Close

Scolarisation des enfants au Portugal

Bonjour,

je m'appelle Nathalie, mon compagnon et moi-même avons pour projet de nous installer au sud du Portugal courant de l'année prochaine. Nous avons 2 filles de 5 ans et 7 ans, et nous recherchons les possibilités de scolarisation en dehors des écoles internationales ? Ne parlant pas portugais, nous nous demandions si cela était quand même possible de scolariser nos enfants dans une école locale ? Merci d'avance de vos réponses !

Bien sur ont peut scolariser ses enfants dans le public portugais. je ne veux vexer personne mais le Portugal est le champion en matière d'intégration toute catégorie.

les enfants étrangers qui intègrent une école publique au Portugal ont du soutien sup en portugais.

Pour les français il y a deux lycées français 1 á Lisbonne, l'autre á Porto.

Dalia de Sousa :

Bien sur ont peut scolariser ses enfants dans le public portugais. je ne veux vexer personne mais le Portugal est le champion en matière d'intégration toute catégorie.

les enfants étrangers qui intègrent une école publique au Portugal ont du soutien sup en portugais.

Pour les français il y a deux lycées français 1 á Lisbonne, l'autre á Porto.

Oui, c'est un des atouts du Portugal qui de ce côté pourrait nous donner des leçons.

Et de toute façon, des jeunes enfants apprennent une langue étrangère avec infiniment plus de facilité que leurs parents.

Si vous voulez vous installer, il faut (à mon avis) intégrer vos gosses. La donne est différente si vous ne faites que passer deux ou trois ans, là els écoles internationales peuvent être un palliatif

Merci beaucoup pour vos réponses !
Effectivement, nous souhaitions privilégier l'intégration de nos filles...alors , que de bonnes nouvelles :)

Pour un enfant de 7 ans, donc niveau "primaire", n est il pas nécessaire que l enfant connaisse un minimum la langue portugaise? Même si l école publique est en effet, je vous rejoints, la plus belle  intégration.

Emma2605 :

Pour un enfant de 7 ans, donc niveau "primaire", n est il pas nécessaire que l enfant connaisse un minimum la langue portugaise? Même si l école publique est en effet, je vous rejoints, la plus belle  intégration.

S'il n'y a pas de classe d'intégration, il se peut qu'ils "perdent" un an à acquérir les bases avant de rejoindre le cours normal des études, mais si ces classes existent (qu'on appelait en France les CLIN, mais on les a presque toutes fermées et cela valait peut être mieux dès lors qu'on n'y mettait plus des maîtres formés au FLE), en général non, l'intégration se fait sur deux ans sans redoublement.

Sinon c'est le serpent qui se mord la queue: attendons que l'enfant parle portugais pour le mettre dans une classe portugaise, mais comme il ne fréquente que peu de copains portugais faute d'aller à l'école, ce moment n'arrive jamais.

Bis repetita, les enfants, surtout jeunes, apprennent très vite une langue étrangère. En Guyane j'ai eu des élèves brésiliens ou surinamais qui ne parlaient pas un mot de français: je m'en occupais un peu plus et sur les 26h de cours ils en passaient 11 en clin-  et en fin d'année ils parlaient MIEUX que les autres car ils avaient directement pris les bonnes habitudes.

Pour l'écrit (plus compliqué en français qu'en portugais) il leur a fallu plus longtemps pour se mettre au niveau, mais ils n'étaient pas "pires" que bien d'autres, loin de là (y compris des petits hexagonaux de parents de bon niveau social)
N'oubliez pas qu'en France de 10 à 20% des élèves parlent une autre langue chez eux que le Français, et ce ne sont pas toujours les plus mauvais, loin de là (quand la proportion monte à 40, 50, 60% comme dans certains quartiers ça se complique sauf s'il y a diversité linguistique car les gamins portugais, espagnol, marocain, turc, etc doivent passer par le français pour communiquer entre eux: trait d'union!)

Ce qui retarde les enfants, c'est une trop grande fréquentation de compatriotes. S'ils vont au centre de loisirs du coin, au club sportif, s'ils reçoivent ou sont reçus par des locaux, ça va vite. Si on vit en vase clos entre compatriotes et si à l'école on les regroupe par communauté linguistique, ça freine le processus.

