Expatriation et lycée Diégo?

Bonjour à tous. Je me présente: Anne Laure, mariée, 2 enfants, vivant actuellement à Marseille.
Avec ma famille nous envisageons une expatriation à Madagascar en zone côtière.
Dans un premier temps nous aurions plutôt choisi le Sud Ouest de l île mais malheureusement nous rencontrons un souci😅
Notre projet est pour dans 3 ans et notre plus grande fille sera en âge d aller au Lycée. Après recherches la seule ville côtière avec lycée français est Tamatave ( mais la météo me fait peur 😨). Ensuite il y a Diégo mais le lycée ne propose que des cours CNED...mais je ne sais pas si c est bien (surtout pour son intégration, j ai peur qu elle soit isolée sans cours collectifs...) est ce que certains d entre vous ont été confrontés à ce problème? Et le cas échéant, comment l’avez vous résolu ?
Merci d’avance  à tous  pour vos réponses

Bonjour,

La solution est l'internat du LFT au niveau de la capitale. Toutes les 7 semaines, les élèves ont 2 semaines de vacances.

Après si votre enfant est sérieuse, le CNED fonctionne bien aussi.

Je pense qu'au moment venu, il faut lui demander son avis !!!

Avec cette solution, vous pouvez choisir la destination initiale...

Merci beaucoup de votre réponse. L internat n est pas une solution envisageable pour moi, l une des raisons de cette expatriation est de passer plus de temps en famille.
Et pour le CNED je ne suis pas contre mais je me demandais si au lycée de Diego il y avait des cours collectifs ou des devoirs en commun sous l’égide du CNED 😊

http://normada.com/44-enseignement/219- … arnot.html

Comme il est noté dans le lien ci dessus, "les élèves de seconde, première et terminale sont scolarisés à Tana ou par enseignement à distance", cela signifie qu'il n'y a pas de cours collectif ou devoirs en commun à Diego.

J'ai bien peur qu'il ne vous reste plus que le CNED (ou Tamatave). Attention si vous décidez de choisir cette méthode assurez vous d'avoir une connexion internet capable de supporter le débit nécessaire pour recevoir et envoyer des documents dématérialisés.

A moins que cela n'ait changé très récemment ou qu'ils aient fait le choix de ne pas poursuivre pour l'an prochain il y avait la solution du CNED "accompagné" à Diégo... au Lycée français...
C'est une solution chère puisque vous payez ce service en plus du CNED... mais cela reste moins onéreux que le Lycée français de Tana qui coûte un bras... et où il vous faut trouver une famille d'accueil sur place pour l'accueillir en cas de problèmes (maladie, événements...).

Ma fille a fait toute sa scolarité au collège de Diégo Suarez, de la 6ème à la 3ème.
Arrivée à la seconde j'ai opté pour le CNED "indépendant" car outre le fait que j'habitais loin du centre ville et qu'il n'y avait pas de solution fiables de transports en commun pour son transport, différents points ne me plaisaient pas trop :
- Les élèves sont laissés livrés à eux memes et regardent des vidéos ou enregistrent des films la plupart du temps
- les professeurs censés les accompagner ne sont pas très performants
- le niveau des camarades de ma fille intégrant ce système était très bas et je pense que ma fille aurait passé son temps à faire le répétiteur des autres...

Ma fille a réussi sa classe de seconde "S" mais s'est retrouvée extrêmement isolée en devant suivre ses cours toute seule, l’interaction avec les autres élèves, le regard et le suivi d'un professeur lui ont beaucoup manqué même si elle a toujours été très autonome et que c'est une élève brillante...
Tenir un rythme scolaire avec des horaires et une production régulière de devoirs a été très dur... ma fille avait tendance à se lever de plus en plus tard et à veiller longtemps la nuit pour faire ses devoirs... et je devais lutter en permanence pour qu'elle tienne ses délais...
Elle avait des amis à l'extérieur mais la plupart étaient à Tana au lycée français... les liens se sont distendus avec le temps et ma fille en a beaucoup souffert.
Sans compter les coupures Jirama et la faiblesse d'internet !!!

Comme elle a choisi une section scientifique, l'absence de TP "en réel"aurait été un vrai désastre pour le bac... je l'ai donc fait partir pour la Réunion où elle suit désormais sa classe de 1er "S" en internat la semaine et dans une famille le week end...
Elle a changé de famille d'accueil en octobre car la première ne convenait pas du tout... par exemple, la famille était censée lui proposer des repas le week end... mais ma fille m'a régulièrement téléphoné le samedi soir... elle était en ville, seule à 21h pour se chercher un sandwich car elle crevait de faim !!!

