Repas de fêtes en Allemagne

Bonjour à toutes et à tous,

Les fêtes sont généralement l'occasion de partager un moment convivial où les plats traditionnels jouent un rôle important.

Quels sont les plats et desserts traditionnels servis lors des fêtes en Allemagne ?

Quels sont ceux que vous appréciez le plus ?

Est-il facile de les préparer chez soi ou bien s'achètent-il déjà préparés ?

Quelle est la part du budget moyen consacré au repas lors d'une fête ?

Existe-t-il des traditions qui entourent les repas de fêtes en Allemagne, que cela soit au cours de la préparation ou de la célébration ?

Merci de partager votre expérience,

Priscilla

en tant que française pure souche, les fêtes de fins d'années en Allemagne sont pour moi le meilleur moment pour faire un jeûne

on reste mesurer en matiére de bouffe ,  saucisses  , salate de pomme de terre  , ou fondus  , sont souvent sur la table , ainsi  que la dinde de noel ,maIS  le principale pour les allemands c'est la familles, pas la bouffe . jean  luc  ;)

Ps: bon jeune  :D

... fondue, dinde de Noel.... il y en a qui ont de la chance!!! ça ouvre mon horizon, les allemands ne sont donc pas tous comme ma belle famille :)  ( chuuuut!)

qu#est qu'elle mange la belle famille   :D  . moi se seras raclette le soir de Noel . mes filles veulent ça . jean  luc  ;)

Les fêtes sont généralement l'occasion de partager un moment convivial où les plats traditionnels jouent un rôle important.

oui, en Allemagne aussi!

Quels sont les plats et desserts traditionnels servis lors des fêtes en Allemagne ?

cela dépend des milieux et des origines des gens! l'Allemagne n'est vraiment qu'une fédération et ce d'états qui ont souffert plusieurs fois dans leur histoire. nous nous figurons la France d'ailleurs de manière déraisonnable comme si partout la dinde au marron y était de rigueur, alors qu'il y a des différences notables entre Toulouse, Strasbourg, Brest, Nice et Paris! et en Allemagne, c'est la même chose, à une nuance, importante dans ce cas, près: Il n'y a pas le dictat de Paris vu qu'il n'y a pas de Paris.

Après guerre, beaucoup de pères ont passé 7 ans en Sibérie... Dans ces familles, il n'y avait que des fêtes horriblement simple: les enfants ont grandi sans fête excepté communion/confirmation. Car pendant la guerre aussi, la nourriture était comptée. Et même avant guerre (ce qui déboucha sur la prise de pouvoir par les nazis...)! Même à la campagne, beaucoup d'hommes manquaient, leurs revenus manquaient, et on n'avait en tant que mère de famille, mais surtout personne assurant le revenu principal de la famille pas de temps à perdre à nourrir ou pire gaver des oies et dindes pour avoir après du mal à manger, sans la voracité des hommes crevant eux, de faim en Sibérie, complètement. C'est comme cela qu'il faut voir la simplicité des mets de Noël (ou autres fêtes) dans les familles. En DDR, cela a encore duré un pouce plus longtemps! Et tout à été chamboulé: Il n'y a plus du tout de pêcheurs professionnels sur le Danube, et ainsi de suite.

Parallèlement, l'allemand est plus vite devenu plus soucieux des questions de santé. Je ne connais toujours pas la bonne/meilleure traduction pour la proverbiale "crise de foie"! Cela semble ne pas exister... À l'époque où on se rebellait encore en France contre les interdictions de fumer, c'était déjà un fait accompli en Allemagne... L'allemand est considérablement plus hypochondriaque que le français et fait plus attention à ses pratiques alimentaires. Qui mange beaucoup au petit déjeuné et bouffe autant qu'un français peut le faire pendant des heures à table grossit: Le copieux petit-déjeuné ressort sur les cuisses, fesses, taille, ventre et la poitrine! «Das ist für die Hüften!»

