L'intégration scolaire des enfants au Vietnam

Bonjour à toutes et à tous,

Une expatriation est remplie de défis pour un enfant, et les parents s'attachent à tout mettre en œuvre pour les aider à bien s'adapter à leur nouvelle vie au Vietnam. Pour les accompagner dans cette transition, nous vous proposons de partager vos conseils pour faciliter leur intégration à l'école.

Comment aider son enfant à bien s'intégrer dans sa nouvelle école au Vietnam ? Comment le préparer à ce changement ?

Quels sont les facteurs à prendre en compte dans le choix de l'école ?

Quels sont vos astuces et conseils pour aider votre enfant à s'adapter au programme scolaire de son nouvel établissement ?

Est-ce qu'il y a un âge auquel il est préférable de ne pas changer son enfant d'école ?

Quels sont les signes de mauvaise intégration à ne pas manquer ?

Comment s'est passée cette transition pour votre enfant ?

Partagez votre expérience ! Merci,

Bhavna

Mes deux enfants sont nes au Vietnam.
Comme leur maman est Vietnamienne, ils sont Vietnamiens et n'ont aucun probleme d'integration.

L'intégration est une notion française, au Vietnam les étrangers ne sont jamais intégrés, et il faudrait vraiment des parents qui haissent leurs enfants pour mettre des petits blancs dans des écoles vietnamiennes,  où le seul programme est d'apprendre par coeur l'histoire d'Ho Chi Minh et autre histoire du Vietnam inventée, au lieu de les mettre dans des écoles françaises (ou américaines, etc.).

Rickvn,

Nous n'avons pas d'école Française sur Phu Quoc.

Ne soyez donc pas aussi catégorique !!
Je ne me reconnais absolument pas dans vos fausses certitudes, et, notre enfant est considéré par ses parents, nous, et pleinement à l'aise dans son école publique, la meilleure de Phu Quoc.
Et j'ajoute que je Je suis parfaitement intégré par mes voisins Vietnamiens.

Bien-sûr, Léo avait 2 ans lorsque nous l'avons mis à la maternelle Vietnamienne, et, nous savions que nous allions rester au Vietnam.
Ne nous considérez pas non plus, pour des fous, ou, des farfelus, d'autres couples mixtes franco-vietnamiens font la même chose que nous à Phu Quoc, et ça se passe très bien, aussi pour eux, et leurs enfants.

D'autres parents vivent à Phu Quoc, et se privent de la joie, d'avoir leurs enfants avec eux, en envoyant ces derniers, aux études, sur Saigon.
C'est plutôt cela que je considère comme une très grande tristesse.......

Poivre

Bonjour à tous,
je pense qu'il faut séparer les deux cas de figures.
1/Enfants d'expatriés Francais.
2/Enfants eurasiens .

Au VN les expatriés ne peuvent faire autrement que de placer leurs enfants dans des écoles dites européennes ici (avec le prix que cela engendre)
ainsi de retour en France après la mission de papa maman au VN,  ces enfants réintègrent l'école en France avec la continuité du programme, c'est tellement logique.
Durant leur séjour au VN ces enfants s'enrichissent beaucoup avec la découverte d'une autre culture, d'autre races de gens, car dans les écoles européennes ici s'y trouvent enfants de tous pays, à noter un déploiement de la langue anglaise assez importante.
De ce fait, ils s’intègrent bien s'enrichissent en découvrant de potes venant de BELGIQUE SUISSE HOLLANDE etc, des Bretons des Marseillais, des Basques , des Corses etc.
Et tout ce mélange, se mélange sans aucun souci, sans oublié qu'un enfant a peut être
çà de plus intelligent des adultes, il s'adapte avec tout les autres.

Pour les Eurasiens, c'est très différent, bien que papa, maman  de deux cultures différentes, cherchent à tout PRIX à en faire un futur Francais.
Cet enfant sera donc dans une institution française il parle Francais, IL EST FRANÇAIS.
Et la projection des parents c'est de partir vivre en FRANCE.
Car le VN est le 1/3 monde comme dirait kelkun d'ici, certains parents ne voudront pas mélanger leur chère progéniture avec des NHAQUÊ sous développés !
Même la maman étant vietnamienne raisonne de la sorte!
Mais dans cette situation monsieur à de bons revenus (école française ici c'est + de 1000€ mois, à ne pas oublier)

Reste la situation de l'enfant eurasien, dont papa retraité avec une retraite dépassant
pas les 1000, 1500€ dont celle ci fond comme neige au soleil tous les ans grâce à la bonne volonté de nos élus.
Ce cher petit n'a pas autre choix que de vivre à la vietnamienne avec l'école du quartier, du village, sans clim avec ventilateur, toiture en tôle, il ira à vélo, pas en voiture climatisée avec chauffeur! pour la saison des pluies, il aura son imperméable et des tongs son cartable sera mouillé chaque fois. MAIS!
Il suivra une scolarité vietnamienne, au collège il sera le chouchou de tout le monde
car métissé donc joli (e) tout le monde sera autour de lui, et il vivra sa vie heureuse.
Lui sera parfaitement intégré.

Ce que je dis là.............
,

Bien,

Mais il y a le CNED, qui est très bien, et, pas coûteux du tout, et, aussi, la possibilité de monter le dispositif subventionné pendant 5 ans, appelé F.L.A.M. (classe de Français seule), à l'étude à Phu Quoc.

Nous avons eu l'occasion d'aborder ces sujets, avec le chef de la section consulaire de l'ambassade de France à Hanoi, lors de son récent déplacement à Phu Quoc, pour répondre aux questions de nos ressortissants.

La décision des parents sera dictée pas les études antécédentes de leur enfant, la durée de leur séjour au VN, et ce qu'ils pensent être le meilleur pour leur progéniture.

Pour notre part, nous ne sommes pas figés, et, si Léo veut poursuivre plus tard ses études de Français, nous opterons alors pour le CNED, ou, quand il sera beaucoup plus grand, et, en âge de choisir, des études en France........il choisira alors, et, nous pourrons le confier, tranquillement à un proche; à la Viet.

Poivre

Nouvelle discussion