Je vais retourner vivre en France

Bonsoir

Toute ma vie, j'ai pensé prendre ma retraite en Italie du Sud effectuant de nombreux voyages chaque année vers la Calabre, les Pouilles, Naples, Sicile, bref le Sud (depuis 40 ans) : une véritable amoureuse de ce pays qu'aujourd'hui je ne reconnais plus.
Actuellement, j'ai séjourné depuis le 1er octobre dans le centre de la Sicile, dans une petite ville de bord de mer puis à présent à Reggio Calabria.
Je parle couramment l'italien, le lis et l'écris. J'avais pensé au départ cherché quelque occupation en rapport avec la langue française : traduction, école privée mais ceci semble compliquée, mal payée et de surcroît l'apprentissage du français se fait de plus en plus rare à la faveur de l'anglais (soi disant plus facile...). De toute façon, j'ai rarement rencontré toutes ces années quelqu'un capable de parler français à part les anciens émigrés (et encore !).
Les loyers s'alignent sur les prix pratiqués dans les petites villes de France, l'électricité et l'eau sont plus chères  si vous avez la chance de vous installer hors zone touristique où les logements ne se louent que l'été, plus rentables et sans risques d'impayés. Les mentalités s'assimilent à celles de tous les européens : moins de gentillesse et de courtoisie qu'avant, une résignation de tout insupportable et de plus en plus de populisme.
Conclusion : pour trouver du travail ou faire des économies, c'est un peu raté. Exemple : une jeune femme "italienne",  femme à tout faire, rencontrée dans un B&B en Sicile recevait 700€/mois en travaillant 6 jours/7 dans une structure fonctionnant toute l'année et de bonne qualité !
Il reste les petits déjeuners, le café (.90 € l'expresso bien serré !) et certains restaurants plus abordables que chez nous et le prix de la pizza...Les vêtements et autres achats indispensables rejoignent les coûts pratiqués en France et même la mode que j'affectionnais ici est devenu de la même "chinoiserie moche" que chez nous. Sinon, grande marques = prix élevés.
Les ordures sont omniprésentes dans les rues, grands axes et terrains vagues et constituent d'ailleurs le grand sujet de discussion des politiques actuellement.Un urbanisme (mal entretenu) sans rime, ni raison : maisons individuelles quasiment inexistantes dans le Sud...
En bref, une Italie qui se paupérise comme le reste de l'Europe après avoir connu quelques belles années (1980..). Et j'oubliais, une religion superstitieuse dominante et prégnante qui ne varie pas depuis....
Conclusion, adieu veaux, vaches, cochons, couvées..je vais retourner vivre en France dans un endroit calme si possible et retrouver mes concitoyens pour faire avec...

Bonjour
Malheureusement il y a beaucoup de vrai dans tout cela .. mon mari et moi vivons ici depuis bientôt 4 ans et avons aussi le même ressenti. C’est plus facile pour moi car j’ai de la famille ici mais nous resterons toujours les français.
D’un autre côté nous avons exploité cela et avons ouvert une crêperie bretonne sur la mer qui nous a permis de rencontrer des français et belges qui vivent ici.
Pas facile de s’expatrier..

Nouvelle discussion