L'école primaire thaïe : un fil pour les parents d'enfants en bas-âge

Bonjour à tous,

Depuis quelques mois, l'école est obligatoire en France à partir de l'âge de 3 ans.
En Thaïlande, les enfants sont accueillis depuis l'âge de deux ans  ce qui libère les nombreuses mamans qui travaillent.

Ma fille de 3 ans et quelques mois a fait l'expérience de l'école publique thaïe, puis celle de la communale pendant un séjour en France. Ce qui m'a incité à faire des comparaisons. C'est évidemment un point de vue très restreint : une seule école thaïe, une seule école française.

J'ai bien envisagé une école française en Thaïlande (l'une des deux écoles de Phuket). Outre que je n'aime pas particulièrement Phuket, j'ai renoncé à cause de l'école elle-même. Certes, l'accueil semblait satisfaisant. Mais les conditions imposaient de s'engager pour l'année complète alors que je voulais faire un simple essai. Cela m'a semblé un signe négatif sur les buts... un peu trop lucratifs de l'école.

J'ai aussi visité une école soi-disant internationale qui m'a parue moyenne. Mais je n'ai pas envie de surcharger la barque : le français + le thaï, c'est déjà lourd. Contrairement à une idée reçue, pour beaucoup d'enfants, le fait d'être bilingue se traduit par un appauvrissement linguistique dans chacune des langues : elles sont en fait en concurrence.

Je livre le résultat de mes réflexions (ici sur mon blog thaï) pour ceux qui pourraient être intéressés.
J'aimerais évidemment avoir leur retour sur leurs expériences de l'école primaire thaïe.

J'en profite pour remercier ceux, s'ils sont encore là, qui m'avaient répondu lorsque j'avais initié un autre fil posant des questions sur l'apprentissage de la langue au plus jeune âge et le comportement d'un enfant potentiellement bilingue. Souvent, leurs remarques ont été étonnamment corroborées par mon expérience - ou plutôt celle de ma fille.

Merci et bonne journée.

Intéressant, comme d'habitude  ;)

Là où je ne suis pas d'accord, c'est sur le point suivant :

neutrinou :

... Contrairement à une idée reçue, pour beaucoup d'enfants, le fait d'être bilingue se traduit par un appauvrissement linguistique dans chacune des langues : elles sont en fait en concurrence.
....

Avec mes nièces, leur éducation a été basée sur plusieurs langues depuis leur naissance : A la maison : Français avec le père, Anglais avec la mère, langue locale à l'école (malgache, puis portugais) et allemand avec la famille... Absolument aucun appauvrissement linguistique, voire une faculté à approfondir les connaissances linguistiques !

En fait, cela dépend de la personne et il n'y a pas de règle générale...

Bonjour,

J'avais pas mal d'amis et connaissances en Belgique qui élevaient leurs enfants dans les deux langues nationales ; français - néerlandais et cela n'a jamais posé de problème. Le seule chose qu'ils signalaient tous, c'est qu'à l'entrée à l'école primaire, qui elle était unilingue, ils avaient un léger retard dans la langue pratiquée par l'école. Le retard était résorbé sur le premier trimestre.

Ma fille a été à la maternelle thaïe puis ensuite française. Et c'est vrai que c'est une vrai bobinard et du baragouinage au début.
Et il semble d'après les spécialistes que c'est vers 4 ans que les enfants font le tri.
Et ensuite c'est confirmé ils parlent facilement les deux langues.
Mais à condition de pouvoir les parler régulièrement.
Pour ma fille c'est râpé elle à tout oublié du thaï.

Rabec/50 :

Et il semble d'après les spécialistes que c'est vers 4 ans que les enfants font le tri.
Et ensuite c'est confirmé ils parlent facilement les deux langues.
Mais à condition de pouvoir les parler régulièrement.