L'intégration dans sa classe à la Réunion a été difficile aussi... Elle se retrouve avec des élèves extrêmement compétiteurs qui étaient ensemble déjà en seconde... elle est un peu isolée en cours... heureusement à l'internat çà se passe très bien...
Elle revient toutes les vacances scolaires... elle est actuellement ici à Nosy Bé avec nous...
Elle  fera sa terminale à la Réunion... Après ce sera la France, puis l'Angleterre certainement... On ne pourra pas dire qu'elle n'a pas eu une scolarité atypique !!!!

Faire le choix de vivre à Madagascar allait poser problème à terme pour la scolarité de ma fille, je le savais quand je l'ai fait... bien que quand j'ai pris la décision de vivre à Diégo il y avait encore la section "lycée" dans cette ville... elle a fermé l'année de mon arrivée !
Si c'était à refaire je le referai... mais je pense que la classe de seconde a été un vrai problème pour ma fille... mais j'avais peu de solution...

Le CNED, accompagné ou non... est une possibilité mais il faut que votre enfant soit, à mon avis, très autonome et d'un très bon niveau au départ car elle ne pourra compter que sur elle...
Elle sera très seule dans sa vie de tous les jours... car c'est par l'école surtout que les enfants s'intègrent et trouvent des amis... et à Diégo... il n'y a pas beaucoup d'endroits où faire des connaissances des gens de son âge....

Tout se pèse... quand on veut vivre au "paradis" avec des enfants à scolariser...
Je vous souhaite bon courage...

Bonjour, Anne-Laure,
Il ne faut pas redouter Tamatave et son climat, les pluies y sont parfois diluviennes, mais c'est le plus souvent la nuit...
J'appréhendais aussi le climat quand en 1987 j'y ai obtenu un poste au lycée français,et je m'y suis installé en famille. Personne n'en a souffert, et mes filles également y ont passé d'excellentes années à tous les points de vue. Travailler dans ce lycée est toujours une chance, tant pour les élèves que pour les enseignants, et tous mes collègues et moi y sommes restés le maximum de temps possible(6 ans).
Maintenant seul et à la retraite, je m'y suis à nouveau installé après avoir encore sillonné Madagascar, mais sans trouver un endroit qui me plait davantage pour y vivre.
Donc, si m'en croyez, ne zappez pas Tamatave!
Bonne réflexion.
:top:










souffert

Effectivement cela doit être très valorisant et satisfaisant d'avoir un enfant qui est capable de suivre des études... et je dis bravo à ta fille Lys.
Pour ma part la seule matière où j'étais hyper performant dès le début de ma scolarité c'était dans le domaine de l'horlogerie car je ne cessais jamais de regarder la course trop lente de la grande aiguille et je comptais les secondes qui me séparaient de la fin des cours.
Je n'ai jamais aimé l'école et je ne voudrai surtout pas imposer à mon fils le calvaire que j'ai subit.
Par contre, je l'ai observé dernièrement quand il m'a chipé une feuille de papier et qu'il a dessiné les mots qui étaient inscrit sur un courrier. Donc j'en conclue qu'il s'instruira en autodidacte tout comme je l'ai fait et dans certains domaines sans avoir usé mes fonds de pantalon sur les bancs d'école je peux me vanter d'en remonter à certains qui ont fait de longues études.
Je pense que l'école en général est un lieu où on encadre les cerveaux afin de les mettre dans un moule pour éviter de générer des électrons libres qui risqueraient de déstabiliser le "politiquement correct" mais ceci ne sont que les divagation d'un vieux grognon qui n'a jamais été sage dans sa vie et qui de ce fait préférait toujours les femmes pas trop sages...

http://img.over-blog-kiwi.com/0/20/39/77/20151012/ob_2dbd1e_12109755-1489333458037195-906054952039.jpg

Comme le dit Nelson Mandela, «L’éducation est l’arme la plus puissante qui puisse être utilisée pour changer le monde.» L’éducation est la clé pour éliminer les inégalités entre les sexes, réduire la pauvreté, créer une planète durable, prévenir les maladies et les décès inutiles et favoriser la paix.

