Colombie parcours du combattant pour créer une petite entreprise !

Incroyable mais vrai, je vais faire la liste des éléments que beaucoup ignorent avant de créer une entreprise en COLOMBIE, qui se revendique ouvert aux entrepreneurs !

Postulat: vous êtes pas encore expat (ou vous êtes déjà dans le pays) et vous n'avez aucune attache en Colombie, mais vous maîtrisez votre expérience et vous avez un capital humain / une expérience intéressante pour un pays en développement.

Hypothèse: vous êtes un petit entrepreneur français, un salarié (cadre ou pas) ou vous êtes au chômage et souhaitez créer une société de petite dimension en Colombie. Bien sûr si vous êtes retraité, cela ne devrait pas vous concerner...

Lorsque je dis petite société, j'estime un capital au minimum de 10 000 euros pour lancer n'importe quelle société en Colombie et 10 000 euros ce n'est pas ridicule pour ce pays, je crois en tout cas. Cela représente 45 fois le salaire minimum colombien. C'est l'équivalent, si on était en France, en parité de pouvoir d'achat à 67 410 euros. Donc une somme rondelette. Certes pour certains, cette somme est sera ridicule pour entreprendre. Mais nous en reparlerons au sujet du type d'activité car on injecte pas le même capital pour lancer une boulangerie ou créer une activité d'interprète ou de traducteur indépendant, n'est-pas? Il faut être rationnel... 

Je rappelle qu'il ne s'agit pas d'investir dans l'immobilier. Si c'était le cas, cela serait un autre sujet ô combien intéressant.

Mais revenons à nos moutons de petits entrepreneurs.

On se renseigne sur les Visas accessibles. Normal, pour travailler légalement en Colombie, vous avez besoin d'un Visa.
Il existe deux visas possibles
a) Le VISA M travailleur indépendant
b) Le VISA M VISA M–SOCIO PROPIETARIO -ASSOCIE OU PROPRIETAIRE D’ETABLISSEMENT COMMERCIAL

Et commençons par le plus difficile,
b) Le SOCIO PROPIETARIO

Pour avoir accès au fameux VISA. Il apparaîtra que l'étranger est associé ou propriétaire d'une société dûment constituée et enregistrée, en indiquant un capital ou actif enregistré et payé appartenant à l'étranger demandeur du visa non inférieur à cent (100) salaires minima légaux mensuels en vigueur.
Autrement dit, pour lancer une activité quelconque, il faut un capital social inscrit de 220 euros * 100= 22 000 euros.
Donc sans compter le reste (il faut bien vivre, se loger, s'assurer, prévoyance de gestion d'entreprise, local à réserver) un minimum de 32 000 voire 40 000 euros pour être à l'aise pour un an. Vous avez bien lu, 40 000 euros au minimum pour démarrer une activité en Colombie.
Si vous souhaitez être traducteur, cela sera le niveau d'investissement minimum à capitaliser. C'est-à-dire, le plus élevé au monde. Car aucun traducteur n'a investi autant d'argent dans son activité privée... C'est quasi-impossible ! Pareil dans beaucoup d'activités intellectuelles. Et poussons le bouchon plus loin, même un artisan en France pour débuter n'aura pas cette réserve de démarrage (sans un prêt à la banque et en Colombie vous n'y avez pas accès au prêt).

Il n'y a aucune distinction de capital minimum entre le niveau d'activité. Entre faire un hôtel ou se lancer comme négociant international (et avoir son petit bureau et son pc portable), c'est la même chose: il faut 22 000 euros enregistrés légalement dans l'entreprise avant tout démarrage.

Donc nous sommes face à un obstacle énorme, purement capitalistique.

Bien sûr, nous imaginons qu'un pays comme la Colombie a forcément trouvé une parade pour faciliter l'arrivée des petits entrepreneurs, créatifs et innovants.
Et bien c'est planté !

Nous sommes face au seul pays au monde qui exige autant de complications pour la création d'une activité "simple" et facile à monter !

Démonstration avec le VISA M travailleur indépendant

a) VISA M travailleur indépendant
C'est le VISA qui apparaît le plus adapté, le plus flexible, le plus chéri des entrepreneurs étrangers. Et c'est aussi celui qui ferme le plus la porte aux étrangers.

Conditions d'obtention de ce VISA:

Premièrement
Vous devez capitaliser sur les 6 derniers mois avant la demande, une moyenne mensuelle de solde bancaire de 2200 euros (minimum). Autrement dit, vous êtes bien payés en France comme salarié ou vous êtes indépendant et vous gagné en net bien plus que la moyenne en France... Tout cela pour créer une activité dans un pays qui vous rémunèrera 10 fois moins voire 20 fois mois en moyenne au démarrage de l'activité (avec un coût de la vie divisé par 3), donc il en faut du sacré courage d'entrepreneur !

