L'envers de la carte postale suisse

Bonjour à toutes et à tous,

lorsque l'on se rend dans un pays pour du tourisme, on est souvent charmé par tout ce que l'on découvre.

Une expatriation est bien différente. Car si vivre à l'étranger est toujours une expérience très enrichissante, le parcours de tout expatrié comporte son lot de difficultés.

Aussi, quand on me demande des conseils sur la vie à l'étranger, je dis souvent qu'il faut savoir regarder la carte postale des deux côtés.

Vous qui êtes expatrié en Suisse, comment décririez-vous les deux côtés de votre carte postale suisse?

Merci d'avance pour votre participation,

Julien

Bonjour Julien,

Je trouve ton sujet super intéressant..

Comme beaucoup de monde je me suis décidé à quitter la France parce que je n'y trouvais pas d'emploi stable.
Deux ans après avoir obtenu mon master j’enchaînais les contrats précaires de type cdd, interim, et autres cdic.

J'avais déjà connu une expérience d'expat de deux ans en Pologne, qui s'était tres bien passé. (j'ai adoré, mais malheureusement je n'y ai pas trouvé le cdi que je cherchais).

A partir de là j'ai décidé de postuler en Suisse, l'Eldorado pour moi à l'époque.
Je n'ai pas eu beaucoup de mal à obtenir des entretiens, j'ai commencé par une mission temporaire de 4 mois dans une boite du secteur pharmaceutique (En 4 mois j'ai gagné l'équivalent de mon dernier salaire annuel en France)
Puis très rapidement, une boite du secteur horloger m'a proposé un CDI (ca tombait pile pour la fin de mon contrat).

Entre temps, m'a copine m'a rejoint et a décidé terminer ses études à Neuchâtel.


Voilà ce que j'ai trouvé au dos de ma carte postale

Trouver un appartement à Neuchâtel

Quand tu arrives à Neuchâtel et que tu as un permis B (et ta copine, un permis L) c'est tres compliqué de trouver un appart.
Les seuls qui ne voient pas d'objection à te louer quelque chose sont généralement les vendeurs de sommeil.
Comme il nous fallait un toit très vite je n'ai pas eu d'autres choix que de louer un 50m2 quasi insalubre pour la modique somme de 1650 fr.
J'ai croisé plus tard l'ancien locataire. Il s'agissait d'un Vietnamien qui payait 600 balles de moins et qui avait fait une partie des travaux au black pour la proprio. En échange de quoi ils avaient convenus de loyers gratuits pendant une période. Finalement, elle l'aurait chassé avant que les travaux soient finis.
Il s'avait que j'allais tôt ou tard me faire arnaquer (il a vu juste) et m'a conseillé d'aller à l'ASLOCA (une association de défense des locataires, que je vous recommande également).
J'ai appris par la suite que la proprio était une habituée des tribunaux et que son fond de commerce c'était les étrangers, les demandeurs d'asile, et les illégaux. (ceux qui vivent à Neuchâtel doivent probablement savoir de qui je parle).

J'ai trouvé par la suite un appart de 80m2 pour un loyer de 1100 francs grâce à un piston (Je ne connais pas un étranger qui a trouvé son appart sans le piston de son entreprise ou d'une connaissance)



Jamais sans mon assurance juridique.

Un autre truc qu'il faut savoir quand on veut vivre en Suisse, c'est qu'on ne peut rien régler par sois même ou à l'amiable. Surtout quand vous avez un litige avec une de vos assurances.

Même si vous irréprochables dans vos paiements, il se peut qu'un jour vous receviez des lettres de relance de la part de votre assurance , de votre opérateur téléphonique ou autres (accompagnée tres souvent de penalités exorbitantes).
Pour eux la règle est claire : tu payes d'abord, ensuite tu nous apportes la preuve que tu es en règle, puis on te rembourse dans un mois ou deux.
La première fois je me suis fais volé un peu plus de 500 francs par ma lamal "Assura" ==> je devais apporter la preuve que j'étais couvert par la sécurité sociale les 3 premiers mois de mon arrivée en Suisse (en gros les 12 travaux d'Asterix). Du coup j ai eu le droit à une affiliation d'office à la date de mon arrivée.

Depuis que j'ai une assurance juridique on a tenté de m'arnaquer au moins 5 ou 6 fois (en 2ans), en vain.
"Désolé Monsieur, l'erreur vient de notre service compta"



Neuchâtel, et ses services

Neuchâtel est le canton de Suisse où les impôts sont les plus élevés. Celà ne signifie pas pour autant "service de qualité".
- Une seule maternité pour tout le canton (si tu habites La chaux de Fonds et que ta femme accouche en hivers bon courage)
- Les transports en commun sont excessivement cher et de mauvaise qualité. ==> Le funiculaire est trop souvent en panne.
- Tu dois changer ton permis de conduire (obligatoire au bout d'un an, sinon il est annulé), et là tu dois te rendre au SCAN à Boudevillier... un régal quand tu n'es pas motorisé!
- La gestion des déchets, du grand n'importe quoi : Taxe au sac + taxe annuelle. Bouteilles d'eau et de lait à amener sois même à la coop (dans une poubelle minuscule).
Et attention, faites pas les cons sinon : http://www.lematin.ch/suisse/sacpoubell … y/18788278
A oui et j'oubliais : Il n'y a aucun ramassage pour la déchetterie (si vous n'avez pas de voiture démerdez vous).

Pour ce qui est des loisirs, c'est un peu pareil : ça pue la mesquinerie à tout les étages:
Ils ont un carnaval chaque année (qui vaut ce qu'il vaut...), pour avoir le privilège de regarder passer leur cortège, il faut débourser la somme de 15 francs!!. Et attention pas de resquilleurs, securitas veille au grain, en plus ils installent des palissades tout au long de la rue du 1er Mars.
Ridicule, quand on sait que les carnavals de Rio, Nice, Dunkerque ou Binche sont gratuits !!!

Le cinema à Neuchâtel, c'est aussi tres tres bon: Pas de réduction étudiant, très peu de films, et surtout, j'ai aussi découvert un truc qui ne se fait plus en France depuis les années 60 : Les Entractes.
Les mecs te coupent le film (souvent à un moment critique) pour 10 minutes, histoire de refourguer leur popcorn et autres conneries...


Une population aimable et chaleureuse...

Dans les petites villes aux alentours comme Boudry, Gorgier St Aubin et également dans le haut du canton, Les gens sont plutôt agréables.
Alors qu'à Neuchâtel les gens sont froids et pas toujours sympathiques.
Pour la plupart d'entre eux si vous étés français, vous venez du 1/3 monde, et tout ce qui vient de France (vin et fromage compris) c'est de la mauvaise qualité. (gros gros complexe...)

