Close

Les espoirs allemands aux Jeux olympiques (1)

https://www.deutschland.de/sites/default/files/styles/stage/public/field_visuals/sport-olympic-games-rio-de-janeiro-german-sport-aid_a.jpg?itok=rP3zHUx3   La Deutsche Sporthilfe soutient les sportifs talentueux dans leur cheminement vers la réussite à l’écart du sport professionnel. Pour deutschland.de, la Deutsche Sporthilfe présente certains de ses favoris pour une médaille aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro.   Maximilian Hartung, sabre

Maximilian Hartung, 26 ans, a remporté une médaille de bronze en individuel et en équipe aux championnats du monde d’escrime en Russie en juillet 2015. Parallèlement à la pratique du sport de haut niveau, Hartung, qui vit à Dormagen, fait des études de sociologie, de sciences politiques et d’économie à l’université Zeppelin à Friedrichshafen – à 600 kilomètres de son lieu d’entraînement. Au début, Hartung avait prévu de prendre un semestre de vacances pour ne pas devoir se déplacer sans cesse pendant sa préparation aux Jeux olympiques. Mais on lui offrit la possibilité de collaborer à un projet de recherche sur « Le soutien aux sportifs de haut niveau en RFA ». Il accepta à condition de pouvoir travailler en se déplaçant pour que sa préparation sportive n’en souffre pas. Car le projet lui offre l’opportunité de concilier son travail universitaire avec son engagement bénévole : il est porte-parole des athlètes à la Fédération allemande d’escrime, travaille au sein de la commission des athlètes de la Confédération allemande des sports olympiques et au conseil de surveillance la Deutsche Sporthilfe. Le projet de recherche apportera à Hartung les derniers points de crédit pour ses études si bien qu’il pourra commencer à rédiger son mémoire de licence après les Jeux olympiques.
Aline Focken, lutte

Aline Focken, 25 ans, remporta en septembre 2014 la médaille d’or des championnats du monde de lutte en Ouzbékistan – une performance que n’avaient pu réaliser douze ans durant les athlètes de la Fédération allemande de lutte. En septembre 2015, elle prouva qu’elle savait supporter la pression qui en découla lors des championnats du monde aux Etats-Unis, s’assurant avec sa troisième place son billet pour les Jeux olympiques. Sept fois championne d’Allemagne, elle fut aussi pendant plusieurs mois à la tête du classement mondial dans sa catégorie des moins de 70 kg. Elle accorde beaucoup d’importance au fair-play, comme le montre son engagement pour une action de l’Agence nationale anti-dopage (NADA). Dans le cadre de l’initiative de la NADA « Tout donner, ne rien prendre », Aline Focken milite pour un sport propre. Cette lutteuse vivant à Krefeld, qui commença à pratiquer à l’âge de 5 ans, veut remporter une médaille lors de ses premiers Jeux olympiques à Rio de Janeiro. Mais la concurrence est forte : sept lutteuses de sa catégorie comptent parmi les meilleures dans le monde. Son avantage, c’est qu’elle peut se préparer à fond car elle s’est très tôt qualifiée pour les Jeux. Outre de pratiquer son sport en cette année olympique, Aline Focken a aussi achevé son master en « Prévention et gestion de la santé » et travaillé « à côté » comme thérapeute sportive.

www.sporthilfe.de

© www.deutschland.de

Bonsoir,
cet article aurait pu être ajouté a la suite de cette discussion....
http://www.expat.com/forum/viewtopic.php?id=596229

elle aurais pu y être ,mais les jeux olympique valent bien une discutions á part entière .  jean  luc  ;)

Martin Häner, hockey

Martin Häner, 27 ans, a déjà remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques de Londres de 2012 avec l’équipe allemande de hockey. Ce défenseur, spécialiste des corners pénalty, fait partie de l’équipe nationale depuis 2009, a été deuxième aux championnats du monde en 2010 et champion d’Europe en 2011 et 2013. Né à Berlin, il fait des études de médecine parallèlement à sa pratique sportive. Malgré sa préparation imminente aux Jeux olympiques, il a aussi révisé intensément ces dernières mois son examen d’Etat, bûchant entre huit et neuf heures par jour en plus de son entraînement. Il a réussi ses examens en avril et se concentre depuis à 100 % sur le hockey. Même s’il pratique le sport de haut niveau depuis sa jeunesse, les compétitions comme les Jeux olympiques exercent toujours un attrait particulier sur Martin Häner. Pour Rio de Janeiro, son grand favori est l’Australie ; il compte aussi les Néerlandais, la Grande-Bretagne et l’Argentine parmi les candidats aux médailles. Mais Häner veut naturellement se battre pour une médaille. Le premier objectif sera, après les matches de poule, de passer les quarts de finale pour participer ensuite aux matches décisifs.
Lisa Mayer, sprinteuse

