Changer de vie aux Etats-Unis

Bonjour à tous,

Votre vie a-t-elle changé en vous installant aux Etats-Unis ? Si oui, comment ?

Parlez-nous des changements familiaux, professionnels, relationnels…Etes-vous de meilleure humeur ? Consacrez-vous plus de temps pour vos loisirs ? Avez-vous plus (ou moins) d’amis ?

Pensez-vous bénéficier d'une meilleure qualité de vie aux Etats-Unis ? Si vous travaillez, avez-vous vu une évolution de votre salaire ?

Sur une échelle de 0 à 10, comment cette expatriation a-t-elle transformé votre vie (0 = pas de changement, 10 = changement radical) ?

Merci pour vos témoignages !

Séverin

Severinguiton :

Parlez-nous des changements familiaux, professionnels, relationnelsEtes-vous de meilleure humeur ? Consacrez-vous plus de temps pour vos loisirs ? Avez-vous plus (ou moins) damis ?

Pensez-vous bénéficier d'une meilleure qualité de vie aux Etats-Unis ? Si vous travaillez, avez-vous vu une évolution de votre salaire ?

Sur une échelle de 0 à 10, comment cette expatriation a-t-elle transformé votre vie (0 = pas de changement, 10 = changement radical) ?

En fait ça fait longtemps que nous sommes aux USA et il faut dissocier la vie des toutes premieres années de celle après avoir passé quelques années aux USA.

D'apres mes souvenirs du debut, les premieres années c'est l'excitation de la découverte ce qui va faire que les points négatifs sont occultés ou "remis à plus tard".
Apres quelques années d'expatriation, on commence à être plus posé et souvent, c'est l'heure d'un premier bilan.

De ce premier bilan va souvent determiner la suite de l'expatriation, en gros c'est l'heure du "reste t on ou rentre t on?"

Nous concernant, famille de 3, nous avions décidé de rester car:
- notre integration était réussie et tous les tracas liés à l'immigration ce sont finalement évaporés pour de bon le jour où nous sommes devenus citoyens Américains.
- nous avions (ma femme et moi) tout les deux un bon job, comme certainement en France nous n'aurions pas eu si nous étions resté.
- notre fille poursuivait des etudes comme certainement en France elle n'aurait pas faite... ce qui se confirme aujourd'hui par sa premiere embauche chez Oracle qui est le deuxième plus gros fabriquant de software du monde après Microsoft, à un salaire que les diplômés Français d'HEC ne font pas en France en debut de carrière.
- nous avons la chance d'habiter dans un endroit superbe avec l'ocean à 2 heures à l'Ouest, le Lac Tahoe et les montagnes de la Sierra à une heure à l'Ouest, Lassen National Park à 3 heures au Nord et Yosemite National Park à 3 heures au Sud. Il y a tout le temps quelque chose à faire et en plus, chose non négligeable il fait presque tout les jours beau.
- aussi question qualité de vie, ici c'est la Californie où on peut très bien manger, où les habitants sont culturellement très ouverts, où l'Etat essaye d'être plus social qu'ailleurs, où l'Etat est un leader mondial de la lute contre le réchauffement climatique et où les energies renouvelables sont au centre des priorités.

Le prix à payer est dans ce que l'on a laissé en France.
Les amitiés de France ont presque toutes disparues, mais on s'en ait fait d'autres aux USA, donc si certains amis ont disparu, ils ont été remplacés par d'autres personnes que cette nouvelle vie nous fait rencontrer.
Ce qui est plus compliqué ce sont les relations avec la famille car une chose est certaine, l'expatriation presque à l'autre bout du monde, c'est pas fait pour solidifier les liens familiaux au point que les relations familiales se résument plus à des souvenirs d'une époque révolue et moins a des partages collectifs car ces partages n'existent plus vraiment.

Cette nouvelle vie est au final un changement radical car toutes les cartes ont été rebattues, jusqu'à la chose la plus élémentaire de notre identité qui est notre langue, car même si comme nous vous êtes une famille Française qui parle Français dans le cercle familial, sorti de celui ci c'est de l'Anglais en continu.

Je pense qu'en regle general ma vie a beaucoup change depuis que je suis aux US.
Tout d'abord je suis arrivee ici a l'age de 21 ans, donc j'etais deja a une periode "d'evolution" avec la fin des etudes superieures et le debut dans le monde du travail.
Mais depuis que je suis aux US ma vie a change enormement.

