la gastronomie allemande , ses vins,et ses biéres

Aliboron :

La "gastronomie" Allemande....C'est un pléonasme ?  :lol:  :dumbom:
Les vins par contre,c'est de mieux en mieux....Réchauffement oblige... ;)

je  comprend pas  ce que tu dit , mais moi je constate simplement un fait  véridique  ,la gastronomie allemande est en grand progrès , elle  talonne la France ,maintenant   https://www.expat.com/forum/viewtopic.php?id=543637  .  jean  Luc  ;)

jean luc1 :
Aliboron :

La "gastronomie" Allemande....C'est un pléonasme ?  :lol:  :dumbom:
Les vins par contre,c'est de mieux en mieux....Réchauffement oblige... ;)

je  comprend pas  ce que tu dit , mais moi je constate simplement un fait  véridique  ,la gastronomie allemande est en grand progrès , elle  talonne la France ,maintenant   https://www.expat.com/forum/viewtopic.php?id=543637  .  jean  Luc  ;)

Hé ! C'était une taquinerie !! Il ne faut pas tout prendre au premier degré !  ;)
Vu le tour de taille de nos amis Allemands,il était temps que les chefs cuisiniers
se réveillent.....Car jusque là,la cuisine outre Rhin était plutôt "roborative".... :whistle:
http://archives-fig-st-die.cndp.fr/acte … rticle.htm
:cheers:

marcantonov :

Oui dommage que le cite ne soit pas plus achalander de culturel , les réponses se fond "inéxistantes" , le débat hormis toi , est aussi plat qu'une patinoire olympique .....

Mais au moins deux personnes sont déjà mieux que rien ....
Avoir des soucis d'expatriation , ne devrait pas entaché le fait de s'intéresser au pays auquel l'on postule , ou que l'on y vive .

pour le site  ,oui je déplore que l'on ne parle pas assez du pays ,les gens viennent en Allemagne pour travailler ,alors le reste ,ils s’en foutent ,chacun  reste avec sa communauté  ,  pour un français c'est difficile  d’admettre que l'on peut très bien manger et boire excellent vins  pour pas trop chère .
jean  Luc  ;)

Aliboron :

Hé ! C'était une taquinerie !! Il ne faut pas tout prendre au premier degré !  ;)
Vu le tour de taille de nos amis Allemands,il était temps que les chefs cuisiniers
se réveillent.....Car jusque là,la cuisine outre Rhin était plutôt "roborative".... :whistle:
http://archives-fig-st-die.cndp.fr/acte … rticle.htm
:cheers:

La cuisine  que j'ai connus il y a 20ans n'a plus cour ici .  qu'il y ai  plus de bonne table á Francfort ou Cologne , c'est vrais car se sont de grandes villes  . Mais il y a de bonnes tables en campagne . Avant la cuisine  était en sauce ,  elle est  beaucoup moins , il y a pas de plat nationale  ,mais des plats nationaux  car c'est un pays fédéral , l e spätsle  est un plat nationale souabe,on peut manger très bien pou r un prix acceptable . pour l es vins pareille ,J'ai connus l'époque  ou on faisait pisser l e vin  100hl hectare ,voire plus , il y a eu un énorme scandales de vins frelater , les ventes ont chuter ,les vignerons ont commencé leur révolution de la quantité vers la qualité . Aujourd’hui ,j'ai vu l'un de mes vignerons , l'année 2015 feras une grande année , depuis 20ans les vendanges se font plus tôt  environ deux semaine ,du fait des problèmes climatique   ,la piquette d'hier devient un grand vin , un grand vin deviendras le  piquette de demain .  jean  Luc  ;)

J'ai rien a vous dire a vous c'est clair !!!

enregistrez !!  bien !!

Marcantonov

tu laisse tomber ,celas sert á rien ,avec certaines personnes qui vivent en Tunisie .
hier je suis aller chez un vigneron http://weingut-ungerer.de/sortiment/sortiment.html  http://gaultmillau.de/2016/weinerzeuger/weingut-ungerer .

il faisait une journée dégustation , et c’était plein  comme un œuf . il a aucun problème pour vendre son vin car il fait dans la qualités  . j’ai payer 9,50 au lieu de 12 ,suite á une erreurs sur la liste des prix ,immédiatement il s'est alignés sur le prix indiquer .  :D . jean  Luc  ;)

https://www.deutschland.de/sites/default/files/styles/stage/public/field_visuals/feeduploaded-dc496d81af9f8dd98e917ca389daf945.jpg?itok=6pgIuJHg
Glottertal (dpa) – Le froid vif de l'arrivée tardive de l'hiver a sauvé de justesse le millésime 2015 du vin de glace. Les viticulteurs des vignobles allemands de Bade, de Franconie, du Rheingau (Hesse) et de Rhénanie-Palatinat ont annoncé lundi que les vendanges du vin de glace ont été un succès. « Cela valait le coup d'attendre, nous avons tenu bon durant ce jeu de poker », a déclaré Udo Opel, le chef de la coopérative de viticulteurs de Glottertal, en Forêt-Noire.

Les taux de fructose mesurés sont prometteurs, le vin de glace est la « cerise sur le gâteau » de l'excellent millésime 2015. Certains viticulteurs veulent encore partir en intervention les prochaines nuits pour récolter et presser les grains de raisin gelés.

