En Allemagne, l’AfD incite à la délation contre les enseignants

L’AfD a lancé deux plates-formes Internet pour dénoncer les enseignants qui s’opposent aux positions du parti. L’initiative fait débat outre-Rhin.
Dénoncer les enseignants qui émettent des opinions opposées au parti populiste de droite Alternative pour l’Allemagne (AfD). Après la ville-État de Hambourg en septembre, c’est au tour de la capitale, Berlin, de bénéficier de ce « service » en ligne. La fraction régionale de l’AfD y a lancé lundi 22 octobre une plate-forme Internet sur laquelle élèves et parents peuvent signaler ces professeurs de manière anonyme avant que leurs messages ne soient transmis aux autorités scolaires.Principe de neutralité des enseignants

Outre-Rhin, les enseignants sont tenus au principe de neutralité qui, lorsqu’il est enfreint, peut entraîner un licenciement. Avec ces plates-formes Internet, l’AfD, troisième force politique du parlement fédéral, présente dans quinze des seize parlements régionaux, souhaite faire respecter ce principe de neutralité et « assurer l’expression d’opinions politiques variées de la part des élèves ».

Le parti dénonce un climat anti-AfD dans les établissements scolaires, de la part d’un corps enseignant souvent proche de la gauche. Il constate des actions allant de la « diffusion de matériel inapproprié au port de “tee-shirts FCK-AfD” et à des appels à manifester » contre le parti.

Cette initiative a soulevé un tollé dans le pays. « C’est une tentative d’intimidation », dénonce Heinz-Peter Meidingen, président de l’association des enseignants allemands. Il rappelle que les professeurs doivent certes « présenter les choses de manière neutre et équilibrée sans chercher à convaincre les élèves » mais doivent aussi « éduquer les jeunes à devenir des citoyens mûrs » via de débats controversés.
Vague de solidarité

Heinz-Peter Meidingen se félicite néanmoins de la « vague de solidarité » exprimée envers les professeurs, notamment via un « afflux de messages satiriques » déposés sur la plate-forme hambourgeoise depuis un mois. « Mon fils doit toujours s’asseoir à gauche dans la classe, que faire ? », peut-on ainsi lire sur l’un de ces messages.

Parmi les enseignants, la pression se fait sentir. « J’explique souvent à mes élèves que le concept de presse mensongère (“Lügenpresse”) employée par l’AfD est une invention de Joseph Goebbels, le ministre de la propagande d’Hitler », nous explique une professeur d’histoire à Berlin. « Va-t-on me dénoncer pour cela », s’interroge-t-elle ?

Les autorités locales à Hambourg et Berlin cherchent de leur côté des moyens pour interdire de telles plates-formes. Si le site, lancé en octobre dans le Bade-Wurtemberg, a pu être fermé après la publication des noms de certains enseignants, cela n’effraie pas d’autres sections régionales de l’AfD. Celles de la Bavière, de la Saxe et de la Saxe-Anhalt se disent prêtes à suivre les exemples hambourgeois et berlinois.
https://www.la-croix.com/Monde/Europe/E … 1200978247 .-

jean  luc  ;)

Nouvelle discussion