Crise à la Banco Espirito Santo...

Après l'annonce de la chute du titre Banco Espirito Santo, il y a une question que tout le monde se pose :

_Quels sont les risques financiers pour les titulaires d'un compte chez BES ?

Des gens éclairés sur le sujet, pourraient-ils avoir l'amabilité de nous expliquer les tenants et les aboutissants ?

-------Surtout essayez d'être clair, la plupart d'entre nous sommes incapable de comprendre quoi que ce soit du jargon bancaire.Pensez à parler simplement, pour que les moins informés d'entre-nous puissent comprendre.-------------------

Merci d'avance.

Bonjour,

Cette dernière semaine à été chargée en informations plus contradictoires les unes que les autres au sujet du Banco Espirito Santo et on a pu assister à un amalgame entre la banque, que nous connaissons ici et d'autre entités du groupe familial Espirito Santo, qui elles, sont en difficultés.

En clair, la banque pourrait tenir le choc d'un éventuel défaut de paiement d'une des nombreuses sociétés de l'empire Espirito Santo, dont l'image a été ternie par la découverte de pertes de 1,3 milliard d'euros dissimulées par la holding Espirito Santo International (ESI).

Plus simplement, pour ce qui concerne les consommateurs que nous sommes, la banque est membre du FGD (Fond de Garantie des Dépôts) depuis la création de celui-ci en 1992 et à ce titre, le fond garantie jusqu'à 100000  les dépôts des clients. (http://clientebancario.bportugal.pt/pt- … fault.aspx)(http://www.fgd.pt/en-US/Pages/inicio.aspx)

Voilà pour la théorie. Dans la pratique, nul ne peut vraiment affirmer avec certitude connaitre les modalités (délai de paiement, instructions relative à la certification des avoirs, etc) de mise en place de ce dispositif mais surtout, la seule chose à garder à l'esprit, rien ne sert de céder à la panique, courir à votre agence retirer vos fonds et clôturer vos comptes.

Enfin, n'oubliez pas qu'il est toujours possible que ce soit, comme cela s'est passé à Chypre, une taxe sur les avoirs en compte, qui serve à renflouer un ou des établissements bancaire, car l'Allemagne, veut s'assurer qu'il n'y aura plus de distribution d'argent publique pour les sauver et que plutôt que de laisser aller en faillite il valait mieux mettre à contribution les clients ....

En espérant que cela soit assez clair

A bientôt

Stéphane

Source: http://www.lessentiel.lu/fr/economie/story/16882936

Un membre influent de la famille Espirito Santo a réclamé dimanche la venue de la nouvelle équipe censée prendre les rênes de la plus grande banque privée du Portugal.

«Afin de renforcer la confiance des clients, des collaborateurs et du public, il est indispensable que la commission exécutive de la BES soit remplacée dans les plus brefs délais par la nouvelle équipe», a écrit José Maria Ricciardi dans un communiqué. Après la découverte d'irrégularités comptables, Ricardo Salgado, patron emblématique de la BES depuis 23 ans, avait annoncé sa démission le 20 juin. Lors d'une assemblée générale prévue le 31 juillet, il doit céder sa place à l'économiste réputé Vitor Bento, un ancien de la Banque du Portugal.

À travers une cascade de holdings, la famille Espirito Santo possède 25,1% de la banque, dont le deuxième actionnaire est le groupe français Crédit agricole, avec 14,6%. Cette vacance du pouvoir à la tête de la banque, minée par les déboires financiers de la famille Espirito Santo, inquiète au plus haut point les marchés, qui ont été sérieusement secoués jeudi avant une accalmie vendredi. «Pour faciliter cette transition, ma démission prend effet immédiatement, ainsi mon mandat n'ira pas jusqu'au 30 juillet comme prévu», indique M. Ricciardi, qui fait partie des membres de la famille écartés de la commission exécutive de la BES.

