Nouvelle loi de regularisation des etrangers

Nouvellemnt arrivé à Santo domingo je pensais effectuer les demarches de residence..( je suis ici depuis 2 mois, donc à la limite de l'illégalite) Mais au vu de la situation et de la nouvelle loi de regularisation est il plus interressant
d 'attendre et profiter de ce plan ou faut'il se depecher de faire les demarches de residence. QQun peut il analyser la nouvelle situation.J ai deja bien profite des conseils du blog. Je vous en rremercie.

Bonjour Rol97.
Je pense d'une part, que quelque soit la nouvelle loi, les autorités dominicaines vont vous faire payer pour dépassement de date. J'ai entrepris mes démarches d'obtention de mes papiers sitôt mon arrivée ici, avec un visa valable 2 mois. Au final, j'ai déposé tous les documents requis avec 2 jours de dépassement. Ils m'ont fait payer une amende pour dépassement de 800 pesos.
D'autre part, tous les Ambassadeurs ont été convoqué pour obtenir des informations concernant cette régularisation. Pourquoi ne demanderiez vous pas conseil auprès d'eux ?
On critique, en France, tous ces immigrés clandestins. Pourquoi essayer de reproduire ici ce que l'on critique chez nous ?
Cordialement.

Bonjour Rol97.
Voici un lien pour un autre élément de réponse :


http://www.elnuevodiario.com.do/app/art … ?id=353910

Voici un autre article. Alors là Rol97, il semblerait que vous avez touché le graal :

http://www.elnuevodiario.com.do/app/art … ?id=353925


Cordialement

Pierre69190 :

Voici un autre article. Alors là Rol97, il semblerait que vous avez touché le graal :

Il n'est pas le seul.
Pour mon dossier de résident, il y avait un cachet du consulat de RD mal positionné. A la chancellerie voyant que je n'étais pas trop dessous de table, il m'ont dit de renvoyer au consulat.
Ca fait plus d'un an maintenant, plus de nouvelle du consulat après l'accusé de réception.
Le mois dernier, l'immigration a appelé mon avocate pour dire qu'en février je devrais tout refaire.
Je lui ai dit de répondre qu'en mars je serai plus en RD s'il ne voyaient pas pour s'arranger avec la chancellerie, j'ai fais ma part, qu'ils fassent leur boulot, je m'en tiens aux lois.
Lors du prochain appel de l'immigration, je demanderai à mon avocate de rajouter  qu'étant donné que c'est la RD qui paie pour le retour s'ils pouvaient me mettre coté hublot dans l'avion j'apprécierai.

Elle est pas belle la vie.

Salutations.

PS: c'est les commentaires des articles qu'il faut regarder.
En remontant je suis tombé sur ceci et cela.
Il y en d'autres de la même veine, en cherchant bien vous pourrez avoir des nouvelles de la famille Trujillo qui se porte à merveille.
Le plus amusant en remontant à la source, on s'aperçoit que parfois ce sont des dominicains émigrés qui sont à l'origine du rejet de l'immigré.
On comprend que le NSA aime facebook, un flic local pourrait faire la même chose pour repérer les "gens à problèmes" mais il tomberait sur certains de ses supérieurs.

Un autre article qui est pas mal.

Il y a quelques propos au sujet des autres étrangers (nous) mais on est protégé par ces traitres de la Politur.

Bonjour à tous.
Cela devient de plus en plus chaud. J'ai un neveu qui se trouve actuellement à Haïti. Il se dit là bas, à juste raison ou pas, je n'en sais rien, qu'une trentaine de haïtiens viennent d'être tués aujourd'hui en République Dominicaine, et que les haïtiens d'Haïti recherchent actuellement une trentaine de dominicains pour leurs faire la peau. L'inculture des uns et des autres va finir par dégénérer en quelque chose de très grave.
Cordialement

quelle est la nouvelle loi de régularisation pour les étrangers??
je cherche je ne trouve rien

Bonjour. J'ai trouvé ce texte que je vous adresse avec beaucoup de difficultés.