Au debut tout etait beau, tout etait neuf et j'avais beaucoup d'amies, filles au pair tout comme moi. Avec le temps, mes amies sont toutes rentrees dans leur pays d'origines et je suis reste seule. De plus je me suis vite rendu compte que les amitie homme/femme ne sont pas vraiment possible, on vous accuse sans cesse de coucher ensemble etc...
Apres m'etre mariee, j'etais nanny, je passais du temps essentiellement avec d'autre mamans et biensur les sorties devaient toujours etre en fonction des enfants, meme le weekend. J'avoue que j'avais besoin d'une pause apres avoir parle "pipi, caca et crottes de nez" toute la semaine (mes petits etaient toujours entre 3 jours et 5 ans), donc je n'ai jamais vraiment creer de lien elles.

J'ai toujours eu des collegues de travail, et mon mari a des amis d'enfance que nous voyons de temps a autre, mais la difference (age car mon mari de 11 ans mon aine est le plus jeune de ses freres et soeurs+culture) n'est pas toujours evidente. J'ai tendance a nouer plus de lien avec d'autres francais et/ou europeens en regle general. Donc non, j'ai beaucoup moins d'amis aux US qu'en France.
Par contre je me sens beaucoup plus proche de ma famille. Cela semble bete a dire, mais c'est parce que j'ai toujours ete proche de ma famille que j'ai la force d'etre loin d'eux physiquement.

L'avantage ici, que je n'aurais jamais pu avoir dans mon Sud natal, c'est un certain comfort. Pour le meme prix qu'un studio vers Toulon j'ai une maison avec 3 chambres, full basement, 1.5 salle de bains, et un immense jardin.

Je consacre moins de temps aux activites de plein air a cause tout simplement du temps. Je ne vais plus a la plage (c'est a 9h de voiture au lieu de 10mins a pied en France), j'ai laisse tombe le basket, le volley et le velo, plus de kayak ni de plongee sous marine. Les activites culturelles sont bien plus reduites. En France j'allais regulierement voir des expos d'art, ici je ni suis jamais alle en plus de 6 ans, la distance, le prix (gratuit en France) en general me decourage. Il faut dire que je suis dans un Etat du Midwest, avec une population tres locale (peu d'etrangers) et une culture donc tres peu diversifie. On est a la campagne ici !

Il est dur pour moi de juger si ma vie etait meilleur en France. Quand je suis partie j'avais a peine 21 ans, je travaillais comme extra les weekends et apres mon DUT j'etais repartie vivre chez mes parents en attendant de trouver un travail. Peut-etre qu'il m'aurait fallu beaucoup de temps en France avant de trouver un bon travail, j'aurais surement eu a quitter le Sud, je serais surement en train de louer un petit appartement au lieu d'etre proprietaire. Je peux seulement dire qu'un jour je suis partie a l'aventure et jusqu'a present, elle n'est pas fini. Aux US on peu se reinventer sans cesse.

Pareil pour nous, on est ici depuis 20 ans, une fille qui termine ses etudes, et une vision des choses bien différente des premieres annees. Deja obtenir la nationalite change notre point de vue. Voyager d'etat en etat nous a fait nous rendre compte des differentes mentalites et paysages. L'eloignement comme dit Pescaraplace rend les choses plus faciles au fur et a mesure et notre pays d'origine devient petit a petit un pays plus etranger et plus etrange....par contre pour ce qui est de se faire des amis, pas facile surtout quand on demenage souvent. Et quand on reste si nos amis sont etrangers, ils partent souvent ailleurs apres quelques annees. Beaucoup de gens trouvent leur source d'amitie a l'eglise ici.