Une féroce lutte pour le pouvoir avait opposé M. Ricciardi à son cousin Ricardo Salgado, à qui il avait disputé sa place avant de s'incliner devant un vote de confiance en faveur du PDG en novembre 2013. Le Premier ministre portugais, Pedro Passos Coelho, avait écarté vendredi le scénario d'une intervention publique pour venir en aide à la banque BES. Le chef du gouvernement de centre droit a appelé la famille Espirito Santo à négocier au plus vide une restructuration «ordonnée» de sa dette, «afin d'éviter qu'un éventuel défaut de paiement ait un impact important en termes macroéconomiques». «Les contribuables portugais ne seront pas appelés à supporter les pertes» de groupes privés qui doivent «assumer eux-mêmes les conséquences de leurs mauvaises affaires», a-t-il réitéré samedi. (L'essentiel/AFP)

Bollinger :

Bonjour,

Cette dernière semaine à été chargée en informations plus contradictoires les unes que les autres au sujet du Banco Espirito Santo et on a pu assister à un amalgame entre la banque, que nous connaissons ici et d'autre entités du groupe familial Espirito Santo, qui elles, sont en difficultés.

En clair, la banque pourrait tenir le choc d'un éventuel défaut de paiement d'une des nombreuses sociétés de l'empire Espirito Santo, dont l'image a été ternie par la découverte de pertes de 1,3 milliard d'euros dissimulées par la holding Espirito Santo International (ESI).

Plus simplement, pour ce qui concerne les consommateurs que nous sommes, la banque est membre du FGD (Fond de Garantie des Dépôts) depuis la création de celui-ci en 1992 et à ce titre, le fond garantie jusqu'à 100000  les dépôts des clients. (http://clientebancario.bportugal.pt/pt- … fault.aspx)(http://www.fgd.pt/en-US/Pages/inicio.aspx)

Voilà pour la théorie. Dans la pratique, nul ne peut vraiment affirmer avec certitude connaitre les modalités (délai de paiement, instructions relative à la certification des avoirs, etc) de mise en place de ce dispositif mais surtout, la seule chose à garder à l'esprit, rien ne sert de céder à la panique, courir à votre agence retirer vos fonds et clôturer vos comptes.

Enfin, n'oubliez pas qu'il est toujours possible que ce soit, comme cela s'est passé à Chypre, une taxe sur les avoirs en compte, qui serve à renflouer un ou des établissements bancaire, car l'Allemagne, veut s'assurer qu'il n'y aura plus de distribution d'argent publique pour les sauver et que plutôt que de laisser aller en faillite il valait mieux mettre à contribution les clients ....

En espérant que cela soit assez clair

A bientôt

Stéphane

Il est vrai que cette fameuse protection de 100.000 euros par compte n'a jamais à ma connaissance été appliquée, puisque jusqu'à présent une situation extrème ne c'ést pas présentée.

sauf pour Chypre où la solution comme vous le rappelez fût une taxe sur les dépôts de clients ..

Vous croyez sincèrement qu'une banque comme BES qui serait  faillite et les répercussions sur les autres établissement bancaires n'aurait aucune conséquence même avec une protection des dépôts jusqu'à 100.000 euros.
Combien possède ce fameux fonds de garantie??, certainement pas des moyens suffisant si le sytème financier européen entrerait encore une fois dans de grosses difficultés.

Le seul moyen serait bien évidemment la contribution des déposants au moyen d'une taxe, après avoir mis les actionnaires à contribution.  Ensuite viendrait comme d'habitude le contribuable.

Les contribuables portugais ne seront pas appelés à supporter les pertes» de groupes privés qui doivent «assumer eux-mêmes les conséquences de leurs mauvaises affaires», a-t-il réitéré samedi. (L'essentiel/AFP)


Souvenez vous du cas BPN au Portugal, les mêmes arguments avaient été déclarés par le ministre des finances de l'époque Teixeiro dos Santos.

Conséquence banque nationalisée et interventions du contribuable.

Cette fameuse banque pour lequel AUCUN responsable n'a été condamné les actifs vendus aux Angolais de la Banque BIG pour 50 millions d'euros!!!!.  Le contribuable continue à payer le passif pour encore quelques bonnes années.

[at] Sexta9

Bonjour,

Il est bien évident, que dans la zone euro, à ce jour, nous n'avons eu à souffrir la perte dans ces conditions d'un établissement bancaire et donc, tout ce que l'on pourrait imaginer ou décrire serait loin de la vérité, cependant, nous avons eu un aperçu assez explicite des réactions des uns et des autres (marchés financiers, autorités de régulation) et cela laisse assez songeur vu les divers plongeons des indices boursier en Europe et au-delà.

Pour répondre à votre question selon le bilan 2013 (http://www.fgd.pt/pt-PT/RelatorioseCont … el2013.pdf) le fond disposerait de 117 411 000 000  ce qui représente un ratio de couverture des dépôts dans tout les établissement bancaire du Portugal de 74 %.

