demande d'informations

Bonjour je me présente, je m'appelle Loryne et je viens juste d'être diplômé en psychomotricité en France. On a pour projet avec mon compagnon de nous installer à Lausanne en septembre 2020. On aurait aimé avoir quelques renseignements.
Mon compagnon est professeur de mathématiques au lycée et moi je suis psychomotricienne.
Est-il facile de trouver du travail à Lausanne dans nos secteurs d'activités?
Pour faire valider nos diplôme, ils nous demande une adresse postale? comment faut-il procéder?
Est-il facile de se loger sur Lausanne et à quel prix?
Quels sont les montants des salaires auxquels on peut prétendre?
Pouvons-nous prétendre à un niveau de vie plus élevé par rapport à la France?
y'a t-il des démarches administratives particulières?

Merci d'avance pour vos réponses.

Professeur de maths au Gymnase (Lycée) a Lausanne avec une dizaine d'années d'expérience  environ 100'000chf soit 7150chfNET/mois (6400 euros NET/mois).
C'est la matière la plus pénurique chez les professeurs :) Il ne devrait pas trop avoir de problème a trouver. Par contre, il doit d'abord faire reconnaître ses diplômes. Vous pouvez commencer a le faire maintenant.

https://www.vd.ch/themes/formation/espa … stulation/

Voici les postes vacants dans l'enseignement sur Vaud
https://www.vd.ch/themes/formation/espa … /postuler/



Pour vous, je ne suis pas trop  sûr mais je pense environ dans les mêmes salaires que votre mari (90kchf a 100kchf) donc environ 6000 euros NET/mois

Oui avec un salaire de près de 200'000CHF a 2 vous vivrez comme des rois a Lausanne. Vous augmenterez considérablement votre pouvoir d'achat surtout que les profs en France sont très mal payés alors qu'ici c'est tout le contraire, c'est un métier très bien payé et bien valorisé.

Pour un appartement de 80m2 a Lausanne, il faudra compter 1800chf/mois avec les charges (chauffage, eau compris).

Bonjour,

Effectivement, ce sera un (très) bon salaire, et à deux ce serait bien au dessus de la moyenne.
A Lausanne et le bassin lémanique en général, les transports publics sont très efficaces et les parkings en ville pas donnés. Vous pouvez très bien aller en proche campagne, économiser sur le loyer, gagner en qualité d'environnement tout en étant très bien connecté aux transports publics. L'abonnement annuel pour quasi tous les transports publics du pays (trains, bus, bateaux, téléphériques) hormis quelques lignes dites touristiques sont en libre accès pour env. 3800 fr. Avec l'offre conjoint, il vous en coûtera dans les 5500 fr. à deux. www.cff.ch > abonnements > abonnement général AG (il y en a plusieurs en fait selon les types de ménages et votre statut (employé, âgé, étudiant, famille, couple, chien). Si vous prenez souvent les TP, vous pourriez vous passer de la voiture ... et louer chez Mobility.ch selon vos besoins.

Je serais moins optimiste que Embedded.

Je vous laisse le soin d'aller lire cette discussion, spécialement les dernières interventions.

https://www.routard.com/forum_message/4 … uisse_.htm

Vous y verrez que, même si les enseignants en math se font rares en Suisse, il est difficile, c'est un euphémisme, pour un étranger de trouver un poste de travail en Suisse, même avec toutes les équivalences et reconnaissances de diplômes requises. Ce n'est pas mission impossible, mais très difficile.

mimilebe :

Je serais moins optimiste que Embedded.

Je vous laisse le soin d'aller lire cette discussion, spécialement les dernières interventions.

https://www.routard.com/forum_message/4 … uisse_.htm

Vous y verrez que, même si les enseignants en math se font rares en Suisse, il est difficile, c'est un euphémisme, pour un étranger de trouver un poste de travail en Suisse, même avec toutes les équivalences et reconnaissances de diplômes requises. Ce n'est pas mission impossible, mais très difficile.

J'ai parcouru votre lien

Il faut environ 4 mois pour faire reconnaître ces diplômes.
En effet prof de maths semble la matière la plus demandée
Par contre, beaucoup de Français échoue car ils sont une adresse Française et la très grande majorité des postes exigent d'avoir une adresse en Suisse.

Voilà quelques commentaire qui résume la situation

Le canton qui demande beaucoup d'enseignants est le canton de Vaud, Fribourg et Neuchâtel   moins . Pas trop de postes en Valais . Genève diffuse la liste en mai. Beaucoup de postes en maths, allemand  anglais et français . Surtout beaucoup de postes dans le primaire. Il faut un permis de travail  un domicile suisse et la reconnaissance dans les incontournables

et

oui vivre en France et travailler en Suisse est l’idéal mais c’est difficile à obtenir car dans les descriptifs de poste , et  remplacement, il est demandé une adresse suisse , voire la nationalité suisse ...Les frontaliers n’ont pas trop la cote  apparemment, d’où ma solution radicale de déménagement . C’est très risqué et j’aurais espéré arriver là bas avec un travail déjà décroché mais cela se mérite , il faut faire comme Khalid et se déplacer physiquement.