Sujet interressant mais qui peu sensiblement varier, meme au sein d'une meme famille.
Nous avons décidé, un peu sur un coup de tête de nous installer en 2004, Famille de 9 dont 1 ( deja mariés) est resté en France, personellement mes motivations etaient, dans cet ordre, l'insecurité, les incivilités, la fiscalité, une apréhension quand a l'avenir des gosses, une envie de changement de vie.......
Venant d'une regions a forte mixités culturelles et sociale, je pourrais effectivement vous ecrires un roman sur nos multiples tracas en matieres de cambriolages, vol de scooter (7) , de telephones ( je ne saurais plus vous dire combien) et j'en passe et des meilleurs. J'admet que nous étions , comme le disaient notre entourage, des chats noirs, mais je le vivais très mal.......au quotidiens........quand vous avez des ados qui commencent a sortir en scooter et rentrer tardivement.......vous ne dormez plus.......et apres 4 cambriolages vous ne dormez plus tranquillement , même quand les mômes sont couchés.
Notre arrivé aux USA etait assez compliquée, avec un anglais assez approximatif me concernant, inexistant pour mon epouse, un business très difficile , et un climat politique anti Français du a un refus de Chirac d'intervenir en Irak que néanmoins je cautionnais.......mais quand on vient d'ouvrir un resto, Français de surcroit,  et qu'on voit, aux infos, les Americains  vider les bouteilles de Bordeaux sur les trottoirs.......c'est pas simple.
Neanmoins, meme avec les difficultés du business ( l'americain moyen se fiche royalement de la gastronomie Française et preferera toujours la purée a un gratins Dauphinois) et en ces temps de divergence politique Bush/Chirac/Irak, nous n'avons pas eu une seule fois une l'impression d'avoir été dénigré, et la courtoisie, la politesse et la gentillesse des Americains,  nous laissait,  malgré tout, l'impression d'avoir fait le bon choix.
Donc debut difficiles, sans compter les enormes et coûteux tracas lié a l'immigration.
Apres quelques années  et apres une conversion professionnelle plus ou moins réussie ( nous ne gagnons pas plus qu'en France, mais travaillons moins et avons  avec un niveau et une qualité de vie superieur) le constat est le suivant:
je ne ferme plus ni ma maison, ni ma voiture......jamais......il nous est arrivé de la laisser la maison ouverte pendant que nous sommes en vacances......quand mes plus jeunes laisse trainer leurs bicyclettes  sur le le trottoire, elle les y  retrouvent le lendemain, sauf si un voisin bienveillant leurs aura descendu sur le drive........  etant d'une nature assez distraite et aimant a faire confiance a mes contemporains, jusqu'a ce jour, quand il m'est arrivé de d'égarer mon portefeuilles ou d'oublier mon Iphone, on m'a toujours prevenu, voir mème,  on me l'a ramené chez moi avant meme que je me rende compte moi meme de sa disparition.......( plusieurs fois , dont une avec 550$ en cash dans le portefeuille).
Il m'a fallu réapprendre a dire "bonjour, merci, au revoir, ayez une bonne journée", tenir la porte a l'entrée d'un magasin, etc....et le tout avec le sourire, en fait tout ce que ma mère m'avait appris et qu'au fil des années j'avais égaré . De butor malpoli que j'étais devenue en France je suis redevenue civilisé, mais ce réapprentissage est simple et rapide, puisque l'Americain vous en donne l'exemple a chaque instant.
En 12 ans je n'ai JAMAIS assisté a une altercation violente ou bagarre dans la rue, j'en profite pour insister sur le fait que je n'ai jamais aperçu d'armes a feu, au grand dam de ceux qui aiment a faire de l'US bashing, une altercation naissante sera instantanément avorté par l'intervention d'un agent de police qui se presente en moins de 5 mn après appel, a n'importe quel heure du jour ou de la nuit, en toute circonstance et quelque soit l'importance du litige, tout ceci pour dire que l'impression de "sécurité" est omniprésente,  je n'en demandais pas plus........et la nuit, je dors comme un bébé, avec les portes ouvertes.
Est-ce typique a l'endroit ou nous vivons? je ne crois pas, j'ai parcouru tout les Etats de la cote Est, et c'est partout pareil......je ne parlerai pas de la cote Ouest, je ne connais pas.
Pour ce qui est de la vie social, et c'est probablement le seul bemol, il est tres difficile ( nous concernant) de se faire des amis, les americains ont un deficit de culture qui est assez pénible, et sorti du business, de la villa, la voiture, les activités  des enfants et eventuellement la tondeuse a gazon, si tant est que vous avez une John Deer auto portée a double broyage.......les sujets de discutions sont relativement limités. Le plus difficile n'etant pas leurs lacunes, mais le manque total d'interet qu'ils portent a tout ce qui depasse les frontieres du pays, voir très souvent de l'Etat........un americain un peu plus curieux que la moyenne, m'a demandé un jour si en France, nous avions un réfrigérateur dans la cuisine......sans plaisanterie aucune, il voulait juste savoir.
Ceci dit leurs courtoisie et la gentillesse que je decrit plus haut compense tres largement ce deficit . Je dois admettre que ce manque de culture est beaucoup moins flagrant dans les Etats du Nord ou les gens sont beaucoup plus " interressants", mais bon, le hasard nous a mené dans le sud.
Les relations d'amitiés sont de ce fait assez rares,  mais de toutes manieres, nous avions tres peu de "vrais" amis en quittant la France( je pense d'ailleurs que tout le monde en a très peu dans sa vie) nous les avons gardé et en trouver d'autres n'etait pas vraiment le but en nous installant aux USA.......les soirées de discutions houleuses autour des frasques d'Hollande , Vals ou Macron ne me manque pas plus que ça.
Concernant mon épouse, la seule chose qu'elle regrette enormément  est son mode de vie Français, les commerces de proximités, les rues commercantes, les boutiques, son boulanger, son marché provençale, sa terrasse de café.......quasi inexistant ici, et elle deteste les mall et les zones commerciales......mais elle admet que cela ne pèse pas bien lourd dans la balance, elle se fait une joie de retrouver cette ambiance lors de nos sejour en France.
2 de nos enfants sont rentrés en France, la principale raison etant la difference de culture citée plus haut , je suppose qu'ils etaient a un ages ou le manque de relations et d'amis leurs pesait. L'une a regretté son retour au bled au bout d'un an ( situation financière et professionnelle en France précaire et les "amis" qui lui manquaient tellement se sont avérés etre plus "interressé" qu'elle ne le supposait ) Cela a été bénéfique pour le second, bon boulot, groupe d'amis, amour, enfant.......bonheur....... jusque la, retour aux sources sans ombres.
Pour ce qui est des 4 autres, pour rien au monde ils ne voudraient rentrer en France,  bonne scolarité pour les plus jeune, beau parcours professionnel pour le plus grand, plus Americains que les Americains.......voir trop a mon gout.
Quand a celle qui était resté en France, elle va s'installer avec sa famille au Quebec cette année, Canada uniquement parce que son mari ne parle pas un mot d'anglais. 