Lisa Mayer, 20 ans, fait partie des étoiles montantes de l’athlétisme allemand. Lors de la répétition générale pour les Jeux olympiques – les championnats d’Europe d’athlétisme en juillet aux Pays-Bas –, elle remporta la médaille de bronze du relais 4x100 mètres. Le quatuor convoite aussi une médaille aux Jeux de Rio ; et la deuxième sur 100 et 200 mètres aux championnats d’Allemagne en 2016 courra l’une de ces distances à Rio. Cette sprinteuse au club LG Langgöns-Oberkleen avait révélé son potentiel à l’international en 2015, lorsqu’elle remporta la médaille d’argent sur 100 mètres aux championnats d’Europe juniors (U20). Elle a réalisé ses meilleurs temps cette saison : 22,87 secondes sur 200 mètres, sa distance préférée, et 11,25 secondes sur 100 mètres. Outre sa pratique du sport de haut niveau, Lisa Mayer est aussi en deuxième année de géographie et de langue et civilisation allemandes à l’université Goethe à Francfort-sur-le-Main. Elle veut devenir journaliste. Au semestre d’été, les compétitions – comme dernièrement les championnats d’Europe – entrant en collision avec des séminaires exigeant sa présence, Lisa Mayer avança son travail au semestre d’hiver précédent pour pouvoir repecter la durée réglementaire des études, se rendant à un plus grand nombre de cours que nécessaire. Elle a ainsi pu se concentrer à son sport pendant cet été olympique au lieu de faire plusieurs fois par semaine des allers-retours de 70 kilomètres entre Francfort et son site d’entraînement.

www.sporthilfe.de

© www.deutschland.de

https://www.deutschland.de/sites/default/files/styles/stage/public/field_visuals/sport-olympic-games-rio-de-janeiro-german-sport-aid_a_1.jpg?itok=idwReAds  Maximilian Reinelt, aviron

Maximilian Reinelt, 27 ans, est assis sur l’un des sièges roulants dans le bateau vedette de la Fédération allemande d’aviron, le huit allemand. Aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, il défendra, avec ses sept camarades et un barreur, leur titre conquis aux Jeux de Londres en 2012. A ses yeux, les Néerlandais sont les favoris mais, s’étant classé deuxième aux championnats du monde de 2015, le huit allemand compte aussi parmi les candidats à une médaille d’or. L’athlète ramant au Ruderclub Donau à Ulm s’entraîne au site olympique de Dortmund. Parallèlement au sport de haut niveau, Reinelt fait aussi des études de médecine à l’université de la Ruhr à Bochum. Ces douze derniers mois, il a eu 15 partiels et a passé la deuxième partie de son examen de médecine avec la mention « bien ». La coordination de ses études, avec ses stages à dates fixes, les cours en hôpital et les cours à présence obligatoire, avec l’entraînement en équipe à dates fixes représente pour lui un véritable défi. Seuls une grande autodiscipline, des démarches personnelles auprès des professeurs et du décanat ainsi qu’un calendrier serré lui permettent de gérer cette double charge avec succès. Pour oublier un quotidien souvent stressant, il joue souvent de l’orgue dans une église qui se trouve sur son chemin quand il va au site d’entraînement. Pour Reinelt, la musique offre une dimension ignorant la réussite et l’échec, s’y perdant pour un certain temps et y puisant des forces.
Linda Stahl, javelot

Il y a quatre ans, Linda Stahl, 30 ans, remporta la médaille de bronze au javelot aux Jeux olympiques de Londres en 2012, et la médaille de bronze aux championnats d’Europe la même année. L’athlète s’entraînant au TSV Bayer 04 à Leverkusen a déjà réalisé son rêve de remporter un titre lors des championnats d’Europe en 2010. Elle est néanmoins extrêmement motivée pour sa dernière saison. Après un processus de qualification où quatre lanceuses de javelot allemandes dépassaient la distance demandée par la Fédération allemande de l’athlétisme, elle fut nominée pour l’une des trois places allemandes convoitées pour les Jeux de Rio, aux côtés de Christin Hussong et de Christina Obergföll. Les plus grandes distances déterminèrent les nominations, la championne du monde en titre Katharina Molitor devra donc rester en Allemagne. A côté de sa carrière sportive, Linda Stahl a fait des études de médecine et achevé son internat à l’hôpital. Ses performances sportives n’en ont pas souffert. Au contraire, elle a réalisé sa meilleure performance, 67,32 mètres, l’année où elle passa son examen de médecin, en 2014, au beau milieu des préparatifs pour la saison. Depuis octobre 2014, elle travaille comme médecin au Klinikum de Leverkusen. Elle a pris des vacances de mai à octobre pour pouvoir se préparer à ses derniers Jeux olympiques.

www.sporthilfe.de

© www.deutschland.de            jean  luc  ;)

Nouvelle discussion

Assurance santé expatrié Allemagne

Conseils pour bien choisir votre assurance santé en Allemagne.

Déménagement en Allemagne

Conseils pour préparer votre déménagement en Allemagne

Assurance voyage Allemagne

Conseils pour bien choisir votre assurance voyage en Allemagne