Comment établir la traçabilité d'une CNI délivrée en 1953?

Bonjour,

Ma mère malgache a découvert depuis peu que sa mère (ma grand-mère donc) possédait une carte nationale d'identité française délivrée à Madagascar en 1953.

Elle a demandé une copie de son acte de naissance au service d'état civil de Nantes, mais il n'y était pas répertoié.

À votre avis, est-ce que cette CNI est la preuve que ma grand-mère avait bien la nationalité française, sinon, comment établir la traçabilité de cette CNI?
Je vous remercie par avance pour vos réponses,

AmyMio

Bonjour et bienvenue AmyMion
Quand on découvre l'état des archives récentes grignotées par les souris et les cafards dans les placards ouverts à tous vents des administrations gasy on peut émettre des doutes concernant les archives datant de la colonisation car votre grand-mère a certainement eu cette carte d'identité qui a été attribuée par les autorités françaises établies à Madagascar et je doute fort que ces archives aient été rapatriées en France lors de l'indépendance.
Peut être devriez vous vous tourner vers http://www.archivesnationales.gov.mg/ qui ont certainement récupérés toutes les archives du temps de la colonisation?
En tout cas bonne chance concernant vos recherches.

Il existe 3 possibilités pour votre démarche :

1 /  Prendre RDV à l'ambassade française pour savoir si votre grand mère est enregistrée dans le registre d'état civil français pour Madagascar (ma belle mère franco malgache de 85 ans est inscrite dans ce registre).

2 /  Allez chercher vous même les informations liées à cette carte d'identité au niveau de toutes les administrations malgaches.

3 /  Allez voir ce qui est inscrit au niveau du cimetière (pierre tombale, archives et location du tombeau) où votre grand mère est enterrée.

Bon courage

Oui bon courage car là vous allez bousculer  ce qui pour les fonctionnaires actuels relève de l'archéologie.

Ma femme est née française, en principe , puisque née en 1955 à Ankerambé ( tout comme Ranavalona III, ce qui me permet de l'appeler Ranavalo IV quand elle s'énerve un peu ), néanmoins  à l'nsu de son plein gré elle est devenue malgache comme tout le monde en 1960.

Ce qui est drôle, c'est ue lors de notre 1ère tentative de mariage au consulat à Tana en 2011, la jeune employée malgache trentenaire du consulat/état civil l'a enguelé parceque son acte de naissance était intégralement ... rédigé en très bon français ! ( puisque c'était la règle à l'époque ) : " Madame ce document est un faux - je ne sais pas comment vous vous êtes procuré ça - ce que je veux c'est une traduction certifiée de acte de naissance rédigé en malgache ; regardez c'est écrit là sur mon formulaire et donc c'est ça qu'il me faut comme document " !!!

Nous fumes contraint d'impliquer l'employé vazaha du bureau d'à côté pour qu'il " informe " la conne diplômée en question de sa propre histoire nationale !
Bon, comme loin de se calmer elle m'a annoncé ue mon certificat de résidence était aussi un " faux " ( et que j'avais surement corrompu le bureau du fokontany de Moramanga avec une grosse liasse d'euros pour avoir çà  ), comme mon extrait de naissance ne lui convenait pas non plus, nous avons décidé d'aller nous faire voir chez les grecs - chez moi à l'époque - où là existe - si si ça existe ! - un consulat de france où les employés tant grecs que français sont tous absolument CHARMANTS et dévoués pour résoudre de leur propre initiative tous les problèmes administratifs des quidams qui passent entre leurs mains ; même les plus incongrus étant bien placé pour savoir qu'il ont vraiment mouillé la chemise pour notre cas ...spécial !!!.

Et si vous parlez français assez correctement pas bisoin de DELF non plus. Tant pis pour les lois scélérates du nain !

Con se le dise !

Donc bon courage AmyMio pour vos fouilles achéologiques à la recherche du TANT perdu depuis 1953 !

Nouvelle discussion