Ce vin liquoreux est une spécialité de vin coûteuse. Les bouteilles de 37,5 cl coûtent en général une quarantaine d'euros. Les vendanges du vin de glace ne peuvent avoir lieu que quand la température extérieure est inférieure à 7 degrés. La coutume veut qu'il soit récolté au plus tard en janvier, sinon les grains de raisin sont bons pour le compost.  À cause des températures douces, de nombreux viticulteurs avaient interrompu leur récolte ces dernières semaines et vendangé les grappes de raisin de manière classique, sous la forme d'une récolte sélective de grains de raisin desséchés. Le rendement du vin de glace est faible cette année, a indiqué un porte-parole de l'Institut du vin allemand (Deutscher Weininstitut, DIW) à Mayence. https://www.deutschland.de/fr/news/vin- … e-justesse     .jean  Luc ;)

Voila un sujet qui me donne l'eau a la bouche ....

Je suis certain de la qualité excptionel de ce vin de glace , janvier étant la date limite de récolte en nocturne ....
Les conditions climatiques ont radicalement ammorcer une nouvelle transformation de la vie viticole , du moins en qualité , et dans la durée de l'élevage du fruit sur grappe.

Ce week en il y a une fête  a Arlay , non loin de chez moi :
vin de paille Arlay

Le prix du vin de glace , vers chez toi est correct , ici il avoisinerait les 65 Euros ...
Du coup ....a boire avec des connaisseurs et Amoureux du produit ....

Le baril de pétrole en prix est d'environs 30 $....

Je préfere mon vin de paille ....

Mes Amis en fond dans le Jura !! ;)

Santé  !! jean -Luc

le vin de glace coute   environ 40€ le flacon  de 37,5 cl soit 80€ ,la bouteille de 75cl .le vin de paille ,et le vin de glace sont deux méthodes différentes ,mais qui donne des vins liquoreux,de garde , á boire en apéritif ,ou avec le foie gras ,ou en dessert ou digestif  . ce genre de vins se conserve 20-30ans ,voir plus . le vin de paille est un vin vendanger tardivement avant les gelée ,les grains sont déposer sur un lit de paille oú il vont perdre lentement leurs eau , ce qui va permettre la concentration des sucres . le vin de glace lui est laisser sur la vigne , ou il va se déshydrater  lentement sous le soleil et le vent ,il faut avoir une bonne année ,un bon terroir, mais aussi des bonne gelée par -6 minimum , et il doit avoir une concentration en sucre de 125° ochsle ,le botrytis ou pourriture noble contribue á la qualité du vin.
la vendange se fait uniquement sous le contrôle des agents de l'institue du vin ,et c#est lui qui donne le départ de la vendange ,après avoir contrôler la température extérieure ,la concentration en sucre , il contrôle aussi le poids de la récolte , le nombre de litre produit après présage et encore une fois sa concentration en sucre , et c'est seulement á ce moment lá que le vigneron sauras si son vin de glace est validé ou pas . c'est pour ces raisons que ces vins sont très rare et très cher , on les boit uniquement entre connaisseurs.  jean  Luc ;)

Oui , j'ai pas fait la différence dans mon texte , mais oui il y une différence entre les deux proceder et la tracabilité , le contrôle de sa récolte ...

Il y a des tas de règles aussi pour le vin de paille , aussi il est pas ici nécéssaire d'en dresser les règles , trop hard ....

Tu m'en apprends sur le vin de glace , cela je ne le savais pas ....

Pour le vin de paille , merci , j'ai eu l'occasion d'en réaliser a la presse , chez mes amis viticulteurs et puristes

Ils décrochent (la famille) toujours une médaille d'or a paris , pour d'autres vins aussi le vin de paille est splendide .

Personnellement , je trouve que le fois gras se déguste avec d'autres vins et pas forcément sucrés , cela gâche et d'une le gout d'un vrai foie gras et de deux la particularité d'une vin de paille ....

Mais chacun ses préférences ....

Je bois donc de préférence un bon vieux chablis "vieilles vignes é par exemple , d'autres ont bons aussi , selon mes gouts ...
Arlay est un petit village ,dans le jura ,  qui n'a sans doute pas la notorèté d'Arbois  ....faut bien vivre aussi ... ;)

Marc

j'ai parlé du foie gras comme ex ,mais un vin de glace ,on peut l’apprécier seul en apéritif  ou en digestif . j'ai deux bouteille qui attende depuis 20 ans au moins  , les bouchon sont intact  ;) . cette année je vais acheter des rouges .  jean  Luc ;)

Deux bouteilles c'est bien Mais peu !!! 