Les gens par ici sont réticents au changement, ils votent Non au peu d'initiatives qui pourraientt permettre de dynamiser le canton :  transrun, l'ouverture des magasins après 17h et le dimanche, et j'en passe.

Tant qu'il y a la fête des vendanges et du filet de perche au menu, y a pas lieu de changer quoi que ce soit!

J'ai encore un tas d'exemple comme ça, mais c'est assez pour aujourd'hui.

Avec ma copine on a prit la saine décision de partir, tant pis pour le salaire, et tant pis pour les bonnes choses qu'il peut y avoir en Suisse (car oui il y en a, on ne peut pas cracher pas sur tout).
On est allé rendre nos permis hier au bureau du Contrôle des habitants (c'était assez jouissif).

Plus qu'une semaine à tenir avant le déménagement!!!

Bonjour, je suis vraiment désolé d'entendre que votre séjour en Suisse mais j'avoue être un peu étonné de votre expérience.

Je suis en Suisse depuis 7 ans et jamais je n'ai connu les mêmes problèmes que vous. Au contraire, l'administration et les assurances suisses m'ont facilité la vie par rapport à tout ce que j'avais pu connaître en France.

Concernent l'attestation des 3 mois et l'affiliation d'office, je ne comprend pas vraiment ce qu'il vous est arrivé. J'ai eu à faire la même chose, j'ai envoyé une copie de ma police d'assurance datée et c'était règlé.

Concernant les factures, si vous avez déjà payez vous n'avez pas a payer les rappels, c'est même écris dessus. Le justificatif de la poste ou de la banque fait fois sans aucun problème.

Il est par contre extrêmement difficile de se loger.

Bref, je pense que vous n'avez pas eu de chance, j'en suis vraiment désolé pour vous. Peut être que la Suisse ne vous convenait simplement pas.

Salut à tous,

je n'ai pas la même expérience que vous en Suisse, vu que je ne suis installé que depuis 9 mois, et je n'ai pas eu non plus à effectuer la recherche d'appart' (mon amie est arrivée 6 mois avant moi). Nous connaissons pas mal d'autres expat' sur Neuchâtel qui ont cherché à se loger dans les 6 derniers mois, et même si c'est compliqué et cher, ils ont tous trouvé dans les délais impartis (y compris pour la reprise de leur ancien appart').

Pour ma part, je suis très content de mon expatriation. Je trouve que j'ai énormément gagné en qualité de vie. Non pas en terme de salaire, mais aussi et surtout en confort de vie : la vue sur le lac, la gentillesse des gens, les sports de plein air (le lac à 10min, les stations de ski à moins de 25 min). La ville de Neuch' n'est sûrement pas la plus dynamique de Suisse, un peu beaucoup endormie parfois. Pour autant on n'a quasiment jamais un week-end de libre sans activité à faire ou personnes à rencontrer (suisses ou expat). Pour nuancer un peu mon propos, il faut dire que je travaille à Vevey, dans le canton d'à coté, et que je ne vis donc pas qu'en vase clos avec les Neuchâtelois. A part un con dans une agence d'emploi, je suis en très bon termes avec toutes mes relations tant en Suisse Romande qu'au-delà de la rösti graben, et je n'ai jamais ressenti de discrimination.

Contrairement à ce qu'on peut dire aussi, je tiens quelque part à féliciter la Suisse (romande en tout cas) pour son intégration. Je suis choqué par les propos (limite haineux) de certains de nos ministres du gouvernement actuel qui peuvent faire l'amalgame avec le FN ? De quel droit peuvent-ils ainsi critiquer un pays (et mettre accessoirement tout un pays dans le même sac), sans même connaître la situation en Suisse ?? Avec 25% d'immigration (contre 11% en France) dans certains cantons et 4 langues nationales, est-ce comparable ? En France l'intégration des populations issues de l'immigration est plutôt un échec, ici ce serait plutôt une réussite, malgré les problèmes qui peuvent parfois en ressortir. J'ai apprécié ici d'être invité à l'apéro d'accueil de la ville de Neuch' (avec discours officiel en plus de 10 langues), d'avoir une présentation des institutions et associations du cantons, et même d'avoir une visite guidée de la ville (même si notre guide n'était malheureusement pas top) ! Fait-on tout ça en France? je n'en suis pas sûr.

Certaines fois, c'est sûr, le système Suisse peut paraître assez rigide. Pour autant, je trouve qu'il est souvent assez juste. Par exemple, si nous produisons des déchets, il est donc normal finalement de payer au prorata de ce que nous jetons. Et au final que la taxe soit au sac ou directement prélevée sur nos impôts, nous payerons toujours plus ou moins la même chose. Simplement cette mesure permet de faire attention au recyclage, dans la logique du "consommateur - payeur". Personnellement je monte en voiture à la déchetterie une fois par mois au minimum et ça ne me dérange pas beaucoup, mais les containers dans les rues sont disséminés aussi un peu partout pour ceux qui n'ont pas de voiture.

Et puis finalement quand on vient dans un pays qui n'est pas le nôtre, il est normal de respecter les règles du pays qui nous accueille.

Les transports sont aussi très chers. Mais aussi proportionnels au coût de la vie ici. Et le système d'abonnement général est finalement super. Mon aller retour quotidien Neuchâtel-Vevey ne me revient finalement qu'à 16CHF par jour contre 64CHF par jour avec un billet A/R classique de 2nde classe. Pas mal tout de même!

Voilà mon point de vue, et je n'ai apparement rencontré presque que des gens ouvers. Désolé les gars si vous n'avez pas tous eu la même expérience.

En tout cas, si il y a des Neuchâtelois qui veulent se retrouver un soir autour d'un verre, ce serait avec plaisir !

Bis bald,

Manu

Bonjour Manu,

Pourriez vous me donner votre définition de la "qualité de vie". (C'est l'argument qui revient le plus dans les débats "j'aime ou j'aime pas Neuch" et apparemment personne n'a la même définition)
Personnellement, je vie beaucoup moins bien ici que lors de ma dernière expatriation en Pologne, où chez moi en France même si j'avais une situation financière beaucoup moins satisfaisante.