Ce fond ne concerne bien entendu que le Portugal, chaque nation possédant son propre dispositif et ses propres règles de collecte et de distribution de ces fonds.

A bientôt

Stéphane

Cher Bollinger,

Nous avons eu en Europe une banque Finlandaise dont un siège était situé au Luxembourg qui a fait faillite en 2008/2009 dont le gouvernement Finlandais a refusé de rembourser les 100.000  et donc bien entendu
Le gouvernement Luxembourgeois en a fait de même.
Il y a eu faillite de Dexia et de Fortis en Belgique mais je ne connais pas
Les modalités de remboursement.
Mais avec un grand M, l'Allemagne nous prépare le prélèvement sur les comptes d'une certaine somme en cas de faillite d'une banque Européenne .

FUNDO DE GARANTIA DE DEPÓSITOS | RELATÓRIO E CONTAS 2013
3. DEPÓSITOS ELEGÍVEIS PARA GARANTIA DO FUNDO7 8
A 30 de junho de 2013, o número total de depositantes elegíveis para efeitos da garantia do FGD ascendia
a cerca de 16,2 milhões9 e o montante total de depósitos cobertos pela garantia do FGD  i.e. depósitos
de titulares elegíveis, contabilizados apenas até ao limite de 100 000 euros  ascendia a cerca de 117
411 milhões de euros, o que representa um acréscimo de 3,1 por cento face ao período homólogo e de
3,3 por cento face a dezembro de 2012.
Quadro II
DEPÓSITOS ELEGÍVEIS, DEPÓSITOS COBERTOS E RÁCIO DE COBERTURA
Depósitos
(milhões de euros)
# titulares abrangidos
(em milhares)
Depósitos abrangidos pela garantia 158 349
16 179
Montante coberto 117 411
Rácio de cobertura 74%
Fonte: FGD, com base nos reportes realizados pelas instituições participantes
O rácio de cobertura dos depósitos de titulares elegíveis para efeitos da garantia do Fundo (i.e. rácio
entre o valor dos depósitos até ao limite da garantia e o valor total desses mesmos depósitos) continuou
a ser de 74 por cento, o que signifi ca que a proporção de depósitos que, embora titulados por depositantes
elegíveis, não se encontram cobertos por excederem o limite da garantia, era de 26 por cento,
tal como no ano anterior.



Merci pour l'info effectivement ratio 74 %, en cause les comptes excédents 100000 euros.

Renealaink :

Cher Bollinger,

Nous avons eu en Europe une banque Finlandaise dont un siège était situé au Luxembourg qui a fait faillite en 2008/2009 dont le gouvernement Finlandais a refusé de rembourser les 100.000  et donc bien entendu
Le gouvernement Luxembourgeois en a fait de même.
Il y a eu faillite de Dexia et de Fortis en Belgique mais je ne connais pas
Les modalités de remboursement.
Mais avec un grand M, l'Allemagne nous prépare le prélèvement sur les comptes d'une certaine somme en cas de faillite d'une banque Européenne .

Fortis a été racheté par BNP paris bas et donc aucune perte pour les clients. Dexia racheté par l'Etat Français et Belge ( contribuable Belges et Français)


mette en place les eurobonds , serait une solution mais  les allemands ne veulent pas et parfaitement compréhensible. avec une inégalité des économies et des systèmes d'impositions tant différents au sein de l'union.

Le cas GES ( groupe Espiritosanto a été constitué par diverses sociétés publiques et étrangères PT TELECOM, OIN,, CGD etc ... reste 20% de la banque BES dans ce groupe en faillite..

L'ancien Ministre des finances Portugais Victor Gaspard avait déjà averti les difficultés du Groupe GES il y a un an , rien n'a été fait . D'après les déclarations des responsable politique la Banque BES ne serait pas en danger.

Une position prudente serait de ne pas mettre les oeufs dans le même panier, diversifier ses dépôts bancaires serait la moins mauvaise des solutions

Renealaink :

Cher Bollinger,

Nous avons eu en Europe une banque Finlandaise dont un siège était situé au Luxembourg qui a fait faillite en 2008/2009 dont le gouvernement Finlandais a refusé de rembourser les 100.000  et donc bien entendu
Le gouvernement Luxembourgeois en a fait de même.
Il y a eu faillite de Dexia et de Fortis en Belgique mais je ne connais pas
Les modalités de remboursement.
Mais avec un grand M, l'Allemagne nous prépare le prélèvement sur les comptes d'une certaine somme en cas de faillite d'une banque Européenne .