A boire avec modération et avec des connaisseurs !!! :D

Je suis très cognac !!  on trouve des  millésimes casi extraodinaire , c'est aussi une question de moyen !!!

de très longue durée dans le temps , je suis convaincu qu'ils traversent les ages avec succès , rien a voir avec , vin de paille , ou de glace .... ;)

Marc

j'ai une  petite cave entre 80 et 100 bouteilles,mais que du bon ,je boit peu de vin ,mais du fin .  jean  Luc  ;)

Ma cave est en Bourgogne , entre gevrey Chambertin et le cateau du Clos vougeot ...

devines le stock ... ;)

Marc

e h bien tant mieux pour toi . j'ai pas de gros moyens ,alors j'ai une petite cave avec des bijoux , celas me suffit . jean  Luc  ;)

j'ai bu un régent  rouge 2011 auslése . il étais excellent,corsé , ayant du charactére ,gras , très tannique ,rouge profond . il m'a laisser un bon souvenir .  jean  Luc ;)

connais pas ce vin  , seulement après recherche j'ai vu élevage de Chiens berger Allemant Auslése ....
Demande rectification , parce que du jus de chien !!!!  pas bon tout ça ! :D

Marc

PS : Arlay , petit, bref sans plus , ils cherchaient plus a vendre qu'a creuser le sujet ...
Donc repartis sur une autre destination ....

tu regarde ici http://www.duitsewijn.be/icc/Internet-B … 850926daee  .jean  Luc  ;)

Ok j'ai mis dans Favoris ... merci  ;)

Marc

L’Allemagne, un pays où il fait bon boire

http://avis-vin.lefigaro.fr/var/img/137/34015-650x330-sans-titre-1.png
Ayant fait nos adieux à la Suède, nous quittons la fraîcheur des journées scandinaves pour rejoindre l’Allemagne, où nous attendent quelques producteurs atypiques.

Nous optons pour une traversée en ferry de nuit. Départ à 23h30 de Trelleborg. Arrivée à Rostock au petit matin. Comptez 6 à 7h de traversée pour un prix moyen de 69€/personne (prise en charge du camping-car comprise) (1). Une option peu coûteuse, certes ; mais quelque peu sportive pour trouver le sommeil lorsque l’on n’a pas le pied marin !
La vallée de l’Ahr, paradis du pinot noir

Après avoir rechargé les batteries le temps d’un week-end à Cologne chez ma cousine Amélie, direction l’Ahr, l’une des plus petites régions viticoles allemandes, avec à peine 558 hectares plantés (2).
Ici, place aux cépages rouges (3) ! Car bien que l’Allemagne soit principalement connue pour ses (grands) rieslings, elle abrite dans la vallée de l’Ahr une production de Spätburgunder (4) de haute volée. Comment est-ce possible, me direz-vous ? Grâce à un microclimat unique. Cet affluent du Rhin, composé majoritairement d’ardoise – une roche métamorphique qui emmagasine la chaleur – profite de versants exposés plein sud et inondés de soleil, pour le plus grand bonheur du pinot noir.
Résultat, des vins gourmands, frais et d’une grande finesse, aux tannins délicats comme ceux du domaine J. J. Adeneuer, à Ahrweiler.
Le riesling, un vin blanc aux arômes… de pétrole

Si je devais choisir parmi trois vins à emporter sur une île déserte, je mettrais à coup sûr une bouteille de riesling allemand dans ma glacière !
http://avis-vin.lefigaro.fr/var/src/137/34020-33allemagnem93a6541edt.png  Car le riesling a mille et un parfums, mille et une facettes, rendant son exploration infinie. De sec à sucré, en passant par moyennement sec ou très sucré, tantôt effervescent, tantôt botrytisé, voir partiellement fermenté (lorsqu’il reste des sucres résiduels), il n’a de cesse de surprendre et peux s’accorder avec tous les moments de la vie. Bref, vous l’aurez compris : je suis un inconditionnel de ce cépage !

C’est vers la non moins célèbre région du Rheingau (une fois n’est pas coutume) que nous faisons cap à présent, tentant de percer les mystères du riesling. Un cépage qui développe – paraît-il – des arômes de "pétrole" avec le temps, nous explique-t-on chez Georg Breuer. Le domaine est connu pour conserver une quantité impressionnante de vieux millésimes en cave.

lire le reste de l'article   jean  luc  ;)

http://www.markgraf-von-baden.de/(cms)/media/resize/0x215/1259236       http://www.markgraf-von-baden.de/de/wei … swein.html     j'ai goûter ce vin  en juin je l'ai trouver excellent  a avec un ton de bois léger très fin ,le guide gault et milliau l'a noter 85 point sur 100  ;) .jean  Luc ;)

https://www.deutschland.de/sites/default/files/styles/stage/public/field_visuals/kreppel-fastnacht-karneval_a.jpg?itok=ToCbZTvD                                                                                           Ick bin ein Berliner“

« Berliner », « Kreppel », « Krapfen, « Pfannkuchen » – cette viennoiserie à pâte fermentée a bien des noms. Elle fait une entrée remarquée dans les magasins lors du carnaval.
Cette chose ronde et sucrée, une boule à la levure de la taille d’un poing et cuite dans de l’huile de friture, remplie de confiture, annonce chaque année un événement remarquable. Dès qu’elle apparait dans les vitrines des boulangeries et les rayons des supermarchés, tout le monde sait que nous sommes à l’apogée du carnaval, dans cette «  » que beaucoup apprécient entre toutes. Elle a lieu entre l’hiver et le printemps, loin de l’été et de l’automne, et ne dure que quelques jours. Mais l’ambiance est plus festive que pendant tout le reste de l’année. On se déguise, on fait la fête, on danse, on boit. Et la viennoiserie ronde, à l’extérieur bien sucré, est toujours de la partie, une sorte d’escorte culinaire. Mais sous différentes appellations. Car, comme l’événement qu’elle accompagne et qui s’appelle, selon les régions,karneval fasching,ou fasnacht

