.

Vivre en Norvege
Anne-Sophie Drouet

Parles-nous de ce que tu aimes le plus et le moins en Norvège.

Sans hésitation, ce que j'aime le plus ici ce sont les gens. Les Norvégiens sont très ouverts, aidant et agréables. Quand j'ai commencé mon blog, Une Blonde en Norvège, le but 1er était de combattre les clichés. L'une des idées reçues à propos du pays c'est que les Norvégiens sont froids, ce qui est complètement faux. Au premier abord, les gens sont assez « timides ». Ils peuvent sembler froids s'il ne vous connaissent pas mais ils deviennent rapidement très chaleureux lorsque l'on se connaît mieux. Dès notre arrivée, nous avons rencontré des gens formidables qui nous ont bien aidés à nous intégrer. De fil en aiguille, nous avons fait plein de rencontres agréables. Aujourd'hui, nous sommes amis et ils nous invitent souvent à dîner ou à sortir.

J'aime aussi la nature incroyablement riche de ce pays. C'est beau toute l'année, même le long de l'autoroute : il y a de petits lacs avec les montagnes derrière. Ce que j'aime le moins, en revanche c'est que tout tourne autour de la famille et des enfants, même si je n'ai pas encore d'enfants. Les Norvégiens ont très peu d'activités personnelles comme ils consacrent tout leur temps libre à leurs enfants. Mais d'une manière générale, la Norvège est l'endroit idéal pour avoir une vie de famille.

Peux-tu nous décrire la Norvège en une phrase ?

C'est un pays d'une grande beauté où vivent des gens incroyables.

Qu'est-ce qui t'a le plus surpris à ton arrivée en Norvège ?

La curiosité des gens par rapport à notre parcours, à notre déménagement en Norvège. Le fait qu'on ait quitté Paris venir s'installer à Tønsberg surprend beaucoup de gens. Les Norvégiens aiment beaucoup la France et les Français. Nous avons souvent l'impression qu'ils auraient adoré vivre à Paris. La gentillesse des gens aussi ! Tous les gens que nous avons rencontrés durant notre installation, y compris la banquière pour ouvrir notre compte en banque, nous ont vraiment aidés.

nature en Norvege
Anne-Sophie Drouet

Est-il difficile de trouver un logement à Tønsberg ? Quels sont les types de logements disponibles pour les expatriés ?

Les propriétaires de la maison dans laquelle nous vivons ont été vraiment gentils avec nous. Nous avons visité un appartement à louer avant même d'obtenir notre fameux numéro de résident et d'ouvrir un compte en banque, ce qui fait généralement sourciller les propriétaires. Ces derniers nous ont acceptés avec plaisir et nous ont aidés à entamer les démarches relatives à l'électricité et avec tout le reste. Nous vivons donc au rez-de-chaussée d'une magnifique maison à 100 m de la plage.

A Oslo, on trouve des appartements et maisons classiques comme partout, mais ailleurs en Norvège il y a beaucoup de grandes maisons qui se partagent. Il est très commun de louer un étage de sa maison.

Qu'est-ce qui caractérise le marché du travail norvégien ? Est-il facile pour un expatrié d'y être embauché ?

Toutes les premières démarches sont possibles en anglais et les gens sont très ouverts. Cependant, lorsque l'on pousse l'intégration un peu plus loin, si l'on veux rester et trouver du travail, on se heurte à la barrière de la langue. Il est très très difficile de trouver un emploi en Norvège sans parler norvégien.

Quels sont les festivals les plus populaires et les principaux codes culturels en Norvège ?

Dans le Vestfold et les régions avoisinantes comme Telemark, Buskerud et Oslo, il se passe beaucoup de choses. Il y a énormément de festivals de musique. Ici, les gens aiment beaucoup le blues, la country et la folk music, sans oublier le métal ! Attention, ce n'est pas un cliché !

Comment te déplaces-tu à Tønsberg ? Quels sont les moyens de transport disponibles ?

Je vis à Tølvsrod qui est à 10 minutes du centre-ville au bord du fjord. Ici, la voiture est un peu indispensable. Il y a des bus, bien sûr, mais comme je dois me déplacer beaucoup pour mes tournages, séances photos avec du matériel, c'est plus pratique en voiture. Il n’empêche qu'avoir une voiture en Norvège est presqu'un luxe. Les voitures coûtent deux fois plus cher en Norvège qu'en France.

Douceur de vivre en Norvege
Anne-Sophie Drouet

As-tu eu des difficultés à t'adapter à ton nouvel environnement et à la société norvégienne ?

