Formalités douanières pour emmener ses affaires au Brésil

Bonjour,

Un déménagement international nécessite une bonne préparation. Pour éviter les surprises à l'arrivée, nous vous proposons d'échanger sur les formalités pour dédouaner vos effets personnels au Brésil.

Quelles sont les formalités pour dédouaner ses affaires au Brésil ? Quelle autorité faut-il contacter et quelle est la procédure à suivre ?

Existe-t-il des restrictions sur les effets personnels que l'on peut emmener ?

Combien de temps prend ce processus ?

Quels sont les coûts associés et comment sont-ils calculés (selon le volume, le type de biens, etc.) ?

Comment ensuite acheminer ses affaires jusqu'à son domicile ?

Recommanderiez-vous de passer par un prestataire pour s'occuper de ces démarches ?

Merci de partager votre expérience,

Priscilla

Je suis ce que l'on peut appeler un spécialiste des problèmes douaniers (ex-journaliste spécialisé dans les règlements douaniers et intra-communautaires) et pourtant pendant les 7 années pendant lesquelles j'ai vécu au Brésil dans l'état de Bahia, je n'ai eu que des soucis avec les douanes brésiliennes.
Tout d'abord, j'ai préparé 9 malles, soit près d'une tonne d'affaires personnelles qui devait me suivre pour mon expatriation au Brésil en 2008. Résultat après être passé par l'intermédiaire de plusieurs despachantes pour le dédouanement de mes malles, les services douaniers me réclamaient invariablement la somme rondelette de 50.000 euros pour accepter mes malles sur le territoire brésilien. Résultat: mon transitaire français a gardé mes 9 malles pendant 7 ans en France.
J'ai commandé des plantes en Chine avec autorisation du Ministère de l'agriculture brésilien et certificat phyto. Résultat: colis bloqué pendant 2 mois. Quand le ministère est intervenu pour débloquer, les plantes (racines) étaient toutes mortes.
Même chose dans l'autre sens, je cultivais des fleurs tropicales que je vendais en Europe par Internet. Les douanes brésiliennes mettaient sous le coude les colis. Quand les colis arrivaient au bout de 2 à 3 mois chez le client, les racines ou rhizomes étaient morts.
Il y a un gros ménage à faire chez les douaniers, mais ce n'est pas nouveau, c'est un peu pareil en Europe, mais le Brésil atteint le paroxysme.

Pour rebondir sur le post de Claude, et pour ne pas perdre d'argent et de temps avec des coût de transport en conteneur 20' ou 40' (3000-5000€ en  CIF) de mes affaires, ainsi que des immobilisations sur quai par les douanes Brésiliennes avec aussi le risque de découvrir des incompatibilités électriques pour certains appareils, de la casse etc...

Pour mes 2  premières expatriations au Brésil  de plusieurs années.
J'avais choisi, à chaque fois,  l'option de tout vendre en France (maison, meubles et électroménager) et de garder dans un garage quelques affaires personnelles ainsi que ma voiture dont la valeur ne dépassait pas les 7000€,  en l'assurant au minimum et qui m'évitait par la suite d'en louer une lorsque je revenais en France à raison de 2-3 fois par an... Car le prix de location d'une voiture sur un mois, c'est  1200€ en moyenne amortissant largement le choix de la conserver..

En arrivant au Brésil,  la première fois j'ai acheté un bien au bout de 4 mois, c'était une erreur et je m'en suis aperçu lorsque j'ai voulu le revendre, il m'a fallut plusieurs années mais l'affaire fût plus que bénéfique profitant de la hausse annuelle de l'immobilier à 2 chiffres, heureusement que je n'avais pas besoin de cet argent n'ayant pas mis tous mes œufs dans le même panier.
La seconde fois fort de l'expérience de la première,  j'ai loué  une maison semi-meublée en attendant de voir comment la suite se passait avant d'investir dans un achat ferme, seul l'acquisition d'un véhicule était réalisé et cela s'est révélé astucieux dans la mesure ou un imprévu me fit revenir en France plus tôt que prévu, le

Pour ma troisième expatriation envisagée prochainement dans le pays, cette fois ci je n’achèterais pas une voiture d'occasion "cash" mais la prendrait en LOA auprès d'un concessionnaire, car lors de la revente cela reste toujours incertain quand au délai et au prix finalisé...la LOA permet de rendre le véhicule au concessionnaire à tout moment sans perdre du temps à trouver un acheteur  :)  et donc plus facile à gérer sur cet aspect.

De même, en 2006 j'ai fait la bêtise d'envoyer certaines de mes affaires par bateau au Brésil depuis la Suisse et ai eu la mauvaise surprise de devoir payer des droits de douane pour pouvoir les retirer au port de Santos. Dans les ports, ils ont la mauvaise habitude de bloquer pendant plusieurs jours les caisses, ce qui génère des frais de port pour chaque jour qui passe. Je m'étais pourtant renseignée au départ si la somme que je payais pour l'envoi comprenait tous les frais et on m'avait assuré que je n'aurais rien à payer à l'arrivée, ce qui s'est avéré complètement faux. Résultat des courses, je ne conseille à personne d'envoyer ses affaires de l'étranger au Brésil, on y perd trop d'argent.

Chicobrasil: pourrais-tu en dire plus sur ton expérience d'achat et vente d'un bien immobilier ? tu dis que tu as fait une bêtise, alors que tu parles de la valorisation de l'immobilier... tu as eu des problèmes de quel genre ?

Bonjour, j'ai pas dis que j'ai fais une "bêtise", j'ai dit que j'ai été trop vite pour acheter et que j'aurai dû prendre plus de temps avant de passer à l'acte... mon achat  ayant  été fait sans mesurer pleinement à quoi cela  m'engageait par la suite, mais au final celui-ci a été fructueux lors de la revente, bénéficiant de la hausse généralisé de l'immobilier qui sévissait au Brésil entre 2008 et fin 2013 et coup de chance, mon bien immobilier était aussi situé dans une zone touristique fréquentée par les Brésiliens et proche du centre ville, ce qui n'a pas été le cas pour d'autres connaissances (achat à la même époque et vente idem) qui ont revendu à moitié de ce qu'ils avaient payé alors que moi j'ai vendu au triple....

Pour moi , je n'ai pas eu de problèmes , cela remonte tout de même à 2003 à Rio , il faut dire que je n'avais pas grand chose , 2 malles que j'avais remise à un  transitaire en France et qui on mis 3 semaines pour me parvenir , le seul problème , je n'ai pas pu emmener ma voiture qui avait 6 mois une 406 Peugeot que j'ai revendu quelques mois plus tard lors d'un retour en France .

Oui effectivement, ce n'est pas impossible, le problème est qu'au Brésil passer la douane  c'est une loterie. Pour ce qui concerne les autos il vaut mieux les vendre avant car la taxe d'importation est de 100% de la valeur de la voiture.
Une auto fabriquée au Brésil supporte 60% de taxe et 160% pour un véhicule importé.
C'est pour cette raison que Mercedes, Audi et BMW ont un projet d'assembler des autos sur place.
C'est ce que l'on appelle le protectionnisme à outrance.

Nouvelle discussion