bluffée par la Réunion

Je suis à la Réunion pour environ un mois car ma fille va y être scolarisée au lycée... et le moins qu'on puisse dire que je suis bluffée par ce "pays"...
Dieu sait si la Réunion n'était pas une destination pour moi... je n'ai jamais voulu y aller en vacances, et encore moins m'y installer !!! Et pourtant !!!
Depuis mon arrivée, je n'y trouve que des gens charmants, posés, calmes.... un véritable autre monde !
En voiture déjà... la priorité se cède en permanence... c'est à celui qui donnera le premier le droit de passage, presqu'en s'excusant d'être prioritaire... on ne klaxonne pas... "allez passe, y'a dix kilomètres embouteillage... pas grave !!!"
Et les piétons !!! hyper prioritaires... il est quasi impossible de marcher le long d'une route car les voitures s'arrêtent pour vous faire passer même si vous n'en avez pas l'intention...
Franchement, j'ai l'impression d'arriver du far west !!!!
Vraiment, je suis bluffée par cette sorte d'harmonie qui y règne !!!!
Je ne renoncerai pas à Mada pour autant... ici il y a trop de tout et tout en trop... je me sens perdue après 5 ans de Diégo Suarez malgré mes guides bienveillants, donc Laurencel qui est une fée pour moi...
Grâce à elle et à la gentillesse des réunionnais, j'ai résolu en 3 jours tous les soucis de l'inscription et du futur hébergement de ma fille.... et franchement, ce n'était pas gagné...
Alors, par ce post, je voulais rendre grâce à ce pays voisin, ce pays cousin.... et le remercier pour tout ce qu'il est et ce qu'il me donne ici et maintenant !!!

Effectivement, je suis entièrement d'accord avec Lys car les rares fois où je me suis rendu à la Réunion juste pour avoir un autre visa pour Madagascar afin d'économiser les longs trajets vers l'hexagone j'ai apprécié la propreté, la gentillesse, ainsi que la végétation qui est surprenante, surtout dans un parc non loin de St Denis accessible par autobus après avoir longé le littoral. :top:
D'autre part, je me souviens qu'il y a plus de cinquante ans déjà alors que j'étais jeune appelé dans un régiment de commandos dans l'Est de la France, que j'ai fais la connaissance d'une section de réunionnais appelés comme moi. A cette époque j'étais moniteur après mes classes d'élève gradé quand ces réunionnais sont arrivés en plein hiver glacial. :cool:
Ils n'avaient jamais porté ni chaussettes ni brodequins et encore moins des rangers. Quand on rentrait dans leur chambre ça sentait les pieds au point de faire marche arrière en prenant soin de bien refermer la porte afin que l'odeur ne se répande dans toute la compagnie.  :huh:
A cette époque il y avait un poêle à charbon dans chaque chambre et il fallait aller chercher du charbon dans la cave. Un sergent avait désigné une personne par chambre en donnant l'ordre brutalement d'exécuter ses ordres et manque de chance pour lui, le lendemain il s'est retrouvé comme par magie avec un œil au beurre noir.  :sosad:
Pour ma part quand j'allais dans leur chambre, j'essayais de les mettre en confiance en plaisantant avec eux et je n'ai jamais eu de problèmes car j'avais vite compris qu'ils n'aimaient pas qu'on leur marche sur les pieds. :top:

"j'étais jeune appelé dans un régiment de commandos dans l'Est de la France"
Lequel, son nom ?

Le 23 ème RI stationné d'abord à Sarrebourg en Moselle puis à Metz.
Et voici à quoi je ressemblais quelques mois plus tard en mai 68.
:sosad:
http://www.blelorraine.fr/2018/05/un-se … -lorraine/

C’est drôle de lire ces impressions, Mada fait-elle oublier la civilisation *moderne*? 😂
Moi c’est ma Sicile natale qui me fait cet effet dans le sens inverse , non pas que je ne respecte plus le code de la route mais je deviens laxiste comme mes compatriotes au volant mais on redouble de vigilance je trouve...

madagaston :

Le 23 ème RI stationné d'abord à Sarrebourg en Moselle puis à Metz.
Et voici à quoi je ressemblais quelques mois plus tard en mai 68.
:sosad:
http://www.blelorraine.fr/2018/05/un-se … -lorraine/

Le 23° RI est un des régiments qui s'est largement illustré par de nombreux actes de courage, bravoure et sacrifice  dans tous les conflits impliquant la France mais n'étaient pas pour autant régiments de commando.
A cette époque, comme toujours d'ailleurs et encore de nos jours, l'infanterie est la "masse" qui "va au carton".
Quand les gens parlaient d'eux, ils s'exprimaient par le terme pas sympa (mais tellement réaliste) de "chair à canon". Cela n'enlève rien à ses valeurs, bien au contraire.

