Nord Stream 2: coup de froid entre Paris et Berlin

NFOGRAPHIE - Présenté comme un projet «économique» par l'Allemagne, Nord Stream 2 est de plus en plus critiqué en Europe, particulièrement en France, pour ses conséquences géopolitiques.

De notre correspondant à Berlin

Un vent de malaise, puis un compromis. La France et l'Allemagne ne sont pas passées loin de la crise, vendredi, alors que Paris s'est dissocié de son alliée dans le dossier Nord Stream 2. Pour Berlin, de plus en plus isolé dans son soutien au projet de gazoduc, c'est un coup de semonce. Interrogée vendredi, la chancelière Angela Merkel a préféré éluder et se féliciter qu'un accord ait été finalement trouvé: «Je vois très souvent le président français, il y a une étroite coopération sur tous les sujets européens», a-t-elle commenté, comme on rappelle pour s'en convaincre ce qui devrait être une évidence.

» LIRE AUSSI - Pourquoi le gazoduc Nord Stream 2 divise-t-il l'Occident?

La veille, Paris avait surpris en confirmant son intention de voter une directive européenne sur l'approvisionnement en gaz contestée par l'Allemagne. Ce texte risquait de mettre à mal le projet Nord Stream 2. Pour éviter d'accroître la dépendance de l'Union européenne envers la Russie, et son bras armé Gazprom, la commission proposait en effet de poser des conditions aux entreprises chargées de l'approvisionnement énergétique en obligeant à distinguer le fournisseur et le producteur. En clair, Gazprom n'aurait plus été en mesure de contrôler intégralement le pipeline. Nord Stream 2, dont le terminal aboutit en Allemagne, n'aurait plus été économiquement aussi rentable. Les opposants à Nord Stream 2, notamment les pays de l'Est de l'Europe, s'étaient réjouis du ralliement de la France, qui auparavant s'était montrée discrète et alignée derrière Berlin.

» LIRE AUSSI - Nord Stream 2, la nouvelle guerre froide du gaz

«L'Allemagne comptait bloquer cette directive mais elle a beaucoup évolué. Elle a compris qu'elle n'avait pas une minorité de blocage et que la directive aurait été adoptée sans elle», a-t-on commenté à Paris. Présenté comme un projet «économique» par l'Allemagne, Nord Stream 2 est en effet de plus en plus critiqué en Europe pour ses conséquences géopolitiques. Décidés à contrer l'influence russe, les États-Unis ont même menacé de sanctions les entreprises qui y participent.

Après 24 heures de froid, le compromis élaboré entre la France et l'Allemagne prévoit que la gestion d'un pipeline construit à partir d'un pays tiers sera confiée au pays d'arrivée, en l'occurrence l'Allemagne. Celle-ci, et au travers d'elle l'Europe, sera en mesure de mieux «contrôler» l'infrastructure et d'imposer à la Russie des garanties: l'Europe veut éviter que l'Ukraine notamment soit victime de Nord Stream 2 en perdant ses ressources économiques liées au transit du gaz sur son territoire. Angela Merkel s'était prononcée en faveur de telles garanties sans se donner les moyens de pression nécessaires sur la Russie.

À Paris, on s'est réjoui que Berlin ait évolué. Pour Angela Merkel, qui amende sa position depuis plusieurs mois, c'est tout de même un revers et le signe d'une perte d'influence. Pour apaiser les tensions avec Washington, l'Allemagne a aussi promis l'ouverture d'un terminal de gaz liquéfié, qui permettra aux États-Unis d'augmenter ses propres exportations énergétiques.

Deux semaines après les déclarations d'amitié franco-allemande lors de la signature du Traité d'Aix-la-Chapelle, le tandem semble déjà grippé. Tout un symbole: le chef de l'État Emmanuel Macron vient aussi d'annuler sa participation à la Conférence sur la Sécurité de Munich, le week-end prochain, où il devait retrouver la chancelière Angela Merkel. Ils auraient pu y exposer leurs vues communes sur les enjeux internationaux. Mais le président de la République a préféré se concentrer sur ses obligations nationales et la crise des gilets jaunes. https://i.f1g.fr/media/figaro/680x/2019/02/08/INF4ee5f234-2bca-11e9-9279-a223b4194805-805x754.jpg   http://www.lefigaro.fr/international/20 … berlin.php                      jean luc1

PS. pour ma part l'Allemagne est un pays souverain ,et n'a pas á ceder aux pressoins des autres pays  a la solde des américains  .  l'europe de l#est est contre normale ,ils ont un gazoduc qui passe chez eux et qui  pourrais voir son rendement financier baisser , trump est contre car ils pourras pas vendre le gaz liquifier américain beaucoup plus cher . . le veritable enemis c'est pas Poutine ,mais Trump  jean luc  ;)

Nouvelle discussion