Les enfants ont encore un cerveau souple et absorbent vite les choses nouvelles, dont les langues
mais effectivement ça se pratique et c'est une très bonne gymnastique du cerveau

pour moi connaitre plusieurs langues est un enrichissement

Merci pour ton commentaire, Pilouthai.

Mais je ne suis pas d'accord avec toi... car nous sommes bien d'accord !

Chez des enfants ayant un bon potentiel à la base, les études montreraient que le bilinguisme facilite l'apprentissage d'autres langues, favorise l'activité intellectuelle.

En revanche, on observe de nombreuses situations d'enfants qui rament entre deux langues : enfants français d'immigrés dont les parents étaient des travailleurs manuels, dont beaucoup ont un potentiel moyen (il s'agit d'une relation purement statistique : on peut être fils d'ouvrier et avoir un QI à 150). Là, le bilinguisme a un effet négatif.

La remarque de Thiof laisse d'ailleurs penser qu'il y a une concurrence qui se crée naturellement entre les langues, et que cette concurrence est ensuite orientée par l'école. Je dis bien orientée et non pas "résorbée". La langue scolaire va prendre une place majeure. L'autre langue sera plus ou moins entretenue selon la fréquence avec laquelle les parents vont échanger dans cette langue.

J'ai d'ailleurs l'exemple d'un beau-frère et de sa femme français émigrés aux USA dont les enfants ne parlent plus que des rudiments de français, les parents n'ayant quasiment plus parlé qu'anglais à la maison quelques années après leur immigration. Il ne s'agit que d'un exemple, mais je pourrais en donner d'autres, ne serait-ce que le mien puisque j'étais bilingue à 4-5 ans, puis j'ai oublié ma "seconde langue" car je me suis retrouvé dans un pays où elle n'était jamais utilisée.

En Belgique, en Suisse ou au Canada français où les langues sont entretenues par l'environnement, le bilinguisme perdure bien plus facilement.

Mais nous avons un peu perdu de vue l'école thaïe...

D'accord globalement avec toi, Rabec. Pour le tri à 4 ans, je ne peux juger qu'à partir de ma fille (3 ans 3 mois). Sans parler bien (fautes incessantes en grammaire française) elle me parle en français et parle à sa mère en thaï en commutant selon l'interlocuteur avec une aisance qui m'époustoufle. (sachant que je lui parle exclusivement en français, je ne parle qu'en thaï à sa mère qui me répond dans la même langue)

Elle va même parfois jusqu'à traduire en français pour moi ce qu'elle vient de dire à sa mère en thaï si je n'ai pas compris et que je demande à sa mère. Elle ne semble pourtant pas avoir acquis le concept abstrait de langue.

A côté de ça, en prononciation française, elle fait la plupart des fautes commises par les thaïs (ou à la place de u, n en finale remplace d'autres consonnes, etc.)

Rabec/50 :

Ma fille a été à la maternelle thaïe puis ensuite française. Et c'est vrai que c'est une vrai bobinard et du baragouinage au début.
Et il semble d'après les spécialistes que c'est vers 4 ans que les enfants font le tri.
Et ensuite c'est confirmé ils parlent facilement les deux langues.
Mais à condition de pouvoir les parler régulièrement.
Pour ma fille c'est râpé elle à tout oublié du thaï.

Pour ma fille, elle est restée en France avec maman jusqu'à l'âge de 3 ans et ne parlait que thai avec maman, quelques mots de francais avec moi. L'arrivée en maternelle a été fatal à la langue thaie, en 3 mois de temps elle ne s'est plus exprimée qu'en thai. Arrivée à l'âge adulte parfaitement bilingue francais/anglais, elle se refuse à parler thai même si elle le comprend et est encore capable de parler.

Dans les exemples que je donnais, le bilinguisme se pratiquait au quotidien et en permanence. TV, parfois en français , parfois en néerlandais. Journaux, livres, idem. Discussions à la maison, l'un parle dans une langue et l'autre lui répond dans l'autres langue, etc. Et les enfants, devenus adultes sont parfaitement bilingues aussi bien à l'oral qu'à l'écrit.