Donc, vu ces contraintes, les repas festifs sont plutôt de pures traditions familiales tenant compte des ressources. Ma femme (second mariage) n'a quasi pas connu d'oranges dans sa jeunesse. On attelait encore des bœufs! Son papa avait le taureau du village (les vaches étaient plus heureuses que maintenant), eut le premier tracteur, et la première automobile. Et à Noël, on mangeait le meilleur de saison de ce que produisait encore la ferme (une ferme sur les collines du Danube) et qui, quand je suis entré dans la famille, avait déjà considérablement changé (plus du tout de basse-court)... Une de mes belles-sœurs, devenue richissime et vivant en Italie depuis sa jeunesse améliore considérablement la table avec des produits ultra-nobles venant de Suisse et Italie, mais le style de l'alimentation n'a pas changé: Il y a seulement quelques ressources en plus. Ce n'est pas une fête gastronomique, mais principalement de famille, un temps de rencontre, puisque c'est l'une des deux plus longues succession de jours fériés avec parfois un long week-end en plus.  Ma première épouse fut un vrai enfant Lebensborn, c. à . d. que son papa a fait 7 années pleines de Sibérie et n'est revenu que lorsqu'elle était déjà en puberté: On n'allait pas se gaver autour d'une dinde aux marrons alors que chaque jour il risquait de mourir de faim ou d'une infection aggravée par la faiblesse. Et oui, c'est comme ça, bien qu'elle soit originaire d'une famille de Franconie / souabe, où la bonne chère était parfaitement possible... On mangeait bien, mais simplement!

Quels sont ceux que vous appréciez le plus ?

Ce qui est vraiment traditionnel, c'est la pâtisserie maison.: petits fours, petits gâteaux/tartelettes, très épaisses tartes au fromage ou à la crème (au fromage aussi, Forêt Noire et autres). Dans notre famille germano-italiano,-austro-franco et désormais aussi -chinoise, on est tous d'accord que ça et la charcuterie maison, plus de bonnes boissons permettent de faire la fête.

Mais...

car il y a un mais!

...la dinde aux marrons, c'est définitivement râpé... Car la moité des adultes sont des végétariens! Ma seconde épouse, née en 58, depuis 40 ans... Et il y a d'autres choses parlant contre des plats traditionnels: les divergences de goût. Ma femme déteste jusqu'à l'odeur des œufs, donc mes enfants ne les connaissent quasiment pas les œufs... Beaucoup de membre de cette grande famille détestent les champignons, etc.

Tout cela ne prêche pas du tout en faveur de repas traditionnels. En plus, notre fils et sa femme sont médecin et n'hésitent pas à commenter voir critiquer les abus de table.

Est-il facile de les préparer chez soi ou bien s'achètent-il déjà préparés ?

Il n'y avait pas de charcutier-traiteur en Allemagne, les bouchers y sont là les charcutiers, on ne fait pas la différence, et la chasse est très réglementée (les alliés n'étaient pas du tout favorables à ce que des fusils trainent partout!). La poissonnerie fraîche n'était que sur les quelques kilomètres de côte maritime et sur le Danube

De plus, de nouvelles modes sont apparues. Les allemands sont parmi les créateurs, ou peut-être les créateurs vraiment, de ces livraisons à domiciles d'ingrédients de haute qualité en quantité apte à cuisiner soi-même en vraiment peu de temps d'excellents repas. nos enfants y ont été abonnés. Résultat: un millier en gros de recettes quasi sans la moindre répétition, en grande partie vraiment succulentes. L'épouse de notre fils, finissant ses études médicales, n'avait jamais perdu de temps à se consacrer à la cuisine. Et bien grâce à ce système, elle est devenue de connaissances quasi zéro une fine cuisinière désormais!

Quelle est la part du budget moyen consacré au repas lors d'une fête ?

Tout dépend: celà peut-être beaucoup. Noël n'est pas (encore, cela vient progressivement, aux sports d'hiver, ensuite, on le refait parfois chez soi. Notre fils, médecin, est parfois de service, ne peut pas se déplacer, et, bien, qu'ancien scout, il soit un excellent cuisinier pour jusqu'à 40 personnes, mais vraiment excellent, il ne passe pas alors son temps libre limité à faire la cuisine! Il sort au restaurant ou fait venir!) une fête allemande où on sort. Mais la marque des meilleurs produits bio, DEMETER, n'est pas par hasard allemande! Les ménages aisés de ces grandes familles qui fêtent ensemble, dépensent considérablement plus pour que tous puissent au moins à Noël avoir accès à cette ultime qualité de produits alimentaires.

Existe-t-il des traditions qui entourent les repas de fêtes en Allemagne, que cela soit au cours de la préparation ou de la célébration ?

oui: il ne s'agit jamais d'un réveillon... Si réveillon, c'est nouveau!

l e soir de noel raclette  , le principale pour moi n'e st pas la nouriture , mais de voir m es filles ,et de pouvoir l es regarder tranquillement avec leurs méres  . c#est un bonheur simple , pour un homme simple . ce  jours lá  j e vais aussi á la messe . jean  luc  ;)

Nouvelle discussion