Convaincre un employeur aux Etats-Unis

Bonjour à toutes et à tous,

Chercher un emploi aux Etats-Unis impose de prendre connaissance et de s'adapter aux spécificités du marché de l'emploi local. Pour que votre recherche soit efficace, nous vous proposons de partager vos conseils pour convaincre un recruteur aux Etats-Unis.

De l'envoi de sa candidature à l'entretien, comment se démarquer des autres candidats ?

Comment s'adapter aux différents types d'entretiens (formel, au cours d'un déjeuner, par visioconférence, etc.) ?

Quelles sont les spécificités culturelles à prendre en compte ?

Quels sont les faux-pas à éviter ?

Partagez votre expérience, en racontant ce qui a fonctionné (ou pas !) lors de votre recherche d'emploi aux Etats-Unis.

Merci,

Priscilla

Bonjour,

je pense que pour convaincre un employeur, il faut être soi-même, et réussir communiquer sa pensée sur le boulot, ses lignes de conduite, sa façon de voir les choses en étant honnête avec soi.

L'employeur verra en vous le potentiel de travail ensemble et peu se projeter plus facilement.  Je ne dis pas que cela est une généralité, ni que ça marche pour tous les secteurs mais que pour moi ça a fonctionné.

Je pense que la question de comment convaincre un employeur américain ne va s'adresser à presque personne (sauf ceux qui ont deja une Carte Verte et ils sont très rares).

Sinon dans le cas de travailleurs étrangers, en gros la loi dit que c'est à  l'employeur américain de venir vous chercher, donc de vous convaincre de venir travailler pour lui et pas l'inverse.

AlexLndr :

Bonjour,

je pense que pour convaincre un employeur, il faut être soi-même, et réussir communiquer sa pensée sur le boulot, ses lignes de conduite, sa façon de voir les choses en étant honnête avec soi.

L'employeur verra en vous le potentiel de travail ensemble et peu se projeter plus facilement.  Je ne dis pas que cela est une généralité, ni que ça marche pour tous les secteurs mais que pour moi ça a fonctionné.

C'est une reponse qui est juste si tu postules en France ou si, comme dit plus haut, tu postules depuis les USA et est detenteur de carte verte.

Aux USA ca marche pas comme cela car si tu envoies ta candidature spontanee ou meme a une offre existante il faudra convaincre l'employeur de te sponsoriser pour le visa! donc meme si t'es mega sur de toi blablabla ca va pas aller bien loin s'il n'y a pas de sponsoring...

frenchnewyorker :
AlexLndr :

Bonjour,

je pense que pour convaincre un employeur, il faut être soi-même, et réussir communiquer sa pensée sur le boulot, ses lignes de conduite, sa façon de voir les choses en étant honnête avec soi.

L'employeur verra en vous le potentiel de travail ensemble et peu se projeter plus facilement.  Je ne dis pas que cela est une généralité, ni que ça marche pour tous les secteurs mais que pour moi ça a fonctionné.

C'est une reponse qui est juste si tu postules en France ou si, comme dit plus haut, tu postules depuis les USA et est detenteur de carte verte.

Aux USA ca marche pas comme cela car si tu envoies ta candidature spontanee ou meme a une offre existante il faudra convaincre l'employeur de te sponsoriser pour le visa! donc meme si t'es mega sur de toi blablabla ca va pas aller bien loin s'il n'y a pas de sponsoring...

Bonjour Frenchnewyorker, je ne parle uniquement de mon expérience personnelle, une entreprise m'a sollicité, j'ai été moi-même, ça collait et ça le fait, je pars dans 3 semaines. Je partage simplement mon vécu. Je ne me considère pas du tout comme sûr de moi. Après c'est évidemment que lorsqu'on postule pour un job il est nécessaire de connaître et de pouvoir mettre ses atouts en valeur ( en relation avec le poste visé) et ainsi permettre au futur employeur d'imaginer le potentiel de cette embauche. Aucune entreprise ne souhaite embaucher quelqu'un qui n'apportera aucune plus-value à la boîte.

frenchnewyorker :

Aux USA ca marche pas comme cela car si tu envoies ta candidature spontanee ou meme a une offre existante il faudra convaincre l'employeur de te sponsoriser pour le visa! donc meme si t'es mega sur de toi blablabla ca va pas aller bien loin s'il n'y a pas de sponsoring...