Pour conclure, oui , ça a changé notre vie, et l'idée d'un retour en France pour notre retraite que nous envisagions sérieusement un temps, a fini par disparaitre au fur et a mesure que nous assistons avec tristesse a la décrépitude de notre pays, ce pays, que j'ai aimé énormément et que je considère "avoir été" un des plus beau du monde.

bonjour,

Je pense que le ressenti de chacun est différent.

Pour ma part, je suis arrivée aux USA à 45 ans, après être tombée amoureuse d'un copain franco américain que je connaissais depuis 30 ans. Visa K1 et touti quanti.
Avant, j'ai vécu pendant 15 ans à l'île de la Réunion. Une île splendide, mon chez moi, où il faisait bon vivre. J'y avais un travail qui me passionnait (prof des écoles dans un collège spécialisée dans la lutte contre l'illettrisme), un groupe d'amis extra. Mes enfants étant étudiants, je me suis envolée seule.
L'amour m'a amené dans la région d'Austin  au Texas. L'atterrissage a été pour le moins difficile. D'abord parce que les USA n'étaient pas pour moi l'endroit rêvé. Ensuite le Texas... Quand on arrive d'une île tropicale, c'est un peu compliqué, au début, je comparais l'incomparable, sans cesse. Je n'aimais pas cet endroit et puis j'ai pris sur moi, je suis allée de l'avant, j'ai crapahuté et fait de pas mal road-trips à travers de nombreux états. Ma vision a changé, grâce à ma curiosité revenue, j'ai appris a aimer beaucoup d'endroits de ce pays, qui a quand même l'échelle d'un continent... Sans pour cela oublier mon île ou la métropole.

Ma famille (mes parents et mes frères) est une famille de pigeons voyageurs, mais nous avons toujours été soudés, que je sois ici, à la réunion ou ailleurs ne change rien. Pour ce qui est de mes enfants, ils sont comme moi... :D Ma fille ainée, est à Mayotte, elle était auparavant à la Dominique et avant cela aux Philippines (elle est instructeur d'apnée), ma seconde fille est actuellement en Nouvelle-Zélande avec un "working tourist" visa et pense se prendre une autre année en Australie. Quand à mon fils il est en BTS à Bordeaux et aimerait travailler ensuite à l'étranger... Pour résumer : VIVE SKYPE, what's app, FB et cie !

Mes amis : j'en ai encore beaucoup à la Réunion (certains sont passés me faire un coucou ici), d'autres à Tahiti et d'autres en Métropole, la encore, merci skype ! Se faire des amis, ici, au Texas n'est pas simple. Les texans travaillent beaucoup et le temps qu'il leur reste est souvent accordé à leur famille... Les amitiés qui se sont crées, sont à mon image, et je pense que c'est différent pour chacun. J'ai des amis d'origines africaines, des amis français (mais pas expat), quelques amis américains...
Je vis maintenant dans un endroit très joli, Près de la Colorado River et du lac Travis. Je n'ai plus ni lagons, ni volcan, ni cirques mais je fais du kayak, du paddle, je randonne dans des state park très jolis.
Tout cela quand je ne travaille pas (et ici on travaille beaucoup !). Je suis prof de FLE dans une petite école privée d'Austin, je travaille dans une ambiance très sympa avec des gens adorables.