, le particularisme règne aussi pour cette viennoiserie.
La confiture est parfois remplacée par de la moutarde

La viennoiserie s’appelle « Berliner » ou « Pfannkuchen » à Berlin, uniquement « Pfannkuchen » dans l’est de l’Allemagne, « Kreppel » en Hesse, en Hesse rhénane et en Thuringe occidentale, et « Krapfen » dans le sud du pays. Les garnitures varient elles aussi. Dans le nord, on prend de la confiture aux fruits rouges, dans le sud plutôt de l’abricot, l’est préfère la compote de prunes, et on choisit de la confiture d’aubépine dans le pays de Bade, en Souabe et en Franconie. Certaines versions gourmet sont fourrées de crème au champagne. Il existe aussi des viennoiseries pour les petits rigolos. Ils les garnissent de moutarde, créant une amère surprise pour celui qui les mange, pour le plus grand plaisir des initiés. Eh quoi, c’est le carnaval, il FAUT rire ! Surtout que les occasions de rire se font rares par la suite. La période du jeûne commence pour les chrétiens et dure jusqu’à Pâque. A ses débuts, le Kreppel était la dernière opportunité de faire bombance avec force calories. 
Des dommages dans les cuisines et sur les hanches

Au Moyen Age, des moines auraient recommandé de se restaurer avec cette viennoiserie avant le début du Carême. Or, à l’époque, elle n’était pas encore ronde et était cuite au four. Selon une légende, cela aurait changé en 1756, lorsqu’un pâtissier berlinois voulait être canonnier chez Frédéric le Grand mais fut réformé. On lui proposa de devenir le boulanger du régiment. Reconnaissant, il aurait donné à ses gâteaux en pâte fermentée la forme d’un boulet de canon et les aurait cuits dans un bain d’huile chaude. Depuis, les Krapfen sont frits dans l’huile bouillante, ce qui a probablement provoqué autant d’incendies domestiques que les sapins de Noël garnis de véritables bougies. Sans parler des dommages qu’ils peuvent provoquer sur notre silhouette. Car la teneur en calories du Pfannkuchen varie, selon la garniture, entre 200 et plus de 300 calories pour 70 grammes, dépassant ainsi celle du gâteau au fromage blanc et d’une Forêt-Noire. La silhouette des Allemands se rapproche ainsi toujours plus de leur viennoiserie favorite. Pas de problème si, lors du carnaval, le costume de l’année dernière est trop serré. C’est le carnaval et on peut toujours affirmer « Ick bin ein Berliner ! » – très rond et très apprécié.  https://www.deutschland.de/fr/topic/vie … n-berliner

   jean  Luc  ;)
Ps je connais ♪5a sous le nom de Berliner   .         fasching ou fasnacht désigne une autre sorte de beignets

pour l#année viticole en cour ,on s'attend á une petite récolte ,mais de trés bonne qualité , moi je recommande ses vins pour les avoir gouter et selectionner pour ma cave  voir les pdf http://www.verrenberg.de/wp-content/upl … ken-GW.pdf , http://www.verrenberg.de/wp-content/upl … -No-17.pdf , vous trouverz ici toute la gamme de ce grand producteur  de renomé mondiale http://www.verrenberg.de/
autre grand producteur http://www.markgraf-von-baden.de/
lá il s'agit de deux premier cru un auxerois   http://www.markgraf-von-baden.de/de/wei … rhein.html ,d'un spätburgunder ,connu sous un autre nom pinot noir http://www.markgraf-von-baden.de/de/wei … rhein.html  voilá pour mes choix jean  luc  ;)

tout sur le vin allemand  http://www.vinallemand.be/      http://www.vdp.de/de/vdp/                                             .jean  luc  ;)

certains franchouillards vont me détester ,moi un français qui défend la gastronomie et les vins  allemand. il faut gouter pour critiquer  .jean  luc  ;)

Vin : comment l'Allemagne a gagné la bataille des salons face à la France
Le salon professionnel de Düsseldorf ProWein s'est imposé comme le premier rendez-vous international du secteur devant le bordelais Vinexpo.

Cela ne tombe pas sous le sens. Mais ce n'est pas la France, l'Italie ou l'Espagne qui accueille le premier salon du vin de la planète. C'est l'Allemagne. Fort de 6.600 exposants venus du monde entier, ProWein est la première foire du secteur. Le salon, qui se tient jusqu'à ce mardi à Düsseldorf, a déjà dépassé le niveau de 2017. Elle espère même battre un nouveau record, après les 58.500 visiteurs enregistrés en 2017.

« La foire va définir cette année de nouveaux standards », ajoute Hans-Werner Reinhard, le président de la Foire de Düsseldorf, qui fête cette année sa 25ème édition. De quoi creuser le fossé avec son rival français Vinexpo, qui a accusé en juin une  baisse de fréquentation de 15 % , avec 40.000 visiteurs, pour 2.300 exposants.

Né sous le nom de « ProVin », le salon était initialement une rencontre entre des vignerons français et des acheteurs allemands. Entre-temps, l'Italie est devenue le premier pays d'origine des exposants, devant l'Hexagone et l'Allemagne. Grâce à de solides infrastructures - aéroport, autoroute, gare - la moitié de ses visiteurs sont étrangers et viennent de plus de 120 pays.