Merci pour cette réponse. Je ne connaissais pas cette notion de cnil ou équivalent, même dans nos écoles françaises.  Car dans notre commune cela n existe pas. Du coup, je vous dis un grand "ouf" et un grand "merci" de soulagement. Car nous nous préparons aujourd'hui via le cned pour avoir un minimum de notions, et pensions que le passage par le lycée français pour notre fille de 6 ans était une nécessité (je dis bien: nécessité). Ouf de soulagement donc a plusieurs niveaux: 1) financier: youpi nous allons pt être pouvoir arrêter de travailler le dimanche dans l objectif de financer le coût du dit lycée français! Lol  2) ouf d intégration: l angoisse de se dire : on part pour découvrir et s intégrer dans un autre pays, une autre culture mais oups...nous nous orientons vers des choix où nous allons côtoyer des expats français majoritairement du fait du lycée :( (expats que nous serons néanmoins ravis de rencontrer...mais pas que).
Merci donc de ces précisions.  D où l importance de préparer bien en amont notre départ, histoire de se défaire de convictions ;)

Et puisque vous étiez prêts à dépenser beaucoup pour la scolarité, eh bien dépensez un peu pour payer un enseignant dont c'est le métier (cette manie de toujours confier l'enseignement à des non professionnels comme si on allait se faire opérer chez son boucher... :rolleyes:) pour donner des cours de portugais renforcés.
Les enseignants portugais sont si maltraités financièrement avec la crise que je ne doute pas que vous en trouviez, en passant des annonces.

Cordialement

Effectivement c est une excellente hypothèse!
Nous appréhendions cette dépense (je reprecise,pour laquelle nous économisons chaque mois, en trvaillant 7 jours/7 à ce jour, ce pour pouvoir espérer donner toutes ses chances a notre fille). Elle condionnait la date de notre départ car nous ne pouvions, avec nos économies à ce jour, assumer une année complète :(
Je n avais pas pensé au cours a domicile par un professeur local...et pourtant j ai une entreprise de services a domicile qui aurait pu m y orienter...le nez dans le guidon quoi.
D où l intérêt de ce forum et d échanger.
Si effectivement les cours a domicile répondent a la fois a nos projets, et a la recherche de professeurs locaux...alors tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes :)

Bonne chance à vous et vous verrez que vos enfants se moqueront (gentiment) de vos difficultés en portugais. :)

Ils ont le bon âge pour partir: plus tard quand les habitudes sont prises, la bande de copains/copines établie, le flirt (voire plus) installé, c'est autrement difficile!

Mais non elle n’aura jamais de flirt enfin! Pas de sujet qui fâche :) Merci pour vos précieux conseils, à travers les différentes discussions. Au plaisir d'un prochain échange sur un autre sujet ;)

bonsoir,

n'0ubliez pas que l'enfant est pris dans la même classe au Portugal que celle qu'il frequentait en France. si en septembre 2014 il est admis en 6eme en France, ici il rentre dans la classe correspondante. l'ecole publique dispense des cours de soutien en portugais pour les enfants étrangers et pour les enfants portugais qui ont des difficultés. Il apparaît aussi qu'un enfant de langue non maternelle portugaise devient meilleur dans cette matière que les copains dont c'est leur langue maternelle,

Il apparaît aussi qu'un enfant de langue non maternelle portugaise devient meilleur dans cette matière que les copains dont c'est leur langue maternelle,

C'est en effet souvent constaté (du moins quand le niveau socio-culturel de la famille est bon, de même que l'entourage)
Parce qu'il apprend une langue relativement "pure"

J'ai eu des élèves arrivant à l'école sans connaitre un mot de français (des petits Wayapis, amérindiens de Guyane) qui me demandaient "Monsieur, je suis indisposé, puis-je m'absenter un moment?" quand dans les écoles de France c'est plutôt: "j'peux aller aux toilettes?" (quand ce n'est pas... "j'peux aller ch..."?)  :)

Pour les flirts, je vous laisse à vos illusions de mère attentive, vous avez encore quelques années devant vous pour vous préparer psychologiquement :cool:

Bonjour Natendco
Ma famille s'apprête à s'expatrier et mes questions sont idem aux vôtres.
J'ai un enfant de 10 ans qui entre en 6ème à la prochaine rentrée et un autre de 8 ans.
la scolarité au lycée Charles Lepierre de Lisbonne coûte très chère et réunir le budget pour les deux petits est très difficile surtout que j'aie une fille de 18 ans qui reste en France pour ses études sup. ce qui veut dire budget pour école sup exorbitant plus logement à assurer en France. Je reste encore indécise quant à leur scolarité. Quelle est la meilleure solution d'intégration pour eux ? leur dispenser des cours par le CNED petit budget mais conventionner par l'Éducation française, en revanche l'intégration sera plus longue. Prendre le risque d'avoir un impayé à l'école française dans le cas où je rencontre une difficulté quelque qu'elle soit. Ou les intégrer dans une école portugaise en sachant qu'il ne parle pas la langue et prendre le risque d'un retard. Certaine réponse me rassure concernant l'école portugaise, mais la prise de décision me torture. Pas facile de savoir si l'on fait bien. Dur dur d'être maman !

