A propos du Kirghizstan


La République kirghize, d'une superficie de 199 900 km², plus connue sous le nom de Kirghizistan, est un état enclavé d'Asie centrale limitrophe de la Chine qui est devenu indépendant au moment de l'effondrement de l'Union soviétique en 1991.

Magnifiquement défini par des paysages de montagne préservés et des jailoos (pâturages d'été), qui sont animés par des bergers semi-nomades, le pays offre la possibilité d’une entrée sans visa et un réseau bien développé de logements chez l'habitant qui le rendent attrayant aux yeux des étrangers.

La grande majorité des attractions sont rurales, à haute altitude, et offrent la fantaisie de séjourner dans des yourtes, ce qui fait des mois d’été, de juin à septembre, la période idéale. C'est alors que la campagne est la plus facile d’accès, que la randonnée est une véritable joie, et qu’expatriés comme touristes peuvent affluer vers les plages du lac Issyk-Köl. Pendant les mois d'hiver, il est possible de skier ou de faire du snowboard dans les montagnes, mais la plupart des yourtes qui ajoutent du caractère aux paysages sont fermées d'octobre à mai en raison des conditions météorologiques extrêmes et des fermetures de routes.

Avec une population d'un peu plus de six millions d’habitants, dont la plupart sont des musulmans turcophones, le Kirghizistan est à présent une démocratie relativement dynamique qui a adopté un système parlementaire en 2011, et est l'un des rares pays à revenu intermédiaire-inférieur de la région. Bien qu'ayant connu une certaine instabilité politique et sociale depuis son indépendance, il a progressivement accru sa production économique au cours des deux dernières décennies. Quoique la croissance soit volatile, le pays offre un nombre croissant de perspectives aux travailleurs étrangers.

Outre un secteur minier aurifère en développement, le Kirghizistan possède du pétrole et du gaz mais dépend toujours des importations pour l’essentiel de ses besoins énergétiques. En raison de sa dépendance à une mine d'or en particulier (Kumtor, qui représente environ 10% du PIB), l'économie kirghize est vulnérable aux chocs externes, et dépend également fortement des transferts d’argent en provenance de travailleurs expatriés.

Pour que le pays réalise son potentiel de croissance, ce qui impliquerait d’encourager le tourisme et d’exporter de l'hydroélectricité pour accroître le commerce régional, le Kirghizistan doit également diversifier ses activités économiques en développant davantage le secteur privé, et les autorités doivent faire montre de leur engagement à améliorer la gouvernance et à réduire la corruption.