Je n'ai eu aucune difficulté à m'intégrer, je me suis fait des amis assez vite et de plus en plus avec le temps. Je vais vous raconter une petite anecdote pour vous montrer à quel point les Norvégiens sont fidèles en amitié et généreux. Au bout d'un an et demi ici, nous avons eu une période un peu difficile financièrement et nous n'étions vraiment pas sûrs de pouvoir rester en Norvège. Lors d'un passage en France pour voir ma famille, je discutais avec mes amis Norvégiens en ligne en leur disant que j'étais très triste car nous allions probablement devoir rentrer en France et que je ne les reverrai peut-être que lors de mon retour pour déménager. C'est à ce moment qu'ils ont proposé de nous aider et, quelques semaines plus tard, l'un d'entre eux m'a offert un emploi et d'autres m’ont prêté leur voiture. Ils nous ont également aidés à créer des contacts pour développer nos activités. C'est vraiment grâce à eux que nous sommes restés et que nous en sommes là.

A quoi ressemble ton quotidien d'expatriée à Tønsberg ?

Je travaille de chez moi. J'ai ma station de montage à la maison, ainsi que tout mon matériel photo et vidéo. Je travaille aussi pour des productions télévisées sur des documentaires sur la Norvège. Cette année, j'ai eu la chance de travailler pour « Faut pas rêver » avec France 3. Ils ont tourné une émission de 2h sur la Norvège. C’était vraiment une expérience formidable de travailler et voyager, en même temps, pour découvrir des endroits magnifiques. Je travaille aussi en tant que Tour Leader pour des compagnies de voyage : j'accompagne des touristes français visitant la Norvège.

Que fais-tu de ton temps libre ?

Avec mon compagnon, on adore aller faire des randonnées. Il faut dire qu'on vit dans le pays idéal pour ça. Les Norvégiens sont des amoureux de la nature et des amateurs sport. La randonnée est donc une activité très populaire ici. J'aime aussi aller me promener à la plage en bas de la rue : Ringshaugstranda - Skallevold qui est la plus longue et l'une des plus belles plages de Norvège.

Y a-t-il à Tønsberg des activités nocturnes pour les fêtards ?

Non pas vraiment. Disons qu'on ne vient pas en Norvège pour faire la fête mais plus pour profiter du calme et de la nature. Il y a évidement les bars et restaurants le long du port qui sont ouverts le soir, mais en semaine c'est vraiment très calme. Le samedi, il y a 2 ou 3 endroits où l'on peut danser jusqu'à 1h ou 2h. On voit aussi une véritable différence entre l'été et l'hiver. L'été les gens sortent beaucoup comme il fait jour jusqu'à 3h du matin au maximum. L'hiver, ils préfèrent rester chez eux, faire la cuisine, la lecture, ou encore, aller au cinéma. Ce n'est pas de la folie à Oslo non plus. Évidemment, les gens aiment faire la fête, mais ils se retrouvent plus entre eux chez les uns les autres. C'est dans leur culture.

balade en nature en Norvege
Anne-Sophie Drouet

Quelles nouvelles habitudes as-tu adoptées en Norvège ? Quelles vieilles habitudes as-tu laissé tomber ?

Les sorties, justement ! A Paris, je sortais beaucoup avec mes amis : on prenait l'apéro autour d'une planche de charcuterie, ce que j'adore faire quand je rentre d'ailleurs. Ici, la vie est assez chère donc on sort moins. De temps en temps, on s'offre un dîner au restaurant. Cela ne me dérange pas du tout comme j'adore cuisiner. J'en ai profité pour peaufiner mon livre de recettes. Qui plus est, l'alcool est excessivement cher et le taux d'alcoolémie autorisé au volant est de 0. Alors si on veux faire un dîner avec des amis, on le fait à la maison pour pouvoir boire un bon verre de vin avec le repas et on rentre en taxi.

Quel est ton avis sur le coût de la vie en Norvège ?

La vie est chère si on sort. Au restaurant, par exemple, un plat peut vous coûter entre 20 et 40 €. Si l'on arrive à dénicher les bonnes adresses, il est également possible de bien manger pour 15€. Pour un verre de vin, il vous faudra entre10 et 20€ et 10€ pour une bière. La note pour un repas de deux personnes et un ou deux verres de vin peut vite devenir salée. Si on cuisine, le prix des aliments est à peu près le même qu'en France. Mais il est aussi vrai que l'on gagne mieux sa vie en Norvège qu'en France, donc on ne peut pas vraiment faire de comparaison. Le loyer, les charges, entre autres, représentent à peu près un tiers du revenu.

Y a-t-il quelque chose que tu voudrais faire en Norvège mais dont tu n'as pas encore eu l'occasion ?