"les containers dans les rues sont disséminés aussi un peu partout pour ceux qui n'ont pas de voiture"
Pourriez m'indiquer où ils se trouvent? Les seuls containers que j'ai vu sont pour les sac taxés, les bennes Papier/carton/verre et les trous minuscules pour les bouteilles en PET à la coop. Ca se passe comment pour le metal, le plastique ce qu'on appelle chez nous "les encombrants"? (vous avez une voiture, tant mieux pour vous. et les autres?
"Et au final que la taxe soit au sac ou directement prélevée sur nos impôts, nous payerons toujours plus ou moins la même chose"
Pas vraiment, elle est à la fois prélevé sur nos impôts mais en plus dans la taxe au sac... (vous verrez apres 1an).
Donc au final le fait de trier ses déchets, de se déplacer aux 4 coins de la ville pour chaque catégorie de déchets, de payer un impôt pour les déchets ne suffit pas, il fallait ajouter une taxe au sac... (je vous invite à vous renseigner sur la gestion des déchets à la chaux de fonds => ils ont la taxe au sac et tout le toutim, mais n'ont pas assez de déchets...du coup ils font quoi? A neuch, difficile de trouver des infos)

"Et puis finalement quand on vient dans un pays qui n'est pas le nôtre, il est normal de respecter les règles du pays qui nous accueille."
Je suis entièrement d'accord avec vous, et ce que je fais tout naturellement.
J'aurai pu être frontalier, mais j'ai décidé de jouer le jeu et de vivre dans le pays qui me fait travailler, je consomme Suisse ,même si des fois, c'est pas évident vu que la plupart du temps le rapport qualité prix est loin d'être fantastique (pour ne pas dire scandaleux) et que les produits étrangers qui sont de meilleure qualité (vin, biere par exemple) sont exagérément taxés.
Dieu merci, je n'en suis pas encore réduis à boire du chasselas ou de la cardinal à l'apéro.


Je ne cautionne pas les propos de certains politiques français envers la Suisse. Des gens comme mélanchon ont porté préjudice à la Confédération mais surtout aux français de Suisse (en proposant un impôt sur la nationalité et d'autres foutaises du genre). Je suis également choqué des illustrations de la presse française qui associe la Suisse à l’évasion fiscale et aux magouilles. Ce n'est pas notre gouvernement bancal et notre semblant de démocratie qui peut se permettre de critiquer une machine performante.
Apres, ce n'est pas parce que je suis français que je ne peux pas me permettre de critiquer le pays dans lequel je vie, je consomme et je paie des impôts. Surtout si la critique est fondée.

Vous et vos amis n'avez pas eu de mal à se loger?
Certaines entreprises aident leur collaborateurs à se loger, d'autres non. Certains ont des pistons et des connaissances, d'autres n'ont personne.

Concernant les transports, je parle des transports à Neuchâtel et particulièrement des funiculaires qui sont toujours en panne et très cher pour ce que c'est.  s'Ils avaient fait une série d'escaliers roulant pour aller jusque le gare ça aurait été bien mieux (mais faut croire qu'il y avait là du business à faire)
Pour ce que est de l’abonnement Général, c'est 3550 fr/an c'est très bien, mais pas rentable pour tout le monde.

Enfin, concernant l'accueil des gens, je ne parle que de Neuchâtel vu que j'y habite (je ne fais pas de généralités avec d'autres coins en Suisse comme Lausanne ou le haut du canton où là je sais pertinemment que c'est plus accueillant Je persiste, je ne suis que très rarement tombé sur des gens sympas et ouverts sur Neuchâtel, et là plupart du temps ils s'agissait d'étrangers ou d'expats).

Dans tout les cas, je vous souhaite de vous épanouir à Neuchâtel et de ne pas rencontrer les aspects négatifs de ma carte postale.

Moi, je suis heureux de partir.

Bonjour,
Effectivement, je crois que c'est bien que vous rentriez en France.
Donnez-nous de vos nouvelles d'ici quelques temps...
Comme on dit ici "tout de bon"
Dominique

Les expériences sont différentes pour chacun et il est parfaitement normal que certains ne se retrouvent pas dans la mentalité Suisse.

Les Neuchâtelois ne sont certainement pas "froids" ni conservateurs. Si on parle des vieux dans l’Appenzell - peut être - mais sûrement pas à Neuchâtel. C'est un peu comme tout. Les gens ne s'ouvrent pas tous immédiatement et dès qu'on les connait un tout petit peu il n'y a aucun soucis; au contraire.
Je n'ai pas ressenti non plus de sentiment anti-Français. Jamais.
Par contre, je suis content de n'être ni noir ni arabe car je pense que là je commencerai à me sentir discriminé (ne serais-ce qu'à la douane) par certains. Enfin... peut être pas plus qu'en France, je ne sais pas.

Pour le logement, c'est vrai que c'est compliqué au début.
Pour le permis de séjour, ce n'est pas simple non plus. Il faut éventuellement se battre un peu pour faire valoir ses droits... mais tant qu'on est 100% reglo, qu'on paye toutes ses factures et qu'on est souriant il n'y a pas de soucis. Il faut juste avoir cette mentalité un peu "carré" pour se sentir bien, je pense.

Sur la qualité de vie; un salaire même moyen permet, d'après moi, de vivre mieux que dans n'importe quel autre pays d'Europe de l'Ouest. Même si je n'aime pas ce terme, un salaire moyen donne un bon "pouvoir d'achat".

Lorsque j'étais ingénieur je vivais dans 41 m² à Paris.
Aujourd'hui je vis dans 110m² avec balcon, parc, etc. c'est juste pas comparable.

Bonjour Dominique,

"je suis content de n'être ni noir ni arabe car je pense que là je commencerai à me sentir discriminé"

Je trouve les Suisses beaucoup moins racistes envers les noirs et les arabes qu'en France.
Je les trouve même beaucoup plus réglos : je n'ai pas eu de mal à trouver de travail, à passer des entretiens d'embauche ou à me rendre dans des soirées (pourtant je suis d'origine arabe).

Personnellement, je me sentirais discriminé si je venais plutôt d'Europe centrale comme ma copine qui est polonaise et qui n'a pas les mêmes droit qu'un étudiant français: par exemple les étudiants européens peuvent être dispensés de l'assurance obligatoire en suisse et peuvent choisir l'assurance de leur choix qui coûte généralement 3 à 5 fois moins cher, mais bon, pour pour la Suisse, la Pologne n'est pas dans l'UE (ceci n'est qu'un exemple)
Je ne parle pas des ressortissants des balkans qui eux payent systématiquement leur assurance auto plus chère (voir même peuvent être refusé sans motif)

Apres concernant le racisme anti-francais, il est présent mais pas méchant, mais ca va rarement plus loin qu'une vanne ou du mauvais sarcasme.
Par contre, le nier, c'est mentir ou vivre dans une bulle.


" mais tant qu'on est 100% reglo, qu'on paye toutes ses factures et qu'on est souriant il n'y a pas de soucis. Il faut juste avoir cette mentalité un peu "carré" pour se sentir bien, je pense.".

Ce n'est pas suffisant, je suis carré, je suis réglo et pourtant...
Pour être bien intégré en Suisse, il faut gagner suffisamment d'argent, et si possible avoir une vie sociale (pour la vie sociale c'est beaucoup plus compliqué).