Bonjour à tous,
Je souhaiterais recueillir des avis à ce sujet auprès de personnes qui se sont expatriées avec des enfants scolarisés en secondaire l'année d'installation afin de recueillir leurs sentiments et leurs expériences.
Merci d'avance !

Bonsoir,

Pour ma part, j'ai 2 enfants de 8 ans et 5 ans qui étaient en classe de CE1 et MS.
Ils ne parlaient pas le portugais il y a 6 mois, mais au vu de leur jeune âge, je les ai inscrits en primaire dans le public au Portugal, cette année. (3°ano e pre-scolar)
J'étais soucieux par rapport à leur adaptation surtout qu'ils sont très timides et s'expriment très peu...
Eh bien je peux vous dire que le premier mois n'a pas été simple, car beaucoup de changements. En revanche, ensuite, plus de soucis, super boulot des enseignants, des camarades qui sont gentils avec eux, qui l'aide pour son travail (je parle du grand notamment). En aucun cas déçu... Il ont plus appris en 6 mois que depuis qu'ils ont été  scolarisés en France.
Leur classe possède 17 élèves, avec un instituteur titulaire portugais et par chance un autre non titulaire mais parlant français et qui l'aide lors des évaluations.
Ses résultats sont bons, même en portugais, mais effectivement beaucoup de travail à fournir en 3° année (apparemment la plus dur en primaire).
Je lutte, mais avec les traductions sur internet, et les exemples, j'ai moi-même beaucoup progressé !  :)
En aucun cas, ils veulent retourner en France, malgré le fait qu'il ne s'expriment que très peu à l'oral, ils comprennent déjà beaucoup de chose en portugais, même ma femme est larguée !!  :whistle:
Bon courage aux prochains ;)

Boa noite !! 
Mars60

2 enfants arrivés  en avril à  l'ecole communale locale jusqu'en juin .
Fin juin ils parlaient portugais .
Un rentre en lycée  en septembre ,premier du niveau equivalent sixième en  juin suivant ,y gagne un prix .
Autre un peu jeune fait une dernière  année  en primaire puis exaequo premiere annee de lycee pour la premiere place du niveau sixieme,rate le prix de peu .
Activités  sportives extra scolaire ,qq annees au lycée local puis un peu de cned pour finir par passer le bac avec mention en France.
Les classes sont un peu plus bruyantes qu'en France ais je cru comprendre ,mais vu que ca fait bien 10 ans ....
Je déconseille les ecoles privées, mais le cned peut être  une solution .
Bien sûr  ici en algarve 3 langues sans accent ,anglais ,allemand ,portugais, et l'espagnol ne leur fait pas peur .
Si ces enfants ne souffrent pas d'à priori envers les étrangers le contact sera rapide et l'apprentissage sans douleur .
Mais surtout qu'ils ne soient pas cloîtrés à  la maison devant la télé française .
Nous on n'a toujours pas la télé  et on habite au milieu de nulle part .

Bonjour Mars60,
Merci pour votre témoignage, il va bcp m'aider dans ma réflexion. C'est sympa de votre part d'avoir pris le temps de me répondre. Encore merci et bon courage à votre épouse !  :-)

Bonjour Moetai,
Votre témoignage vient de finir de me convaincre ! Je suis complètement rassurée en prenant en compte l'expérience de vos enfants et la faculté d'adaptation des miens ainsi que leurs sociabilités, je pense sincèrement qu'ils peuvent s'adapter. Exit le CNED pour la scolarité à domicile, je suis d'accord avec vous sur le risque de passer trop de temps à la maison et je prendrai soin de suivre votre conseil en observant une télé nationale ! Merci merci merci de la part d'une maman à qui vous venez d'enlever un poids terrible du coeur. Bonne continuation à vos enfants et à vous !

Nouvelle discussion