Quel statut pour mon conjoint de fait qui travaille à son compte

Bonjour,
Je pars prochainement au Canada (Montréal) dans le cadre d'une mutation (depuis la France) pour une mission de 12-18 mois. C'est à moi de gérer les démarches, alors j'ai un peu peur de faire des erreurs dans le choix des directions à prendre ...

Mon ami (conjoint de fait) m'accompagne mais je m'interroge sur le statut le plus adapté à sa situation. En effet, il est actuellement à son compte en tant que web designer et il travaille déjà à distance avec ses clients. Il veut  poursuivre son activité professionnelle quand nous serons au Canada, tout en conservant son organisation et sa clientèle française.

Aussi, lorsque je vais faire ma demande de visa, et déclarer que mon conjoint de fait m'accompagne, est-ce qu'il faut indiquer qu'il sera présent en tant que visiteur/touriste (dans ce cas, il semblerait qu'il ait juste besoin d'une AVE mais je trouve ça "light"...) ou bien est-ce qu'il vaut mieux quand même demander un visa de travail ouvert?

Avez-vous une expérience en tant que travailleur indépendant, venu s'installer temporairement au canada, et continuant à travailler en France à distance?

Est-ce que le fait que son activité soit "transparente" (mais pas clandestine!) au Canada peut poser problème, pour le visa ou la recherche d'un logement par exemple (si on n'a officiellement qu'un salaire canadien?).

Merci par avance pour vos conseils  ;)

Si tu as un permis de travail en règle (probablement un permis temporaire fermé), il aura vraisemblablement un permis de travail ouvert en tant que conjoint de fait, lui permettant de travailler ou il veut, que ce soit pour une entreprise ou à son compte depuis la maison. Il pourra donc disposer de l'assurance maladie tout comme toi. Ensuite, au niveau des règles fiscales, il faudra se renseigner auprès d'un comptable en arrivant sur place. Si ma mémoire est exacte, il peut facturer jusqu'à 30000 dollars par an sans démarche particulière (il faudra juste les déclarer aux impôts pour la déclaration l'année suivante). Au-delà de ce montant, d'autres étapes administratives peuvent être possible.
En revanche, s'il vient en touriste, il n'aura droit à rien : ni travail, ni assurance et surtout l'obligation de quitter le territoire après un certain nombre de jours (90 je crois? Pas sûr, à vérifier).

Bonjour Julien, merci pour ta réponse et tes conseils  :)

Nouvelle discussion