"Sur la qualité de vie; un salaire même moyen permet, d'après moi, de vivre mieux que dans n'importe quel autre pays d'Europe de l'Ouest. Même si je n'aime pas ce terme, un salaire moyen donne un bon "pouvoir d'achat"."
J'ai vecu avec 1300€/mois en France, je m'en sortais mieux. (salaire pour deux)
J'ai vecu avec 3600 pln/mois (900€) en Pologne c'etait la Dolce vita. (salaire pour deux)
Je vie avec 4800 fr par mois en suisse, c'est franchement pas le Perou. (salaire pour deux)

Pour avoir un vrai jugement chiffré sur l'attraction de la ville (sans parler de nos propres expériences), il faudrait comparer les données Départs/arrivées en suisse et Départs/arrivées à Neuchâtel sur les 5 dernières années.
Malheureusement je n'arrive pas à me dégoter les chiffres.

Là dessus, je vous le redis: je suis content que pour vous ça marche ici, j’espère que ça continuera.
Je ne souhaite à personne de connaitre mon expérience.

Bonne continuation

Chacun voit midi à sa porte.
La qualité et le confort de vie dépend des attentes de chacun.
Si vous ne trouvez pas votre compte en Suisse, alors en effet, c'est peut être mieu de couper court à l'expérience et de chercher un autre endroit.

Je vous souhaite le meilleurs pour la Suisse !

On a tous une expérience différente mais dire "je suis content  de n être  ni noir ni arabe " moi je suis les deux et en toute franchise depuis 4 ans  que je vis en suisse j'ai plus ressenti d'hostilité de la par de français  expatriés que de vrai suisses . Et je pense que en France c'est plus difficile . C'est vrai que ici les gens ne viennent pas spontanément vers toi mais je pense que c'est culturel il faut du temps pour tout . Je trouve la vie ici très agréable même si j'ai besoin parfois d'aller voir ma famille en France , je pense qu'il faut se laisser le temps de comprendre et de s'intégrer , moi je ne suis pas déçu :-)

Bonsoir Bilal59,

Veuillez ne pas m' attribuer des propos que je n'ai pas tenu s'il vous plaît !
Lorsque je suis arrivée ici, j'avais la barrière de la langue en plus (le suisse-allemand). C'est vrais que les 18 premiers mois on été terrible.
Mais, je ne suis pas restée dans mon coin, j'ai crée un réseau d'amis et depuis,  j'aide régulièrement des familles qui s'installent dans la région. Je dois avouer aussi que parfois, je ne les comprends pas toujours et peut-être jamais. Que d'aller à la déchèterie m'embête au plus au point... Mais c'est ma vie !
Comme je dis, à mes enfants : "vous avez de la chance de vivre entre deux cultures, alors prenez le meilleures des deux".
ça ne marche pas toujours, mais souvent!
Bonne chance où que vous alliez
Dominique

Pour ma part, pas de problème de logement (je suis dans Fribourg).
Je suis arrivée en juin, après la fin de mon master pour rejoindre mon mari, un jeune diplôme qui n'avait pas trouvé son premier emploi en France.
La carte postale c'est la nature, le ski, les rando, les paysages...
Mais au fil des mois j'ai découvert l'envers du décor: le chômage. La Suisse vante son bas taux de chômage mais ce n'est valable que pour les "helvético-suisses" comme je les appelle. Le service de l'emploi (l'ORP), m'a clairement fait comprendre qu'il ne s'occuperait pas de moi parce que je n'étais pas une ayant droit, que je n'avais aucune chance car aucun réseau et que mes diplômes européens ne valaient rien ici. Après deux master, ça fait plutôt mal. Sans me démonter, j'ai envoyé une bonne quantité de candidatures, dans mon domaine mais aussi ne serait-ce que pour faire du secrétariat, et je n'ai même pas décrocher un entretien en 7 mois. Forcément, même si je me débrouille en allemand et assez bien en anglais, je ne suis pas bilingue, je n'ai pas de CFC et ne peut prétendre à faire reconnaitre mes masters car non professionnalisant. Naturellement, j'ai postulé dans toutes la romandie.

Voici mon expérience de "l'envers de la carte postale" et je conseille aux couples voulant s'expatrier de bien prendre en considération ce souci du travail du conjoint car d'après ce que j'ai vu sur internet, c'est un souci important pour les multinationales suisses qui font venir des étrangers et dont la femme ne s'intègre pas. Je souhaite malgré tout retourner du bon coté de la carte postale et voir la Suisse aussi favorablement qu'au début.

Pour te répondre Bilal, ce que j'appelle la qualité de vie, c'est le fait de rentrer chez toi le soir après une grosse journée de travail et de te sentir presque en vacances. Ici tu peux en arrivant à 19h30 le soir à la gare ou à n'importe quel autre moment :
- aller te faire un barbecue au bord du lac l'été, faire du vélo ou du roller;
- louer un bateau sans permis et faire un apero ou une fondue sur le lac; 
- ou sinon te faire une fondue à la pinte Pierre à Bot ou resto au bord de l'eau (bains des dames,  hauterive);
- et toute au long de l'année randos à pied, en vélo, à roller, en raquettes, en ski de fond (la forêt est juste à la sortie de la ville);
- pouvoir prendre des cours de voile;
- pouvoir aussi découvrir la pêche;
- pouvoir skier le weekend et même possible le mercredi soir en semaine.
C'est clair que tout ce que je cite sont essentiellement des activités d'extérieur et je comprends très bien que qqn de non sportif n'apprécie pas.
La ville a également des musées intéressants et quoiqu'il en soit toutes les autres villes ne sont pas bien loin.
Il y a aussi tous les festivals : Montreux Jazz, paleo, rock'oz'arenes, FestiNeuch' ça aussi c'est très sympa !

Tout ça coûte cher. La vie coûte cher en Suisse et tu payes beaucoup sur tout. L'ameublement a vidé mon compte en banque. Pour autant mon salaire suisse est presque le double de mon salaire français. Je vis en Suisse et accepte de consommer en Suisse. Et au final tout ce que tu achètes n'est pas le double des tarifs français.
Je ne suis pas plus riche ici, simplement je vis mieux (sans pour autant dépenser des fortunes en activités).

Et un point que j'aime ici aussi : la propreté ! A Paris ou Rouen, d'où je viens, les trottoirs étaient couverts de merde de chiens !! En France certains seulement respectent les règles alors que d'autres emmerdant le monde et en font un sport national.

