En service civique, Alice est assistante de langue en Allemagne

En service civique, Alice est assistante de langue en Allemagne
C

Le 1er septembre 2017, Alice s’est envolée en Allemagne pour faire un service civique à Berlin. Son poste : assistante de langue dans un collège Montessori.
Pourquoi êtes-vous partie en service civique ?

En juin 2017, j’ai terminé mon master en linguistique et lettres classiques à Paris. Je sortais de cinq ans d’études post-bac. Je me sentais bloquée après avoir obtenu mon diplôme, sans savoir quoi faire. Le service civique est une année de respiration. Il permet de découvrir des domaines différents des nôtres et de se faire une expérience internationale. Le petit plus : c’est très valorisant sur un CV.

Je suis partie le 1er septembre 2017 à Berlin. Le retour est prévu au début des vacances scolaires estivales en Allemagne, en juillet 2018.

>>> Lire aussi : Service civique. Comment trouver une mission ?
Pourquoi avez-vous choisi le VEFA ?

VEFA signifie « Volontariat écologique Franco-Allemand ». C’est un programme d’échanges pour de jeunes volontaires entre 18 et 25 ans, originaires d’Allemagne et de France. Des Français sont envoyés dans des structures allemandes et vice-versa.

J’ai entendu parler de cette organisation par un ami. Il a travaillé pendant un an dans un musée d’Histoire naturelle en Allemagne. Ses missions : organiser des visites et des animations auprès d'enfants. Cette expérience lui a donné envie de devenir professeur d’histoire-géographie.

Avec le service civique, les volontaires bénéficient d’un vrai suivi pédagogique avec quatre semaines d’accompagnement pédagogique, appelés « séminaires ». Plusieurs sujets sont abordés comme la résolution de conflit, la communication non-violente, la place du volontaire dans une structure, etc.
Quelles sont tes missions ?

Je suis assistante de langue dans un collège Montessori à Berlin. J’aide les élèves pendant les cours de français et d’espagnol. Je suis présente dans la vie quotidienne de la classe et je tente de répondre à leurs moindres questions. J'épaule les autres professeurs pour calmer la classe. Je les accompagne aussi pendant les sorties et voyages scolaires.

La méthode d’éducation Montessori est une pédagogie alternative. Dans cette école, nous aidons les élèves à développer leur réflexion de façon autonome. La méthode pour aller au contenu compte plus que le contenu lui-même. C’est une manière d’apprendre différente où les élèves se spécialisent dans ce qui les intéressent vraiment.
Avez-vous connu des difficultés ?

Le plus difficile, c’est la langue. Avant de partir, je n’avais que quelques bases en allemand. Je ne suis pas bilingue. S’en suivent alors les difficultés dans la vie de tous les jours pour communiquer. Après quatre mois, je commence tout juste à comprendre ce qu’on attend de moi, essentiellement grâce à l'aide de ma tutrice.
Quels sont les points positifs ?

En tant que volontaire, nous percevons un petit salaire comme compensation mensuelle. Les transports jusqu’aux séminaires sont pris en charge. Ma structure d’accueil me verse également une compensation financière car j’ai dû me débrouiller pour trouver un logement. En fonction de mes moyens financiers, j'essaie de découvrir la ville et ses alentours.

J’ai eu de la chance. Dès le départ, je me suis retrouvée avec deux autres volontaires dans la même structure. Nous avons passé la première semaine de séminaire ensemble, ce qui a permis de créer des liens très forts. Cela permet d’avoir un point fixe et un repère dans une ville aussi grande que Berlin.
Est-ce que vous recommandez cette expérience ?

Ce service civique m’apporte une compétence linguistique en Allemand et une expérience de l’autonomie. Je me retrouve loin de chez mes parents, dans une culture différente, avec un vrai travail.

Cette expérience me permet aussi de réaliser ce que je veux pour le futur. Avant, je ne savais pas vers quoi me diriger. Désormais, j’aimerais rester dans le domaine de l'éducation et de la pédagogie Montessori.

Si je pouvais donner un conseil : il faut foncer si on a envie. Il est important de se faire une idée de son engagement. Si vous avez la possibilité, arrangez-vous pour découvrir la structure d’accueil et voir ce que sont concrètement les missions quelques jours avant de faire votre choix final.

Charlotte SEIGNARD. http://jactiv.ouest-france.fr/job-forma … agne-82518             jean  luc  ;)

Nouvelle discussion