Comment expliquer un tel succès dans une ville plus connue pour sa bière ? Marius Berlemann cite d'abord un calendrier fa
« En mars, les nouveaux crus sont prêts et les régions viticoles peuvent les présenter pour la première fois », explique le directeur de ProWein. Le calendrier de Vinexpo, qui se déroule en juin, est lui jugé trop tardif et inadapté aux contraintes des maisons. « En juin, il y a beaucoup trop à faire dans les vignes pour s'absenter. En mars, ce n'est pas le cas », note Yves Baldenweck, président de la cave de Ribeauvillé, la plus ancienne cave coopérative de France.

Autre facteur, Düsseldorf n'étant pas une région de vin, les gens se concentrent sur les affaires. « Les Allemands excellent dans l'organisation de salons et l'Allemagne est le premier importateur mondial de vin », ajoute Ernst Büscher, porte-parole de l'Institut allemand du vin (DWI). En 2016, le pays a consommé 20,2 millions d'hectolitres de vin et spiritueux, soit 20,6 litres par habitant et un niveau stable depuis 2000, pour une production nationale de 9 millions d'hectolitres.Vinexpo plus festif que « business »

D'ailleurs, Vinexpo est plus un endroit dédié aux « soirées au château » qu'à la signature de contrats, expliquent les négociants français, qui ne sont pas de Bordeaux. « Je n'expose plus à Vinexpo. Les clients n'arrivent pas avant quinze heures. Ils sortent de déjeuner au château et beaucoup annulent les rendez-vous », explique Yves Baldenweck. « A Prowein, on n'a pas le temps de souffler tellement il y a de prospects. Les allées débordent de monde. On y signe beaucoup de contrats », dit-il.
Trop tard

Dernier avantage, l'Allemagne est un terrain neutre. « Ici tout le monde trouve sa place. Nos acheteurs sont contents de trouver tous leurs fournisseurs, les gros comme les petits. Et puis ProWein est moins cher que Vinexpo puisqu'il nous revient à 1.800 euros chacun contre 3.200 euros pour un stand équivalent », analyse Patrick Carteyron propriétaire de Château Penin à Bordeaux et cofondateur de l'association Terroirs Associés.

« ProWein a été suffisamment intelligent pour attirer le monde entier sans parti pris. On s'y sent à notre place et on y fait plus d'affaires, tandis qu'à Vinexpo, on sent qu'on n'est pas bordelais », juge Xavier de Rozières, le directeur de Château de Lastours, un domaine de 100 hectares en Corbières. Seul bémol, les incroyables embouteillages pour accéder au salon. Bordeaux a aussi un autre avantage, sa capacité d'hébergement, alors qu'« à Düsseldorf, c'est compliqué



En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/industrie-servi … y4KBCRz.99  .jean  luc  ;)

PS: les allemands savent organiser les foires ,et savent vendre aussi ,ils font du commerce ,pas du bla,bla,bla

voici la carte du vignoble  Allemand http://www.vinallemand.be/tourisme-et-e … urtemberg/ .
derniérement j'ai  gouter une série de vin J#ai opter pour 2 weins un ortwein verrenberger lemberger troken 2015 á 17€   https://verrenberg.de/wp-content/upload … wein-1.pdf            ,et un merlot hades 2015 á 35€ non présent  dans lesite https://verrenberg.de/#weine . tous deux ont entre 87-91 point de notation dans les différents guide ,mais moi je goute avant ,et j'achête le guide aprés pour voir ,si j'ai eu raison  :D .jean  luc  ;)

Millésime 2017 dans les 13 régions viticoles allemandes
06/12/2017

Vendanges précoces, volumes réduits, mais qualité au rendez-vous.

Les vendanges 2017 en Allemagne ont permis de produire des vins de bonne à très bonne qualité, mais majoritairement dans des volumes limités.

Les vendanges 2017 en Allemagne ont permis de produire des vins de bonne à très bonne qualité, mais majoritairement dans des volumes limités. Les gelées anormalement fortes et généralisées du mois d'avril expliquent en grande partie les pertes de récoltes relativement importantes dans de nombreuses propriétés viticoles. Ainsi, il est prévu que la récolte totale pour l'année dans tout le pays, représentant 7,5 millions d'hectolitres, soit inférieure de 18 pour cent par rapport à l'année dernière, mais aussi à la moyenne de 9 millions d'hectolitres sur les dix dernières années.

Dans la plupart des régions viticoles allemandes, les vendanges ont eu lieu très tôt dans l'année. Seuls quelques domaines ont laissé des raisins dans les vignes en vue d'une éventuelle production de vins de glace. Dans l'ensemble, les quantités récoltées sont très satisfaisantes, ce qui donne un millésime 2017 de vins d'une grande finesse généralement légers et fruités, parfaitement adaptés à la tendance actuelle des goûts des consommateurs.

L'aperçu suivant montre le développement de la récolte dans les 13 régions viticoles d'Allemagne.