Plan nacional de regularización de extranjeros en situación migratoria
irregular radicados en la República Dominicana
Exposición de motivos.
El Artículo 25 de la Constitución de la República Dominicana sobre el
Régimen de Extranjería, los “Extranjeros y extranjeras tienen en la República
Dominicana los mismos derechos y deberes que los nacionales, con las
excepciones y limitaciones que establecen esta Constitución y las leyes”.
Por otro lado, el artículo 151 de la Ley General de Migración No. 285-04, del
15 de agosto de 2004, dispone al Gobierno dominicano a preparar un Plan
Nacional de Regularización de los extranjeros en situación migratoria
irregular radicados en la República Dominicana.
Este Plan Nacional de Regularización es el instrumento mediante el cual el
país permite a un extranjero, que se radica en territorio dominicano en
situación de no residente o irregular, obtener un status migratorio legal según
una de las categorías definidas por la Ley General de Migración.
Su principales objetivos son crear un espacio de oportunidad para aquellos
extranjeros que se acojan a sus condiciones, requisitos y procedimientos,
contribuir al mejoramiento de las condiciones de vida y laborales, fortalecer la
seguridad pública nacional y, por consiguiente, disminuir el número de
personas extranjeras que han vivido un tiempo ininterrumpido en el país y no
cuentan con estancia regular en el mismo.
Las personas extranjeras que adquieran la calidad migratoria, tanto de
inmigrantes como no inmigrantes, continuaran haciendo efectivo el uso y
goce de sus derechos y cumpliendo con sus obligaciones, además de contar
con la protección del Estado dominicano.
El Plan busca lograr los siguientes objetivos específicos:
- Propiciar un acercamiento a la autoridad pública de aquellos
extranjeros que, por diversos motivos, no puedan acreditar su
estadía legal en el país;
- Determinar los vínculos de las personas extranjeras en situación
irregular con la sociedad dominicana;
- Verificar las condiciones laborales y socioeconómicas que disfrutan
en el país;
- Identificar el tiempo de radicación de las personas extranjeras en el
territorio dominicano;
- Instituir una regulación de forma individual o por familia, no en forma
masiva;
- Elaborar un registro biométrico de extranjeros radicados en el país
para fines de control fronterizo, seguridad pública y seguridad
social;
- Definir los requerimientos de documentación y medios de
comprobación que permitirán ubicar al inmigrante en las categorías
migratorias previstas en la Ley de Migración;
- Establecer los criterios conforme a los cuales, los extranjeros de
cualquier nacionalidad que se encuentren de manera irregular en
territorio dominicano puedan realizar las gestiones pertinentes para
obtener documentación formal;
- Proporcionar seguridad social y jurídica a los extranjeros que sean
regularizados;
- Evitar que las personas puedan ser víctimas de trata;
Alcance demográfico y estadísticas relevantes.
En la República Dominicana, según la Encuesta Nacional de Inmigrantes
(ENI) - realizada en 2012 por la Oficina Nacional de Estadísticas (ONE) con
la asistencia técnica del Fondo de Población de las Naciones Unidas
(FNUAP) y el apoyo de la Delegación de la Unión Europea (UE) en el país- la
población inmigrante extranjera total radicada en territorio nacional suma 524
mil 632 personas, repartida a su vez en 458 mil 233 de origen haitiano
(87.34%) y 66 mil 399 de otras nacionalidades (12.66%) y en términos de
género en 336 mil 494 hombres (64.14%) y 188 mil 138 mujeres (35.86%). La
población inmigrante extranjera equivale al 5.55% de la población total
nacional.
La población inmigrante extranjera se divide entre hombres 336,494 personas
(64.14%) y mujeres 188,138 personas (35.86%).
Entre estos migrantes, admitieron llegar al país los siguientes contingentes
por periodo:
● 35,31% entre los años 1929 a 2000;
● 55,31% entre los años 2001 a 2009,
● 8,36% entre los años 2010 a 2011; y
● 1,02% en 2012.
Aproximadamente siete de cada diez de estos inmigrantes se alojaron ya sea
en la zona urbana o en el Gran Santo Domingo y el Cibao o Norte.
La población inmigrante extranjera se divide entre personas con documento
502,497 (95.78% y sin documento 22,135 (4.22%). Entre los inmigrantes
documentados hay 486,553 con acta de nacimiento de su país, 276,010
cédula de identidad de su país y 232,643 pasaporte de su país.
La encuesta no permite establecer la cantidad de personas que están de
manera irregular en el territorio.
Entre la población inmigrante ocupada hay 113,495 trabajadores fijos y
91,661 ocasional/temporal, equivalentes al 48.31% y 39.02%
respectivamente.
Fases de implementación.
La implementación del Plan Nacional de regularización de extranjeros en
situación migratoria irregular se ejecutará en dos fases.
Primera fase: Esta fase se ejecutará desde el 1° de diciembre de 2013 hasta
el 31 de mayo de 2014. Su finalidad es programar, presupuestar,
institucionalizar y organizar los recursos, condiciones y organismos
necesarios para la implementación técnica, laboral y administrativa del Plan.
En tal sentido, este periodo comprende la preparación y concertación de
estas tareas y responsabilidades:
a) Confección de un sistema de registro por sectores y áreas: registro
nacional de seguimiento de trámites migratorios, registro nacional de
extranjeros, registro nacional de empleadores y demandantes de
trabajadores, registro nacional de apoderados de inmigrantes
extranjeros, registro nacional de habilitación de instituciones de
facilitación de tramitación de la regulación de extranjeros;
b) Concertación de acuerdos con instituciones estatales, públicas y
cívicas nacionales, así como de convenios bilaterales con Estados y
programas de cooperación y asistencia con entidades multilaterales.
La ejecución de esta acción implica prestar especial atención a los
ministerios y dependencias pertenecientes al Consejo Nacional de
Migración y la Comisión Mixta Bilateral Domínico-Haitiana, los
gobiernos de países relacionados con los inmigrantes extranjeros
domiciliados en territorio dominicano y los organismos multinacionales
de cooperación y desarrollo;
c) Elaboración del presupuesto de ingresos y gastos de ejecución del
Plan;
d) Formulación y realización de una campaña de información y
orientación sobre el Plan;
e) Capacitación técnica y educación jurídica en torno a los derechos
humanos y migratorios a empleados, oficiales y dirigentes encargados
de aplicar el Plan;
f) Implementación de programas de información, formación y educación
a la ciudadanía en general y funcionarios en particular sobre el
contenido y procedimientos del ordenamiento jurídico migratorio del
país, conformado fundamentalmente por la Constitución de la
República, la Ley de Migración, el Plan Nacional de Regularización de
Extranjeros y los Tratados y Convenios sobre la materia de los cuales
el Estado Dominicano es signatario;
g) Creación e institucionalización de una Veeduría Migratoria;
Segunda fase: Esta fase se ejecutará en el período comprendido entre el 1°
de junio de 2014 hasta 31 de mayo de 2015. Su finalidad acreditar la
documentación migratoria, sobre la base de un proceso de evaluación,
revisión y supervisión. En este lapso se concentrarán esfuerzos y recursos en
la entrega de documentación a residentes y no residentes mediante estas
acciones e iniciativas:
a) Divulgación de información y orientación por parte del Ministerio de
Interior y Policía (MIP) y las dependencias con las que se suscriban
acuerdos institucionales, a los beneficiarios del plan sobre los
requisitos, plazos, condiciones y tipos de documentos necesarios para
obtener la regularización de su situación migratoria;
b) Publicidad al formulario de solicitud de regularización de inmigrantes
lista de documentos requeridos y de los medios de pruebas
establecidos;
c) Entrevista del solicitante a los efectos de hacer constar las
informaciones relevantes, tales como nombres, apellidos, fecha y lugar
de nacimiento, edad, documentos del extranjero (pasaporte, acta de
nacimiento o cualquier otro documento de identificación), fecha, hora,
lugar y puerto de entrada al país así como la captura biométrica de su
información individual;
d) Entrega de la copia de la solicitud de trámite de regularización de
estatus migratorio del solicitante. En caso de faltar algún documento o
prueba, se otorgará un plazo con miras a completar el expediente;
e) Comunicación por escrito al solicitante de la aceptación o rechazo .
En caso de rechazo, se motivará la decisión y se informará de los
recursos de que dispone la persona.
f) Todas las solicitudes podrán ser reevaluadas ante justificaciones
atendibles en el plazo establecido para la reconsideración por el
Ministerio de Interior y Policía.
Período de vigencia del plan.
El periodo de vigencia del plan de regularización será de dieciocho (18)
meses.
Danilo Medina Sánchez
Presidente de la República Dominicana
NÚMERO: XXX-13
CONSIDERANDO: Que la Constitución de la República Dominicana en su
artículo 5 establece que: “La Constitución se fundamenta en el respeto a la
dignidad humana y en la indisoluble unidad de la Nación, patria común de
todos los dominicanos y dominicanas.”
CONSIDERANDO: Que la Constitución de la República Dominicana en su
artículo 8 establece que: “Es función esencial del Estado, la protección
efectiva de los derechos de la persona, el respeto de su dignidad y la
obtención de los medios que le permitan perfeccionarse de forma igualitaria,
equitativa y progresiva, dentro de un marco de libertad individual y de justicia
social, compatibles con el orden público, el bienestar general y los derechos
de todos y todas.”
CONSIDERANDO: Que en fecha 15 de agosto de 2004 fue promulgada la
Ley No.285-04, Ley General sobre Migración.
CONSIDERANDO: Que el artículo 151 de la Ley No.285-04, Ley General
sobre Migración, dispone que el Gobierno dominicano debe elaborar un Plan
Nacional de Regularización de los extranjeros en situación migratoria
irregular radicados en el país.
CONSIDERANDO: Que a los fines de proveer a la Ley No.285-04, Ley
General sobre Migración, de una reglamentación que facilitara su
operatividad y consonancia en el marco de un Estado Social y Democrático
de Derecho, se aprobó en fecha 19 de Octubre de 2011 el Reglamento No.
611-11 de Aplicación de la Ley No.285-04, Ley General sobre Migración.
CONSIDERANDO: Que el Tribunal Constitucional de la República
Dominicana en la Sentencia TC/0168/13 dictada en fecha 23 de septiembre
de 2013, ordenó en su dispositivo sexto que el Consejo Nacional de
Migración elaborara el Plan Nacional de Regularización de los extranjeros en
situación migratoria irregular radicados en el país.
CONSIDERANDO: Que para garantizar la elaboración y sistematización de el
Plan Nacional de Regularización de extranjeros en situación migratoria
irregular radicados en el país, se hace necesario establecer un marco
regulatorio que dote a las instituciones del Estado de las herramientas
jurídicas e institucionales para su efectiva aplicación, acorde al respeto de los
derechos fundamentales establecidos en la Constitución de la República y en
los tratados internacionales de derechos humanos ratificados por el Estado
dominicano.
VISTA: La Constitución de la República Dominicana proclamada el 26 de
enero de 2010;;
VISTA: La Declaración Universal de los Humanos de 1948;
VISTA: La Convención Interamericana sobre Derechos Humanos (Pacto de