Simple précision et avec respect de la part d'un petit sous-off sorti du 17°RGP et qui a été au combat dans le temps au Tchad (1975) sans même encore être para et à l'âge de 18 ans.

Désolé d'affirmer le contraire Serge car j'y étais pendant seize mois et le 23 ème RI avait deux compagnies de commandos la CC1 ( 1ère Compagnie de Commando) et la CC2 (2 ème Compagnie de Comandos) ainsi que deux compagnies d'instruction qui accueillaient les jeunes recrues pour la formation (UI1 et UI2) auxquelles j'étais envoyé comme moniteur avant de réintégrer la CC2.
Il y avait également une section de services généraux (mécanos, chauffeurs, cuistots etc.) et une section de radios.
Et je peux certifier que les parcours du combattant qu'on faisait n'étaient qu'une mise en forme comparé au parcours du risque où le risque était réel car il fallait grimper avec le sac à dos pesant trente kg et se déplacer sur une poutre de dix cm de large à 5 mètres du sol et je ne parle ni de la marche forcée de 50 km avec tout le barda ainsi que les nuits passées au camps de Bitche en plein hiver sous la toile de tente à jouer aux petits soldats en se nourrissant uniquement avec des rations de guerre datant de la guerre d'Algérie.
Voici d'ailleurs une photo prise au camps de Bitche de quelques trouffions de la 1 ère Compagnie de Commandos en plein hiver lors de manoeuvres. Et quand je repense aux pauvres réunionnais qui n'avaient jamais vu un seul flocon de neige avant de venir se les geler dans l'Est mosellan, je comprends que leur moral ne devait pas être au beau fixe et qu'il ne fallait pas leur chercher des poux sur la tête.
http://copainsdavant.linternaute.com/ph … ri-4128186

Je veux bien vous croire puisque vous y étiez mais, vu que "CC" veut généralement dire "Compagnie de Combat" (dans lesquelles j'ai servi à une période de ma carrière) et que je n'ai pas trouvé suffisamment de précision sur le 23° RI, j'aimerais beaucoup que vous puissiez parfaire ma méconnaissance en me transmettant des éléments complémentaires.
Merci à vous.

On va peut-être ouvrir une autre discussion concernant  le service militaire des expats?
M'aurait-on donc menti en désignant la 2 ème Compagnie de Commandos où j'ai été envoyé après mes classes? :/
Je crois que je vais attaquer les anciens gradés en justice car on ne nous dit pas tout comme dirait une célèbre humoriste...  :lol:
Par contre je trouve un peu désuet d'appeler une Compagnie de Combat quand il n'y a pas de guerre...  :huh:
A moins que ce soit une Compagnie de Combat de Coqs de la République et que le 23 ème RI était en réalité un Régiment d'Invalides vu qu'il a été supprimé quelques années après ma libération tant attendue. ;)
Quoi qu'il en soit: combat ou commando je m'en tape car j'ai toujours été antimilitariste dans l'âme et je n'étais pas très différents des réunionnais à qui on a imposé une période de leur vie qu'ils on certainement pas apprécié du tout.   
:sosad:

Salutations toutes et tous ! Donc pour reprendre le fil du sujet, bientôt nous perdrons Lys de Diego, et nous y gagnerons Lys de la réunion  ;)

On ne sait plus sur quel pied danser en ce qui concerne Lys car elle nous dit qu'elle est en train de déménager à Nosy be et on la retrouve à la Réunion... mais sachant que les voyages forment la jeunesse on la retrouvera certainement plus alerte que jamais à son retour de la Réunion... Bon séjour Lys ! ;)

madagaston :

On ne sait plus sur quel pied danser en ce qui concerne Lys car elle nous dit qu'elle est en train de déménager à Nosy be et on la retrouve à la Réunion... mais sachant que les voyages forment la jeunesse on la retrouvera certainement plus alerte que jamais à son retour de la Réunion... Bon séjour Lys ! ;)

ah j'ai loupé l'épisode du déménagement à NOS ....... Bon séjour sur la réunion. Ah nosy be !

Ces établissements licencieux, le stupre et la luxure réunis au même endroit !

Une nouvelle mission pour Lys la création d'une société vertueuse en vue !  :dumbom:

Enfin plus sérieusement quelque soit le nouveau projet de Lys de Diego Alias Lys de la Réunion Alias Lys de Nosy Be bon vent à elle !