Ahr (563 ha)

Les vendanges sélectives furent à l'ordre du jour dans l'Ahr, après que les gelées de printemps du mois d'avril avaient déjà réduit les récoltes, suivies par de fortes pluies pendant l'été. Dans le cas des cépages précoces tels que le Frühburgunder (Pinot Précoce), les vendanges avaient déjà commencé dès les mois d'août en certains endroits. La seconde moitié du mois de septembre a donné des conditions idéales pour les vendanges, ce qui a permis d'obtenir de bonnes qualités du cépage dominant de la région, le Spätburgunder (Pinot Noir), ainsi que de Riesling. Avec des niveaux de récolte devant atteindre les 31 000 hectolitres, soit environ 21 pour cent de moins que la moyenne à long terme, les vins de l'Ahr présentent un haut niveau d'extraction et de corps plus que bienvenu qui ravira les palais des amateurs de vin grâce à leur bonne structure et à leur fruit typiquement fin.

Baden (Pays de Bade) (15 812 ha)

« Nous nous en sommes plutôt bien tirés », voilà comment les producteurs de Baden ont résumé le millésime 2017. En effet, le gel catastrophique de cette année en cette région fut le plus intense depuis 1953. Pourtant, un grand nombre de vignes sont parvenues à récupérer et à donner naissance à des pousses secondaires, pour ne produire au final que quelques raisins. Dès lors, déjà au début du mois d'octobre, après des vendanges rapides, il fut possible d'obtenir des rendements de 70 hectolitres par hectare. Seules les années 2010 et 2013 ont produit des niveaux aussi faibles. Les estimations des volumes de récolte de 1,05 million d'hectolitres sont 15 pour cent inférieures à la moyenne sur dix ans et 19 pour cent en retrait par rapport à l'année précédente. Toutefois, la plupart des quantités et des qualités furent des plus appréciables, surtout dans le cas des variétés à maturation tardive. À la fin du mois d'octobre, le climat ensoleillé a même donné lieu à des qualités de grains nobles occasionnelles, d'Auslese à Trockenbeerenauslese. Globalement, les vins de 2017 du Pays de Bade présentent une richesse d'arômes rafraîchissante, une complexité et une acidité harmonieuse.

Franken - Franconie (6 107 ha)

Même s'il est recommandé d'utiliser les superlatifs avec parcimonie, les viticulteurs de Franconie sont unanimes : 2017 fut la récolte la plus rapide et la plus précoce dans l'histoire de la région. La raison est incontestablement le climat capricieux dont l'année n'a certainement pas manqué. Avec une bonne dose d'efforts, il a été possible de minimiser les dommages causés par les gelées de printemps. Dès lors, malgré les dégâts dus à la grêle en été et aux fortes pluies, et grâce à la sélection de raisins correspondante d'avant la récolte, le volume d'environ 487 000 hectolitres devrait être légèrement supérieur à celui de l'année dernière. Les vins présentent pour la plupart une légèreté rafraîchissante et des notes fruitées vivifiantes, soit un joli contraste par rapport au millésime très concentré et corsé de 2015, ainsi qu'un complément au millésime 2016 très fruité. Ce millésime 2017 élancé et élégant de Franconie est donc particulièrement agréable !

Hessische Bergstrasse (461 ha)

Les viticulteurs de la Hessische Bergstrasse ont été confrontés à une année particulièrement turbulente. En effet, les récoltes ont été amoindries par les gelées destructrices, qui ont touché les producteurs à divers degrés. Des complications sont également survenues en raison d'un climat partiellement humide, qui a obligé les viticulteurs à réaliser une sélection manuelle rigoureuse en vue de préserver la qualité. Heureusement, le mois de septembre a apporté son lot de nuits fraîches, malgré une bonne dose de pluie au début, ce qui a ensuite permis d'accélérer une récolte qui avait déjà commencé très tôt. Tous les raisins se sont donc retrouvés dans le chai dès le 10 octobre. Au final, le total des récoltes, soit 25 000 hectolitres, est considérablement en deçà de la norme de 31 000 hectolitres, mais la qualité est correcte, notamment dans le cas de variétés à maturation tardive, comme le Riesling. Le Bergstrasse peut espérer un millésime 2017 aux cépages typiques et frais, mais surtout gracieux et élégants.

Mittelrhein (467 ha)

Les viticulteurs du Mittelrhein ont été pour la plupart épargnés par les importantes pertes de récoltes dues aux gelées du mois d'avril, en raison de baisses des températures relativement modérées avoisinant les deux degrés Celsius enregistrées sur les vignobles escarpés. Cela dit, l'année a présenté d'autres défis importants aux viticulteurs, qui se sont manifestés par des pluies abondantes en été et un temps humide et instable, à seulement quelques exceptions près. Il a donc fallu procéder à une rigoureuse sélection en vue d'écarter les grains de raisin pourris des sains, ce qui a permis de récompenser ceux qui ont travaillé scrupuleusement avec de bonnes qualités. Ainsi, la récolte qui avait débuté en septembre s'est majoritairement terminée au début du mois d'octobre. Les raisins doux nobles ont également été vendangés jusqu'au Trockenbeerenauslese. Le rendement total d'environ 33 000 hectolitres est donc à peu près identique au volume de l'année dernière. Les vins s'avèrent aromatiques et équilibrés à concentrés, avec une superbe interaction de douceur et d'acidité.