Je pense que tu dois préciser quand tu fais tes demandes que tu souhaites résider en Suisse car ils ne recrutent plus de frontalier dans le publique maintenant.

Aussi beaucoup disent qu'il faut commencer par des remplacements (c'est plus facile) puis après tu auras un fixe.

Bon courage

Permettez-moi, embedded, de modifier un peu votre dernière phrase :
"Aussi beaucoup disent qu'il faut commencer par des remplacements (c'est plus facile) puis après ?".

Même pour les candidats suisses il faut passer par au minimum 2-3 années de remplacements, parfois beaucoup plus dans les matières moins demandées que les maths.

Et les remplacements n'offrent aucune, absolument aucune, garantie d'emploi, c'est du travail sur appel, si on besoin de quelqu'un on l'appelle, il alors peut travailler pour quelque temps, sinon ...
C'est encore plus instable qu'un CDD français, la durée n'est pas précisée, par exemple, si c'est une remplacement pour maladie, cela dépend de la guérison du titulaire.
De façon générale, en Suisse, un employeur peut licencier un employé en CDI, moyennant une durée de congé*, n'importe quand, sans même avoir à fournir un motif. En général c'est : "la réorganisation en cours fait que nous n'avons plus besoin de vos services".
Les enseignants du privé, peu répandu en Suisse, sont bien moins payés que ceux du public et sont taillables et corvéables à merci. En revanche, le privé est moins exigeants quant aux titres et équivalences.

Dans la discussion que j'ai mise en lien, vous pouvez remarquez que l'initiateur de cette discussion, titulaire d'un capes de math, plusieurs années d'expérience en France, après plus d'une année et demi de formalité, équivalences obtenues, met le message suivant il y a une semaine :
"... j’ai envoyé presque 100 offres dans tous les cantons (Tessin compris car je suis italien). Réponse négative à CHAQUE fois. Il y a beaucoup de demande pour ma matière ( maths) mais c’est difficile de faire un entretien et j’ai peur de laisser un CDI pour un remplacement. ...".

Je pense qu'il a raison de ne pas vouloir lâcher la proie pour l'ombre.

Les relations entre l'UE et la Suisse sont en train de tourner au vinaigre**. Cela a, incontestablement un effet sur l'engagement de personnel étranger, même UE. En tout cas, les administrations n'engagent pratiquement plus d'étrangers ne résidant pas en Suisse depuis un certain temps.
Je pense que pour les matières autres que maths ou allemand (en Suisse romande), français (en Suisse alémanique), il est illusoire de penser trouver un poste d'enseignant en Suisse en habitant à l'étranger.


PS
Ma fille est enseignante en économie à l'école de commerce de Genève, c'est après avoir parler avec elle que je réponds.

-----

* Période d'essai (de 1 à 3 mois) : 7 jours.
Première année : 1 mois.
De la 2em année à la 9em année : 2 mois.
3 mois au delà de la 9em année.

** Ce serait une très longue discussion qu'il n'y a pas lieu d'avoir ici. Mais, schématiquement, en Suisse, c'est le peuple qui a le dernier mot par le biais des votations et il y a déjà eu des initiatives acceptées visant à réduire le personnel étranger. D'autres, encore plus restrictives, sont en cours. Les milieux économiques et les organisations de travailleurs, ont, en commun, peur de ces initiatives alors, on ferme le robinet pour ne pas indisposer les votants avant ces scrutins.
Plus généralement, la Suisse en train de lentement se détacher, économiquement, de l'UE au profit de relations multilatérales avec le reste du monde, l'Asie en particulier. Je pense que, dans une dizaine d'années, les accords avec l'UE auront beaucoup moins d'importance pour la Suisse et la libre circulation des travailleurs sera la première chose qui passera à la trappe.

En tout cas, les administrations n'engagent pratiquement plus d'étrangers ne résidant pas en Suisse depuis un certain temps.

On est parfaitement d'accord. C'est pour ça que je précise bien qu'il doit postuler en précisant bien qu'il souhaite avant tout RESIDER en Suisse.
J'ai la copine d'un copain qui a été recruté il y a quelques mois dans l'enseignement primaire a Lutry elle commence dans un mois (pour la rentrée scolaire 2019). Elle vient de la banlieue parisienne et elle n'a que 2 ans d'expérience. Bien entendu ils vont résider sur Lausanne (lui travaille déjà depuis près d'un an comme ingénieur a Cheseaux sur Lausanne. Donc c'est possible. Après je n'ai pas demandé au copain si elle effectue des remplacements.