Bon les enfants, vous liriez les posts un peu plus attentivement (si tant est que ces dits posts retiennent votre attention), vous auriez su que je ne suis à la Réunion que pour un petit mois afin d'y installer ma fille qui va faire sa classe de première là bas !
Il n'est question pour moi de m'y installer car si j'ai quitté la France c'est justement à cause de ce que je n'y trouvais plus... ou que je trouvais en trop !
Si un jour d'ailleurs je devais retourner en terre métropolitaine, ce serait en Corse, chez moi... mais çà n'est pas à l'ordre du jour !

Et oui, je quitte Diégo pour Nosy Bé parce que je pense que Nosy Bé répond plus à mes attentes que Diégo...
La dégradation de Diégo m'attriste beaucoup... rien qu'en 5 ans ce sont des pans entiers de l'économie locale qui se sont effondrés et à la prochaine saison des pluies la situation va encore se dégrader... car déjà la plupart des ponts n'ont pas été réparés et que les déviations dans les lits des rivières ne seront plus accessibles dès la première crue...

Je pars à Nosy Bé avec mes 14 ouvriers... qui ont tous voulu me suivre... on verra bien si le jeu en vaut la chandelle...
Donc désormais, Lys de Nosy Bé... car je suis toujours une princesse !!! :D

Lys de Nosy Bé :

Bon les enfants, vous liriez les posts un peu plus attentivement (si tant est que ces dits posts retiennent votre attention), vous auriez su que je ne suis à la Réunion que pour un petit mois afin d'y installer ma fille qui va faire sa classe de première là bas !
Il n'est question pour moi de m'y installer car si j'ai quitté la France c'est justement à cause de ce que je n'y trouvais plus... ou que je trouvais en trop !
Si un jour d'ailleurs je devais retourner en terre métropolitaine, ce serait en Corse, chez moi... mais çà n'est pas à l'ordre du jour !

Et oui, je quitte Diégo pour Nosy Bé parce que je pense que Nosy Bé répond plus à mes attentes que Diégo...
La dégradation de Diégo m'attriste beaucoup... rien qu'en 5 ans ce sont des pans entiers de l'économie locale qui se sont effondrés et à la prochaine saison des pluies la situation va encore se dégrader... car déjà la plupart des ponts n'ont pas été réparés et que les déviations dans les lits des rivières ne seront plus accessibles dès la première crue...

Je pars à Nosy Bé avec mes 14 ouvriers... qui ont tous voulu me suivre... on verra bien si le jeu en vaut la chandelle...
Donc désormais, Lys de Nosy Bé... car je suis toujours une princesse !!! :D

Je renouvelle mes voeux pour la nouvelle vie sur NOS.   Car partir avec l'ensemble de sa "communauté" pour un nouveau projet ..... Chapeau bas  :top:                                                                   
     Mais j'ai une petite question entre le moment ou je me suis couché et ce matin ou je participe !                                                                                                   
     La Corse a eue son indépendance dans la nuit ?  J'ai la sensation d'entendre ma famille basco-bretonne.   :D  ;)

Bonjour Lys de Nosy Bé,
Je te souhaite beaucoup de satisfactions dans ton nouveau paradis en espérant que tu y trouveras ce "ni trop, ni pas assez" que tu excrètes en France comme beaucoup d'expats qui viennent à Madagascar non seulement pour y déguster de la THB et se frotter aux fleurs des îles mais également pour essayer d'y trouver une autre manière de vivre, une niche écologique qui leur convient, en soi, une nouvelle vie sans pour autant rejeter les souvenirs qu'on a cultivé dans son jardin en France, même si on a jeté les pierres dans le jardin du voisin avant de partir et même quelques pierres du mur de séparation selon certains...
:lol:

Salut
Si tu as l'occasion Lis va te balader dans un marcher forain , bon les prix beaucoup plus chère qu'à mada mais pour l'ambiance et les couleures: le top.

serge45 :

Simple précision et avec respect de la part d'[b]un petit sous-off sorti du 17°RGP[/b] et qui a été au combat dans le temps au Tchad (1975) sans même encore être para et à l'âge de 18 ans.


Vos propos semblant peu crédible, en tant qu’ancien militaire ayant servi au Tchad, j'ai donc pris la peine de rechercher dans vos messages d'autres informations sur ces combats ignorés de tous.... Il est fort probable que j'ai raté certains de vos messages mais les nombreux messages que vous avez publiés sur votre séjour au Tchad sont me semble-t-il « édifiants »..... Avant d'étaler votre campagne militaire du 13 avril 1975, vous auriez au moins pu vous renseigner sur ce qui s'est réellement ce jour là... Votre imagination semble sans limite et pas que sur votre combat imaginaire au Tchad. Actuellement Professionnel de l'électricité habilité à pénétrer au coeur des centrales nucléaires, ou chauffeur de car, il faudrait savoir, à forcer d'inventer de nouvelles histoires vous semblez ne plus savoir ou vous en êtes....
Affabulateur? Mythomane?  "Menteur un jour égal menteur toujours" aurait probablement dit ma grand-mère.....