Moselle (8 796 ha)

La récolte en Moselle pour cette année fut la plus précoce de l'histoire et la plus réduite en termes de volume depuis un demi-siècle. Cela s'explique bien entendu par les gelées du mois d'avril, qui ont touché près d'un tiers des vignobles de la région. Même les parcelles escarpées ont souffert, ce qui est rarement le cas, étant donné que l'air frais descend généralement le long des pentes. Avec 600 000 hectolitres, le volume des récoltes est considérablement plus bas que la moyenne à long terme de 800 000 hectolitres. L'été a quant à lui apporté un temps chaud et sec, ainsi que de fortes pluies et des averses de grêle isolées. Les vendanges commencèrent à la mi-septembre, devançant ainsi de dix jours les récoltes les plus précoces enregistrées en 2011. Les raisins de Riesling qui furent récoltés plus tard ont pu profiter des conditions climatiques favorables lors de la seconde moitié du mois de septembre. Cela a permis d'obtenir un moût bien dense, avec 200 degrés Oechsle pour les raisins doux nobles, mais aussi des niveaux d'acidité des fruits équilibrés. Les vins de Moselle millésime 2017 seront élancés, légers et minéraux, avec une large gamme de qualités jusqu'au Trockenbeerenauslese, surtout dans la Sarre et la Moyenne Moselle.

Nahe (4 205 ha)

La nuit glaciale du 20 avril a considérablement endommagé les vignes de la Nahe, ainsi que dans une partie des vignobles supérieurs et escarpés de la région. Même les viticulteurs les plus chevronnés ont du mal à se rappeler de quelque chose de comparable. Les rendements furent de 30 à 80 pour cent inférieurs aux résultats habituels. Ceux qui ont allumé des bougies sur des parcelles vulnérables et qui sont parvenus à sauver une majorité des raisins ont été bien avisés. Pour empirer les choses, des tempêtes de grêle ont eu lieu au cours de l'année, ce qui explique des prévisions de moins 18 pour cent par rapport à la moyenne à long terme. Toutefois, le climat principalement favorable en été et au moment des vendanges a eu une influence positive sur les raisins restants, qui ont présenté un poids de moût satisfaisant. C'est avec un dévouement sans pareil que les viticulteurs ont entretenu chaque grain sain et ces efforts ont porté leurs fruits : les vins de Nahe du millésime 2017 s'avèrent fidèles à la variété, corsés et parfaitement bien équilibrés.

Pfalz (23 590 ha)

La deuxième région viticole du pays par sa superficie va également produire de bons vins en 2017, mais en moindres quantités. En raison des dommages dus au froid d'avril, les viticulteurs du Pfalz ont récolté 1,8 million d'hectolitres de raisin, soit environ 19 pour cent de moins que la moyenne. Cependant, après un mois de juillet humide, les dieux de la météo ont fait preuve d'un peu plus de bienveillance en août et en septembre. Ainsi, au moment des vendanges au début du mois d'août, des jours chauds et des nuits fraîches furent au rendez-vous, l'idéal pour un profil aromatique de qualité. Le mois de septembre se fit ensuite plus frais vers la fin de la récolte et la pluie ne fut jamais excessive. Dès lors, les raisins purent accumuler une grande quantité de sucre et présenter de bons niveaux d'acidité. Le millésime 2017 du Pfalz promet des vins expressifs et non dénués de caractère, avec une délicate alternance d'arômes, surtout dans le cas de variétés aromatiques telles que le Sauvignon blanc et le Muscat. Les jeunes vins s'avèrent déjà stimulants et séduisants.

Rheingau (3 168 ha)

L'année 2017 a à nouveau démontré que les défis climatiques pour les viticulteurs du Rheingau ne s'atténuent pas. En effet, les volumes estimés à 180 000 hectolitres sont environ 18 pour cent inférieurs à ceux de l'année précédente. Les gelées d'avril sont les coupables toutes désignées, ainsi que les importants dégâts dus aux chutes de grêle au mois d'août au centre de la région. Toutefois, la nature a été en mesure de compenser une bonne partie de ces soucis grâce à un climat favorable au moment de la floraison et de la récolte. Au début du mois d'août, la croissance des vignes était en avance de dix jours par rapport à la moyenne à long terme. Une rigoureuse sélection des raisins fut nécessaire après les fortes pluies lors de la période de maturation, ce qui a permis d'obtenir au final une qualité de raisin et un très bon poids de moût pour les variétés à maturation tardive, comme le Riesling et le Spätburgunder. « Nos viticulteurs espèrent un bon millésime », a déclaré Peter Seyffardt, président de l'association des viticulteurs du Rheingau. L'actuel millésime se caractérise surtout par des vins aromatiques bien structurés et dotés d'une acidité harmonieuse.

Rheinhessen (26 628 ha)

Le volume total des récoltes de deux millions d'hectolitres de la plus grande région viticole d'Allemagne est considérablement inférieur à celui de l'année dernière et à la moyenne à long terme, soit environ 20 % plus bas. Cela s'explique par les gelées du mois d'avril associées aux tempêtes de grêle, surtout dans l'arrondissement d'Alzey-Worms plus tard au cours de la saison. En outre, à d'autres égards, l'année 2017 a réservé une ou deux complications supplémentaires aux viticulteurs de la Rheinhessen. « De véritables montagnes russes », telle est la description de l'évolution de l'année qui a nécessité des nerfs à toute épreuve. Les dieux de la météo se sont montrés plus cléments au cours des vendanges très précoces qui ont suivi de près une période de fortes pluies. La douceur du climat et les nuits fraîches ont permis à un grand nombre de raisins d'atteindre un bon niveau de maturité et de se gorger d'arômes. Ainsi, les vins jeunes de la Rheinhessen sont très fruités, bien équilibrés et présentent une acidité rafraîchissante. Les variétés à maturité tardive, telles que le Riesling, ont particulièrement bien profité de ce millésime 2017 compliqué.