Ce n'est pas l'éducation qui fait tourner le monde mais l'argent et l'éducation n'est qu'une finalité à mon sens pour avoir plus d'argent car on aura une meilleure situation si on est très instruit ce qui est totalement idiot d'après moi... mais je ne demande à personne de suivre mon raisonnement car s'il n'y avait que des électrons libres comme moi sur terre il y aurait la guerre qui n'en finirait plus...
https://i.ibb.co/WFKSDcL/Sans-titre-1.jpg

vous avez raison sur un point, Madagastron, et dans vos mots êtes  d'un vieux grognon

Je ne sais pas ce que c'est d'être vieux comme toi à 85 ans, je n'ai que 65 ans

madagaston :

[color=#030000]Effectivement cela doit être très valorisant et satisfaisant d'avoir un enfant qui est capable de suivre des études... et je dis bravo à ta fille Lys.
Pour ma part la seule matière où j'étais hyper performant dès le début de ma scolarité c'était dans le domaine de l'horlogerie car je ne cessais jamais de regarder la course trop lente de la grande aiguille et je comptais les secondes qui me séparaient de la fin des cours.
Je n'ai jamais aimé l'école et je ne voudrai surtout pas imposer à mon fils le calvaire que j'ai subit.
Par contre, je l'ai observé dernièrement quand il m'a chipé une feuille de papier et qu'il a dessiné les mots qui étaient inscrit sur un courrier. Donc j'en conclue qu'il s'instruira en autodidacte tout comme je l'ai fait et dans certains domaines sans avoir usé mes fonds de pantalon sur les bancs d'école je peux me vanter d'en remonter à certains qui ont fait de longues études.
Je pense que l'école en général est un lieu où on encadre les cerveaux afin de les mettre dans un moule pour éviter de générer des électrons libres qui risqueraient de déstabiliser le "politiquement correct" mais ceci ne sont que les divagation d'un vieux grognon qui n'a jamais été sage dans sa vie et qui de ce fait préférait toujours les femmes pas trop sages...

Que ma fille aie la capacité de suivre des études c'est effectivement une chance... j'aurais été désemparée avec une enfant en échec scolaire permanent car comme je l'ai indiqué dans un autre post, chez moi toutes les filles ont été invitées à faire des études, tant qu'elles le pouvaient... et ce depuis des générations...
C'est la garantie de notre liberté, de notre autonomie, de notre capacité à vivre les événements de nos vies,  de surmonter les drames... combien ai je croisé de femmes qui ne savaient même pas faire un chèque seule, qui s'en remettait à leur mari pour toutes les choses qui dépassaient les courses, le ménage... des vies de servitude... et un jour le conjoint disparaît et voilà la pauvre femme livrée à elle-même, dépassée... isolée... perdue...

Bien entendu que je veux que ma fille aie si possible un bon métier, qu'elle aime surtout et qui lui donne de la joie... qu'elle gagne de l'argent, assez pour décider d'aller chez le coiffeur quand bon lui semble et pas toujours être rendue à l’aumône auprès d'un conjoint tout puissant !
Fera t'elle de l'argent un Dieu... ? Je ne l'ai pas éduquée dans ce sens mais elle fera ce qu'elle veut de mon éducation... nous parents proposons et les enfants choisissent, bonifient ou détruisent, agrandissent leur patrimoine ou le dépensent instantanément...
Notre seul pouvoir est de leur donner le choix !
Et c'est cela que je ne comprends pas chez toi mont tit Gaston... c'est que tu ne donnes pas le choix à ton fils !
Tes mauvaises expériences scolaires, ta capacité à dépasser tout ce que l'école pouvait t'apprendre pour apprendre par toi même, ton chemin professionnel d'autodidacte qui a réussi... ce sont des faits de ta vie à toi, de ton temps à toi...
Il n'est pas sur que l'époque où vit ton fils, même si Madagascar le protège encore par son sous développement, soit propice à réussir comme tu as réussi toi !
Ce n'est pas parce qu'il a 3 zébus, 150 lapins, des maisons et des terrains qu'il les aura plus tard déjà !
Tu n'es pas marié... ta femme n'aura donc pas de pension de reversion... elle fera ce qu'elle pourra avec ce que tu lui laisseras... et laissera à ton fils ce qu'elle aura pu conserver...
Un fois grand ton fils, s'il lui reste quelque chose, fera aussi comme il peut... et s'il sait à peine écrire, à peine compter, car tout çà c'est aussi le quotidien !

Tu vois ton fils essayer des choses et tu es tout content parce qu'il suit ta voie... mais seras tu là assez longtemps pour lui transmettre toute ta richesse, toutes tes expériences ?
Envoies d'urgence ton fils à l'école... car c'est son droit d'enfant et toi c'est ton devoir de père...
"Après moi le déluge...", "de toutes les façons il aura déjà plus que les autres à coté"... ce sont des choses que j'entends trop souvent de la part des "vieux papas" vazahas d'ici !!!