Non, je ne regrette pas du tout mon arrivée ici et j'espère m'intégrer rapidement. Je reprends des cours d'allemand ce qui me permet aussi de connaître du monde, suisse ou non ;-)

j'apprécie la Suisse avec ses qualités et ses défauts

C'est sûr Amelie que l'emploi est une question difficile. J'ai aussi rejoins mon amie qui était déjà installée. Au final moins 3 mois de recherche et environ 200 candidatures spontanées ou non (tous les soirs sur jobup), j'ai eu plusieurs entretiens dont deux ont abouti sur des cdi pour des postes intéressants. Alors courage ! J'espère que la persévérance va payer !!
Ce qui n'est pas simple aussi c'est de bien tourner son CV à la "Suisse"

Amelie,

Je rejoins Manu sur le fait qu'il faut être tout les jours sur Job Up et avoir un CV fait à la Suisse (3 pages + photos) + dossier complet (certificats de travail + diplomes et tout ce que tu peux y ajouter => certificats etc)
Ici on a plus facilement sa chance qu'en France c'est clairement vrai. Mais il faut se bouger.
Vise plutôt les boites internationales, tu auras plus de chances de voir tes diplômes reconnus.
Pense à mettre ton CV en ligne sur linkedin et de te rendre spontanément dans les agences de placement.
Ça devrait payer.

Si tu habites en Suisse tu auras moins de problèmes à trouver du travail qu'un frontalier.
Là dessus les employeurs sont réglos.

Dominique,

Je ne connais pas la vie dans la partie alémanique, et en particulier à Winterthur, mais j'avoue que le peu de fois où je me suis rendu à Bern, Bienne, Zurich ou Basel, j'y ai trouvé des gens plutôt ouverts, sympas et aidant qui ont toujours fait l'effort de communiquer en francais ou en anglais même alors que mon niveau d'allemand est bidon (après j'y étais en mode touriste, je ne connais pas le vraie vie là bas, mais je te fais confiance).

A Neuchâtel je ne suis surement pas tombé sur les bonnes personnes...

bonsoir

très intéressant votre sujet .

Moi je suis futur expat dans les mois qui viennent et je pense qu'il ne faut pas voir tous blanc ou tous noir .
La suisse n 'est pas le paradis ou tous est beau , tous est rose , c'est un pays comme un autre avec des gens sympas et des moins bien .
je suis allé pour le travail et les gens étaient agréables, j'en garde une bonne expérience .

Après chacun a dans sa vie des aspirations ainsi que des critères et quand on idéalise trop un lieu on fini ,toujours par être déçu .Je pense que la Suisse fait partie de ses pays qui donne une image radieuse dans pas mal de tête mais il faut redescendre sur terre il y a aussi des problèmes .C'est la suisse  pas la France donc il ne faut surtout pas chercher des similitudes c'est pas la peine . Ils ne sont pas parfait .

En ce qui concerne le travail , j ai trouvé un poste dans un domaine qui recrute mais j'ai du m'adapter à la méthode de recrutement suisse , c'est juste différent .Il faut persévérer , on ne perd pas son temps si ils ne sont pas intéressé ils ne donnent pas de rendez vous .

les suisses ne sont pas plus racistes qu'ailleurs , je pense que mon recruteur n'a pas pu évité de voir que j'étais de couleur et pour autant il m'a embauché pour mes compétences .Durant mes séjours les gens ne sont pas partis en courant en me voyant .

je parle de mon expérience.
je souhait , quelque soit vos expériences une bonne continuation à toutes et tous

Salut Amélie,

Ne te décourages pas ! C'est sur qu'un master en histoire (il me semble avoir vu ça sur ta présentation) n'est pas forcément le chemin le plus simple.

Si tu as eu des bonnes notes, as-tu pensé à regarder les postes d'assistant dans les universités romandes, voir de doctorants (rémunérés le plus souvent) ?
C'est très spécifique et ça ne plait pas forcément, mais on ne sait pas toujours que c'est possible.

Bonjour,
moi je suis installée à Lausanne depuis 12 ans, en provenance de Paris, et je dois avouer que les choses ont progressivement changé au cours du temps. Mais je me reconnais dans certaines des explications ici présentes. Déjà, pour situer la choses, j'ai atteri en Suisse sans vraiment le vouloir, car le laboratoire où j'avais commencé ma thèse a déménagé et je devais suivre pour la finir. J'ai donc laissé à contre-coeur ma famille, mes amis et mon conjoint à Paname. J'ai souvent fait le trajet les WE au début (4h de train), mais c'était fatiguant et peu compatible avec mon emploi surchargé de thésarde :)
Les débuts ont été très difficiles, car les français étaient très très mal vus à cette époque là (maintenant, c'est plus dirigé vers les populations d'Europe centrale ou de l'est). Ma concierge fouillait mes poubelles pour vérifier que je recyclais correctement (alors que j'avais 2x plus de bacs de recyclage à disposition à Paris), mes voisins s'arrêtaient pour me regarder me garer parce que c'est bien connu, nous les français on rentre forcément à la touchette, et tous les dépôts d'argent à faire pour le téléphone, l'accès à l'étranger pour le portable, ... m'ont ruinés :) Sans compter les insultes exacerbées par les compétitions sportives de la part de certains de mes collègues (ces con+"*[at] de frouzes, ils ont encore gagné). Forcément j'avais le mal du pays. En plus, les gens sont froids et distants et le restent pour la plupart, même après autant d'années. J'en ai discuté avec des collègues/amis étrangers qui pensent absolument tous la même chose (très difficile de se faire des amis suisses, les amis étrangers c'est facile), et des collègues suisses (plusieurs m'ont dit la même chose: on a nos amis et notre famille, pas besoin d'agrandir le cercle). J'ai quand même fini après déménagement par avoir des voisins suisses très gentils et chaleureux, comme quoi tout n'est pas perdu!

Ce que j'y ai gagné:
- des conditions de travail largement meilleures
- un meilleur salaire (ce n'est pas difficile)
- une meilleure qualité de vie globale, même si les loyers sont élevés, je peux me payer des vacances que je n'aurais jamais pu envisager en restant en France
- une possibilité d'aller au ski en 45 minutes
- des barbecues au bord du lac ainsi que les ploufs réguliers l'été (grand plaisir du soir après le boulot quand il fait chaud)
- les bains thermaux à proximité
- une efficacité accrue de la part des administrations (par rapport à la France ce n'est pas difficile)
- la propreté, la politesse et une discipline (même si ça commence à se gâter).

Points négatifs:
- logement difficile à obtenir (passer la barrière des gérances quand tu es étranger n'est pas facile). Achat quasiment impossible, mais c'est pareil pour les suisses.
- beaucoup de produits comestibles ou non me manquent (merci internet et les colis des copains)
- offre culturelle variée mais quand même beaucoup moins importante qu'à Paris (j'ai été mal habituée :) )
- comme dit plus haut les rapports amicaux avec les gens très difficiles à établir
- il est vrai que le système de recyclage évoqué par d'autres laisse un peu à désirer. Je suis tout à fait d'accord avec le concept polleur-payeur, mais alors qu'on nous donne les moyens de recycler. 5 déchèteries pour tout Lausanne et si tu n'es pas motorisé, ben ce n'est pas possible. Quelques points mobiles de collecte mais avec des horaires pour gens à la maison. Et cette foutue taxe au sac qui te fait mal au ventre parce que tu jettes un sac quasi-vide vu que tu as fait de la viande ou du poisson. Ou alors tu le bourres avec des trucs recyclables, juste pour le jeter plein :)
- si vous êtes 2 à travailler avec des enfants c'est la galère: peu de crèches, peu de garderies post-école, pas de cantine, des horaires faits pour maman à la maison, et prix exhorbitant. Bref ...
- hivers loooooongs (je précise je ne suis pas une accro du froid et de la montagne).