Combats ignorés de tous en effet, car l'association des anciens du 17ème, ignore tout de ces combats et il en est de même pour le secrétariat d'Etat aux anciens combattants:
Pour le Tchad, les arrêtés des 12 janvier 1994 et 11 août 1997 ont reconnu comme combattantes les unités des services communs comme FEMIA/FT et des formations de l'armée de terre telles que les 1er RE, 2e REP, 6e RIMa, 8e RPIMa et DETALAT du Tchad, pour des services accomplis jusqu'au 31 décembre 1975.

Le 17ème RGP n'est pas mentionné, ce régiment aurait-il été oublié? Où auriez-vous été le seul militaire français à avoir combattu au Tchad le 13 avril 1975? Rambo serait-il inspiré de votre histoire, vous seul contre l’armée tchadienne ?
AUCUN MILITAIRE FRANCAIS N'A COMBATTU AU TCHAD LORS DU COUP D'ETAT DU 13 AVRIL 1975;

Vous utilisez le mot "Respect".   
Effectivement (en ce qui me concerne) ceux qui ont combattus au Tchad et ailleurs méritent le respect, et encore plus ceux qui y ont perdu la vie (226 soldats français morts et 620 blessés par armes à feu ou engins explosifs depuis 2000) (159 soldats français morts en opérations au Tchad depuis 1963). Et sans oublier en ce jour de commémoration, tous ceux qui ont perdus la vie pour défendre le territoire français (soldats français mais aussi tirailleurs que l’on a vite oublié). Mais vos affabulations sont un total manque de respect envers ceux qui sont morts en service pour la France.


Envoyé au Tchad alors que vous n'étiez pas encore para? Etonnant puisque tous les sapeurs sont envoyés à l’école des troupes aéroportées (ETAP) de Pau pour passer leur brevet parachutiste durant leur formation (la 13ème et 14 ème semaine). Les personnels non brevetés, généralement ceux qui ont trop peur pour passer la porte de l'avion, sont soit mutés dans des unités non TAP ou affectés à des postes administratifs, mais ne sont jamais envoyés en Opération extérieur (OPEX).
Ou étais-ce simplement pour pouvoir indiqué que vous étiez "para" probablement pour chercher à impressionner les lecteurs....

serge45 :

En 1975, j'ai pris chaque matin mon petit cachet de nivaquine et cela pendant un an sans jamais avoir eu le moindre souci de santé pouvant en découler.

Comme vous l'indiquez dans un autre message, vous êtes arrivé au Tchad le 5 mars 1975. Si la durée de votre séjour au Tchad avait été celle que vous indiquez, vous seriez resté au Tchad jusqu'en février ou mars 1976. [b]Ce qui est totalement impossible...[/b]
Vous semblez ignorer que les troupes françaises ont quitté le Tchad en octobre 1975 à la demande du Général Malloum, suite à l'affaire "Claustre"  (Ethnologue Française enlevée le 21 avril 1974 par les chefs Toubous Goukouni Oueddei et Hissène Habré) et aux négociations directes entre le gouvernement français et les rebelles opposés au général Malloum. Négociations durant  lesquelles le commandant Pierre Xavier Galopin perdra la vie (séquestré et exécuté de façon sauvage le 4 avril 1975 par les hommes d'Hissène Habré).  Et lui aussi, contrairement à vous, mérite le respect....

serge45 :

J'étais au Tchad, climat qui n'a rien à voir avec Mada mais je fais la comparaison car, en tant que militaire, nous allions souvent en entraînement dans la jungle (parfois plusieurs jours d'affilée donc nuit dans les marais aussi) et là bonjour !

"Climat qui n'a rien à voir avec Madagascar" Avez-vous visité l'extrême sud de Madagascar?
Pourriez-vous préciser dans quelle région du Tchad, vous avez effectué ces entrainements en Jungle avec nuits dans les marais?

Non les troupes françaises n'effectuent pas d'entrainement en jungle au Tchad (majoritairement semi-désertique), mais uniquement des entrainements au combat en zone désertique (Cela est aussi le cas à Djibouti). Les entrainements "jungle" s'effectuent uniquement au Gabon (si vous y aviez réellement été vous devriez le savoir) ou en Guyane, ou à Manaos au Brésil pour les Instructeurs "jungle"...
Encore une fable

serge45 :

L'énorme surprise qu'on eu les expats à Kolwezi est venue de cette sous-estimation du danger.
Idem pour ceux qui se sont trouvés à N'Djamena (Tchad) lors du coup d'état très sanglant, sauvage du 13 avril 1975 (cette date est gravée dans ma mémoire: J'y étais pour sauver les civils et donc en plein dedans).