San José de Costa Rica), ratificada por la República Dominicana, mediante
Resolución No.739, de fecha 25 de diciembre de 1977;
VISTO: El Pacto Internacional de los Derechos Civiles y Políticos, ratificado
mediante la Resolución 684, de fecha 27 de octubre de 1977;
VISTA: La Convención de Derecho Internacional Privado, que aprueba el
Código de Derecho Internacional Privado, aprobada mediante Resolución
No.1055, del 27 de noviembre de 1928, publicada en la Gaceta Oficial
No.4042;
VISTA: La Convención sobre la Condición de los Extranjeros, suscrita en la
VI Conferencia de la Habana, Cuba, aprobada mediante Resolución No.413,
del 16 de noviembre de 1932, Gaceta Oficial No.4525;
VISTO: El Convenio de Asilo Político, suscrito en Montevideo (Uruguay) del
año 1933, ratificado mediante Resolución No.775, del 26 de octubre del 1934,
publicado en la Gaceta Oficial no.4733, denunciado el 23 de septiembre de
1954, publicado en la Gaceta Oficial no.7750, y vuelto a reincorporar
mediante Resolución No.5636, del 26 de septiembre de 1961, publicado en la
Gaceta Oficial No.8607;
VISTA: La Convención sobre el Estatuto de los Refugiados, adoptada
mediante resolución No.694, del 8 de noviembre de 1977, publicada en la
Gaceta Oficial No.9454;
VISTO: El Protocolo de Entendimiento sobre los mecanismos de repatriación
entre los gobiernos de la República Dominicana y la República de Haití,
suscrito el 2 de diciembre del 1999;
VISTA: La Declaración sobre las Condiciones de Contratación de sus
nacionales entre los gobiernos de la República Dominicana y la República de
Haití, suscrita el 23 de febrero de 2000;
VISTA: la Ley No.285-04, Ley General sobre Migración;
VISTO: el Reglamento No. 611-11 de Aplicación de la Ley General de
Migración No.285-04;
VISTA: La Ley No.137-03, sobre Trata de Personas y Tráfico Ilícito de
Migrantes, del 3 de Agosto de 2003, Gaceta Oficial 10233, del 8 de octubre
de 2003;
VISTO: El Código para el Sistema de Protección y los Derechos
Fundamentales de Niños, Niñas y Adolescentes, creado mediante la Ley
No.136-03, del 7 de agosto de 2003, publicada en la Gaceta Oficial no.10234;
VISTA: La Ley No.42-00, General sobre la Discapacidad, del 29 de junio de
2000, publicada en la Gaceta Oficial No.10049;
VISTA: La Ley No.42-01, General de Salud, del 8 de marzo de 2001,
publicada en la Gaceta Oficial No.10075;
VISTO: El Código de Trabajo de la República Dominicana, creado por la Ley
No.16-92, promulgada en fecha 29 de mayo de 1992, publicado en la Gaceta
Oficial No.9836, y sus modificaciones;
VISTA: La Ley No.875, sobre Visados, de fecha 21 de julio de 1978,
publicada en la Gaceta Oficial No.9487;
VISTA: La Ley No.199, sobre Uso de Tarjetas de Turismo, del 9 de mayo del
1966, publicada en la Gaceta Oficial No.8984;
VISTA: La Ley No.659, sobre Actos del Estado Civil, del 17 de julio de 1944,
publicada en Gaceta Oficial No.6114 y sus modificaciones;
VISTA: La Ley No.1683, sobre Naturalización, del 21 de abril de 1948,
publicada en la Gaceta Oficial No.6782;
VISTA: La Ley No.6125, sobre Cédula de Identidad, de fecha 7 de diciembre
de 1962, publicada en la Gaceta Oficial No.8726;
VISTA: La Sentencia TC/168/2013 dictada en fecha 23 de Septiembre de
2013 por el Tribunal Constitucional de la República Dominicana, que ordena
la elaboración de un Plan Nacional de Regularización;
VISTO: El Decreto No.1569, del 15 de noviembre de 1983, publicado en la
Gaceta Oficial No.9625, que crea e integra la Comisión Nacional para los
Refugiados y el Reglamento sobre la Comisión Nacional para los Refugiados
No.2330, del 10 de septiembre de 1984, publicado en la Gaceta Oficial
No.964.
VISTA: La comunicación del Consejo Nacional de Migración con la remisión
de la propuesta del “Plan Nacional de Regularización de extranjeros en
situación migratoria irregular” de fecha veinticinco (25) de noviembre del año
2013;
En ejercicio de las atribuciones que me confiere el Artículo 128 de la
Constitución de la República Dominicana, dicto el siguiente:
D E C R E T O:
Artículo 1.- Objeto. Se instituye el “Plan nacional de regularización de
extranjeros en situación migratoria irregular en la República Dominicana” que
establece los términos y condiciones para la regularización migratoria del
extranjero que se encuentre radicado en el territorio de la República
Dominicana en condición irregular, a los fines de conducirlo a adquirir un
estatus de legalidad documental bajo una de las categorías establecidas en
la Ley General de Migración No. 285-04, del 15 de agosto de 2004.
Artículo 2.- Situación migratoria irregular. Se considera extranjero en
situación migratoria irregular, toda persona de nacionalidad extranjera que se
encuentre habitando de manera estable y pacífica bajo los términos y
condiciones establecidos en este Plan, en el territorio de la República
Dominicana antes de la promulgación del Reglamento No. 611-11 del 19 de
octubre de 2011.
Artículo 3.- Duración del Plan. El extranjero que desee acogerse al Plan
deberá hacer su solicitud dentro de un plazo de dieciocho (18) meses de la
puesta en vigencia del mismo.
Artículo 4.- Consecuencias. El extranjero radicado irregularmente, que en el
tiempo de duración previsto para este Plan no califique o no se acoja a las
previsiones de regularización establecidas quedará sujeto a deportación.
Párrafo.- Todo procedimiento de deportación que se lleve a cabo en virtud de
lo dispuesto por la ley general de migración y este Plan se ajustará al debido
proceso migratorio de acuerdo a los estándares internacionales que rigen la
materia.
Artículo 5.- Órgano responsable. El Ministerio de Interior y Policía a través
de la Dirección General de Migración, es el órgano encargado de la
aplicación de este Plan, y podrá auxiliarse de otras dependencias del Estado
para tales fines.
Párrafo.- El Poder Ejecutivo dotará al Ministerio de Interior y Policía de los
recursos para la realización de una campaña de información en varios
idiomas acerca de los alcances y modalidades del Plan para los extranjeros
en condición de irregularidad.
Artículo 6.- Funciones del órgano rector. Para los fines del presente Plan
el Ministerio de Interior y Policía tendrá las siguientes funciones:
1. Diseñar las fases de implementación del Plan;
2. Habilitar los espacios donde operarán las estaciones de registro
de solicitudes o coordinar con otras dependencias la utilización
de los mismos y los recursos humanos necesario;
3. Preparar el diseño de los formularios de solicitud de
regularización;
4. Llevar el registro y control de los expedientes individuales y por
familia de los solicitantes de regularización;
5. Evaluar a cada solicitante en base a la satisfacción de los
parámetros fijados por la Ley y el Plan para la regularización de
extranjeros en situación migratoria irregular radicados en el
país;
6. Aprobar o rechazar la solicitud de regularización migratoria de
conformidad con las prescripciones del Plan e instruir a la
Dirección General de Migración a la expedición de los
correspondientes documentos que avalen el estatus migratorio
concedido;
7. Requerir, cuando lo estime conveniente, la colaboración de
organismos internacionales especializados en materia
migratoria, así como de las legaciones diplomáticas y
consulares de los países de cuya nacionalidad provengan
extranjeros en condición migratoria irregular, para realizar
campañas de información acerca de los beneficios y alcances
del Plan; y
8. Coordinar con las demás dependencias del Estado cualquier
medida que requiera su colaboración para la buena ejecución y
funcionamiento del Plan.
Artículo 7.- Funciones del Ministerio de Relaciones Exteriores. En
adición a las competencias atribuidas en la Ley General de Migración y su
Reglamento, al Ministerio de Relaciones Exteriores, le corresponde:
1. Informar a las legaciones diplomáticas extranjeras debidamente
acreditadas en el país, la implementación del Plan, a fin de que
éstas estén informadas acerca de todo lo relativo a los
requisitos y condiciones que se requieren para que sus
nacionales irregularmente radicados puedan acogerse al
mismo;
2. Concertar acuerdos con otros países sobre repatriaciones de
aquellos extranjeros que se rehúsen a la regularización.
Artículo 8.- Sujetos a regularización. Puede acogerse al Plan aquel
extranjero radicado en el país que:
1. Haya ingresado de manera irregular al territorio nacional, en
violación de las normas establecidas en las leyes y reglamentos
sobre migración de la República Dominicana y que haya
permanecido en el país bajo los términos y condiciones
previstos en este Plan;
2. Haya ingresado de manera regular a la República Dominicana
conforme a los requerimientos migratorios establecidos por las
leyes y reglamentos, y que su condición de irregularidad se
origine por:
a. Haber excedido el tiempo por el que fue autorizado a
permanecer en el territorio nacional; bajo los términos y
condiciones previstos en este Plan;
b. Haber violentado las condiciones que dieron origen a su
admisión regular o a las condiciones de su permanencia, bajo
los términos y condiciones previstos en este Plan.
Párrafo.- Para los nacidos en territorio de la República Dominicana hijos de
padres extranjeros en condición migratoria irregular a quienes no le
correspondía la nacionalidad dominicana conforme a la normativa vigente le
asistirá la potestad de acogerse a un proceso especial de naturalización que
se dictará al efecto.
Artículo 9.- Presentación personal. Todo extranjero interesado en acogerse
a este Plan deberá presentarse personalmente al Ministerio de Interior y
Policía o a los locales habilitados por este a tales fines.
Artículo 10.- Solicitud de regularización. Para poder acogerse al Plan, todo
extranjero debe presentar documentos de identidad personal, regularmente
expedidos por autoridades competentes del Estado del cual resulta nacional,
con sus datos personales, para ser registrado por el Ministerio de Interior y
Policía en un registro de evaluación creado para tales fines.
Párrafo I: Este registro de solicitud o formulario será instrumentado y firmado
por el solicitante y se acompañará de sus datos biométricos asociados a por
lo menos sus huellas dactilares y patrones que permitan el reconocimiento
facial.
Párrafo II.- El Ministerio de Interior y Policía establecerá los mecanismos
necesarios para la asistencia a los interesados en completar los formularios
de solicitud y la comprensión de los procedimientos relacionados.
Artículo 11.- Registros de solicitudes. En el registro de solicitud de
evaluación figurará todo extranjero que manifieste intención de acogerse al
Plan. Para tales fines, el órgano rector del Plan elaborará un formulario para
cada expediente, acompañado con los documentos de identidad de cada
extranjero exigidos en este Plan, en el que se pruebe y se haga constar la
satisfacción de los criterios de los ejes básicos definidos más adelante.
Artículo 12.- Acreditación de identidad. Para fines de admisión de la
solicitud y a los efectos de acreditar su identidad personal, el extranjero en
condición migratoria irregular deberá presentar cualquiera de los siguientes
documentos, aun cuando se encontraren vencidos:
a) Pasaporte o documento de viaje equivalente;
b) Documentación de identidad personal emitida por las autoridades
consulares o por cualquier otra autoridad del país de origen;
c) Acta de nacimiento del país de origen;
d) Para el solicitante que forme parte de un grupo familiar, acta de
matrimonio, declaración de soltería o prueba de convivencia, según