Néanmoins je reste parce que mon (nouveau) conjoint travaille ici mais je pense qu'un jour, dès que nous aurons trouvé un projet motivant, nous irons ailleurs.
Bonne soirée
Stéph

Oui je confirme les gens regarde trop quand tu te gare!!! Mais bon faut s'habituer il sont ignorant , ya des cons partout meme en suisse, le racisme cessera jamais encore moin avec ce vote du 9 fevrier. Il y a surement de bon suisse mais c'est dur de leur faire confiance, il aime savoir plein de choses sur toi. Je n'ai pas encore rencontre de français malheuresement donc c la galere. Pour les appartement jai eu une mauvaise experience a peine arriver: depui la france jai chercher des appart en suisse (javais deja signer un contrat en suisse javais 1 mois avant de commencer). Jai donc trouver l'appartement parfait, j'appel( une dame super simpa) je previen que je suis francais je lui demande de visiter donc on convien une date un week, on est aller au rdv( 3h de route) a 5 minute darriver un sms de la proprio qui disai jai trouver quelqun ce nest plus a louer!!( sur le coup sa fait tres mal!) finalement jai trouver une annonce sur place et jai visiter le jour meme un autre appart ( a 19h en plus rare en suisse !! Mais cetai un espagnol alors normal ;) ) donc bien fini mais pour dire que au premier abord ils peuvent etre des ange et apres il la fond a l'envers!! Niveau nourriture persi jaime pas leur viande de boeuf( gout tres bizard, sa caut pas du bon bigard), la dinde ou autre sa passe malgre le prix elever de plein de choses heuresement que la france est pas loin, meme les suisse partent acheter ailleurs le mr prix devrait revoir tous sa ! Meme les medicament c'est le double quasiment sur certain produits. Voila mon experience mais sa fait que 5 mois jai encore plein de choses bonne ou mauvaise a decouvrir
Ceux qui sont vers bienne je conseille une ballade au lac il est top.
Bonne soiree

Bonjour, personnellement j'ai un peu les même impressions que la plus part des français.
Niveau nourriture je trouve ça cher même si la qualité est quand même présente. Je trouve que pour certain aliment c'est un peu se foutre de la gueule des gens...
Niveau transport le train est plus ou moins cher. Soit tu fais tel trajet et ça te coûte rien, soit tu fais un autre trajet pas forcément plus long mais le prix est juste scandaleux. Cependant le prix de l'essence est plus bas qu'en France ce qui fait beaucoup de bien au porte monnaie
Niveau relation, je pensais que ce pays serait plus accueillant. Ras le bol des "saleté de frouze" ou encore "ces frouze essaye de nous piquer notre job" ou bien "ces satané frouze ramène leur merde dans notre pays". Bon STOP depuis quand on juge les gens sur leur pays ? Ça suffit il y a des cons partout. Encore hier je me suis fait insulté par un Yougoslave Suisse parce que ça faisait un quarts d'heure qu'il discutait au milieu de la route et que j'ai osé faire un appel de phare... Personnellement je veux juste m'intégrer et trouver un travail. Et pour l'instant j'ai 0 relations et je passe mes soirées à me demander si je devrais pas me faire un ciné avec mon chien  :sosad:  en prime j'ai le teint légèrement mat (origine latine) donc j'ai le droit a une petite discussion avec la douane chaque fois.
Niveau boulot je désespère. Je ne compte plus le nombre de lettre envoyées chacune soldées par un refus. Certains me prennent même de haut ce qui est d'autant plus frustrant.

Cependant il y a de bon côtés. Beaucoup même. Et moi qui aime la photographie je me régale ici. Mais je regrette que ce pays et ces habitants soient radin sur une chose... Donner sa chance ! J'ai simplement besoin d'une chance et je la saisirai. Malheureusement les mois passent et l'espoirs diminue. Et sans travail ni relation sociale, c'est très difficile.

Tout début est difficile des changer de vie il faut du temps pour s'adapte en suisse tu cherche qu'elle quoi comme travaillée

Concernant les prix. J'imagine que la majorité d'entre vous ne sont pas venu pour les edelweiss et le chocolat mais pour les salaires.

Forcément, qui dit salaire et loyers élevés (y compris pour les vendeurs), dit aussi coût de la vie élevé.


"Ras le bol des "saleté de frouze" ou encore "ces frouze essaye de nous piquer notre job" ou bien "ces satané frouze ramène leur merde dans notre pays". Bon STOP depuis quand on juge les gens sur leur pays ?"

Ca va et ca vient ce genre de réactions, il ne faut pas trop le prendre au sérieux. L'augmentation de la criminalité venue de France ces dernières années n'a pas vraiment aidée surtout chez des gens qui n'ont jamais vécu en France et ne la voit que par le prisme de nos médias nationaux (TF1, France 2). Sans compter l'attitude du gouvernement français dans les négociations sur la fiscalité qui a cristalisée une certaine rencoeur chez certains (en gros, avant de venir nous parler, faites le ménage chez vous).

Ca passera avec le temps. La population française a beaucoup augmenté ces dernières années en Suisse, le nombre de frontaliers aussi. Il y a forcément un temps d'adaptation ou ça ne se passe pas forcément au mieux.

On a souvent l'impression que parcequ'ils parlent français en Suisse romande, il s'agit de la même culture. Ce n'est pas le cas, c'est déjà différent entre cantons. Il y a de vraies différences et forcément ça ne plait pas à tout le monde. Les gens peuvent paraitre froids au premier abord, mais ça va mieux quand on apprend à les connaitre.

J'ai eu du mal la première année aussi, et puis on trouve des contacts, on commence à mieux comprendre le pays etc... Il faut surtout éviter de rester entre expats à ruminer la différence culturelle et faire l'effort de l'intégration.