L'école n'est pas un Dieu pour moi... je me suis construite avec mais aussi avec les gens de mon entourage qui prenaient le temps de m'instruire de leurs expériences... mes grands parents ont toujours été des références et je suis assez un électron libre pour ne pas me sentir "cadenassée" par mes années d'études...
Mais moi j'ai eu les deux... les leçons de l'école et les leçons de la vie des autres !!!
Donnes cette opportunité à ton fils... et d'urgence !!!!

Tout à fait d'accord avec Lys...
Et il m'arrive de regretter, cher Gaston, quand j'ai eu la chance de ton hospitalité, de ne pas avoir discuté davantage de cette question avec toi; ne pas offrir d'études à ton fils, c'est le priver de rencontres, d'ouvertures, et lui fermer bien des portes. A jamais. Et s'il ne souhaite pas aller loin dans se études, au moins aura-t-il eu la possibilité de choisir, que tu ne lui laisses pas si tu persistes dans ta position.
Et il me semble me rappeler que parmi les gens que tu appréciais, que tu admirais, il y avait un médecin, mycologue de surcroît. Lui avait fait des études.
En toute amitié.

Mon fils aura toute sa vie pour apprendre ce qui lui plaira comme je l'ai fais et ce que j'ai appris le plus c'est dans l'école de la vie car même le métier que j'ai exercé pendant plus de trente ans je l'ai appris sur "le tas" et non pas dans une école. Pour ma part je trouve que l'instruction pratiquée dans les écoles est une absurdité complète et mènera l'humanité à sa perte plus tôt que prévu. Demandons donc aux peuples des forêts sud américaines qui sont obligés de quitter leur milieu de vie à cause de la cupidité des hommes instruits.
Mon fils choisira quand il sera en âge de choisir et je n'ai pas du tout l'intention d'en faire un esclave de l'éducation "NATIONALE".
Chacun veut tirer la couverture à soi en pensant obtenir beaucoup plus de la vie en étant éduqué, instruit dans le cadre que les autres auront choisit de lui apprendre.
Ce n'est pas du tout mon opinion et nous voyons bien maintenant déjà à quoi nous avons réduit la terre en pillant ses richesses et en vivant sur ce que nous volons tous les jours à nos descendants car les richesses de la terre ne sont pas inépuisables et un jours nos descendants nous maudiront de leur avoir volé toutes les richesses en 100 ans ce que la terre a mis des millions d'années à créer.
Et comment en sommes-nous arrivé là? Grace à l'éducation "NATIONALE", qui a permis la robotisation, la :modernisation, le pillage des richesses naturelles, l'industrialisation à outrance... on continue ou j'arrête là?
Donc un homme de moins instruit sur la terre la pillera d'autant moins.

Même si les données ne sont peut-être plus à jour, voici une image qui en dit long sur ce que les peuples des pays éduqués font subir aux peuples des pays dits pauvres mais qui possèdent tant de richesses.
http://a52.idata.over-blog.com/4/22/72/63/Photos/Afrique.jpg

La liberté c'est le choix... Mais par ton choix, est ce que ton fils est libre de choisir ?

Bien entendu je ne vais pas dénigrer les enseignants car ils ont certainement l'amour de leur métier et la passion de transmettre le savoir... sauf que:
En France la scolarité est obligatoire dans les écoles sur le fronton desquels parfois on peut lire le mot liberté. C'est ça le concept de la liberté? Alors ce sera sans moi.
Cher Claude, bien entendu nous aurions certainement pu avoir une discussion à bâtons rompus concernant l'éducation et tu me rappelles justement qu'un de mes amis médecin fait également de la mycologie. Je te répondrai qu'il n'y a pas de sot métier et qu'un médecin n'a à mes yeux pas plus de valeur qu'un mendiant qui a tout raté dans sa vie car tous les deux sont des êtres humains et s'il y en a un qui a plus de connections neuronales que l'autre, cela lui donnerait-il le droit de se sentir supérieur?
En ce qui me concerne, j'ai acquis un certain savoir dans le domaine de la mycologie et me serait-il permis d'obliger tout le monde à s'intéresser à la mycologie? Que nenni! J'ai le droit de sensibiliser les autres à la mycologie mais cela ne me donne aucunement le droit de leur imposer le savoir dans un domaine ou un autre.
Mais bon, comme le reprochait si justement mon regretté père: "Tu n'est pas un moutons comme tout le monde... tu es un âne".

https://www.piecejointe.com/stock/201610/Parfois-il-vaut-mieux-faire-semblant-d-etre-un-an.jpg

Nouvelle discussion