aplique;
e) Cualquier documento que sirva para la identificación del extranjero
solicitante y que el Ministerio de Interior pueda verificar como
legítimo.
Párrafo: En caso de que el extranjero no cuente con la documentación
establecida en el presente artículo, la solicitud de regularización será acogida
sin el depósito de esos documentos en el Ministerio de Interior y Policía, pero
se capturarán los datos del interesado, quedando sujeto la presentación
delos documento faltantes al período restante del plan, cuya fecha límite será
el 28 de febrero del 2015. Transcurrido este plazo, si el extranjero no
presentó la documentación prevista en este artículo, la solicitud no será
considerada, quedando sujeto a las disposiciones de la Ley General de
Migración y su reglamento.
Artículo 13.- Sistema de evaluación. Se crea un sistema de evaluación
para la regularización migratoria sobre la base de los criterios del artículo 151
de la Ley. Estos criterios servirán de referencia para evaluar cada solicitud de
la regularización migratoria.
Párrafo I.- La evaluación de cada solicitud por parte de la autoridad podrá
conducir a la regularización del solicitante en una de las diferentes categorías
y subcategorías migratorias establecidas en la Ley previo al cumplimiento de
los requisitos y condiciones de cada uno de los criterios establecidos en el
presente Plan.
Párrafo II.- Los requisitos de documentación tanto de identidad, como
probatoria de satisfacción de los distintos criterios dispuestos por la Ley,
queda establecida en este Plan, pudiendo la autoridad verificar en un mismo
documento individual la acumulación de varias de las condiciones y criterios
exigidos, a fin de simplificar el procedimiento de evaluación.
Artículo 14.- Ejes básicos. Se fijan como ejes básicos para el Plan los
siguientes criterios:
1) El tiempo de radicación de la persona extranjera en el país;
2) Los vínculos con la sociedad dominicana;
3) Las condiciones laborales y socio-económicas; y
4) La regularización de personas de manera individual o por familia.
Artículo 15.- Categorías migratorias según tiempo de radicación. Toda
persona extranjera en condición irregular podrá optar por las categorías
migratorias establecidas en los artículos 33, 34, 35 y 36 de la Ley General de
Migración.
Artículo 16.- Tiempo de radicación. Para los fines del presente Plan los
extranjeros en condición migratoria irregular deberán establecer en su
solicitud el tiempo que llevan residiendo en el territorio de la República
Dominicana.
Párrafo.- La radicación tendrá que ser probada mediante la satisfacción de al
menos dos (2) de los siguientes criterios a través de la provisión de los
correspondientes soportes indicados:
1) Documentos que prueben trabajo regular, el cual se acredita con la
presentación de al menos uno (1) de los siguientes documentos:
a) Prueba de pagos de salario;
b) Certificación de nómina expedida por el Ministerio de Trabajo, en la
cual figure registrado el extranjero solicitante;
c) Carné de empleado de empresa dominicana;
d) Declaración jurada ante notario de empleador de que el extranjero es
su empleado, con indicación de la fecha de su contratación.
2) Hijos nacidos y declarados en la República Dominicana, con anterioridad a
la puesta en vigencia del libro especial de extranjería.
3) Domicilio y/o domicilios conocidos durante el tiempo de permanencia, lo
cual se acredita con la presentación de al menos uno (1) de los siguientes
documentos:
a) Contrato de alquiler de vivienda a nombre del extranjero solicitante;
b) Recibos de pago de alquileres por no menos de seis (6) meses, a
nombre del extranjero solicitante;
c) Al menos un (1) recibo de pago o contrato de servicios contratados a su
nombre en la República Dominicana tales como servicio de energía
eléctrica, telefonía, televisión por cable, servicio de agua o, recogida de
basura al Ayuntamiento del lugar de su supuesta residencia;
d) Certificación de vecindad a nombre del extranjero solicitante, expedido
por Junta de Vecinos correspondiente, debidamente registradas en los
Ayuntamientos y legalizadas ante Notario Público;
e) Acto de Notoriedad, instrumentado por un oficial público, ante siete (7)
testigos hábiles, vecinos del extranjero solicitante que den fe de
conocerle, debidamente legalizado ante la Procuraduría General de la
República.
f) La afiliación social, presentación de al menos uno (1) de los siguientes
documentos:
a) Certificación o constancia expedida por entidades sociales en la
comunidad de residencia, tales como iglesias o clubes deportivos
de que el extranjero solicitante pertenece a dicha comunidad;
b) Certificación o constancia de vecindad expedido por Junta de
Vecinos correspondiente, debidamente registrada en el
Ayuntamiento y legalizada ante Notario mediante la cual se certifica
que el extranjero solicitante pertenece a la comunidad;
4) Documento proveniente de autoridad pública expedido a nombre del
solicitante, o en donde se mencione su nombre, en ocasión de un
procedimiento administrativo o judicial;
5) Constancia de escolaridad o de estudios superiores en centro de estudio
dominicano expedida por institución debidamente autorizada y registrada por
el Ministerio de Educación o el Ministerio de Educación Superior Ciencia y
Tecnología o institución dominicana que haya capacitado al extranjero;
6) Convivencia pública y notoria con dominicano (declaración jurada de
soltería y convivencia hecha por ante Notario Público por el extranjero
solicitante y su pareja consensual dominicana, hecha ante siete (7) testigos
dominicanos hábiles;
7) Referencias comerciales del extranjero, expedidas por entidades
comerciales o comerciantes debidamente provistas de Registro Nacional de
Contribuyente (RNC);
8) Propiedad de bienes muebles que permitan establecer la presunción de su
arraigo, por el período de tiempo que supuestamente tiene residiendo en
República Dominicana. Se prueba por al menos dos (2) de los siguientes
documentos:
a) Facturas y recibos, de establecimientos comerciales dominicanos
debidamente identificados con su Registro Nacional del Contribuyente
(RNC)
b) Recibos de pagos de alquiler de a nombre del extranjero solicitante;
c) Constancias de pago de tarjetas de crédito a nombre del extranjero
solicitante;
d) Matrícula de vehículo de motor debidamente expedida por la Dirección
General de Impuestos Internos
e) Cuenta bancaria a nombre del extranjero solicitante aperturada con
anterioridad a la entrada en vigencia del presente plan;
9) Copia de duplicado de certificado de título que ampare un inmueble
regularmente inscrito en el Registro de Títulos, acompañado de certificación
expedida por el Registrador de Títulos o mediante Cintillo de Declaración de
mejoras expedido por la Dirección General del Catastro Nacional a nombre
del extranjero;
10) Copia del pasaporte del solicitante donde conste el ingreso a la República
Dominicana por algunos de los puertos de entrada al territorio nacional.
Artículo 17.- Vínculos con la sociedad dominicana. El extranjero, que
haya ingresado irregularmente en el territorio de la República Dominicana
que desee regularizar su estatus migratorio en función de su vínculo pasado
y presente con la sociedad dominicana, podrá acreditar el mismo mediante la
presentación de pruebas reales, convincentes y fehacientes, que le permitan
demostrar un vínculo incuestionable con la sociedad dominicana.
Artículo 18.- Condiciones de evaluación de los vínculos con la sociedad.
Quedan establecidas las siguientes condiciones como parámetros de
evaluación del vínculo con la sociedad dominicana para aquel extranjero, que
haya ingresado irregularmente en el territorio de la República Dominicana:
1) Hijo nacido y declarado en la República Dominicana y radicado en el país;
2) Constancia de estudios en centro de estudio dominicano;
3) Competencia del idioma español escrito;
4) Competencia del idioma español hablado;
5) Certificado de no antecedentes penales en la R.D.;
6) Domicilio conocido durante todo tiempo de la supuesta permanencia; y
7) Convivencia pública y notoria con dominicano.
Artículo 19.- Categoría migratoria según vínculos con la sociedad. Toda
persona puede optar por la categoría migratoria establecida en el artículo 35
de la Ley General de Migración cuando estén presentes al menos dos (2) de
las condiciones establecidas en el artículo precedente del presente Plan.
Artículo 20.- Prueba de los vínculos con la sociedad. Las condiciones de
vinculación con la sociedad dominicana del extranjero se demuestran a
través de las siguientes pruebas:
1) La existencia de hijo nacido en la República Dominicana y
declarado en la República Dominicana, se prueba con certificado de
transcripción de nacimiento expedido por la dirección de la oficina
central del estado civil, a través de cualquiera de sus dependencias;
2) La constancia de haber cursado estudio en centro dominicano, debe
ser expedida por una institución debidamente autorizada y registrada;
3) La constancia de escolaridad en centro de estudio dominicano debe
ser expedida por institución debidamente autorizada y registrada por el
Ministerio de Educación;
4) La competencia del idioma español hablado se verificará en
entrevista personal;
5) La competencia del idioma español escrito se verificará en una
evaluación;
6) El certificado de no antecedentes penales en la República
Dominicana emitido por la Procuraduría General de la República;
7) El domicilio conocido y estable durante todo tiempo de la
permanencia, se prueba con la presentación de al menos dos (2) de
los siguientes documentos:
a) Contrato de alquiler de vivienda a nombre del extranjero
solicitante;
b) Recibos de pago de alquileres por no menos de seis (6) meses,
a nombre del extranjero solicitante;
c) Constancia de contrato o recibos de pago de servicios
contratados a su nombre en la República Dominicana tales
como servicio de energía eléctrica, telefonía, televisión por
cable, servicio de agua o recogida de basura al Ayuntamiento
del lugar de su supuesta residencia;
d) Certificación de vecindad a nombre del extranjero solicitante,
expedido por Junta de Vecinos correspondiente, debidamente
registradas en los Ayuntamientos y legalizadas ante Notario
Público;
e) Acto de Notoriedad, instrumentado por un oficial público, ante
siete (7) testigos hábiles, vecinos del extranjero solicitante que
den fe de conocerle, debidamente legalizado ante la
Procuraduría General de la República;
8) La convivencia pública y notoria con dominicano a que se refiere
este Plan debe reunir las mismas características exigidas por el
Reglamento, el cual se prueba con la presentación de declaración
jurada de soltería y convivencia hecha por ante Notario Público por el
extranjero solicitante y su pareja consensual dominicana, hecha ante
siete (7) testigos dominicanos hábiles, o extranjeros residentes.
Artículo 21.- Condiciones laborales y socio-económicas. Quedan
establecidas las siguientes condiciones y valores, como parámetros de
evaluación de las condiciones laborales y socio-económicas para aquel
extranjero, que haya ingresado ilegalmente en el territorio de la República
Dominicana o para aquel extranjero que haya ingresado legalmente, pero
haya sobrepasado el tiempo por el que fue autorizado a permanecer en el
territorio:
1) Grado educativo ya sea superior, medio o básico;
2) Propiedad de inmuebles;
3) Trabajo regular durante el tiempo de supuesta permanencia;
4) Propiedad de bienes muebles;
5) Oficio técnico certificado;