Hello,
J'aime beaucoup ton commentaire Victorfrance !
Rien n'est plus pénible pour un Suisse que d'entendre les Francais raler, aussi en Suisse, sur la Suisse et sur son cout de la vie et sa pénurie de logement, ses transports ou encore sa froideur.
Comme un francais dirait à un autre émigré ils disent la même chose, si t'es pas content retourne d'ou tu viens, t'es pas mécontent de prendre le double de salaire mais tu rale sur la carotte ou le vin 25 % plus chère et plus mauvais et tu vas l'acheter en France.
La Suisse c'est la Suisse et ce n'est pas parcqu'ils parlent Francais qu'ils veulent que ca ressemble à la France, en terme de culture ou d'atmosphère.
en faisant des généralités, ils sont peut être plus froids mais ralent beaucoups moins que les francais, sont moins agressifs et quémendeurs, la culture du compromis et de la collégialité est beaucoup plus importante, ils mettent bien souvent plus les formes qu'en France.
Et la fierté en prend forcément un coup quand ils se font donner des lecons pas forcéments toujours légitimes et de facon très critiques sur leurs vins, leur coûts, leur fonctionnement politique ou fiscal.
Jusqu'a preuve du contraire les étrangers critiquant sont venus de leur plein gré et le modèle n'a pas forcément à envier celui du voisin puisque ca tourne mieux ici dans la globalité.

Ce n'est pas temps à mon sens le Francais qui est traité de Frouze ou qui est mal aimé ici, pusique la plupart des Suisses vous diront qu'ils aiment bien les Francais en France, c'est plutot l'aspect critique et ingérents des francais venant en Suisse qui passe leur temps à critiquer, a marchander alors que ca ne se fait pas ici ou peu, a réclamer a comparer sans arret et à vouloir imposer sa vue.
C'est un autre pays...et un Francais en France qui observe la culture francaise ca passe mais un francais en Suisse qui n'a pas la culture Suisse et veut imposer ou faire comme en France ca ne marche pas.

Franchement pourquoi vous critique toujours la suisse on

Je suis entièrement d'accord avec vous et je peux vous assurer que j'essaye de m'intégrer dans la limite du possible. Mais cela devient difficile quand on est sans arrêt critiquer sur sa nationalité et que l'on cherche du travail.
Peut être que je n'ai pas de chance mais quand j'ai essayé de m'intégrer je me suis rapidement heurté a des moqueries ou remarques sur la France ou ma nationalité ("t'es française tu peux pas comprendre") ou j'ai été prise de haut et traiter avec dédain. Que faire ?
Honnêtement j'aime bien les paysages, la culture, et plein d'autre chose. Mais je commences à être a court d'idée...
Je n'aime pas non plus les français qui viennent râler sur tout ce qu'ils voient ici alors qu'il faut bien avouer que la France est pas le paradis non plus. Chaque pays a ces faiblesses.

bonsoir

je suis d'accord avec davidneuchatel.

Stessie ,moi je suis française mais des îles et j'ai eu les mêmes réactions envers moi , avec des préjugés , en arrivant en métropole alors que je suis de nationalité française .

et quand les métropolitains viennent sur mon île beaucoup ont des préjugés ( mais pas tous heureusement ) compare à la métropole .

Il faut être toi même , prendre ce que l'on te dit à la rigolade en montrant que tu es une personnes qui sait relativiser .

la suisse est différente on est pas en france , moi je garde une bonne expérience , comme partout il y a des gens moins bien et si une personne n'aime pas elle a le choix dans le monde il y a beaucoup de pays .

si un expat français critique, compare, râle le suisse ne peut pas se faire un avis différent de ce qu'il connait déja

"Rien n'est plus pénible pour un Suisse que d'entendre les Francais raler"

On peut tres bien critiquer sans raler. Malheureusement la critique n'est pas la bienvenue quand elle vient d'un etranger, meme s'il est economiquement integré.
De maniere generale, le neuchatelois n'accepte pas la critique, meme lorsqu'elle est constructive. (je precise le neuchatelois, car je ne me permet pas de generaliser).
J'ai souvent eu l'occasion de parler avec des Suisses, qui curieusement , concedaient qu'il est plus difficile de se faire des amis et de s'integrer en Suisse qu'ailleurs. (Ils n'etaient pas neuchatelois bizarement).

Ce n est pas parceque nos politiques racontent de la merde et ont des propos absurdes envers la Suisse, que tout les francais pensent comme ca, et doivent payer.

Rien n'est plus penible pour un non suisse qui vie, travaille, paie ses impots, et "est carre" de se s'entendre dire "ferme la, estime toi heureux d etre ici car c'est pire ailleurs"
Deja c est faux, je l'affirme pour avoir vecu ailleurs.
Quand on a une mentalite insulaire, on ne peut pas se rendre compte.

Je suis revenu en France, ca fait maintenant 2 semaines, je ne regrette rien, bien au contraire.
Les voisins sont deja venus sympathiser (mes anciens voisins a neuch ne me saluaient toujours pas apres plus de 2 ans).
Je n ai plus la desagreable sensation de me faire entuber dans les commerces et les grandes enseignes (plus incroyable encore, il arrive tres souvent que les commercants sympatisent et discutent avec vous).
Je ne parle pas de la diversite des produits qu on peut trouver (ici pas besoin de faire du protectionnisme pour a outrance, ou de raconter des legendes sur la soit disant non qualite des autres produit "la viande francaise, bla bla bla" pour vendre ses propres produits)


Alors certes, le tx de chomage est plus eleve, les rues sont moins propres, notre democratie n'en est pas vraiment une, et nos salaires sont moins eleves pour le moment.

Mais aucun regrets, content d'etre parti de cette triste ville.

Courage a ceux qui depriment durant leur expatriation.
Tant mieux pour ceux qui s'integrent

Je ne prend pas les remarques au sérieux Maliah. Mais malheureusement ça ne m'aide pas non plus. Les personnes ne me donnent pas ma chance, autant niveau professionnel que niveau social (bien que les deux soient un peu liés)
Pour certaines raisons je suis un peu obligée de m'intégrer ici bien que ça ne me dérange pas puisque le pays me plait. Cependant les jours passent, rien n'avance, la solitude est pesante et les seules personnes que je connais sont dans mon pays natale.
Demain est un autre jours comme on dit !

Salut Stessie, dans quoi cherches- tu un boulot ?

On a souvent l'image de la Suisse El dorado de l'emploi, mais suivant les régions et les secteurs ça peut être plus ou moins difficile.

C'est vrai que pour moi c'était El Dorado de l'emploi mais je m'aperçois que c'est pas le cas.
L'ideal serait un travail en zoo. Je suis soigneuse animalière en zoo et j'ai mon diplôme et de l'expérience même avec les reptiles et venimeux. Cependant je suis quelqu'un d'actif je veux travailler et je suis motivée peu importe le boulot.
J'ai déjà fais de l'usine en parfumerie de luxe en France et j'ai prouver mes compétences la bas puisqu'on m'avait même donner une chaîne d'échantillonnage a gérer toute seule. Donc peu importe. J'ai déjà fais du service dans les restaurant du zoo et J'ai déjà tenu une caisse aussi. Je veux simplement travailler et j'envoie des lettres dans tout ce que je trouve mais je me heurte a des refus a longueur de temps...
Tout ce que je peux vendre ce sont mes compétences, ma motivation et ma flexibilité

Tout d'abord, merci pour vos messages d'encouragement. Effectivement, je passe tous les jours sur les sites d'emploi généraliste et spécialisé et je cherche dans les musées et dans les universités, entre autre.