Envoyé au Tchad pour sauver des civils? Est-ce réellement la mission d'un régiment du génie comme le 17ème RGP? La mission des éléments du 17 RGP au Tchad n'était-elle pas l'entretien de la plateforme aéroportuaire (piste, bâtiments, etc.... Du BTP en treillis, ou du déminage, ce qui n'étais pas votre cas)?
Coup d'Etat sanglant, sauvage du 13 avril 1975? Il semblerait que même si vous étiez à N'Djamena ce jour-là, vous n'ayez pas la moindre idée de ce qui s'est réellement passé.....
Avez-vous sauvé beaucoup de civils?
Je ne connais pas le nombre d'expatriés à cette époque, mais non seulement ils devaient être peu nombreux mais aucun d'entre eux n'a été inquiété, car les combats n'ont duré que quelques heures (jusqu'au milieu de la matinée) et ceux-ci n'ont eu lieu que dans l'enceinte du palais présidentiel protégé non pas par l'armée (garde présidentielle) mais plutôt par une sorte de garde prétorienne en cours de formation (CTS)... Ce qui explique la brièveté des combats. Donc aucuns troubles dans le reste de la ville et aucune menace envers les ressortissants étrangers.... Et le renversement du dictateur a été accueilli avec joie par la population civile enfin débarrassée de l'oppression d'un dictateur et surtout débarrassée du "Yondo".

serge45 :

Le 5 mars 1975 je suis arrivé au Tchad. A cette époque ce pays avait un niveau de misère bien plus important que Mada à l’heure actuelle. Situation très tendue, beaucoup plus explosive qu’ici (même au moment du coup d’état de Mada). Cela s’est fini par, eux aussi, leur coup d’état très sanguinaire (une sacrée boucherie que le peuple malgache n’imagine même pas) et j’étais en plein dedans mais là n’est pas le sujet.

Vous étiez en plein dedans? Pourriez-vous préciser dans quoi, car vos propos démontrent encore une fois que vous n'avez pas la moindre connaissance sur ce qui s'est passé ce jour là....
La situation était très tendue, explosive à votre arrivée au Tchad? Le coup d'Etat a été déclenché le 13 avril au matin et les seuls incidents précédents ont été les incendies des armureries de la garde prétorienne (Compagnie Tchadienne de Sécurité, CTS) à N’Djamena et Sarh, probablement en vue du coup d'Etat.
Les combats n'ont opposé qu'un groupe de gendarmes et la compagnie tchadienne de sécurité CTS qui gardait le palais présidentielle. Donc aucune boucherie comme vous le prétendez car la population civile n'a absolument pas été impliquée dans les combats.

serge45 :

Que le Tchad ait été ou non dans un contexte de guerre civile ne change rien au niveau de vie de ces gens, non ?
Enfin, si il y a eu coup d'état (cela étant une habitude cyclique dans certains pays pauvres africains), c'est surtout cette extrême misère qui a poussé les gens à se révolter dans l'espoir de jours meilleurs.

On pourrait se demander si vous êtes seulement sorti au moins une fois du camp militaire, du moins pour aller ailleurs qu'au bordel pour militaires situé en face du camp, et dont vous parler dans un autre message...
Non seulement vous ignorez ce qui s'est passé le 13 avril 1975, mais vos propos démontrent que vous ignorez même quelle était la situation à N'Djamena et dans le pays durant l'ensemble de votre séjour...

NON, en 1975 le Tchad n'était pas dans un contexte de guerre civile, et NON, La population tchadienne ne s'est pas révoltée dans l'espoir de jours meilleurs. La population n'a absolument pas pris part au coup d'Etat, et s'est limité à acclamer les militaires après l'annonce de la fin du régime de Tombalbaye à la radio...

serge45 :

13 avril 1975, coup d'état au Tchad. J'y étais, en plein dedans et cette date est gravée dans ma mémoire à jamais.....
Sais-tu ce que j'ai entendu sur un poste de marine qui nous permettait d'écouter les radios françaises ?
Pendant qu'ils se livraient à une boucherie sans nom, la radio disait qu'on n'était pas concerné, que c'était un conflit interne et qu'on était sagement à vaquer à notre vie normale.
Mon oeil !!!
Rien, absolument rien, de la vérité sur le terrain a été dit !!!
Fais-moi rire !!
Le seul soulagement que j'ai eu c'est de penser à ma mère qui écoutait toujours la radio quand elle préparait le repas: Au moins elle ne s'est pas inquiété pour moi une seconde et c'était aussi cela le but de ces "cachotteries", pas seulement politiques.......