Bonjour Renealaink,

De mémoire il me semblait qu'il s'agissait d'une banque Islandaise (Landsbanki) donc hors Europe et que cela concerne, je dit cela sous toutes réserves, ne connaissant pas le dossier, des prêts hypothécaires pour l'essentiel, litigieux qui plus est (affaire Enrico Macias entre autres). En l'occurence la justice Luxembourgeoise (qui n'est certainement pas la pire d'Europe) doit encore statuer sur ces cas (au cas par cas). C'est vrai que cela manque de rapidité, mais que dire, c'est ainsi ...

Pour le cas de Dexia (Crédit Municipal de Belgique, BIL et Crédit Local de France) ces trois états se sont partagés les dettes, chacun récupérant les entités nationale existante avant la fusion/alliance opérée par Pierre Richard en 1996 et ces mêmes états se mettant d'accord sur un moratoire de 90 milliards pour éviter la faillite du groupe. Il faut bien constater que le redressement des banques est assez impressionnant au vu des derniers bilan (BIL et Belfius).

Bien évidemment sauvetage et résultats obtenus avec de l'argent publique, ce qui hérisse le poil de la chancelière Merkel et de son ministre des Finances, à tel point qu'ils désirent avancer d'une année, l'obligation qui fera que ce sera surtout les propriétaires et les créditeurs de l'établissement à sauver qui devront contribuer pour résoudre leur problème plutôt que les contribuables.

Est ce là une mauvaise chose ?

A bientôt

Stéphane

Merci à vous tous pour vos interventions, je retiens donc que le pire des cas pourraient être un vol prélèvement de quelques pourcents. Ce qui serait vraiment rageant, il faut bien le dire.

La BES va retrouver un peu plus de latitude
14 juillet 2014, 09:20
La holding Espirito Santo Financial Group (ESFG), premier actionnaire de Banco Espirito Santo (BES), a réduit sa participation dans la banque portugaise de 24,99% à 20,1%, a-t-elle annoncé lundi.



Les turbulences que traverse cet empire familial portugais, dont certaines holdings sont menacées de faillite, avaient ravivé jeudi l'inquiétude des marchés financiers, faisant resurgir le spectre de la crise en zone euro. Le conseil d'administration de la BES avait approuvé dans la nuit la cooptation de la nouvelle équipe dirigeante de la banque, ouvrant la voie à son entrée en fonctions immédiate. L'annonce de l'arrivée des nouveaux dirigeants a été bien accueillie à la Bourse de Lisbonne, où le titre de la BES a retrouvé des couleurs, prenant 1,46% à 0,48 euro à 8h40, après avoir bondi de plus de 5% à l'ouverture.

La Banque centrale du Portugal avait convoqué dimanche soir une réunion extraordinaire du conseil d'administration de la banque en difficulté afin d'accélérer la mise en place des nouveaux dirigeants et apaiser ainsi les inquiétudes des marchés. Ricardo Salgado, patron tout puissant de la BES depuis 23 ans, passe ainsi le relais à l'économiste réputé Vitor Bento, un ancien de la Banque du Portugal. Dans le cadre de la récente augmentation de capital de la BES de 1,04 milliard d'euros qui visait à améliorer ses ratios de fonds propres, l'ESFG avait contracté un prêt auprès d'une banque dont elle n'a pas chiffré le montant dans son communiqué.

Selon la presse portugaise, ESFG a emprunté 100 millions d'euros auprès du groupe japonais de services financiers Nomura et a donné des actions de la BES en garantie. Confrontée à la chute vertigineuse du titre, Nomura a réclamé le remboursement de son prêt dans les plus brefs délais. (L'essentiel/AFP)

Bollinger,

Ce que vous dites est tout à fait exact au niveau des remboursements mais l'action Fortis que le petit épargnant belge avait en cotation à 35 s'est retrouvée,je crois, du jour au lendemain à 1,4.

Maintenant il faut aussi voir que la Dexia s'est littéralement cassé la figure et s'est séparée avec pertes et fracas pour le Luxembourg de la BIL qu'elle avait rachetée.
Le taux d'endettement de la BNP Paribas et de la Société Générale en France est catastrophique sans parler des 9.000.000.000 ou plus de l'amende américaine ni de la "trucerie"Kerviel.

Nouvelle discussion