Deuxièmement
Chose irréaliste, qui est vraiment abracadabrantesque pour un pays qui a besoin de talents, vous devez avoir une certification professionnelle (validée par le ministère d'éducation supérieur colombien) qui prouve que vous êtes diplômé dans votre domaine. Autrement dit, vous avez passé 15 ou 20 ans dans l'industrie et vous souhaitez créer une activité de location de bateaux à Carthagène : c'est grillé.
Vous avez travaillé 10 ans dans la publicité et vous souhaitez créer une société artisanale à Barranquilla : c'est grillé. Vous avez une expérience dans le bâtiment, la construction et vous souhaitez créer une agence de location meublée à Bogota : c'est grillé aussi. Vous souhaitez créer une startup, sauf si vous avez un incubateur bien ciblé qui veuille bien vous accepter, vous aurez assurément de grandes difficultés à vous lancer seul.
Digne d'un système soviétique (et même typiquement Français de Pôle Emploi), vous ne pouvez pas exercer autre chose que ce que vous savez. Innovation, créativité, adaptation sont des termes à bannir. Ils ne fonctionneront pas en Colombie pour les étrangers entrepreneurs.

Troisièmement
Et là c'est formidable parce que nous atteignons le plus haut degré d'obstacle. La "convalidacion" ou équivalence de diplôme. Elle est exigée pour l'activité que vous allez exercer dans la demande de visa. Presque toutes les activités en Colombie sont régulées... La liste des activités régulées en Colombie est à voir pour le croire. Y compris même pour l'activité de guide touristique !!!!! Chose incroyable lorsque l'on voit la quantité d'activités informelles dans le pays dans tous les domaines, y compris des écoles de langues étrangères... C'est merveilleux ! On demande aux étrangers d'avoir un dossier béton alors que sur place, les exigences sont minimales.

Mais revenons à notre sujet. Pour parvenir à avoir une équivalence de diplôme, obligatoire pour une activité régulée, et comme elles le sont toutes, il faudra du temps et du temps et de la patience. Certains spécialistes parlent de quelques mois. Un formidable article démontre qu'il est l'un des plus compliqués et coûteux. Pratiquement un an pour avoir une équivalence... Du jamais vu ! Jusqu'au point que le Maire actuel de Bogota a préféré ne pas faire son homologation de son diplôme à Paris tellement c'était compliqué !
Article
https://es.panampost.com/angelo-florez/ … cademicos/

Quatrièmement,
Il faut fournir 3 certificats d'expérience et non pas deux ou un... Autrement dit, vous avez fait carrière dans une seule entreprise en France, c'est grillé ! Vous avez deux expériences en lien avec votre projet de création, c'est grillé ! Vous avez eu trois expériences en lien avec votre projet de création et vous avez le GRAAL ! Mais cela veut dire aussi que vous êtes condamné à faire ce que vous avez fait précédemment...

Mais comment as-ton pu penser le projet d'entrepreneuriat aussi restrictif dans le Monde de 2018 ?????
Alors là, vous vous dîtes !
La Colombie, c'est la Suisse, c'est Monaco, c'est le Luxembourg pour exiger autant... Non, c'est un pays en développement, certes merveilleux et chaleureux, mais hautement restrictif pour les entrepreneurs étrangers.

Nous dirions désincitatifs surtout dans une région qui joue la carte de compétitivité d'attractivité. Le Panama est bien plus attractif et moins regardant... La République Dominicaine a aussi une longueur d'avance...

Certains n'hésiterons pas a dire, moi j'ai réussi de telle manière, en trichant, en modifiant ceci, cela... En ne disant pas ceci, cela...
Mais pourquoi jouer et manœuvrer avec un dispositif légal qui est censé attirer naturellement des capitaux étrangers et des talents !

A bon entendeur d'entrepreneur ! Bonne chance !

C'est vrai que les règles sont compliquées et semblent faites pour les investisseurs seulement.
Cependant, il y a une nuance avec le capital de 100 salaires minimaux pour une entreprise SAS. Il n'est pas demandé de poser ou dépenser les 22'000 Euros. Cela correspond en fait à la responsabilité engagée à hauteur de cette somme.
En cas de faute, de tromperie, le client lésé pourra déposer plainte et obtenir un dédommagement suffisant.