Si cette date est gravé dans votre mémoire à jamais, ce n'est pas le cas des évènements qui se sont déroulé ce jour là, et dont vous ignorez tout...
Heureusement que certaines mères n'ont accès qu'aux informations diffusés par les médias, qui en général ont des journalistes sur place, et savent donc réellement ce qui se passe, car les troupes françaises ne sont jamais intervenues lors du coup d'Etat du 13 avril 1975... Vous auriez peut-être dû demander à votre mère de conserver les articles de presse sur ce coup d'Etat, vous auriez peut-être pu apprendre ce qui s'est réellement passé ce jour là..... Mais nul doute qu'à votre retour en France vous n'avez manqué de raconter à votre mère et à toutes vos connaissances votre conduite héroïque durant ces combats.....

Raisons du coup d’Etat du 13 Avril 975 et déroulement :
En 1972 (pour imiter Mobutu?) Le président Tombalbaye impose un retour aux rites ancestral du Yondo (Rituel pratiqué uniquement par les Saras, ethnie du sud chrétienne et animiste dont il était originaire).
A cette occasion, il a changé son nom pour N'Garta (« le vrai chef ») et a aussi changé le nom de la Capitale Fort-Lamy en N'Djamena. Les chefferies traditionnelles ont aussi été rétablies. Tous les fonctionnaires mais aussi une partie importante de la population (à l'exception des zones Toubous du nord) s'est vu imposée un retour aux rites d'initiation du Yondo, et ceux qui refusaient étaient arrêtés, torturés voire enterrés vivant (cela a aussi été le cas pour plusieurs pasteurs et prêtes étrangers)....

Le "retour aux sources" a donc fait perdre au Président Tombalbaye le soutien des ethnies du sud sur lesquelles s'appuyait son Régine, son renversement était donc inévitable...

Ayant aussi perdu le soutien de l'armée, il arrête son chef d'état-major, le général Malloum (qui lui succédera), et plusieurs personnalités, dont la présidente de l'Union des femmes de son propre parti, Kaltourna Guembang, qu'il accuse de pratiquer contre lui la sorcellerie.
L’arrestation du chef de la gendarmerie, Djimé Mamari Ngakinar, et de son aide, le colonel Kotiga Guérina, le 2 avril 1975, incite des militaires à préparer un coup d’État. Ils le mettent à exécution le 13 avril. 


Le coup d'Etat du 13 avril 1975 a été réalisé uniquement par des unités de la gendarmerie commandées par le Lieutenant DJIMADOUM avec l'aval du CSM (Conseil supérieur Militaire). Le coup d'Etat a donc été conduit par des gendarmes (et non par la population comme vous l'affirmez), et les combats n'ont eu lieux que dans l'enceinte du palais présidentiel et n'ont duré que quelques heures du levé du jour à 10 heures 30 (heure à laquelle l'armée a annoncé à la radio le renversement de François Tombalbaye). Communiqué lu par le général Odingar sur fond de musique militaire : « Les Forces armées ont pris leurs responsabilités devant Dieu et la nation. La sécurité et les intérêts des étrangers seront garantis. Je demande aux forces françaises de ne pas s’immiscer dans les affaires tchadiennes… » Ce n’est qu’à 15 heures qu’un autre communiqué annonça que le président Tombalbaye avait succombé à ses blessures.

A part vous, aucun militaire français n'a donc combattu le 13 avril 1975... D'autant plus que la chute de Tombalbaye a dû être vu favorablement du côté du gouvernement français, cette destitution mettant fin temporairement au rapprochement entre le gouvernement Tchadien et le gouvernement libyen mais aussi avec les Etats unis... Donc aucune raison pour que l'armée française interviennent pour mettre fin à ce coup d'Etat...

serge45 :

Tu ne sais pas que ça fait belle lurette que les musulmans corrects, honnêtes et droits crient au scandale, ne cessent de dire qu'on ne doit pas les englober dans cette bande de fous, qu'ils les dénoncent ouvertement comme leurs propres ennemis sur le plan religieux (et j'en passe) ?
Le reste de ton post me montre que tu es sur un petit nuage car visiblement tu n'as jamais été plongé dans cette ambiance ni confronté à ces gens là..... Tu veux que je t'explique (en mp) le processus de A à Z de la fanatisation au Tchad ?
Oui, je l'ai vécu au quotidien, je sais de quoi je parle......

Vous auriez donc été confronté à cette bande de fous (islamistes radicaux) lors de votre séjour de quelques mois à Ndjamena en 1975.

Étonnant, en 1975 le Tchad était dirigé par des sudistes "les saras" donc chrétiens et animistes... Les Toubous du nord (aussi appelés Goranes ou Zaghawas) et de confession musulmane ne s'installeront à N'Djamena qu'à partir de mars 1979 après le renversement du général Malloum par Goukouni Oueddei en mars 1979....

