L'aube à Madagascar

C'est le moment de la journée où le ciel commence à s'éclaircir avant le lever du soleil.
Ce moment sur la côte-Est de Madagascar est la phase où le soleil se situe entre 18° et 12° sous l'horizon et il est 5 heures moins le quart ce matin. Tout est calme et serein. Les engoulevents virevoltent dans l'air frais. La rosée mouille le bout de mes doigts de pieds qui dépassent de mes kapa.
Puis l'aube s'achevant, c'est l'aurore qui pointe le bout de son disque solaire. la volaille commence à s'agiter, Coccinelle la jeune zébu piaffe d'impatience pour sortir de son box et aller paître l'herbe qui à l'ombre des cocotiers présente encore des couleurs vertes car le soleil de plomb de ces derniers jours a réussi à sécher une grande partie de l'herbe si grasse qui a donné des formes bien arrondies à la vachette.
J'ai déjà bu mon cacao du matin et comme tout le monde fête encore la "bonne année", je suis dans l'obligation de m'occuper personnellement des tâches d'intendance.
Hier, ma femme qui est allé présenter ses voeux à sa famille dans la brousse en a profité pour apporter quatre sacs contenant des feuilles de bananiers, de Jacquiers ainsi qu'un sac d'herbe bien verte pour les lapins qui passent leur journée allongé dans leurs clapiers et ne se lèvent que pour venir croquer leur dose de 33 grammes de maïs journalière puis de grignoter les feuilles et l'herbe qui les rassasie  trois fois par jour.
La maisonnée s'éveille maintenant et le soleil est déjà apparu à l'horizon. Une nouvelle journée débute et je me réjouis déjà de pouvoir apporter ma touche toute personnelle à cette journée afin que lorsque je ne serai plus de ce monde quelque chose me survive malgré tout.


https://i.ibb.co/gwvn234/aube.jpg

Merci pour cette description de pur bonheur par quelqu'un qui sait manifestement le trouver et l'apprécier. Carpe Diem !

Il n'est vraiment pas difficile de trouver le bonheur si on sait apprécier tout ce qui nous entoure et qui compose notre niche écologique.
Il faut être capable de faire abstraction des bêtises qu'on nous apprend dans les écoles et qui ne servent qu'à nous embrigader, à faire de nous des machines de production afin d'enrichir une élite.
Je suppose que les hommes de Néandertal ou de Cro-Magnon n'étaient pas plus malheureux que nous le sommes aujourd'hui avec toutes ces choses inutiles que nous produisons et que nous rejetons dans la nature au point de la détruire et de ne laisser qu'une planète artificielle à nos enfants.
Bofff; après tout j'aurai mieux fait de rester au lit ce matin... car le Yin et le Yang s'emmêlent parfois chez moi pour donner  cinquante mille nuances de gris...


http://yvonne92110.y.v.pic.centerblog.net/0baaea7a.jpg

Oui oui MAIS ! il y a un état intermédiaire que je trouve délicieux :

Pour le positif :
On sait très bien qu'on va trouver une solution au problème qui se pose et on sait bien aussi que cette solution ne va pas enlever toute la poussière qui , inévitablement , s'est glissée sous le tapis et qui reviendra forcément ; alors pourquoi se presser ...

Pour le négatif :
On sait très bien que l'emphase sur la dévastation fait partie de la vie de ceux qui veulent, prier, résoudre, les racines désespérément carrées dans d'improbables confrontations don quichotesques avec l'adversité qui mouline le fumier généreux de tout à l'heure ; alors pourquoi se désespérer ...

En fait c'est l'état de neutre qui permet cet état de résurgence d'élements possiblement convergents dans la dé-struction et l'absence de consolidation-auto-satisfaction dans le processus de pro-duction.

Le plus significatif et pourtant non manifeste dans le Yin-Yang c'est le neutre, là où le plus grand nombre ne voit que dualité relativisée par son atome de contraire.
Le triskel breton est plus explicite ; tiens - c'est comme le triphasé : peu de gens peuvent comprendre que trois phases sont à la manoeuvvre tout en assumant à chaque fois que nécessaire le rôle du " positif " puis du " négatif " et enfin celui du " neutre " tous les 120 degrés lors de la rotation d'un moteur électrique en Tri ; tellement formatés qu'on en est encore aux symboles du courant continu avec des pôles opposés à 180 degrés : le plus ( le bien ) et le moins ( le mal ), la plupart des humains n'ayant pas même éffleuré la compréhension du courant alternatif à 50 périodes/seconde ( j'ai pas dit Coran Alternatif ).

Bo, assez de symbolisme, à vos multimètres, et restons branchés !

En fait on peut considérer qu'il n'y a que deux phases le blanc et le noir... et que si le noir se mélange au blanc cela fera du gris et si c'est le contraire cela ne fera pas autre chose que du gris.
Pour notre compréhension je ne voudrai pas sortir la théorie d'un certain Schrödinger qui met en évidence des lacunes supposées de l'interprétation de Copenhague de la physique quantique, et particulièrement mettre en évidence le problème de la mesure.
Qui sommes-nous dans ce vaste univers pour vouloir comprendre l'incompréhensible?
Nous ne sommes qu'une certaine quantité d'atomes qui nous donnent l'impression d'être les nombrils de l'univers.


https://i.ibb.co/qjH5b7k/Sans-titre-1.jpg

Je devais avoir dans les 15 ans lorsque j'ai eu une rédaction à faire sur : votre point de vue sur l'importance de la terre par rapport à l'univers. J'avais répondu que pour moi la terre était un grain de poussière posée en attente d'être épousseté sur un meuble dans une maison sur une planète d'un autre monde , planète peut-être elle aussi grain de poussière sur un meuble......   c'était basique mais je le vois toujours ainsi schématiquement (et ça m'avait valu une excellente note)   :D
Cessons de nous donner l'importance que nous n'avons vraiment pas, savourons et apprécions la beauté de la lumière, la caresse du vent, le bruit des vagues, le rire d'un enfant, la santé, un bon repas....... c'est si simple !

N'est-ce pas là... l'bonheur... celui qu'on cherche désespérément avec de l'argent par exemple; alors qu'il suffit de trouver une sérénité qui nous satisfait pleinement.
Mais pour cela ne faut-il pas avoir passé par une période plus sombre de la vie? Une dépression qui s'avère être une formidable opportunité d’apprendre à vivre autrement.
Quand j'avais 15 ans on m'a raconté une histoire qui m'avait bien fait rire à l'époque mais qui m'a fait réfléchir par la suite:
Un déséquilibré était en train de se taper sur les doigts avec un marteau et le psy lui demande si cela ne lui faisait pas mal... question à laquelle le fou répond: "si... mais ça fait tellement de bien quand j'arrête de taper".

Merci pour toutes ces belles paroles et image. Bonne année 2019

Bonjour et bienvenue parmi nous Marianne,
Merci d'apprécier nos paroles et peut-être aurons nous le plaisir d'en savoir un peu plus sur vous et vos aspirations.

Nouvelle discussion