Culturellement, ici, c'est quand même le lieu de la live music, il y en a partout, quand on aime le blues, la country où le rock'n'roll c'est extra  ;) . Pour les musées, euh comment dire, la dernière fois pour moi c'était à NY.

Je ne dirais pas que la vie est mieux ou moins bien qu'elle ne l'était, elle est simplement différente. Mon seul conseil pour de futurs arrivants serait celui de rester curieux, de tout, tout le temps. Et surtout, surtout, de ne jamais comparer.

Maintenant, je ne sais pas où je serais dans 5 ou 10 ans, le Costa Rica m'attire... Mais peut être serons nous encore ici tranquille, dans notre petite maison. Ne pas savoir, à 50 ANS, on a encore la vie devant soi ! Carpe diem... :)

melliehenri :

Maintenant, je ne sais pas où je serais dans 5 ou 10 ans, le Costa Rica m'attire...

Nous sommes allés avec ma femme au Costa Rica une dizaine de jours en debut d'année et on est rentrés déçu.
C'est très surfait et ce pays ne mérite pas la reputation qu'il essaye de se faire.

Moi, j'ai trouvé les gens  adorables et le pays  magnifique, tant les plages que l'intérieur   Mais je n'ai pas suivi le flot touristique ni ne suis allée dans les grands hôtels... nous avons logé chez l'habitant... Après tout est question de point de vue et de ce que l'on recherche dans le voyage.

Nous étions sur la cote Pacifique.

Nous y sommes allés pour le cote faune et oiseaux et en fait on en voit pas tant que ca... idem pour les singes.
Le cote paysages est aussi assez décevant car il n'y a rien de special ou de spectaculaire.
Les plages sont belles mais elles restent des plages... sans pour autant être les plages de polynésie ou meme des Bahamas qui sont elles spéciales.
Les volcans sont ok mais quand tu connais Yellowstone ou Crater Lake, il n'y a plus de volcans qui vont impressionner.
Il n'y a aucune architecture.
La population est assez pauvre.
Les infrastructures sont déplorables comme les routes qui sont plus des pistes plus ou moins bonnes que des routes et la plupart du temps sans aucun panneau ou direction. 
La cuisine locale n'a rien d'extraordinaire.
Pour finir tout est payant a un prix prohibitif.

Une chose est certaine c'est que les habitants sont très gentils.

melliehenri :

bonjour,

Je pense que le ressenti de chacun est différent.

Pour ma part, je suis arrivée aux USA à 45 ans, après être tombée amoureuse d'un copain franco américain que je connaissais depuis 30 ans. Visa K1 et touti quanti.
Avant, j'ai vécu pendant 15 ans à l'île de la Réunion. Une île splendide, mon chez moi, où il faisait bon vivre. J'y avais un travail qui me passionnait (prof des écoles dans un collège spécialisée dans la lutte contre l'illettrisme), un groupe d'amis extra. Mes enfants étant étudiants, je me suis envolée seule.
L'amour m'a amené dans la région d'Austin  au Texas. L'atterrissage a été pour le moins difficile. D'abord parce que les USA n'étaient pas pour moi l'endroit rêvé. Ensuite le Texas... Quand on arrive d'une île tropicale, c'est un peu compliqué, au début, je comparais l'incomparable, sans cesse. Je n'aimais pas cet endroit et puis j'ai pris sur moi, je suis allée de l'avant, j'ai crapahuté et fait de pas mal road-trips à travers de nombreux états. Ma vision a changé, grâce à ma curiosité revenue, j'ai appris a aimer beaucoup d'endroits de ce pays, qui a quand même l'échelle d'un continent... Sans pour cela oublier mon île ou la métropole.

Ma famille (mes parents et mes frères) est une famille de pigeons voyageurs, mais nous avons toujours été soudés, que je sois ici, à la réunion ou ailleurs ne change rien. Pour ce qui est de mes enfants, ils sont comme moi... :D Ma fille ainée, est à Mayotte, elle était auparavant à la Dominique et avant cela aux Philippines (elle est instructeur d'apnée), ma seconde fille est actuellement en Nouvelle-Zélande avec un "working tourist" visa et pense se prendre une autre année en Australie. Quand à mon fils il est en BTS à Bordeaux et aimerait travailler ensuite à l'étranger... Pour résumer : VIVE SKYPE, what's app, FB et cie !