Saale-Unstrut (765 ha)

Les viticulteurs de la Saale-Unstrut ont connu une année satisfaisante. Aucun problème climatique majeur n'est venu perturber les parcelles abritées, souvent terrassées, bordant les fleuves, et l'est de l'Allemagne a été largement épargné par les dégâts du gel en avril. L'alternance de soleil, de pluie et de chaleur estivale fut idéale pour les raisins et a permis une forte croissance dans les canopées. Après une période de maturation anormalement longue, les vendanges ont démarré au début du mois de septembre. Les vins secs sont délicats, fruités et gracieux, parfaitement caractéristiques de la Saale-Unstrut. Toutefois, la récolte a permis d'obtenir des raisins de Spätlese (vendanges tardives) corsés jusqu'à la mi-octobre, lorsque les vendanges ont pris fin. Les volumes estimés à 58 000 hectolitres sont légèrement supérieurs à ceux de 54 000 hectolitres récoltés l'année dernière, soit une hausse d'environ 7 pour cent.

Saxe (11 306 ha)

Les importants dégâts dus au gel ont également épargné la région située à l'extrême nord-est de l'Allemagne. Tant la quantité que la qualité furent au rendez-vous. Dans ce climat souvent doux, les raisins ont eu une plus longue période de maturation. Les vendanges se sont prolongées jusqu'à la seconde moitié du mois d'octobre, ce qui a permis, par exemple, aux grains de Riesling d'atteindre un poids de moût de 90 degrés Oechsle. L'agréable résultat obtenu se traduit par des vins fruités et juteux avec de bons niveaux d'extraction. Le volume récolté d'environ 27 000 hectolitres devrait être légèrement inférieur à celui de l'an dernier, mais considérablement supérieur à la moyenne à long terme de 21 000 hectolitres. 2017 fut une bonne année pour le vin de Saxe, avec une longue saison de vendanges qui a récompensé les efforts des viticulteurs. Hormis un travail assidu dans les vignes et une sélection méticuleuse, la principale vertu est restée la patience, qui a donné le temps nécessaire à la maturation optimale des raisins.

Württemberg (11 306 ha)

Le Wurtemberg a présenté un bilan mitigé à la fin de la récolte 2017. En effet, l'année a donné lieu à de nombreuses difficultés, comme les importantes gelées d'avril qui ont entraîné de considérables pertes de récoltes. Dans certains cas, une baisse de 25 à 30 pour cent, dans les régions de la vallée de la Tauber ou d'Hohenlohe, voire de 50 à 60 pour cent, a dû être absorbée. Les estimations des volumes de 850 000 hectolitres pour la région sont 20 pour cent inférieures à la moyenne à long terme et 26 pour cent en retrait par rapport à l'année précédente. Ainsi, la météo défavorable au moment des vendanges a nécessité des récoltes rapides et précoces en de nombreux endroits, qui se sont majoritairement terminées après une brève, et inhabituelle, période de seulement trois semaines. Cela s'est expliqué par le fait que les variétés à maturation tardive devaient être vendangées directement après celles à maturation précoce. Les viticulteurs du Wurtemberg sont satisfaits des qualités récoltées, surtout des variétés à maturation tardive qui ont donné des raisins sains présentant un bon poids de moût. Dès lors, on peut s'attendre à un millésime composé de vins fruités et équilibrés présentant des arômes fidèles aux cépages.

http://www.vinallemand.be/actualites/de … llemandes/  .jean  luc  ;)

Noel approche ,J'ai profiter de gouter quelques vins allemands,notablement des rouges , le prince de hohenlohe zu Öhringen a organiser un dimanche de dégustations . Contrairement á l'année derniére je n'ais pas acheter des grand crus  ou des premiers crus ,lá simplement  12 bouteilles de vins simples (guste wein vdp),et 12 bouteilles   "appelation village" (ortwein) ,mais tous bio .
guste wein  6 Saigné rosé troken 2017 a boire jusqu'en 2020 ,il s'agit d'un assanblage lemberger-spätburgunder , vin á boire avec des amis  en pleine été,a l'ombre température    6-8°
6 Blauer Trollinger vin simple , mais gouailliant ,légert ,servir 15-18°, exellent avec la cuisine souabe á boire   jusqu'en 2022 . ces deux vins vous reserverons de bonnes surprise .
2 "appellation village"ort wein . Verrenberg Blaufrankisch trocken 2015 vin de caractére,fort, rouge sombre  s#accomode bien avec le gibier ,de moyenne garde 10 ans , soit 2025 ,servir 18°
Untersteinbach Blauer Portugieser trosken 2016 moyenne garde bis 2025  couleur rouge cerise , ave c lui les goulach , gibier , raclette au jambon, raclette au Cheddard -janbom serons á la fête . tous ses vins peuvent etre commander par internet et livré á la maison https://www.verrenberg.de/shop.htm . jean  luc  ;)

Nouvelle discussion