6) Cuentas bancarias;
7) Dos (2) referencias comerciales;
Artículo 22.- Categoría migratoria según condiciones laborales y socioeconómicas.
Toda persona extranjera en situación migratoria irregular podrá
optar por optar por la categoría migratoria establecida en el artículo 35 de la
Ley General de Migración establecidas cuando acredite al menos dos (2) de
las condiciones exigidas en el artículo precedente.
Artículo 23.- Prueba de las condiciones laborales y socio-económicas.
Las condiciones laborales y socio-económicas del extranjero en situación
irregular se demuestran a través de las siguientes pruebas documentales:
1) Los grados superiores, secundarios y primarios se prueban mediante
certificación expedida por las instituciones correspondientes debidamente
certificadas;
2) El grado de un oficio técnico se prueba mediante certificación que expida
la institución que haya capacitado al extranjero;
3) La propiedad de inmuebles se prueba mediante copia de duplicado de
certificado de título que ampare un inmueble regularmente inscrito en el
Registro de Títulos, de certificación expedida por el Registrador de Títulos o
mediante Cintillo de Declaración de mejoras expedido por la Dirección
General del Catastro Nacional a nombre del extranjero;
4) La propiedad de bienes muebles se prueba por al menos dos (2) de los
siguientes documentos:
a) Facturas y recibos, de establecimientos comerciales dominicanos
debidamente identificados con su Registro Nacional del Contribuyente
(RNC) de bienes adquiridos que sobrepasen los Diez Mil Pesos
Dominicanos (RD$10,000.00);
b) Recibos de pagos de alquiler de inmuebles cuya sumatoria sobrepase
los Diez Mil pesos Dominicanos (RD$10,000.00) a nombre del
extranjero solicitante;
c) Constancias de pago de tarjetas de crédito a nombre del extranjero
solicitante con pagos cuya sumatoria sobrepase los Diez Mil Pesos
Dominicanos (RD$10,000.00);
5) Matrícula de vehículo de motor debidamente expedida por la Dirección
General de Impuestos Internos a nombre del extranjero solicitante;
6) La existencia de cuenta bancaria a nombre del extranjero se prueba
mediante certificación expedida por la entidad bancaria correspondiente y la
misma debe dar constancia de si la misma presenta movimientos regulares
durante al menos dieciocho (18) meses y si presenta un balance que
sobrepase los Diez Mil Pesos Dominicanos(RD$10,000.00);
7) El trabajo regular se prueba mediante la presentación de al menos uno de
los siguientes documentos:
a) Prueba de pagos de salario;
b) Certificación de nómina expedida por el Ministerio de Trabajo, en la
cual figure registrado el extranjero solicitante;
c) Carné de empleado de empresa dominicana;
d) Declaración jurada ante notario de empleador de que el extranjero es
su empleado, con indicación de la fecha de su contratación.
8) Las referencias comerciales del extranjero en situación migratoria irregular
deben ser dadas por entidades comerciales o comerciantes debidamente
provistas de Registro Nacional de Contribuyente (RNC);
Artículo 24.- Obligación de informar a la autoridad. El extranjero en
situación migratoria irregular que haya sometido su solicitud de regularización
a la autoridad debe informar a ésta los datos de su ubicación, tales como
dirección de domicilio y residencia, domicilio del lugar de trabajo, número
telefónico, telefonía móvil y correo electrónico, si la tuviera, así como datos
de terceros a quienes contactar en caso de urgencia, a fin de que pueda ser
informado y notificado del curso de su expediente.
Artículo 25.- Extensión de los beneficios. La categoría o subcategoría del
inmigrante regularizado beneficia por igual a:
1) Los y las descendientes menores de edad bajo su tutela,
2) Los niños, niñas y adolescentes que se encuentren bajo su tutela o
custodia legal; y
3) Las personas adultas bajo su curatela determinada por un tribunal.
Artículo 26.- Tramitación por núcleo familiar. Los expedientes de
extranjeros que formen parte de un grupo familiar, esto es, esposos o
convivientes con o sin hijos menores de edad, se tramitarán conjuntamente y
estos seguirán la condición de los primeros.
Artículo 27.- Prueba de filiación de hijos menores. Para el caso del menor
de edad hijo de extranjeros radicados que ingresó en compañía de ambos o
uno solo de sus padres, se requerirán presentar prueba de la filiación.
Artículo 28,- Hijos de extranjeros irregulares. Para el caso del menor de
edad que forme parte de un grupo familiar compuesto por extranjeros
radicados que ingresaron ilegalmente, en que se alegue que éste nació en el
territorio de la República, sus padres se harán proveer de acta certificada de
constancia de nacimiento del menor ante la Oficialía del Estado Civil
correspondiente.
Artículo 29.- Núcleos familiares con hijos nacidos en el territorio. La
solicitud y el expediente de regularización de un grupo familiar compuesto por
extranjeros con hijos menores de edad radicados que ingresaron ilegalmente,
en que aleguen que el hijo ha nacido en territorio de la República
Dominicana, se tramitará conjuntamente con el de sus padres, y a ella se
anexarán los siguientes documentos:
1) Acta certificada de transcripción de nacimiento expedido por la
dirección de la oficina central del estado civil o sus dependencias;
2) Si el hijo menor de edad se encuentra en edad escolar, constancia
de escolaridad en centro de estudio dominicano;
Artículo 30.- Extranjeros en condición de vulnerabilidad. Aquellos
extranjeros en condición de vulnerabilidad y que su estatuto legal de
protección se encuentre previsto en legislación especializada, su tratamiento
de regularización migratoria en todo caso será preferentemente tramitado de
acuerdo a los procedimientos que estuvieren establecidos para su manejo en
dicha legislación.
Artículo 31.- Niños, niñas y adolescentes extranjeros. Para el caso de
niños, niñas y adolescentes presumiblemente extranjeros no acompañados
que se encuentren en un centro de acogida bajo supervisión del Consejo
Nacional para la Niñez (CONANI), si el mismo ha sido objeto de una Medida
de Protección, el Consejo Nacional para la Niñez (CONANI) remitirá al
Ministerio de Interior un expediente sumario del menor, acompañado de los
datos siguientes:
1) Copia de documentos de identidad, en caso de que existieren;
2) Copia de la Medida de Protección dictada en relación con el menor;
3) Datos de ubicación del centro de acogida en que se encuentre; y
4) Una fotografía a color.
Párrafo.- A la vista del expediente, el Ministerio de Interior y Policía
dispondrá que la Dirección General de Migración conceda la Residencia
Temporal del niño, niña o adolescente, en virtud de las atribuciones que le
confiere el artículo 35, numeral 8 de la Ley.
Artículo 32.- Solicitantes en tratamiento médico. Cuando durante la
ejecución del presente Plan el extranjero solicitante se encuentre en las
situaciones comprendidas en el numeral 2 y 3 del artículo 15 de la Ley, su
solicitud podrá ser hecha por un familiar que se encuentre radicado en el
país. La solicitud y la documentación que le acompañe estarán dirigidas a
suministrar al Ministerio de Interior y Policía las informaciones sobre su
condición que le permita evaluar si el solicitante de que se trate califica en las
situaciones previstas en los literales a), b) y c) del numeral 1 del artículo 16
de la Ley.
Párrafo: Si el solicitante se encuentra hospitalizado o recibiendo tratamiento
de manera temporal o permanente en un centro de salud dominicano durante
el proceso de regularización, en caso de no calificar para regularizarse
conforme a lo previsto por el presente Plan, se le otorgará un permiso de
permanencia hasta tanto termine el tratamiento; para ello deberá presentar
constancia certificada por una autoridad competente dominicana de su
situación de salud; procediendo el Ministerio de Interior y Policía a someterlo
a las disposiciones establecidas por la Ley y el Reglamento, luego de haber
comprobado que desapareció la situación que motivaron este trato al
inmigrante.
Artículo 33.- Plazo decidir la solicitud. En el plazo de cuarenta y cinco (45)
días prorrogables desde la recepción de la solicitud, el Ministerio de Interior y
Policía adoptará la decisión que corresponda, siguiendo los criterios previstos
en el presente Plan y la notificará al interesado o a su representante legal, así
como a la Dirección General de Migración a los fines de que proceda a dotar
al interesado del estatus migratorio correspondiente.
Párrafo.- En caso de resolución negativa ésta deberá estar suficientemente
motivada. Se le notificará al interesado, o a su representante legal, por
escrito, informándole de los recursos que contra esta resolución puede
interponer así como los plazos y alternativas de los que dispone a este fin.
Artículo 34.- Denegación de solicitud. Si una vez culminado el proceso de
evaluación, el Ministerio de Interior y Policía considera que el extranjero no
califica para su regularización migratoria, procederá conforme a las
disposiciones de los artículos 121, 124, 125, 126 y 127 de la ley No. 285-04 y
129, 130, 131, 132 y 133 del Reglamento.
Artículo .- Vías de recurso. La denegación de la solicitud de regularización
puede ser impugnada por la persona afectada o por su representante legal
por la vía del recurso de reconsideración ante el órgano rector del plan en el
plazo de treinta días (30) después de que le fuera notificada la decisión
motivada.
Párrafo: El Ministro decidirá sobre el recurso de manera sumaria, sobre
minuta, confirmando o revocando la decisión impugnada en los treinta (30)
días siguientes a su apoderamiento. La decisión que intervenga será
definitiva y ejecutoria de manera inmediata.
Artículo 36.- Repatriación voluntaria. Todo extranjero tendrá la opción de
solicitar al Ministerio de Interior y Policía la asistencia para repatriación
voluntaria a su nación de origen.
Artículo 37.- Gratuidad. Todos los trámites dispuestos en el presente Plan
estarán exentos del pago de tasas o impuestos por parte de los extranjeros
interesados. Correrá por cuenta del Poder Ejecutivo solventar su
implementación.
Artículo 38.- Prohibición de deportación. Durante la ejecución del presente
Plan las autoridades se abstendrán de adoptar las medidas previstas en los
artículos 121 y siguientes de la Ley de Migración respecto de los extranjeros
en situación migratoria irregular que se encuentren radicadas en el territorio
de la República y que estén comprendidas en el ámbito de aplicación del
mismo.
Artículo 39.- Confidencialidad. Toda información o documentación
presentada por el extranjero para los fines de acogerse al presente Plan
Nacional de Regularización será confidencial y solo para uso oficial.
Artículo 40.- Renovación o cambio de categoría. Todo extranjero que
adquiera un estatus migratorio de conformidad con el presente plan y que
esté sujeto a renovación o a cambio de categoría, deberá proceder de
conformidad con la normativa sobre la materia.
Dado en la ciudad de Santo Domingo de Guzmán, Distrito Nacional Capital
de la República Dominicana, a los _________ ( ) días del mes de
_________ del año dos mil trece (2013);
***
El
texto
del
Plan
Nacional
de
regularización
de
extranjeros
en
situación
migratoria
irregular
radicados
en
la
República
Dominicana
también
está
disponible
en
el
portal
de
internet
del
Ministerio
de
Interior
y
Policía
http://www.mip.gob.do
.
Lic.
José
Ramón
Fadul
Ministro
de
Interior
y
Policía
Presidente
del
Consejo
Nacional
de
Migración

