Barrière de langues

Bonjour à tous, je suis Anne-Lise et je suis en charge de l’éditoriale ici à Expat.com. Nous aimerions nous appuyer sur vos suggestions, questions et vos réflexions pour créer du contenu qui vous intéresse plus. Et nous voulons aussi que vous puissiez participer aux articles. En ce moment, nous écrivons un article sur les difficultés linguistiques que rencontrent les expatriés. Le but étant de faire une liste de conseils pour ceux qui veulent s’expatrier, mais qui ne maîtrisent pas encore la langue ou une des langues de leur pays d’adoption.

Avez-vous eu des difficultés lors de vos premiers mois d’expatriation ?
Comment les avez-vous surpassés ?
Et quels conseils donneriez-vous à un expatrié ou quelqu’un qui s’apprête à partir vivre à l’étranger ?

Vous pouvez laisser vos réponses ci-dessous ou m’envoyer un message privé.

Merci beaucoup!

Anne-Lise

Bonjour,

C'est un top sujet !

On dit que les mauriciens sont parfaitement bilingues et qu'ils maîtrisent mieux le français que l'anglais mais je vous avoue que je dois encore tendre l'oreille pour tout comprendre même lorsque l'on me parle en français. Les accents sont si différents d'un mauricien à un autre et chacun a son charme.

Nous nous sommes (ma petite famille et moi) fait accompagné par un consultant pour notre installation. Il était notre seul contact, du coup, nous nous sommes accrochés à lui et avons fait la connaissance de sa femme. Un super couple d'une grande bienveillance qui nous ont aussi surpris par leur ouverture d'esprit, leur intelligence et leur pragmatisme. Toutes les questions que nous pouvions avoir (de la plus débile à la plus sérieuse), les sorties, les bonnes adresses, c'était avec eux et nous trouvions que nous réussissions notre installation.

Puis, ils ont commencé gentiment à nous lâcher, dans le bon sens du terme, comme un bébé à qui on apprend à marcher seul car rester coller à eux n'était pas signe d'intégration, ce qui n'est pas faux.

Nous avons compris que le français - du moins l'expression - est très subtil ici. Qu'en plus de l'accent, chacun a ses propres expressions mélange de créole, d'anglais et de français et que ce qui est exprimé n'est pas toujours ce qui est compris. La faute à personne, qu'on se le dise.

J'ai pris un moment pour comprendre qu'on "ramasse le linge" (j'adore comment le mot "ramasse" est employé dans des situations différentes), qu'on va "faire pipi un coup" (le p'tit coup aussi j'adore), qu'on va boire un coup (jamais deux), que "je ne sais pas" est souvent synonyme de "je n'ose pas", que "la pluie tombe dehors", qu'on "risse" les rideaux ou les cheveux, qu'on passe le mop, le tout rehaussé d'un charmant "ayo".

Tout cela pour dire que même si nous devons parfois tendre l'oreille, froncer les sourcils et éclater de rire lorsque l'on a enfin compris, il n'y a pas véritablement de barrières linguistiques et que lorsque l'on va acheter de la ciboulette, on rentre avec de petits oignons rouges mais personne n'en meurt :)

PNOI :

Bonjour,

C'est un top sujet !

On dit que les mauriciens sont parfaitement bilingues et qu'ils maîtrisent mieux le français que l'anglais mais je vous avoue que je dois encore tendre l'oreille pour tout comprendre même lorsque l'on me parle en français. Les accents sont si différents d'un mauricien à un autre et chacun a son charme.

Nous nous sommes (ma petite famille et moi) fait accompagné par un consultant pour notre installation. Il était notre seul contact, du coup, nous nous sommes accrochés à lui et avons fait la connaissance de sa femme. Un super couple d'une grande bienveillance qui nous ont aussi surpris par leur ouverture d'esprit, leur intelligence et leur pragmatisme. Toutes les questions que nous pouvions avoir (de la plus débile à la plus sérieuse), les sorties, les bonnes adresses, c'était avec eux et nous trouvions que nous réussissions notre installation.

Puis, ils ont commencé gentiment à nous lâcher, dans le bon sens du terme, comme un bébé à qui on apprend à marcher seul car rester coller à eux n'était pas signe d'intégration, ce qui n'est pas faux.

Nous avons compris que le français - du moins l'expression - est très subtil ici. Qu'en plus de l'accent, chacun a ses propres expressions mélange de créole, d'anglais et de français et que ce qui est exprimé n'est pas toujours ce qui est compris. La faute à personne, qu'on se le dise.

J'ai pris un moment pour comprendre qu'on "ramasse le linge" (j'adore comment le mot "ramasse" est employé dans des situations différentes), qu'on va "faire pipi un coup" (le p'tit coup aussi j'adore), qu'on va boire un coup (jamais deux), que "je ne sais pas" est souvent synonyme de "je n'ose pas", que "la pluie tombe dehors", qu'on "risse" les rideaux ou les cheveux, qu'on passe le mop, le tout rehaussé d'un charmant "ayo".

Tout cela pour dire que même si nous devons parfois tendre l'oreille, froncer les sourcils et éclater de rire lorsque l'on a enfin compris, il n'y a pas véritablement de barrières linguistiques et que lorsque l'on va acheter de la ciboulette, on rentre avec de petits oignons rouges mais personne n'en meurt :)

Ayo, je me retrouve tellement dans tout ce que vous dites ! Je me moque gentiment de ma petite soeur car elle traduit souvent littéralement des expressions créoles, mais je me rends compte que je ne suis pas mieux ! Moi aussi je vais faire pipi un coup et je ramasse le linge :)

Sché

Je raconte pas comment on m'a appris, expliqué et décortiqué les gros mots alors? :joking:
Et j'espère que vous ne faites pas pipi un coup en ramassant le linge en vous faisant risser les cheveux!!

Merci à tous pour ces anecdotes!

Nouvelle discussion

Réussissez votre expatriation en famille grâce aux conseils des expatriés

OU