Mes amis : j'en ai encore beaucoup à la Réunion (certains sont passés me faire un coucou ici), d'autres à Tahiti et d'autres en Métropole, la encore, merci skype ! Se faire des amis, ici, au Texas n'est pas simple. Les texans travaillent beaucoup et le temps qu'il leur reste est souvent accordé à leur famille... Les amitiés qui se sont crées, sont à mon image, et je pense que c'est différent pour chacun. J'ai des amis d'origines africaines, des amis français (mais pas expat), quelques amis américains...
Je vis maintenant dans un endroit très joli, Près de la Colorado River et du lac Travis. Je n'ai plus ni lagons, ni volcan, ni cirques mais je fais du kayak, du paddle, je randonne dans des state park très jolis.
Tout cela quand je ne travaille pas (et ici on travaille beaucoup !). Je suis prof de FLE dans une petite école privée d'Austin, je travaille dans une ambiance très sympa avec des gens adorables.

Culturellement, ici, c'est quand même le lieu de la live music, il y en a partout, quand on aime le blues, la country où le rock'n'roll c'est extra  ;) . Pour les musées, euh comment dire, la dernière fois pour moi c'était à NY.

Je ne dirais pas que la vie est mieux ou moins bien qu'elle ne l'était, elle est simplement différente. Mon seul conseil pour de futurs arrivants serait celui de rester curieux, de tout, tout le temps. Et surtout, surtout, de ne jamais comparer.

Maintenant, je ne sais pas où je serais dans 5 ou 10 ans, le Costa Rica m'attire... Mais peut être serons nous encore ici tranquille, dans notre petite maison. Ne pas savoir, à 50 ANS, on a encore la vie devant soi ! Carpe diem... :)

Belle histoire :-). J'ai vraiment aimé lire ton parcours.

Oui, je suis de meilleure humeur dans le sens où il est très mal vu d'être mal luné ici. Donc, si vous souhaitez vous intégrez apprenez à mettre un peu de gentille superficialité dans vos contacts quotidiens.

Pour suivre vos questions, quant aux loisirs, je prends moins de vacances qu'en France où je prenais souvent tout un mois en été. Maintenant, de très longues vacances seraient de trois semaines.

Je pense avoir moins de vrais amis, principalement parce que je ne fais que travailler et certains de mes clients sont en quelque sorte des amis. Toutefois, il est quelque chose que j'ai observé dans mon coin de cote est, entre New York et Washington : les gens peuvent vous abandonner, même après de nombreuses années, sans explication. On m'a dit que les gens sont comme ça lorsqu'ils n'ont plus besoin de vous. C'est quelque chose qui est toujours difficile à accepter pour moi, mais je commence à m'y faire.

Pour moi les changements sont plutot sur le plan matériel : les produits domestiques, aussi bien alimentaires que les produits (dont meubles, etc.) pour la maison, je préfère tous les produits français. Aussi, les gens sont moins individualistes et leur communauté est très importante, ce qui ne me plait guère. J'en ai toujours eu un peu marre aussi de leur religiosité. Si l'on s'en tient à des relations superficielles, les Américains sont plus faciles à vivre, mais ça ne me suffit pas.

L'avantage le plus important de vivre aux Etats-Unis pour moi est la liberté de travail. On peut travailler autant qu'on veut et il est vraiment bien plus facile d'ouvrir un commerce ou une entreprise ici. Ce que j'aime beaucoup.

De 0 à 10, peut-être mettrais-je 4 ou 5 concernant combien cette expatriation a changé ma vie.

A vous de choisir !

Cela ne fait que deux ans  que je vis aux Etats-Unis, et pourtant, ma vie a déjà énormément changé.

Avant, je vivais en centre-ville de Marseille dans un petit appartement au rez-de-chaussée, j'allais travailler en métro, faisais mes courses  dans la superette au coin de ma rue et faisais donc quasiment tout à pied.
Quant à la vie à Marseille, elle est pleine de bruit, d'agitation, de vie!

Ici, je vis dans une maison avec 3 chambres qui donne sur un grand jardin à la lisière de la forêt, je dois utiliser ma voiture pour tout et je découvre la tranquillité de la vie en Caroline du Nord.
Ma vie n'a donc plus rien à voir avec celle que j'avais en France. A tous les niveaux, activités, sorties, mode de vie!

Si la ville me manque, on a beaucoup gagné en qualité de vie avec un salaire bien plus élevé qu'en France, des prix de loyer abordables avec la possibilité de vivre dans une grande maison. On arrive quand même à faire des sorties bars, restaurants, musées sympas mais ici on essaye de profiter au max de la nature qui nous entoure. Quand il fait beau on va au lac près de chez nous faire des BBQ entre copains, on part camper à l'océan ou on fait tout simplement des balades en forêt.