Comment avez-vous pu assister à la fanatisation des musulmans tchadiens en 1975 alors qu'en étant à N'Djamena vous n'avez même pas eu l'occasion d'en rencontrer?

serge45 :

Pour être précis, c'était à N'DJAMENA mais rien à voir avec une boite.
Je sirotais une bonne Gala (la bière du pays, excellente !) bien fraîche quand sans rien que j'ai pu voir venir, une fille (superbe au demeurant) s'est carrément assise sur mes genoux et avant que j'ai réalisé m'avait donné un bisou ( :kiss: ) et m'a annoncé direct: "chéri, je veux coucher avec toi".  :heart:
MAIS..........
Une autre fille est arrivée et a tenté de me séduire devant elle. Vous devinez: ça n'a pas fait un pli et les voila toutes les 2 sortir juste devant le bar,
Moi , ORDRE donné PAR LES 2, de m'asseoir en terrasse, juste devant elles, et de me contenter d'attendre ! Je le jure, c'est véridique !!!
Si j'avais bougé, je les avais toutes les 2 sur le dos......pour ne plus bouger de mon siège. :dumbom:
Bagarre d'une extrême violence, les cheveux étaient arrachés à pleine poignée, les joues labourées,.......
Dès le début, il y a eu une grande foule de spectateurs (beaucoup hilaires) qui ont de suite formé un grand cercle, leur donnant ainsi des limites pour le combat.
Bref la 1° a gagné, sans avoir d'ailleurs grand bobo mais j'ai eu le coeur secoué en voyant dans quel état s'en allait difficilement la perdante.
Bien entendu, je ne pouvais faire moins que de remercier la gagnante....... :D  mais ça (comme la suite) c'est une autre histoire.

Il doit certainement s'agir du seul combat auquel vous ayez réellement assisté. Effectivement, il ne s'agissait pas d'une boite mais plutôt d'un des bordels pour militaires du rang en manque voir encore puceaux (quelques tables de bar et 2 ou 3 chambres de passe très glauques) situé juste en face du camp militaire. Combien d'autres militaires ont-ils eut l'occasion de récompenser la même jeune fille ce jour là?

serge45 :

Après le Tchad, j'ai vécu au Gabon. Rien à voir.

Et j'ai de gros doutes concernant votre séjour au Gabon, car étant donné que vous semblez adorer raconter vos exploits, vous n'auriez pas manqué de relater vos exploits au Gabon (de plus vous ignorez que les entrainements jungle se font au Gabon et non au Tchad).

Tous les militaires qui ont réellement effectué un séjour au Gabon effectuent un stage commandos "jungle" durant leurs séjours (qu’ils soient en séjour de 2 ans ou en compagnie tournante de 4 mois). Et le stage jungle du Gabon, étant très particulier (très différent de celui de Guyane) si vous l'aviez fait vous n'auriez pas manqué de faire allusion à cette formation dans un des nombreux messages relatant vos exploits militaires... De plus comme vous parler de "commandos" dans un vos messages précédents vous n'auriez certainement pas manqué d'indiquer que vous étiez détenteur d'un brevet commando jungle (comme tous les militaires qui ont réellement effectué un séjour au Gabon. Mais on peut parler de ce stage commandos (ou entrainement) jungle, si vous voulez puisque je l'ai effectué 3 fois....

serge45 :

Cela me rappelle le Gabon: SVP, les âmes sensibles, ne lisez pas la suite !!

En fin fond de brousse, ils voient très rarement des étrangers.
Nous étions partis en entraînement pour plusieurs jours et sommes tombés en fin de journée sur une tribu (déconnectée complètement du "monde moderne) dont des membres nous ont encerclés pendant qu'on se mettait à préparer le bivouac.
Leur réaction était la crainte mais peu de temps après on avait fait "amis-amis" et on a été invités à aller dans leur village, ce que nous avons donc fait en petite délégation.

On s'est retrouvés assis à une table en bois qui comportait au milieu un trou en cercle. Je me demandais bien pourquoi mais j'ai vite compris:
Un indigène a amené un petit singe bleu (le tenant par le coup) qui se débattait et en un tour de main, l'a passé sous la table et "toc", tête coincée dans le trou.
Puis un coup rapide de machette et décalotté le pauvre singe.

On a été invités à plonger la cuillère dans la cervelle toute chaude, c'est ainsi qu'ils nous honoraient en nous recevant à leur table avec ce mets de choix pour eux.........

Il faudrait arrêter de regarder la télé, cela semble vous traumatiser... Effectivement cette pratique existe ou du moins a exister au Japon mais certainement à pas au Gabon.
Au Gabon, dans les tribus "indigènes" vivent dans de simples cases, et ne possèdent généralement ni tables ni chaises, et encore moins de table spéciales cervelle de singes... Vous n'avez pas précisez mais il s'agissait certainement d'une cuillère en argent....