Plein de choses ! J'adorerais aller aux Lofoten, par exemple, ou en territoire Sami et voir les élevages de rennes. Je n'ai jamais vu de baleines non plus. J'ai aussi très envie de revoir des aurores boréales : j'en ai vu de très impressionnantes durant mon séjour à Tromsø il y a quelques années.

Quel est ton meilleur souvenir de la Norvège ?

Mon séjour à Tromsø reste l'un de mes plus beaux souvenirs. Je n'étais jamais allé dans le Grand Nord. C'est quand même à 400 km au nord du cercle polaire ! J'ai au l'occasion de découvrir le chien de traîneau, la motoneige et j'ai vu des aurores boréales magnifiques. Tromsø est une ville très agréable. Nous sommes aussi allés à Senja qui est la plus grande île de Norvège au large de Tromsø : c'est un endroit paradisiaque !

La vie en Norvege
Anne-Sophie Drouet

Si tu pouvais repartir à zéro en Norvège que ferais-tu différemment ?

Mon seul regret est de parler anglais. Si ce n’était pas le cas, j'aurais été obligée de parler norvégien et je pense que je l'aurais parlé bien mieux. Au final, comme il est facile de basculer en anglais, on ne fait que très peu l'effort de parler norvégien au début. Nous le faisons à présent et nous avons vraiment envie de progresser.

Que penses-tu de la cuisine locale ? Quelles sont tes spécialités préférées ?

Dans la vie de tous les jours, les Norvégiens ne sont pas de « grands cuisiniers ». Les plats simples et rapides comme les pizzas et les tacos sont très populaires. De temps en temps, j'aime essayer quelques recettes norvégiennes comme le Lapskaus qui est un ragoût de viande et de légumes. J'ai eu l'occasion de goûter pas mal de spécialités lors des dîners chez des amis.

J'ai goûté la Pinnekjott, qui sont des côtes d'agneau même s'ils en font toute une histoire ici. Ce qui la rend spéciale c'est que la viande a été séchée et réhydratée, ce qui lui donne un goût plus fort. Le Rakfisk, de la truite salée et fermentée de deux à trois mois et mangée cru, est une spécialité qui fait un peu peur, pouvant être toxique si la fermentation n'est pas bien réalisée. C'est très bon, assez proche du saumon fumé mais en plus fin. La spécialité que je n'ai pas encore essayé c'est le lutefisk, de la morue séchée et réhydratée.

Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport à ton pays d'origine ?

En termes de qualité de vie, rien ne me manque. Le plus difficile, c'est d'être loin de ma famille. Comme je suis fille unique, j'ai toujours été très proche de mes parents. On s'appelle très souvent mais je ne les vois pas assez à mon goût. Je téléphone aussi régulièrement à ma grand-mère et c'est très rigolo. A 84 ans, elle vient de s'acheter une tablette et on s’envoie des mails : elle m'envoie des photos de ses récoltes de champignons et de son jardin !

Es-tu déjà arrivée à un point de vouloir quitter la Norvège ? Comment as-tu surmonté cette épreuve ?

Comme je l'ai mentionné plus haut, j'ai cru, il y a deux ans, que j'allais devoir rentrer en France et j'en pleurais tous les jours. Nous avons surmonté cette épreuve grâce au soutien de notre famille et de nos amis.

Partie de peche en Norvege
Anne-Sophie Drouet

Quels conseils donnerais-tu aux futurs expatriés en Norvège ?

Il est facile de s'installer en Norvège au début mais y rester à long terme est une toute autre histoire. En revanche, la qualité de vie est tellement incroyable ici que pour rien au monde je ne voudrais partir. Donnez-vous les moyens si vous souhaitez rester car cela vaut vraiment le coup.

Quelles seraient, selon toi, les 5 choses à emmener dans sa valise en Norvège ?

Pour éviter les clichés, je dirais lunettes de soleil et crème solaire. Même si on n'a pas de grosses chaleurs ici, il fait vraiment beau l’été et les températures tournent autour de 20 degrés, pouvant grimper jusqu’à 25 ou 30 degrés de temps en temps. Le soleil étant assez agressif, il faut bien se protéger. Sinon, il vous faut aussi des gants, bonnets et chaussures de marche fourrées.

Tes projets d'avenir ?

Quand j'étais à Paris, je travaillais pour de grosses productions telles que M6, France 5, mais ici je travaille toute seule sur de petits projets. J'avoue que le travail d'équipe me manque un peu et j'aimerais, à terme, réussir à travailler avec une production locale.

Assurance santé expatrié

Conseils pour bien choisir votre assurance santé pour expatrié.

Déménagement international

Conseils pratiques pour bien préparer votre déménagement international