Quant aux relations sociales, c'est tout à fait différent.
Si on a beaucoup d'amis français avec qui on fait souvent des repas, soirées, sorties... on n'arrive pas à avoir la même complicité avec les américains.
En ce qui nous concerne, on voit aussi quelques changements (du moins en société) on est plus patients, plus polis!
Enfin, là où voit le plus grand changement c'est derrière le volant. On adore partir explorer les environs ou visiter le pays dès qu'on en a l'occasion. Et pour cela, on ne compte pas les miles alors qu'en France faire 4 heures de route nous paraissait presque insurmontable!

Merci 😊

À la question de savoir si ma vie a changé aux États-unies? J'aurais tellement voulu avec tout l'engouement du monde y répondre par un Oui Mais Ça sera Non.
Non parce que Mon expérience de vie aux États Unis a été en grande partie contrôlée par celui qui fut mon fiancé et me fit venir il y'a presque deux ici par un visa K1.
Faute de connaissances et d'informations mais surtout habitée par l'envie de me battre pour ma relation et La peur de me retrouver sans rien dans un continent que je ne connaissais pas, j'ai dû me complaire à vivre dans cette relation abusive avec cet homme qui m'a battue, qui n'avait aucune gêne à me tromper qui m'a inculquée que sans lui je n'étais rien et contre lui je ne pouvais rien car c'est lui qui m'avait fait venir et il était un citoyen américain, un enfant de ce pays et  pouvait décider de mon sort ici.
4 mois Après Mon arrivée, 90 jours  délai imposé par l'immigration pour un mariage qui me permettrait de régulariser mon statut dépassé, et toujours rien, lasse de recevoir toujours des coups et De vivre dans la peur constante d'être jetée à la porte brisée mais déterminée à me refaire une santé mentale à regagner la confiance en soi  j'ai décidée de partir, de quitter cet homme et partir loin.
Aujourd'hui ayant déjà côtoyé pas mal de gens, un ami a bien voulu  m'accueillir chez lui à Ohio où je vis loin du Maryland

Je m'évertue chaque jour à trouver des voies et moyens pr m'en sortir dans la vie quotidienne et chercher à régulariser ma situation ici car j'ai pris goût à vivre dans ce pays, g sais que les États-unies sont un pays d'opportunités et qu'il suffira que Ma situation change pour que je puisse aussi en profiter.

Mon message est tout aussi un cri de cœur à ttes les âmes de bonne volonté qui peuvent ne serait que par le minimum d'informations me dire comment je peux procéder pr avoir ma liberté dans ce pays de droit et De liberté car je vis comme un captif en proie de liberté. Ma vie tourne en rond et ce depuis deux ans déjà.
Merci

Mais vous n'avez pas de visa de résidente ou d'épouse, alors??? Vous auriez dû porter plainte contre lui, parce que là, ça va être très dur pour être régulariser et si vous repartez, vous ne pourrez plus revenir à cause de vos deux ans de dépassement...

Bsr Stefii, non à cette époque Là g n'ai pas porté plainte par peur car g ne connaissais pas de monde ici. Et Après faute de moyen de m'engager dans une voix judiciaire je ne l'avais pas fait.

Par contre quelqu'un m'avait demandée d'aller une association Catholics charities , ce que j'avais fAit et ils m'avaient seulement conseiller le retour au pays disant De façon regrettable qu'ils étaient désolée pour ce que j'avais vécu Mais que Mon fiancé n'avait aucune obligation de m'épouser s'il ne le souhaitait plus Après Mon arrivée ici.

Depuis lors g n'ai fait que chercher des solutions peut-être que je ne cogne pas aux bonnes portes.

J'avais déjà publié Mon histoire ici l'année dernière sans solution matérielle jusqu'ici.

Avez-vous rencontre un bon avocat d'immigration? Racontez-lui votre histoire. Vous avez peut-être des droits que vous ignorez.

Je suis reunionnaise aussi j'ai 47 ans. :-)

Pescaraplace :
Severinguiton :

Parlez-nous des changements familiaux, professionnels, relationnelsEtes-vous de meilleure humeur ? Consacrez-vous plus de temps pour vos loisirs ? Avez-vous plus (ou moins) damis ?

Pensez-vous bénéficier d'une meilleure qualité de vie aux Etats-Unis ? Si vous travaillez, avez-vous vu une évolution de votre salaire ?

Sur une échelle de 0 à 10, comment cette expatriation a-t-elle transformé votre vie (0 = pas de changement, 10 = changement radical) ?

En fait ça fait longtemps que nous sommes aux USA et il faut dissocier la vie des toutes premieres années de celle après avoir passé quelques années aux USA.