en définitive,qu'elle est le changement,en français s'il vous plaît.Si on excède le délai de retour de trois semaines,est on pénalisé?car mon épouse est encore salariée.Alors j'ai l'intention de partir avant,mais ma maison n'étant pas vendue,je suis obligé de repartir dans mon pays d'origine,pour les démarches administratives éventuellement.

[at] Pierre69190: Veuillez poster en français svp pour que les membres puissent comprendre et participer :)

Pour ceux qui veulent s'expatrier dans un pays hispanophone, le texte en espagnol est une bonne entrée en matière.

Si c'est par curiosité il y a google qui traduit mais comme c'est un peu le foutoir coté mise en page, voilà un modèle en français à peu près d'équerre, je n'ai pas tout lu, il doit y avoir des corrections à faire.

Plan national de régularisation des étrangers en situation d'immigration irrégulière basée en République dominicaine Raison.
L'article 25 de la Constitution de la République dominicaine sur la Régime de l'immigration, les "étrangers et les femmes étrangères de la République Dominicaine, les mêmes droits et obligations que les nationaux ayant exceptions et limitations établies par la Constitution et les lois ". D'autre part, l'article 151 de la Loi n ° 285-04 de migration, la 15 août 2004, le gouvernement dominicain doit préparer un plan National d'adaptation des étrangers en situation d'immigration irrégulière basée en République dominicaine. Ce plan de réorganisation nationale est l'instrument par lequel  permet un étranger, qui se trouve en République Dominicaine en situation des irrégulière ou non-résident, obtenir un statut légal d'immigration l'une des catégories définies par la loi sur les migrations.
Ses principaux objectifs sont de créer un espace d'opportunité pour ceux étrangers acceptent leurs conditions, exigences et procédures, contribuer à l'amélioration de conditions de vie et de travail, renforcer la sécurité publique nationale et donc de réduire le nombre de Les étrangers qui ont vécu le temps ininterrompu à la maison et pas avoir séjour moyenne en elle.
Les personnes étrangères qui acquièrent le statut d'immigration, à la fois immigrants et non-immigrants, continuent de faire un usage efficace et jouissance de leurs droits et s'acquitter de leurs obligations, en plus de protection de l'État dominicain. le plan vise à atteindre les objectifs spécifiques suivants:
- Encourager une approche à l'autorité publique de ceux étrangers qui, pour diverses raisons, ne peuvent pas prouver leur séjour légal dans le pays;
- Identifier les liens à des personnes étrangères à irrégulière avec la société dominicaine;
- Vérifiez les conditions de travail et socio-économiques dont jouissent dans le pays;
- Identifier la date du dépôt des étrangers dans le Territoire dominicain;
- Instituer un individu de commande ou de la famille, pas comme masse;
- Mettre en place un enregistrement biométrique des étrangers dans le pays à des fins de contrôle des frontières, de la sécurité publique et de la sécurité sociale;
- Définir les exigences en matière de documentation et de moyens de vérifier que placera l'immigrant dans les catégories migrateurs sous la loi sur les migrations;
- Établir des critères en vertu desquels, l'étranger toute nationalité qui sont illégalement en Territoire dominicain peut prendre les mesures nécessaires pour obtenir les documents officiels;
- Assurer la sécurité sociale et juridique aux ressortissants étrangers qui sont régularisée
- Empêcher les gens peuvent être victimes de la traite;