Sans oublier les enfants de nombreux immigrés italiens qui parlent français et italien sans soucis bien qu'avec, parfois, certaines difficultés à l'écrit .

@krisscemoi : "L'arrivée en maternelle a été fatal à la langue thaie, en 3 mois de temps elle ne s'est plus exprimée qu'en thai."
Je ne comprends pas.
Sinon, " bilingue francais/anglais" : de quelle manière et dans quel environnement ?
Merci.

neutrinou :

@krisscemoi : "L'arrivée en maternelle a été fatal à la langue thaie, en 3 mois de temps elle ne s'est plus exprimée qu'en thai."
Je ne comprends pas.
Sinon, " bilingue francais/anglais" : de quelle manière et dans quel environnement ?
Merci.

Sorry j'ai voulu ecrire elle ne s'est plus exprimée qu'en francais.
Ensuite lorsqu'elle a eu 14 ans nous avons quittés la France pour nous etablir en Thailande. Inscription dans une ecole internationale, d'où le bilinguisme francais/anglais.

Je ne vais pas m'exprimer sur l'école publique thaïe mais il semble qu'elle soit assez médiocre.
Sur le bilinguisme je ne parlerai que de mon expérience et de mes observations sur de longues années.
Quand les enfants grandissent en Thaïlande avec des parents parlant le français ( mais c'est aussi vrai pour une autre langue ) et un entourage parlant le thaïe, ils acquièrent les deux langues facilement.
Quand les enfants grandissent en France avec seulement la mère qui leur parle en thaïe, c'est souvent foutu. Soit l'enfant refuse cette langue ( je l'ai constaté pas seulement chez moi ) soit il apprend très mal. Car tout son environnement est en français.
Et c'est pareil pour un enfant élevé en Thaïlande dans un environnement thaï, ce qui est bien sur normal. Si seul le père parle français l'enfant n'apprend pas cette langue. Ainsi ici à Chiang Rai je vois une petite de dix ans ( française ) qui va apprendre le français à l' AF.
Un seul parent pour apprendre sa langue c'est insuffisant. Mais bien sur c'est faisable si et le parent et l'enfant le veulent vraiment et y mette de la volonté.

Rabec/50 :

Je ne vais pas m'exprimer sur l'école publique thaïe mais il semble qu'elle soit assez médiocre.
...

Bonjour,
L'une des intervenantes de ce forum, très au courant de la formation scolaire publique dans ce pays, nous disait que l'éducation ici était franchement d'un bas, voire très bas niveau.

Merci pour vos interventions. La question du bilinguisme a fait le plein (ce qui n'était pas le sujet, mais c'est toujours intéressant). En revanche, sur l'école maternelle, peu d'expériences apparemment.
Pour poursuivre sur le sujet, j'ai demandé à ce que ma fille ne fasse que 3 heures par jour au lieu de 6, et ça va beaucoup mieux, même si elle n'est pas en demande de l'école comme en France.
Je persiste dans mon analyse. La grosse différence, outre la question de la durée, c'est une plus grande personnalisation de la prise en charge en France. En maternelle, l'école thaïe ressemble un peu à un centre aéré, l'école française à une école. L'individu semble un peu plus important que le groupe.
Merci à tous.

En effet, tout le système d'enseignement public thaï est connu pour être plutôt pauvre. Les enseignants au primaire ou secondaire font volontairement de la rétention d'informations.  Ils ne couvrent pas tout le matériel prévu dans les programmes. Ils peuvent ainsi offrir des 'formations spéciales' à 2-3000 bahts à ceux qui peuvent se les payer. Bien sûr les plus démunis écopent. Les enseignants des écoles privées pour les mieux nantis n'offrent pas de 'formations spéciales', leur programme régulier étant assez riche...

Denis

Nouvelle discussion