Papis001, le thème ici c'est "l'envers de la carte postale" pas "la carte postale". Il fallait bien se douter qu'il y aurait des remarques négatives. Vouloir s'intégrer et découvrir un pays ne veut pas dire amen à tous ses aspects. Ce n'est pas forcément se plaindre ou râler que de faire preuve d'esprit critique et d'avoir un avis sur les choses. Certes, la France est loin d'être parfaite, tout comme n'importe quel pays du monde. Je demande que ça de m'intégrer, mais j'estime avoir le droit dans mon for intérieur de désapprouver des différences culturelles que je ne comprends pas. Le but n'est pas de révolutionner la Suisse en imposant mes idées françaises. Par exemple, tout en respectant le fait que le système de dénonciation soit considéré en Suisse comme un devoir civique, et sans aller me venger parce que j'ai été dénoncée (garée sur le mauvais parking...), j'estime avoir le droit d'avoir profondément du mal avec ça pour plusieurs raisons. La première étant que les français sont élevés depuis le plus jeune âge dans l'anti-dénonciation (on se rappelle tous des contines de maternelle sur les rapporteurs), la deuxième venant de notre histoire, la troisième étant que je préfère le système de règlement à l'amiable...
Bref, dire les points négatifs et le vécu de chacun ne veut pas dire que l'on rejette la Suisse. Il y a malgré tout des points positifs. J'admire notamment son système formations professionnalisantes dès le lycée, ce que la France gagnerait à s'inspirer.

Salut Stessie, Salut Amélie,

Il faut bien se rendre compte que beaucoup de gens postulent en Suisse et que le marché Suisse du travail commence à avoir du mal à assimiler tout ce beau monde.
Comme je le disais, l'afflux d'étranger et notamment de français ces dernières années a généré un certain nombre de tensions. Il faut passer au dessus, parceque je vous promet que ça se passe globalement bien un fois qu'on s'est intégré dans le paysage. Après, il y a des gens à qui ça plait et d'autres à qui ça ne plait pas (Bilal par exemple), c'est la même chose pour tous les pays.

Mais vous n'êtes pas les seuls qui se sont senties perdues en arrivant.
Je suis arrivé en Suisse depuis Paris à 18 ans (Il y a 6 ans). Autant vous dire que j'ai pris en pleine tête les différences culturelles avec l'expérience de la vie en moins pour y mettre du recul. J'ai fais l'erreur au début de ne fréquenter que des étudiants étrangers. C'était plus facile car les villes Suisses étant ce qu'elle sont les Suisses se connaissent souvent depuis plus longtemps. C'était une erreur, et je n'ai vraiment commencé à me sentir intégrer que quand j'ai fais l'effort d'aller vers les Suisses. Depuis, je suis tombé profondément amoureux de ce pays et de sa culture, je suis presque fiancé à une valaisanne et je n'envisage pas de repartir.

Tout ça pour dire que c'est tout à fait normal de se sentir mal à l'aise dans un environnement que l'on ne connait pas et dont on a l'impression qu'il vous rejette. Ca m'a pris plus d'un an, durant lequel j'ai plusieurs fois hésité à repartir, pour que les choses commencent à aller mieux.

Donc ne désespérez pas, la Suisse est un pays très sympa qu'il faut juste prendre le temps d'apprivoiser.

Concernant les boulots, si vous avez un peu de temps, je ne saurais trop vous conseiller de faire l'effort de commencer l'Allemand. Ca m'a beaucoup aidé dans mes premières recherches et c'est très bien vu surtout dans des régions comme Fribourg qui sont vraiment à cheval sur les deux cultures. A terme ça permet aussi d'élargir la zone de recherche d'emploi à la Suisse alémanique (donc la majorité de la Suisse). Il ne faut pas oublier que la Suisse romande ne représente que 30% de la Suisse.

Bonjour

J'ai lu les posts relatif à celui ci

J ai trouve facilement un joli appart cher propre  sans aide de personne

J ai tente de demander un meilleur salaire mais...pas vraiment réussi. Je découvre que des jeunes..gagnent mieux...cela fait mal.

je gagne  donc moins bien qu en France pour un senior qui changeant de pays...pensait quand même mieux gagner... il faut vraiment demander  deux fois et demi son salaire au min...cela parait fou...mais une fois les frais fixes payés...il restent pas grand chose...pas autant que prevu du moins...
On arrive en campagne toutes les activites valent cheres...il faut s occuper sinon admirer juste la nature on meurt d ennui. je gagne moins bien c est aussi l age et l expertise qui ne se vend pas bien...pourtant ils avaient du mal a faire venir du monde...dans ce village...je ne  em prends qu a moi donc.

Maintenant pour partir...il faudra demander ce fameux certificat...et dans un petit pays on vous fait comprendre que tout le monde connait tout le monde et que pour chercher ailleurs il faut ce fameux sésame...

la surprise sur le gâteau c'est le  collègue...fils d un grand patron...qu on ne doit pas froisser sous peine d être vire. (  on commence par un avertissement puis virer) .....deux ans d experience...même salaire mais beaucoup de liberté...etc.. Il va se plaindre le matin l apres midi convocation...( en son absence bien sur..une seule version est prise en compte)

il a un réseau...et moi pas..


en france c est pareil...

je suis donc coincee...et je regrette de ne pas etre a la frontiere...j aurai demissionne, mais ici avec un loyer eleve des frais fixes importants...je suis prisonnier du poste

un poste meme pas super bien paye...dommage

Salut Deleilah,

Vous parlez de quel certificat quand vous dites:

"Maintenant pour partir...il faudra demander ce fameux certificat" ?

Bonjour,
Je pense que vous parlez du certificat de travail (lorsque votre contrat se termine).

Il ne faut pas s'inquiéter pour cela.
Si votre poste ne vous convient pas -- ce qui arrive tout même pour une très très grande partie des salariés (y compris en Suisse), je vous invite à postuler ailleurs. La Suisse n'est pas si petite. Lausanne par exemple n'est pas à coté du Jura.

Sur la question des salaires, la politique des salaires d'embauche très bas pour des travailleurs étrangers est une vrai tendance de fond; et on est franchement nombreux sur ce forum à la dénoncer et à pousser les gens à ne pas accepter d'être payés beaucoup moins que les Suisses. Après, on ne peut pas faire plus.
Le point positif pour vous; c'est qu'une fois en Suisse; vous serez plus facilement capable de négocier un vrai salaire Suisse.

Dans ce cas et pour info l'émission d'un certificat de travail par l'employeur est une obligation légale. L'employé peut le demander en tout temps.

Nouvelle discussion