Bonjour

Merci Sebastien,

Mais c'est confirmé par trois avocats et j'en suis bien désolé sinon cela serait formidable de mettre une assurance à cette hauteur et si simple. Ojala !

Il s'agit bien de capital inscrit et payé. La responsabilité engagée ne vaut rien si elle n'est pas inscrite de manière numéraire sur un compte bancaire. Et le requis du Visa est très clair à ce sujet.

La visa tipo “M” tendrá vigencia de tres años.

Requisitos específicos

    Carta de solicitud en la que se informe con precisión, razón social, domicilio y Número de Identificación Tributaria (NIT) de la sociedad comercial constituida o en la que invierte.
    Certificado de composición accionaria suscrito por contador público, indicando monto de capital o activo registrado y pagado de propiedad del extranjero solicitante de la visa, el cual no podrá ser inferior al equivalente de cien (100) salarios mínimos mensuales legales vigentes, cuando se trate de sociedades por acciones.


Avec mes sincères regrets.

Un capital peut aussi être matériel. En incluant des ordinateurs, bureaux, mobilier et une voiture on arrive rapidement à 12'000 Euros.
Forcément pour un traducteur ça va être plus difficile, il faudra donc avoir le reste sur un compte.
Capital payé ne veut pas dire 'dépensé avant même de constituer l'entreprise'. Ce sont des dépenses qui s'accumuleront au fur et à mesure, en loyer et salaire par exemple.

Évidemment que le capital est diversifiable au départ, encore heureux !

Mais franchement, on parle de 22 000 euros de capital immobilisé pour un salaire moyen de 220 euros.

Le stock de capital exigé (bureau, voiture, ordinateurs, capital numéraire) est complètement disproportionné au salaire versé par la suite !

Incroyablement disproportionné, même du jamais vu au niveau mondial selon certains comptables colombiens.

De plus, et cerise sur le gâteau. Les autorités pourront vérifier si l'activité est régulée ou pas. Autrement dit, après avoir atteint péniblement le montage onéreux, l'octroi du visa n'est pas garanti par le fait que les autorités vérifieront si vous avez une activité régulée ou pas.

Prenons le cas de l'amateur étranger qui blinde son compte entreprise mais qui a oublié ou qui ne peut pas valider son certificat professionnel en accord avec son activité par équivalence de diplôme, le VISA M ne sera pas octroyé.

Alors, pour faire simple, on est en COLOMBIE avec une activité informelle à 50%, et les autres 50%, en particulier les riches étrangers, doivent matelasser le capital à un niveau incompréhensible et illogique.

Dans un pays où l'activité informelle est à un niveau aussi fort, laissons les talents étrangers développer des activités pour créer de la richesse et des emplois... Ne les bloquons pas comme en Europe. Sinon où va le monde !

Ne mélangez pas 'indépendant' et 'propriétaire d'entreprise'. En montant une SAS il n'y a aucun diplôme à fournir.

De plus, 220 Euros correspond au salaire minimum, pas moyen. Le salaire moyen est plus proche des 900 Euros.

Attention. Correction.

El salario promedio de los profesionales es de $ 2’224.564 (2017)

C'est le salaire moyen des PROFESSIONNELS !

Soit 640 euros plus ou moins au taux de change de 2017, loin des 900 euros même si la générosité est le propre de l'homme...

Maintenant, le revenu moyen des indépendants pour être au taquet. Là, on tombe très bas. Selon une enquête de la Seguridad Social de 2017, on serait proche des 400 euros / mois. Bref entre le minimum vital légal et le salaire d'un professionnel.

Eh oui, les taxes !!!!
En 2014, un article lançait déjà une alerte sur le système étouffant des indépendants en Colombie.
http://blogs.eltiempo.com/la-lupa-opini … pendencia/

Et pour être très clair, quand vous commencez une activité, vous blindez votre salaire???
Jamais, vous l'ajustez pour vivre correctement surtout si vous êtes expatrié et surtout en phase d'instabilité de démarrage, vous jouez le prévoyance. Du classique !

Je confirme également que les autorités pourront vérifier si le créateur d'entreprise SAS, propriétaire d'entreprise mais sans pouvoir exercer son activité, donc en demande de VISA M pour pouvoir travailler légalement, détient bien une activité régulée ou pas. Contrôle tout à fait normal. Car un demandeur de visa ne peut pas créer ce qu'il veut du jour au lendemain. Les activités sont extrêmement régulées en Colombie et la liste est super intéressante à lire. Et c'est le rôle des autorités de contrôler le visa. Donc ils pourront vérifier si vous avez une activité régulée ou non. Et le cas échéant demander la formation ou le certificat en adéquation pour l'activité régulée. Pouvoir discrétionnaire des autorités de migration. Et que je comprends tout à fait pour un pays qui contrôle énormément.