L'histoire de ma vie. J'ai toujours été assez bonne en entretiens, j'ai toujours su mettre ma personnalité et mes expériences en avant et plus d'une fois on m'a dit que j'avais le profil parfait pour le poste, que j'étais exactement ce qu'ils recherchaient. Mais malheureusement le visa bloquait toujours.
Donc dans les faits pour convaincre un employeur aux USA je dirais que c'est comme en France, à la différence qu'aux US le feeling compte énormément et qu'ils privilégieront quelqu'un d'un peu moins expérimenté avec qui le courant passe que quelqu'un au CV parfait mais où le contact humain est moins facile.

AlexLndr :
frenchnewyorker :
AlexLndr :

Bonjour,

je pense que pour convaincre un employeur, il faut être soi-même, et réussir communiquer sa pensée sur le boulot, ses lignes de conduite, sa façon de voir les choses en étant honnête avec soi.

L'employeur verra en vous le potentiel de travail ensemble et peu se projeter plus facilement.  Je ne dis pas que cela est une généralité, ni que ça marche pour tous les secteurs mais que pour moi ça a fonctionné.

C'est une reponse qui est juste si tu postules en France ou si, comme dit plus haut, tu postules depuis les USA et est detenteur de carte verte.

Aux USA ca marche pas comme cela car si tu envoies ta candidature spontanee ou meme a une offre existante il faudra convaincre l'employeur de te sponsoriser pour le visa! donc meme si t'es mega sur de toi blablabla ca va pas aller bien loin s'il n'y a pas de sponsoring...

Bonjour Frenchnewyorker, je ne parle uniquement de mon expérience personnelle, une entreprise m'a sollicité, j'ai été moi-même, ça collait et ça le fait, je pars dans 3 semaines. Je partage simplement mon vécu. Je ne me considère pas du tout comme sûr de moi. Après c'est évidemment que lorsqu'on postule pour un job il est nécessaire de connaître et de pouvoir mettre ses atouts en valeur ( en relation avec le poste visé) et ainsi permettre au futur employeur d'imaginer le potentiel de cette embauche. Aucune entreprise ne souhaite embaucher quelqu'un qui n'apportera aucune plus-value à la boîte.

Oui donc la c'est un recrutement de la part de l'employeur donc en gros c'est a lui de se vendre plutot que toi, puisqu'il te veut. Il avait donc surement deja un visa a te proposer. C'est une belle opportunite pour toi en effet, felicitations!
Mais on est en general plutot de l'autre cote de la barriere quand on postule pour les USA. Si seulement le fait de bien se vendre pouvait suffir  :sosad:

Dans tous les entretiens que j’ai effectués (etant aux US), la question cut-off est : « What is your status in this country? » ou « Do you need a work permit to work in the US? » ... donc en effet avoir un visa/permis de travail ...est primordial.

le reste est à mon avis similaire avec les entretiens en Europe. Il faut demontrer qu on est la bonne personne et on apportera un plus certain à l’entreprise.

Meme lorsque je n’est pas d’intention de changer d emploi, je reste toujours ouverts aux entretiens car a. On ne sait jamais ... b. Ça permet se driller et s’ameliorer surtout dans un nouveau pays et une langue differente que sa langue maternelle.

Il faudrait que l'on soit super mais super bon sur le domaine recherché, et aussi que l'entreprise soit vraiment dans l'embaras de choix je dirai, genre ne pouvant trouver quelqu'un de qualifié sur le territoire Américain pour pouvoir opter sur la sponsorisation d'un travailleur étranger. Bon bah y en a aussi le 'feeling' je dirai... mais encore, même si ca passe, qui aimerait se taper toute une paperasse de l'immigration? C'est donc ca qui ammène les recruteurs Américains de privilegier ceux detenteurs de la Green Carte et aussi les citoyens Americains.

Ps: Cela varie aussi de firm en firm. Plus grande est la firme, plus y a de fortes chances de se faire embauché et sponsorisé.

Il faut expliquer ce que l'on c'est faire, avec des exemples concrets, etc. Il faut aussi des références écrites ! Les références sont très importantes pour les employeurs Américains.

Nouvelle discussion