Ouvrir une biscuiterie artisanale française

Bonjour je viens de m'inscrire pour essayer de trouver des réponses à savoir si ouvrir une biscuiterie artisanale française sur la côte ouest de l'île Maurice est une bonne idée ? Avec mon conjoint et mes deux enfants nous rêvons de vivre là bas (après 2 voyages), vivre une vie où la simplicité de voir le coucher de soleil tous les soirs sur la plage (avec la chaleur en prime) suffit à vous rendre heureux avec une population qui a bien moins qu'en France mais qui vivent tellement plus heureux... Bien sûr le but est de développer ce commerce avec les cafés, hôtels, supermarchés... Le hic à mon avis concerne plus l'importation des matières premières (beurre, farine...) j'attends vos conseils, merci d'avance

Vous êtes en plein dans la carte postale... et je présume que vos deux séjours se sont passés dans un hôtel...
Venez passer trois mois en location en dehors des plages et vous verrez l’envers de la carte.
Vous constaterez que cafés tels que vous les connaissez en France sont pratiquement inexistants et que les supermarchés accueillent la clientèle qui a bien moins qu’en France mais qui est tellement plus heureuse...pas sûr qu’elle ait les moyens de se payer vos biscuits alors qu’ici un paquet de biscuits locaux coûte une dizaines de roupies (0,25€).
Et je ne vous parle même pas des conditions pour que des étrangers montent un business ni du chiffre d’affaires minimum exigé...

Merci pour votre réponse... Peu ecourageante... Notre 1er séjour, il y a 5 ans, était effectivement à l'hôtel avec locations de voitures et scooters et donc pas mal de sorties et de rencontres. Notre 2eme séjour (09/18) 3 semaines en location à flic en flac, nous avons prit le bus très souvent et louer une voiture pour les longs déplacements, nous avons bien parcouru l'île, on a fait de nouvelles rencontres très enrichissante, on a pu échanger avec des personnes de 18 ans à la soixantaine. Nous avons vécu simplement sur place.
Notre constat, oui le salaire des mauricien est très bas (dans les 200€ pour certains que nous avons rencontré), mais il y a tout de même une classe moyenne émergeante, des expatriés, des touristes, des centres commerciaux qui fleurissent à droite à gauche, une croissance intéressante. En 5 ans, on a constaté du changement.
Si nos infos sont bonnes il faut 100000$ pour ouvrir une entreprise avec permis de résident et je pense donc que c'est compatible avec notre projet, et un CA de 100000$ annuel, compatible aussi avec ce projet.
Si vous avez des remarques nous sommes ouverts à la discussion et attendons d'autres témoignages, peut être un peu plus ouverts ou objectifs.
Merci.

Bonjour Lolofafa,

ne croyez pas que Nohab noircisse le tableau pour le plaisir.
Il connait très bien l'île, ses habitants, leurs us et coutumes et leurs besoins. Son commentaire est très objectif.

Réaliser le CA exigé en vendant des biscuits, sera, aux yeux de beaucoup de monde sur ce forum et pas seulement ceux de Nohab, très difficile.

C'est une réalité, et il faut savoir l'accepter.

Les conseils que vous pouvez recevoir sur ce forum ne vont pas forcément aller dans le sens que vous souhaitiez, mais il vaut mieux être averti, peser le pour et le contre, que de perdre 100 000 $.

Bonne continuation dans vos recherches.

Bonjour merci pour votre réponse.
Oui il est toujours difficile d'avoir des critiques sur des projets que l'on porte.
Nous nous sommes inscrit sur ce site car oui je pense que les expatriés sont les mieux placés pour nous répondre.
Nous cherchons un business pas ou peu développé  sur l'île. Nous constatons qu'il n'y a que 1 biscuiterie (depuis 1870). En France dans les mêmes rayons il y a des biscuits à 0.50€ le paquet et d'autres à 8€, cela ne les empêche donc pas de cohabiter pour répondre aux différentes demandes des acheteurs donc nous pensions qu'avec 1 boutique principale, des partenariats avec des boutiques de l'île et en demarchant les hôtels bar restaurant il y avait quelque chose à faire.
Merci.

Je comprends votre désapprobation, mais j'ai constaté depuis plusieurs années l'arrivée d'expats qui pensaient vendre des frites, des pizzas, des crêpes bretonnes, une boulangerie-pâtisserie, des churros, et d'autres, qui ont disparus de la circulation très rapidement.
Autre info, à part la biscuiterie Rault qui figure dans les guides touristiques, il y en a bien d'autres: voir ici.
Ceux qui ont réussi ont ouvert des centres d'appel ou des services d'externalisation.

Oui merci pour toutes ces informations. Nous continuons nos recherches vers notre rêve Mauricien. Bonne journée.

Et la fois dernière, j'ai lu : le business de l'extension de cils est-il rentable à Maurice ? Est-on sérieux une seule seconde quand on demande cela ?
Lolofafa, Nohab est certainement l'un des plus à même sur ce forum pour vous répondre de la  vie quotidienne des Mauriciens.
Votre cible est un micro-marché sur Maurice. Les hôtels ne fonctionnent pas de cette façon, ils vendent de la grosse cavalerie en artisanat "local" (vous retrouverez les mêmes attrapes-touristes au marché de quatre borne 2 fois moins chers).
Et je ne vous parle même pas de l'approvisionnement en farine, etc... Il n'existe pas ici de grossiste style Métro.
Réaliser ce CA me parait totalement hors de portée.
Désolée pour mon avis mais attendons d'autres témoignages plus encourageants !

Bonjour,
effectivement les avis très tempérés manifestés ici sont bien objectifs de la situation.

A moins de trouver un créneau très porteur, de faire une solide étude de marché et d'anticiper sur les filières d'approvisionnement ( et surtout leur régularité ) ce projet me semble bien délicat à mener; ce qui ne manquera pas de transformer le coté paradisiaque de l'existence sous les tropiques en réel enfer et prise de tête...

La biscuiterie RAULT que vous citez, présente depuis plus d'un siècle à Mahébourg, continue à occuper une niche porteuse avec un produit pourtant bien d'inspiration française ( le palet breton) avec une farine traditionnelle de manioc. Idée lumineuse à l'époque et qui continue visiblement à la maintenir à flot. J'avais justement prévu d'aller y faire un tour dans les semaines  qui viennent car je serai dans le coin. ;)

Je me suis entretenu cette semaine avec un manager d'un grand  supermarché de l'un des nombreux centres commerciaux fréquentés par la clientèle mauricienne ( à partir de la classe moyenne ) et bien sûr par les expatriés.
J'avais fait de même il y a trois semaines avec un supermarché bien connu de Trou aux Biches, où j'ai séjourné un mois pour y prendre la température, j'ai cité le célèbre magasin"Popo". Il y a bien des créneaux à prendre, je le confirme, mais il faut avoir un produit porteur. L'un des avantages à Maurice est que les supermarchés travaillent avec leur plateforme d'approvisionnement, mais ne semblent pas ligotées à des centrales d'achat. Donc les fournisseurs locaux ont toutes leurs chances surtout s'ils viennent relever le niveau catastrophique, il faut bien le dire, de produits plus que bas de gamme vendus partout.

Reste les impondérables à gérer, et là Nohab a encore raison, nombre de projets se cassent la figure plus vite qu'ils ont éclos, ou même ne sortent jamais bien loin de l'oeuf... L'Ile Maurice est un monde à part ne l'oubliez pas.

Nouvelle discussion