Voilà, cela sera ma dernière publication sur ce sujet et la liberté d'entreprendre en Colombie.

Je vous souhaite bien du courage pour ceux qui créent en tant qu'étranger !

Après une recherche bien fouillée, j'ai trouvé la fameuse liste des professions réglementées...

Et on y découvre des "perles": Guide touristique ! Administrateur d'entreprises (Administracion de empresas) ! Desarollo familial ! ...

La gestion d'entreprises est réglementée... Waooo !

Toute demande de visa en rapport avec ces professions sera contrôlée. Et le visa refusé si les antécédents du demandeur étranger ne valident pas l'expérience nécessaire par l'autorité légale colombienne de la profession.

https://www.mineducacion.gov.co/CNA/174 … 87352.html

Actualmente, alrededor de 60 profesiones se encuentra reglamentadas en el país, algunas de ellas contemplan un código de ética específico y la expedición de la tarjeta profesional correspondiente.

Existen normas específicas que reconocen y reglamentan el ejercicio de las siguientes profesiones: Abogacía, Enfermería, Laboratorista Clínico, Contador Público, Odontología, Medicina y Cirugía, Química Farmacéutica o Farmacia, Economista, Microbiología, Bacteriología, Agronómicas y forestales, Técnico Constructor, Químico, Fisioterapista. o Terapista Físico, Ingeniero Químico, Licenciados en Ciencias de la Educación, Trabajador Social, Ingeniería, Arquitectura y profesiones Auxiliares, Nutrición y Dietética, Bibliotecología, Topógrafo, Administración de Empresas, Instrumentación Técnico Quirúrgica, Secretariado, Ingeniero de Petróleos, Biología, Medicina Veterinaria, y Zootecnia, Ingeniería Eléctrica, Ingeniería Mecánica y Profesiones Afines, Ingeniería Pesquera, Ingeniero de Transportes y Vías, Actuación, Dirección Escénica y el Doblaje en Radio y Televisión, Técnico Electricista, Agente de Viajes, Administrador Público, Fotografía y Camarografía, Geógrafo, Diseño Industrial, Guía de Turismo, Optometría, Estadística, Fonoaudiología, Ingeniería Naval, Tecnólogo en Electricidad, Electromecánica, Electrónica y Afines, Administradores de Empresas Agropecuarias, Administradores Agrícolas o Administradores Agropecuarios, Desarrollo Familiar, entre otras.

Igualmente, existe reglamentación para las denominadas "profesiones internacionales", tales como: Tecnólogo en Regencia de Farmacia; Relaciones Internacionales; Finanzas, Gobierno y Relaciones Internacionales; Comercio y Finanzas Internacionales; Finanzas y Comercio Exterior; Comercio Internacional; Comercio Exterior; y Administración en Negocios Internacionales y carreras afines.

Bonjour,

Merci pour ces infos, mais après avoir parcouru le site officiel pour demander un visa , j'ai pu chercher quel type de visa j'avais besoin pour faire du business à mon compte (entreprendre) en Colombie, sans avoir de structure préexistante grâce à leur outil "do I need a visa". (j'ai rempli les champs "France", "ordinary" et "business").

Ils me proposent alors un visa V -Business (visiteur) , qui est donc différent d'un visa M-independant activity (ce dernier est conseillé si l'on rempli la case "work" et non pas "business" dans l'outil de recherche)

Le Visa V-Business serait-il plus facile à obtenir que le visa M-travailleur indépendant dont vous parlez dans votre article? Les documents demandé sont ici. Ils demandent aussi un relevé de compte bancaire des 6 derniers mois, mais ne spécifient pas le montant demandé.

Merci pour votre analyse!
Marie

Bonjour,

J'ai lu votre discussion avec beaucoup d'attention car je suis en train de créer une société pour ouvrir un Hostal à Medellin.
J'ai de toute façon besoin d'un capital important donc je serai au delà des 22 000€.
Je ne trouve pas le métier de gérant d’hôtel dans la liste des professions réglementées.
Ce qui voudrait dire que je n'aurai pas à justifier d'une expérience professionnelle  (que je n'ai pas) dans ce domaine?
Mon avocat me conseil pour l'instant de créer une SAS. Un contact qui a déjà été gérant d'un hostal en Colombie me dit de le faire en régime simplifié et non en SAS pour des raisons fiscales? Avez-vous des infos sur ce sujet?

Nouvelle discussion