La sociologie à Madagascar

Comme nous avons pu le constater dernièrement, expat.com a eu l'honneur d'accueillir une personne sociologue, volontaire au sein des Nations Unies afin, je présume, d'étudier et de conseiller la société malgache.
En fait, comme je vis depuis plus d'une dizaine d'année à Madagascar, je me suis fait une petite idée de la société gasy.
Dans les faits, dans la société gasy l'âge moyen de la population serait de 19,2 ans alors qu'en France cet âge moyen est de 41,4 ans. Et quand je me souvient de mon comportement à l'âge de vingt ans, je peux dire avec du recul que je ne serai pas "sorti de l'auberge" s'il n'y avait pas eu des adultes sur qui je pouvais m'appuyer pour mon évolution personnelle.
En fait je me rend compte qu'il est beaucoup plus facile de faire une étude sociologique à Madagascar si on a déjà de vagues connaissances en phytosociologie car avec une population très jeune, on ne peut pas vraiment avoir des repères basées sur le vécu des personnes "adultes" car elles sont très rares.
Donc en somme on est obligé d'évoluer sans repères véritables en essayant comme le font beaucoup d'espèces végétale de développer des systèmes abiotiques ou antibiotiques... c'est à dire, se frayer sa place dans un endroit qui convient avec toutes les possibilités offertes y compris  l'opportunisme sans règles bien définies. Puis ayant trouvé une niche écologique qui convient il faut défendre coûte que coûte cet acquis quitte à faire appel à la violence qui peut être entre autre le poison chez les plantes.
Sachant tout de même que le peuple gasy possède en général un caractère très social et très puéril, il ne faut pas non plus froisser leur susceptibilité car si on général les gasy vivent dans une pauvreté heureuse, leurs sentiments peuvent fortement se modifier devant des obstacles ou des incompréhensions.

Nouvelle discussion