Oui au Gabon, une partie de la population consomme de la viande de singe, mais elle est consommé uniquement bouillie, la tête inclus...Au Gabon, comme au Cameroun, au Congo et en Centrafrique, les singes sont porteur du virus du SIDA, la population locale, ne consomme donc jamais de viande de singe crue et encore moins de la cervelle toute chaude à la petite cuillère.

serge45 :

En tant que professionnel dans mon corps de métier (électricité industrielle) et détenteur actuellement de toutes les habilitations nucléaires (m'autorisant à travailler au coeur d'un réacteur), je ne peux pas rester sans réponse à un tel sujet.

Un autre de vos messages de l’année dernière semble pourtant donner une version différente concernant votre emploi actuel.

Serge45:
- je suis détenteur de tous les "saints sacrements" obligatoires pour exercer ce métier de conducteur de car (que j'exerce à ce jour d'ailleurs mais plus en tourisme).

serge45 :

J'ai passé mes permis en 1976. MES car VL et toutes les catégories de poids lourds. Je les ai tous eus avec des notes excellentes et bien sur, j'ai tout payé de ma poche.

Autre message de Serge45:
- dans mes débuts, ayant les permis lourds, j'ai aussi formé réellement sur le terrain une centaines de jeunes tout juste sortis du permis quand j'étais à l'armée (ceux qui étaient sous ma responsabilité).

Vous aviez déjà vos permis lorsque vous étiez à l’armée en 1975. Permis que vous avez donc probablement passé gratuitement durant votre période sous les drapeaux, alors pourquoi prétendre les avoirs passé dans le civil après votre période militaire et les avoir payé de votre poche ?
Une centaine de jeune sous la responsabilité d’un simple Sergent, c’est vraiment particulier le 17ème RGP….

serge45 :

Ensuite, lettre directement au Président de la République et ne lésinez pas sur la grosseur de l'envoi: pas de timbrage pour la Présidence !
Incluez dedans:
- un courrier de chacun récapitulant clairement tout le parcours de fou que vous avez suivi, sans oublier de noter les dates de chaque événement et la suite que cela a donné
- une pétition regroupant toutes vos signatures (faites cela par renvois et rebonds de mails entre vous si vous voulez éviter des courriers postaux)

Pour votre info, dans mon passé j'ai réussi à faire modifier un texte de loi en étant seul à avoir monté ma revendication à ce niveau le plus haut de notre pays en ayant agi ainsi.

Il est fréquent que des milliers de manifestant n'arrivent pas à faire plier le gouvernement. Mais vous grâce à un simple courrier vous auriez réussi à faire modifier une loi? Impressionnant... Pourriez-vous préciser de quelle loi il s'agit?

serge45 :

Mon parcours ?
Sacrément bougé dans ma vie ! :D
Lieu de vie ?
Ici, à Mada
Depuis ?
3 ans
actif ou retraité ?
retraité


Effectivement un séjour au Tchad et un séjour imaginaire au Gabon, c'est ce que l'on peut appeler "sacrément bougé", à moins qu'il n'y ait d'autres séjours imaginaires que vous auriez oublié de mentionner?

Retraité, étonnant, il me semblait pourtant avoir lu à de nombreuses reprises que votre séjour à Madagascar était en tant qu'investisseur; On peut être retraité et actif, mais si cela avait été le cas vous n’auriez probablement pas manqué de le préciser…
Les écrits restent, quel dommage... Pourquoi avoir changé de version par la suite, pour vous présenter en tant qu’investisseur donc actif ? Vous vouliez gagner en crédibilité? Les informations que vous fournissez sur Madagascar sont-elles aussi crédibles que celles sur le Tchad ?

serge45 :

J'y étais pour sauver les civils et donc en plein dedans.

Ceux qui sont envoyés pour sauver des civils ce sont des unités des forces spéciales (COS) et non des unités du génie.
https://www.youtube.com/watch?v=qLQ_xdlpybs

Hé bien TDM64 (Troupes de Marine?) tu nous a pelé le "Serge45" comme un oignon...après une mise au pas de cet ordre, on ne devrait plus le lire avant longtemps...je suis moi même un AC du 2° RIMa...et j'abonde dans ton sens:Le Respect de nos frères d'armes ne souffre absolument pas de la mythomanie de certains qui se prétendent être sans même avoir jamais salué le drapeau...

Le sujet dit "bluffée par la réunion" va se transformer en maison de la dernière cartouche......

Un très grand ancien qui a bien connu Madagascar y était avec la division bleu

Nouvelle discussion