D'apres mes souvenirs du debut, les premieres années c'est l'excitation de la découverte ce qui va faire que les points négatifs sont occultés ou "remis à plus tard".
Apres quelques années d'expatriation, on commence à être plus posé et souvent, c'est l'heure d'un premier bilan.

De ce premier bilan va souvent determiner la suite de l'expatriation, en gros c'est l'heure du "reste t on ou rentre t on?"

Nous concernant, famille de 3, nous avions décidé de rester car:
- notre integration était réussie et tous les tracas liés à l'immigration ce sont finalement évaporés pour de bon le jour où nous sommes devenus citoyens Américains.
- nous avions (ma femme et moi) tout les deux un bon job, comme certainement en France nous n'aurions pas eu si nous étions resté.
- notre fille poursuivait des etudes comme certainement en France elle n'aurait pas faite... ce qui se confirme aujourd'hui par sa premiere embauche chez Oracle qui est le deuxième plus gros fabriquant de software du monde après Microsoft, à un salaire que les diplômés Français d'HEC ne font pas en France en debut de carrière.
- nous avons la chance d'habiter dans un endroit superbe avec l'ocean à 2 heures à l'Ouest, le Lac Tahoe et les montagnes de la Sierra à une heure à l'Ouest, Lassen National Park à 3 heures au Nord et Yosemite National Park à 3 heures au Sud. Il y a tout le temps quelque chose à faire et en plus, chose non négligeable il fait presque tout les jours beau.
- aussi question qualité de vie, ici c'est la Californie où on peut très bien manger, où les habitants sont culturellement très ouverts, où l'Etat essaye d'être plus social qu'ailleurs, où l'Etat est un leader mondial de la lute contre le réchauffement climatique et où les energies renouvelables sont au centre des priorités.

Le prix à payer est dans ce que l'on a laissé en France.
Les amitiés de France ont presque toutes disparues, mais on s'en ait fait d'autres aux USA, donc si certains amis ont disparu, ils ont été remplacés par d'autres personnes que cette nouvelle vie nous fait rencontrer.
Ce qui est plus compliqué ce sont les relations avec la famille car une chose est certaine, l'expatriation presque à l'autre bout du monde, c'est pas fait pour solidifier les liens familiaux au point que les relations familiales se résument plus à des souvenirs d'une époque révolue et moins a des partages collectifs car ces partages n'existent plus vraiment.

Cette nouvelle vie est au final un changement radical car toutes les cartes ont été rebattues, jusqu'à la chose la plus élémentaire de notre identité qui est notre langue, car même si comme nous vous êtes une famille Française qui parle Français dans le cercle familial, sorti de celui ci c'est de l'Anglais en continu.

Très bon résumé...!

Bonjour    je ne suis pas   en Floride   j'ai juste  investi  à  Miami  un studio pour la rentabilité locative
je vis actuellement en République Dominicaine ou malheureusement j'ai été  escroquée  et ici  la justice
est très lente    les  avocats  ne font pas leur boulot sérieusement. 
  bonne journée   et merci pour votre site très utile

Véronique

:/ oui notre vie à complètement changée, nous sommes aux USA que depuis septembre 2016. Mais comment dire ? nous avons ouvert notre commerce de Boulangerie en famille ce qui change complètement la donne, avant nous nous croisions à la maison, chacun ayant un travail différent avec des horaires de fou !! maintenant, nous travaillons tous les jours, mais nous sommes ensembles. Ici au Nevada la vie est beaucoup  moins chère qu'en France. Les gens ne sont pas stressés, tout le monde se parle, personne n'est agressif. J'aime cette ambiance. Nous avons pu combattre toutes les difficultés "administratives" (numéro SS, permis, etc...) et maintenant nous sommes au clair dans la paperasse et tout va mieux. Notre boulot fonctionne parfaitement, et bientôt nous pourrons enfin prendre des jours de repos et profiter du pays !!
Nous avons presque tout à côté, la montagne avec les stations de ski, la vallée de la mort, les lacs, Vegas, que demander de plus ?
La famille, oui c'est sur que c'est plus difficile, mais maintenant il y a facebook, skype, whatapps etc....
Les amis, les vrais amis sont toujours en contact avec nous ! (pour l'instant) et vont venir nous voir, ou nous irons aussi dès que notre activité sera stabilisée, nous avons embauché 5 personnes locales car ici c'est très facile, et nous faisons venir des pros de france !! enfin voilà pour dégrossir l'affaire !! lol, je ne regrette en rien la france surtout quand je vois dans quel état elle est !!!

Nouvelle discussion