Entrepreneur aux USA vs Entrepreneur en France

Hello all,

Pour ceux qui ont une expérience d'entrepreneur des 2 côtés de l'océan (ou des idées sur le sujet), je serais curieux d'avoir vos avis sur les différences, les plus, les moins....

De mon côté, quelques constatations :
- plus facile de se lancer niveau administratif côté US,
- fiscalité (hormis charges sociales) pas si différentes finalement à niveau de vie équivalent,
- la concurrence est bcp plus rude ici (peu de barrière à l'entrée, les américains sont bcp plus entrepreneurs donc ils se lancent plus), si on a un concept, il faut le protéger sinon le lendemain c'est copié
- la phrase "this is not personal, this is business" m'exaspère et justifie beaucoup de coups bas,
- les banques me semblent encore plus dures ici qu'en France
- le consommateur est super sympa mais HYPER exigeant et laisse peu le droit à l'erreur,
- avec le recul, j'ai l'impression que l'entrepreneur en France est un peu protégé : barrière à l'entrée donc concurrence moins rude, des lois sur les loyers, sur la concurrence....
- plus facile ici quand un concept marche de le reproduire.... (la franchise a été inventée ici...)

C'est en vrac et il m'en viendra certainement d'autres.

Alors, votre avis ?

Sylvain

Hello, le client est plus diffiile aux USA. l'entrepreneur dois faire le dos rond si il a un petit business, car le client est le roi.  En cas de plainte in court, cela coute cher, car l'entreprise doit obligatoirement passer par un avocat a NYC  et il ne peut pas se representer lui-meme.

Point positif aux USA: les decisions se prennent plus rapidement.

Apres, il faut avoir  conscience que l'on entoure de requins  et ils profiteront de la moindre faiblesse.

Ici, c'est oui ou non. En France, oui, peut-etre oui, peut-etre, non, peut-etre non....

J'avais oublié le point "avocat". Que tu aie raison ou tord, le fait de prendre un avocat fait déjà très mal au portefeuille, d'où la nécessité d'être hyper bien assuré (jambe cassée sur sol glissant par exemple).
Je connais peu de business owners en exercice depuis quelques années qui n'ont pas eu besoin de se défendre à un moment ou un autre.

Exactement, pour les gros business, ce n'est pas un probleme, mais pour les petites entreprises, cela peut etre gros probleme .  Meme les assurances pour les medecins sont tres cheres.

Je voudrais rajouter, qu'aux USA, il faut se vendre, raconter une histoire. A titre d'exemple, une amie avec un diple en biologie obtenue en Russie etait bartender a NYC. Le bar a ete vendu et elle a perdu son emploi. 2 ans plus tard, elle est head of program d'un accelerator incubator a NYC.  Elle a seulement 28 ans.  Aux USA, la mentalite est differente. Ce qui est normal, c'est de prendre ds risques, quitte a echouer et recommencer. En France, c'est le contraire. Si tu echoues, tu n'as pas de seconde chance et tu es mal vu.  C'est l'aspect positif des USA.


A titre d'exemple, voici comment ils vendent son profil.

Anastasia caught the entrepreneurial bug at the age of 12, creating a pretend-company for a school project, and never looked back since. She had tons of fun building small businesses all the way through high school, and eventually co-founding her own photo studio with an experimental and avant-garde focus at the age of 19.
After several years, hungry for new challenges and opportunities she moved to NYC where her love for innovation and tech led her to work for several startups, creating marketing strategies and assessing and advancing business development opportunities. Her craving to learn more about the NYC startup ecosystem steered her path towards Starta Ventures, where leveraging her strengths and heavy background in communications and marketing she assumed the role of Director of Сommunications and eventually advanced to become the Head of the Accelerator Program.
Starta Accelerator is a NYC based program that empowers startups from Europe through exclusive 3,5-month mentorship program. Anastasia and her team build successful global companies, contribute funds and other resources to foreign entrepreneurs at seed and pre-seed stages. Starta Accelerator is part of Starta Ventures, a venture capital global brand, the mission of which is to break through traditional venture capital barriers to empower the next generation of tech entrepreneurs.

La question est intéressante, parce que justement ca explique pourquoi il y a des entreprises comme apple, amazon ou google existent aux USA et pas en France: toutes ces boites ont commencé dans des garages. C'est extrêmement facile de faire une boite aux USA, dans son garage, et si ca marche de la faire grossir. C'est beaucoup plus difficile en France. Ca commence à changer, mais ce n'est pas encore ça.

Un des éléments qui favorise l'entrepreneuriat aux USA vs en France, c'est aussi l'attitude face à l'échec et face à la réussite aussi :
- L'échec en France est stigmatisant : le rebond n'est pas la norme mais l'exception. Aux USA, tu te plantes, tu recommences... jusqu'à ce tu réussisses.
- La réussite en France.... comment dire sans tomber dans le France bashing... Mon sentiment, quand j'ai quitté la France (2007), c'était que gagner de l'argent c'était mal, que quand tu faisais de la marge... tu la faisait sur le dos su consommateur.... Ca a peut être changé depuis, les millenials me semblent plus conscient de çà.

Je pense que la chose qui est certainement la plus dépaysante pour un entrepreneur Français qui viendrait ouvrir un business aux USA, c'est la masse de customer services qui va l'attendre ici.

Nouvelle discussion