Qu'ils exigent que l’enseignant réside en Suisse est normal pour 2 raisons
1) Un frontalier méconnaît totalement la vie locale, le fonctionnement de la vie politique, économique, la culture Suisse.  C'est une aberration qu'il enseigne a des enfants. Un enseignant doit baigner dans la culture du pays dans lequel il enseigne.
2) Un enseignant ne peut pas être en retard, hors avec la frontière il y a tout le temps des bouchons, imprévus...donc il sera facilement en retard ce qui n'est pas tolérable avec une classe.
Aussi ces trajets c'est usant et il sera plus souvent en arrêt de travail.
Personnellement je refuserais que mon enfant est une maîtresse frontalière. Je demanderais a changer de classe.

Concernant les étrangers, la Suisse en accueillera toujours en grand nombre. Rien qu'en 2018 la population étrangère a augmenté de 55'000 .  Par contre, depuis 2 ans ils privilégient clairement des étrangers qui s'installent en Suisse  plutôt que des frontaliers. Depuis 2 ans le nombre de frontaliers en Suisse stagne alors que le nombre d'étrangers en Suisse a augmenté de 110'000 personnes. Un vrai changement. En Suisse on ne veut plus de frontaliers.

L'auteur du poste peut commencer par des remplacements puis il verra.
Je conseillerai même que Madame qui est psychomotricienne trouve d'abord un travail puis ils auront tous les 2 un permis B et ensuite ils postulent pour des remplacements.
Mais c'est clair qu'il devra passer par une période instable. Mais ça peut en valoir le coup car les enseignant en France travaillent dans de très mauvaises conditions et sont extrêmement mal payé. En Suisse il peut faire plus de 3 fois son salaire NET Français. Pour quelqu'un qui vient de Paris et qui va enseigner sur Vaud/Fribourg il n ' y a pas photo, il gagnera nettement en qualité de vie (privé professionnelle), pouvoir d'achat même avec des remplacements.

Aussi, je conseillerai de rechercher dans le canton de Fribourg, c'est le canton ou il y a la plus forte pénurie d'enseignants en Suisse romande.

https://www.rts.ch/info/regions/fribour … nants.html

embedded :

Qu'ils exigent que l’enseignant réside en Suisse est normal pour 2 raisons
1) Un frontalier méconnaît totalement la vie locale, le fonctionnement de la vie politique, économique, la culture Suisse.  C'est une aberration qu'il enseigne a des enfants. Un enseignant doit baigner dans la culture du pays dans lequel il enseigne.
2) Un enseignant ne peut pas être en retard, hors avec la frontière il y a tout le temps des bouchons, imprévus...donc il sera facilement en retard ce qui n'est pas tolérable avec une classe.
Aussi ces trajets c'est usant et il sera plus souvent en arrêt de travail.
Personnellement je refuserais que mon enfant est une maîtresse frontalière. Je demanderais a changer de classe.

Encore une chose : lorsqu'il s'agit d'employés dans le public, souvent, on demande que la personne réside le territoire (le canton ou la commune, selon l'employeur), car c'est aussi la possibilité d'avoir une personne qui paie des impôts en plus.

D'ailleurs, les autorités publiques doivent donner la préférence au "local" aussi pour acheter du matériel. Si l'entreprise est sur leur territoire, il vont être prêts à payer un peu plus cher que l'entreprise la moins chère, car il créent des emplois sur le territoire et l'entreprise paie des impôts sur la commune. C'est donc pareil pour engager : priorité aux "locaux". D'où l'importance de ne pas être frontalier.

Merci à tous pour vos précieuses réponses ! Elles nous ont permis d'en apprendre plus sur notre projet de s'installer en Suisse.

D'après vos retours, il devra passer par cette étape des remplacements afin d'acquérir de l'expérience dans l'enseignement suisse avant de pouvoir prétendre à un poste fixe.
Êtes vous passé par cette étape Embedded ? Ou avez vous des collèges qui l'ont fait ?

La première étape est donc l'équivalence des diplômes, mais celle-ci requiert une adresse postale en Suisse. Difficile d'imaginer aller vivre en Suisse avant d'obtenir un emploi. Avez-vous des conseils sur ce problème ?

Je ne suis pas dans l'éducation mais dans l'informatique.

le mieux serait que tu postules depuis la France. Ensuite, dès que tu as un emploi, ton employeur te délivrera un permis B de travail. Grâce a ce permis de travail et ton contrat de travail tu pourras avoir un logement. Ensuite, ton copain pourras faire la reconnaissance des diplômes avec l'adresse de Suisse. Et il pourra ensuite psotuler pour des remplacements.

Nouvelle discussion