Formation professionnelle jeunes

Bonjour à tous
Envisageant une expatriation en famille je réalise l'absence de filières professionnelles pour mon fils de 16 ans... Ai-je mal cherché ? 🙄
En effet son niveau scolaire n'est pas compatible avec une seconde générale et je me demande bien que faire de lui à 16 ans au Sri-Lanka 🤔
Merci d'avance à ceux qui auraient des informations à ce sujet 😁
Isabelle

Bonjour Isabelle,
Ne vous inquiétez donc pas pour les études de votre fils car moi-même je suis entré à l'âge de six ans dans une école primaire sans connaitre un traître mot de français car ma langue maternelle était le francique mosellan qui s'apparente de loin à la langue allemande. Et mes parents pensant que j'étais un génie alors que mon esprit vagabond n'était pas capable de se fixer plus de quelques seconde sur un sujet donné ont baissé les bras pour me laisser accomplir un apprentissage dans le bâtiment dès l'âge de quinze ans à raison de 50 Francs de salaire mensuel à l'époque. Puis ayant constaté que je n'était pas apte à faire le métier que j'avais appris pendant ces trois ans d'apprentissage et ayant même essayé sans succès de me lancer dans une profession libérale pendant cinq ans j'ai abandonné ce métier pour en apprendre un autre sur le tas qui me plaisait et je suis resté dans cette entreprise qui a été rachetée au final par la société ENGIE.
J'ai travaillé plus de trente ans dans cette entreprise en exerçant mille et un métiers différents et c'est justement cette passion pour l'innovation qui me motivait et je peux après plus de 42 ans et demi de cotisations dire que j'ai réussi ma vie sans avoir décroché le moindre diplôme officiel.
Il vaut mille fois mieux avoir un peu d'intelligence et de volonté que d'avoir toutes les instructions du monde et de rester un ANE même si on est sorti de l'ENA.


https://cdn-s-www.estrepublicain.fr/images/0D1C1FB9-8ECB-40E3-BE48-710BB27AFFEE/LER_22/bruno-le-maire-avait-remporte-l-edition-2016-avec-cette-phrase-afp-1488833268.jpg

Et pour en rajouter une couche, je peux vous assurer que j'ai recommencé ma vie après ma retraite dans un des pays parmi les plus pauvres de la planète à savoir Madagascar et j'ai actuellement un fils qui a sept ans et je ne le mettrai pas à l'école car je ne voudrait pas qu'il soit formaté et qu'il devienne plus bête qu'il ne l'est car je constate jour après jour qu'il s'épanouit en innovant et en créant ce qu'il ne pourrait pas faire en apprenant bêtement des idioties comme l'histoire d'un pays de la géographie d'un autre pays où il ne se rendra jamais ou encore résoudre des problèmes à plusieurs inconnues alors que les machines sont faites aujourd'hui pour résoudre tous les problèmes et donner n'importe quel renseignement d'un simple clic sur le clavier ou sur la souris.

Merci pour cette réponse 😉
Je partage en partie votre sentiment sur l'enseignement classique. Je suis moi-même professeur des écoles 😏
J'aimerais juste que mon fils puisse s'épanouir, donner du sens à ses journées et rencontrer du monde !
Bien à vous
Isabelle

Bonjour Isabelle,
En fait, ce n'est pas tellement à l'école qu'on peut s'épanouir. J'ai moi-même commencé à m'intéresser à la science de la mycologie alors que j'avais déjà plus de trente ans.
Je m'y suis tant intéressé que des étudiants, doctorant en pharmacie venaient me solliciter pour leur fournir des renseignements de terrains qu'ils ne pouvaient en aucun cas apprendre dans dans des livres.
Ainsi j'ai collaboré à une vingtaine de thèses de doctorants en pharmacie sans avoir jamais mis un pied dans une fac de pharmacie avant de devenir membre d'une société qui avait son siège au laboratoire de cryptogamie d'une faculté de pharmacie et de devenir par la suite membre d'honneur du comité de la Société Lorraine de Mycologie.
D'autre part mon cousin a commencé à travailler aux houillères du bassin de Lorraine et il a commencé assez tard ses études et voici comment il a "lamentablement" terminé sa carrière sans avoir jamais planté le moindre clou dans un mur:
;)
http://thieldaniel.free.fr/

Nouvelle discussion