Portée et statistiques démographiques pertinentes.
En République dominicaine, selon l'Enquête nationale immigrants (ENI) - menée en 2012 par le Bureau national des statistiques (ONE) avec l'assistance technique du Fonds des Nations Unies de la population (FNUAP) et le soutien de la Délégation de l'Union européenne (UE) dans le pays-le total des immigrants étrangers, selon le pays ajoute 524 632 000 personnes, réparties à leur tour en 458 000 233 d'origine haïtienne (87,34%) et 66 000 399 d'autres nationalités (12,66%) et en termes de Sexe 336 000 494 hommes (64,14%) et 188 000 138 femmes (35,86%). Les immigrés étrangers équivalent à 5,55% de la population totale nationale. La population immigrée est divisé entre les hommes étrangers 336,494 personnes (64,14%) et les femmes 188,138 personnes (35,86%). Ces migrants arrivant dans le pays admis le contingent suivant par période:
● 35,31% entre 1929 à 2000;
● 55,31% entre 2001 et 2009,
● 8,36% entre 2010-2011
● 1,02% en 2012.
Environ sept sur dix de ces immigrants étaient logés soit dans les zones urbaines ou dans le Grand Saint-Domingue et le Cibao ou du Nord.
La population immigrée d'origine étrangère est divisé entre les personnes avec le document 502,497 (95,78% et aucun document 22135 (4.22%). Parmi les immigrants 486,553 sans naissance documentée de leur pays, 276,010 carte d'identité de leur pays et de leur pays de passeport 232,643. L'enquête ne permet pas de la quantité de personnes qui sont irrégulièrement sur le territoire. Parmi la population immigrée qui y travaillent 113,495 travailleurs permanents et 91,661 occasionnel / temporaire, équivalent à 48,31% et 39,02% respectivement.
Phases de mise en œuvre.
La mise en œuvre du Plan national de régularisation des étrangers en situation irrégulière sera mis en œuvre en deux phases.
Première phase: Cette phase se déroulera du 1er Décembre 2013 31 mai 2014. Son but est de planifier, budget, institutionnaliser et d'organiser les ressources, les conditions et les organismes nécessaire pour des raisons techniques, le travail administratif et la mise en œuvre du Plan. En tant que telle, cette période comprend la préparation et la conclusion d' ces tâches et responsabilités:
a) Préparation d'un des secteurs et domaines du système d'enregistrement: enregistrement suivi des procédures nationales d'immigration, registre national des registre étranger, nationale des employeurs et des demandeurs travailleurs, registre national des parents immigrants registre étranger, ressortissant de permettre aux institutions faciliter le traitement de la réglementation étrangère;
b) Mise en place d'accords avec l'État, les institutions publiques et accords civiques, ainsi que nationaux, bilatéraux avec les États et programmes de coopération et d'assistance avec les institutions multilatérales.
La mise en œuvre de cette action implique une attention particulière à ministères et organismes appartenant au Conseil national Migration et la Commission Mixte Bilatérale Dominico-Haïtien, la les gouvernements des pays en ce qui concerne les immigrants étrangers domicilié dans la République dominicaine et les organisations multinationales la coopération et le développement;
c) Préparation du chiffre d'affaires et l'exécution budgétaire des dépenses Plan;
d) le développement et la mise en œuvre d'une campagne d'information et de orientation sur le Plan;
e) la formation technique et l'éducation sur les droits juridiques Employés humaines et migrants, dirigeants et administrateurs responsables de mettre en œuvre le Plan;
f) La mise en œuvre de programmes d'information, de formation et d'éducation au grand et en particulier les agents de l' contenu et les modalités du droit de l'immigration pays, principalement composé de la Constitution de la République, la loi sur les migrations, le Plan National de Régularisation Les étrangers et les traités et conventions sur le sujet qui le Gouvernement dominicain est signataire;
g) Mise en place et l'institutionnalisation de l'Immigration de surveillance;
Deuxième phase: Cette phase sera mise en œuvre dans la période allant du 1 Juin 2014 jusqu'au 31 mai 2015. Il vise à prouver l' documents d'immigration, sur la base d'un processus d'évaluation, examen et de surveillance. Pendant cette période, les efforts et les ressources seront concentrées sur documentation fournie aux résidents et non-résidents à travers ces actions et initiatives:
a) La divulgation de renseignements et d'orientation du ministère de l' Intérieur et de la police (MIP) et les organismes avec lesquels ils souscrivent les arrangements institutionnels, les bénéficiaires du plan de exigences, conditions, et les types de documents nécessaires pour obtenir la régularisation de leur statut d'immigration;
b) Annoncez le formulaire de demande de régularisation des immigrants liste des documents et des moyens de tests nécessaires établie;
c) Interview du demandeur aux fins de l'établissement du pertinentes, telles que le nom complet, la date et les informations de lieu de naissance, l'âge, les documents étrangers (passeport, certificat naissance ou toute autre identification), la date, l'heure, emplacement et le port d'entrée et de capture biométrique votre des informations individuelles;
d) la livraison d'une copie de la demande de procédure de régularisation statut d'immigration du demandeur. En cas d'aucun document ou test d'un délai afin de compléter le dossier;
e) un préavis écrit au demandeur de l'acceptation ou du rejet. En cas de refus, la décision a été motivée et informée de la ressources disponibles à la personne.
f) Toutes les demandes seront réévalués avant justifications digne de considération par la date limite pour l'examen par le Ministère de l'Intérieur et de la Police. Durée du plan. La durée du plan de régularisation doit être dix-huit (18) mois.
Danilo Medina Sánchez Président de la République dominicaine NOMBRE:
XXX-13 ATTENDU QUE la Constitution de la République dominicaine dans sa L'article 5 stipule que: «La Constitution est fondée sur le respect de la humaine et sur l'unité indissoluble de la dignité de la nation, patrie commune tous les Dominicains.
" ATTENDU QUE la Constitution de la République dominicaine dans sa L'article 8 stipule que: «Il est fonction essentielle de l'État, la protection droits effectifs de la personne, le respect de leur dignité et obtenir les moyens pour permettre raffiné aussi, équitable et progressive, dans le cadre de la liberté individuelle et de justice sociale, compatible avec l'ordre public, le bien-être général et les droits de tous.
" CONSIDÉRANT: Que en date du 15 Août 2004 a été adopté Loi No.285-04, Loi générale sur les migrations.
ATTENDU QUE l'article 151 de la loi No.285-04, Loi générale Migration prévoit que le gouvernement dominicain devrait élaborer un plan National d'adaptation des étrangers en situation d'immigration séjour irrégulier dans le pays.
ATTENDU QUE pour les fins de la fourniture de la loi No.285-04, Générale sur les migrations de la réglementation afin de faciliter son fonctionnement et cohérente dans le cadre d'un État social et démocratique Loi, adoptée en 19 Date Octobre 2011 Règlement n ° 611-11 Application de la No.285-04, Loi générale sur le droit des migrations.
ATTENDU QUE la Cour constitutionnelle de la République Dominicaine en TC/0168/13 Jugement chez 23 Septembre 2013, a été ordonné dans son sixième dispositif que le Conseil national de Migration élaboration du Plan national pour la régularisation des étrangers en situation irrégulière vivant dans le pays.
ATTENDU QUE pour assurer le développement et la systématisation de la Plan national d'ajustement des étrangers en situation d'immigration séjour irrégulier dans le pays, il est nécessaire d'établir un cadre de doter de réglementation des institutions de l'Etat Outils dispositions juridiques et institutionnelles pour sa mise en œuvre effective, selon le rapport de droits fondamentaux inscrits dans la Constitution de la République et traités internationaux relatifs aux droits de l'homme ratifiés par l'État Dominicaine.
VU: La Constitution de la République dominicaine a été proclamée le 26 Janvier 2010;
VU: La Déclaration universelle des droits de 1948;
VU: La Convention interaméricaine des droits de l'homme (Pacte San José de Costa Rica), ratifié par la République dominicaine, par Résolution No.739 du 25 Décembre, 1977;
VU: Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par la résolution 684, en date du 27 Octobre, 1977;
VU: Convention sur le droit international privé, qui approuve le Code de droit international privé, adopté par la résolution No.1055 du 27 Novembre 1928, publié au Journal officiel No.4042;
VU: La Convention sur le statut des étrangers, signée à l' Conférence VI à La Havane, Cuba, approuvée par la résolution No.413, 16 novembre 1932, Journal officiel No.4525; VU: La Convention d'asile, signé à Montevideo (Uruguay) de 1933, ratifiée par la Résolution No.775 du 26 Octobre 1934, publié dans le Journal officiel No.4733, a rapporté le 23 Septembre 1954, publié dans la Gazette officielle no.7750, et retourné à rétablir par la résolution No.5636 du 26 Septembre 1961, publié dans le Journal officiel No.8607; VU: La Convention relative au statut des réfugiés, adoptée par ordre No.694 du 8 Novembre 1977 publié dans le Journal officiel No.9454;
VU: Comprendre les mécanismes de rapatriement entre les gouvernements de la République dominicaine et Haïti, signé le 2 Décembre, 1999;
VU: La Déclaration sur les conditions de leur entre les gouvernements nationaux de la République dominicaine et la République de Haïti, signé le 23 Février, 2000;
VU: la loi No.285-04, Loi générale sur les migrations;
VU: Règlement n ° 611-11 application de la loi générale Migration No.285-04;
VU: la loi n ° 137-03, la traite des personnes et le trafic de Migrants, le 3 Août 2003, Journal officiel 10233 8 octobre 2003;
VU: Code de la protection et des droits Fondamentaux des enfants et des adolescents, créés par la loi No.136-03, 7 Août 2003, publié dans le Journal officiel no.10234;
VU: la loi No.42-00, le général d'invalidité, le 29 Juin 2000, publié au Journal officiel No.10049;
VU: No.42-01, le général de la santé, loi du 8 Mars 2001, publié au Journal officiel No.10075;
VU: Le Code du travail de la République dominicaine, créé par la loi No.16-92, promulgué le 29 mai 1992, publié dans la Gazette No.9836 officiel, tel que modifié;
VU: la loi No.875, Visa, en date du 21 Juillet 1978, publié au Journal officiel No.9487;
VU: la loi No 199 sur l'utilisation des cartes de tourisme, le 9 mai 1966, publié au Journal officiel No.8984;
VU: la loi No.659 sur les actes de l'état civil du 17 Juillet 1944, publié au Journal officiel No.6114, tel que modifié;
VU: la loi sur la naturalisation No.1683 du 21 Avril 1948, publié au Journal officiel No.6782;
VU: Droit No.6125 sur la carte d'identité, du 7 Décembre 1962, publié au Journal officiel No.8726;
VU: Le jugement rendu en date du 23 Septembre TC/168/2013 2013 par la Cour constitutionnelle de la République dominicaine, dont les commandes l'élaboration d'un Plan national d'ajustement;
VU: le décret No.1569 du 15 Novembre 1983 publié dans le Journal officiel No.9625, qui crée et intègre la Commission nationale pour Les réfugiés et le règlement sur la Commission nationale pour les réfugiés No.2330 du 10 Septembre 1984, publiée au Journal officiel No.964.
VU: Communication de l'Office national des migrations de référence de la proposition de "plan de réorganisation nationale des étrangers en irrégulière "date de statut d'immigration de vingt (25) de Novembre 2013; Dans l'exercice des pouvoirs qui me sont conférés par l'article 128 de la Constitution de la République dominicaine, les suivantes:
D E C O R T E: Article 1 -. Représentation. "Plan national n'est institué régularisation étrangers en situation irrégulière en République dominicaine »qui établit les termes et les conditions de régularisation migratoire étranger qui est présent sur le territoire de la République Dominicaine dans des conditions anormales, afin de les amener à acquérir Exposez statut juridique en vertu de l'une des catégories énumérées à l' Générale des migrations loi n ° 285-04 du 15 Août 2004.
Article 2 - Statut d'immigration irrégulière.. Est considérée comme étrangère situation irrégulière, tout ressortissant étranger qui trouver stable et demeurant paisiblement dans les conditions et conditions de ce plan, sur le territoire de la République Dominicaine avant l'adoption du règlement n ° 611-11 19 Octobre 2011.
Article 3 -. Durée du plan. Alien invoquant le plan vous devez faire votre demande dans un délai de dix-huit (18) mois à compter de la promulgation de la même.
Article 4 -. Conséquences. Je me suis installé à l'étranger en situation irrégulière dans l' durée prévue pour ce plan n'est pas admissible ou exerce une prévisions mis régularisation est soumis à la déportation. Paragraphe -. Expulsion Toute procédure qui est effectuée en vertu de les dispositions de la loi générale des migrations et ce plan seront ajustés en raison processus de migration selon les normes régissant international question.
Article 5 -. Autorité responsable. Le ministère de l'Intérieur et de la police par Direction générale de l'immigration, est l'organe en charge de la la mise en œuvre de ce plan, et peut être assisté par un autre État à de telles fins. Paragraphe -. L'exécutif fournira au ministère de l'Intérieur et de la Police ressources nécessaires pour mener une campagne d'information dans plusieurs langues sur la portée et les modalités du Plan de l'étranger en situation irrégulière.
Article 6 - Fonctions. Du conseil d'administration. Pour les fins du présent régime le ministère de l'Intérieur et de la police ont les fonctions suivantes:
1. Phases de conception de la mise en œuvre du Plan;
2. Activer les zones où ils exploitent des stations d'enregistrement applications ou de coordonner avec d'autres organismes utilisent de celui-ci et les ressources humaines nécessaires;
3. Préparer la conception des formulaires de demande régularisation;
4. Apportez l'enregistrement et le contrôle des fichiers individuels et candidats de la famille pour la régularisation;
5. Évaluer chaque candidat sur la base de la satisfaction paramètres fixés par la Loi et le Plan de régulariser étrangers en situation irrégulière dans la base pays;
6. Approuver ou rejeter la demande de régularisation de l'immigration conformément aux exigences du Plan et de charger le Département de la migration à la question de documents pertinents à l'appui de l'état de l'immigration accordée;
7. Exiger, le cas échéant, en collaboration avec les organisations internationales spécialisées dans migration, ainsi que des missions diplomatiques et pays consulaires dont la nationalité venir étrangers en situation irrégulière, à campagnes d'information sur les avantages et la portée Plan,
8. Coordination avec les autres départements de l'Etat tout mesurer impliquant leur collaboration pour la mise en œuvre réussie et fonctionnement du régime.
Article 7 -. Fonctions du ministère des Affaires étrangères. Dans Outre les pouvoirs que lui confère la loi générale sur les migrations et Règlement, le ministère des Affaires étrangères est chargé de: Une. Rapport de légations diplomatiques étrangères dûment accrédité dans le pays, la mise en œuvre du plan, de sorte que ils sont informés de tout ce qui concerne les exigences et les conditions requises pour leur ressortissants résidant illégalement admissible pour la de celui-ci; Deux. Conclure des accords avec d'autres pays sur le rapatriement étrangers qui refusent de se stabiliser.
Article 8 -. Sous réserve de régularisation. Il est admissible à ce plan déposée dans le pays étranger: Une. Vous avez entré irrégulièrement territoire national, violation des règles prévues par les lois et règlements migration de la République dominicaine et a restés dans le pays en vertu des termes et conditions vertu de ce régime; Deux. Vous avez entré régulièrement en République dominicaine conformément aux exigences établies par le Migrant lois et règlements et que son irrégularité d'état origine par: une. Ont dépassé le temps pour lequel il a été autorisé à rester dans le pays, dans les conditions et conditions de ce plan; b. Avoir violé les conditions qui ont donné lieu à sa admission régulière ou les conditions de leur séjour, sous les termes et conditions de ce plan. Paragraphe -. Pour ceux qui sont nés sur le territoire des enfants République dominicaine parents étrangers en situation irrégulière qui ne serait pas correspondait nationalité dominicaine selon la réglementation en vigueur sera aidera le pouvoir de bénéficier d'un processus de naturalisation spéciale doit être donnée à l'effet.
Article 9 -. Présentation personnelle. Tous les étrangers intéressés par un recours Ce plan doit être personnellement soumis au ministère de l'Intérieur et La police locale ou autorisées par la présente à cet effet.
Article 10 -. Demande de régularisation. Pour être admissible en vertu du régime, tout étranger doit présenter les documents d'identification personnels, régulièrement délivré par les autorités compétentes de ce qui est national, avec leurs données personnelles, d'être enregistré par le ministère de l'Intérieur et La police a créé un dossier d'évaluation pour ces fins.
Paragraphe I: L'application ou formulaire d'inscription seront signés et mis en œuvre par le requérant et doivent être accompagnés de leurs données biométriques associées à moins leurs empreintes digitales et des motifs qui permettent la reconnaissance Face.
Le paragraphe II -. Ministère de l'Intérieur et de la police d'établir des mécanismes nécessaires pour aider ceux qui sont intéressés à remplir les formulaires l'application et la compréhension des procédures.
Article 11 -. Enregistre les demandes. Au dossier de demande l'évaluation doit tout étranger qui a l'intention de rendre manifeste Plan. A cet effet, l'organe directeur du plan est de développer une forme de chaque fois, en même temps que l'identité de chaque étrangère dans le présent plan, dans lequel l'essai et l'enregistrement de la satisfaction des critères de base définis les axes ci-dessous.
Article 12 - l'identité de l'accréditation.. Aux fins de l'admission application et afin de prouver leur identité personnelle, à l'étranger situation d'immigration irrégulière doit fournir une des options suivantes documents, même si le mécanisme vaincu se trouvent:
a) passeport ou document de Voyage équivalent;
b) Documentation de l'identité personnelle délivrée par les autorités consulaire ou d'une autre autorité compétente du pays d'origine;
c) le certificat de naissance du pays d'origine;
d) Pour un demandeur qui fait partie d'un groupe familial, à quelques minutes de mariage, déclaration unicité ou la preuve de la cohabitation, comme s'applique;
e) Les documents à l'appui de l'identification de l'étranger demandeur et le ministère de l'Intérieur afin de vérifier comment légitime. Paragraphe: Si l'étranger n'a pas la documentation établie dans le présent article, la demande de régularisation sera l'hôte sans le dépôt des documents au ministère de l'Intérieur et de la police, mais l'objet de données sera enregistrée et sont soumis présentation delos manquer le reste du document du plan, la date limite est 28 Février 2015. Après cette période, si l'étranger ne documentation fournie en vertu du présent article, la demande ne sera pas considéré, sous réserve des autres dispositions de la loi générale Migration et de ses règlements.
Article 13 -. Système de classement. Un système d'évaluation est créé de régularisation migratoire sur la base des critères de l'article 151 de la loi Ces critères servent de référence pour évaluer chaque demande régularisation migratoire.
Paragraphe I. - L'évaluation de la demande par l'autorité peut conduire à la régularisation de la demande dans l'une des différentes catégories sous-catégories et migratoires établis dans la Loi avant l'assemblée les exigences et les conditions de chacun des critères dans la ce plan.
Le paragraphe II -. Exigences de documentation de l'identité à la fois preuve de la satisfaction des différents critères définis par la loi, est établi dans ce plan, l'autorité peut vérifier dans le même document individuel de l'accumulation de plusieurs des conditions et des critères nécessaire dans le but de simplifier la procédure d'évaluation.
Article 14 -. Axes de base. Sont comme des axes de base pour le plan critères suivants:
1) La date du dépôt de la personne étrangère dans le pays;
2) Liens à la société dominicaine;
3) les conditions et socio-économiques de travail, et
4) L'ajustement des personnes individuelles ou en famille.
Article 15 -. Catégories migrateurs en fonction du temps de dépôt. Tout personne étrangère sans statut légal peut choisir les catégories la migration des articles 33, 34, 35 et 36 de la loi générale Migration.
Article 16 -. Temps de dépôt. Pour les fins du présent régime étrangers en situation irrégulière doivent indiquer son temps d'application qui ont résidé sur le territoire de la République Dominicaine.
Paragraphe -. Le dépôt doit être prouvée par la satisfaction de la moins deux (2) des critères suivants par la fourniture d' lesdits supports correspondant:
1) Les documents attestant emploi régulier, qui est crédité de présentation d'au moins de l'un des documents suivants (1):
a) Preuve de paiement des salaires;
b) Certification de paie émis par le ministère du Travail dans le chiffre qui a enregistré le demandeur étranger;
c) la société employés Carné dominicaine;
d) l'affidavit notarié employeur que l'étranger est votre employé, indiquant la date de location.
2) Les enfants nés et tenue en République dominicaine, avant la promulgation de la livre spécial des étrangers.
3) Adresse et / ou adresses connues au cours de la durée de séjour, la qui est crédité de l'introduction d'au moins une (1) des opérations suivantes documents:
a) des logements locatifs pour le compte du demandeur étranger contrat;
b) La réception du paiement du loyer pendant au moins six (6) mois le nom du demandeur étranger;
c) Au moins un (1) la réception du paiement ou contracter leurs services sous contrat nom de la République dominicaine, telles que service de l'énergie , téléphone, câble, ou le service de l'eau électrique, volant Temple de la poubelle au lieu de résidence présumé;
d) quartier de certification au nom du demandeur étranger, délivré par les voisins Conseil, régulièrement enregistrée dans le correspondant Villes et légalisé par un notaire;
e) Loi sur la notoriété, mis en œuvre par un agent public, à sept (7) témoins compétents, les voisins de l'étranger demandeur attestant savoir, dûment légalisé par le procureur général de République.
f) L'affiliation sociale, la présentation d'au moins l'un des éléments suivants (1) documents:
a) la certification ou un certificat délivré par les organisations sociales dans le communauté de résidence, tels que les églises et les clubs sportifs que le demandeur étranger appartient à la communauté;
b) Certification ou titre délivré par le Conseil de voisinage Voisins correspondants, dûment enregistrés dans le Hall et légalisé par le notaire qui certifie que le demandeur étranger appartient à la communauté;
4) Le document de l'autorité publique a émis à l' demandeur, ou lorsque son nom est mentionné, à l'occasion d'un administrative ou d'une procédure judiciaire;
5) La preuve de l'école ou dans l'enseignement supérieur centre d'étude Émis par dominicaine institution dûment autorisés et enregistrés par le ministère de l'Éducation ou le ministère de la Science et de l'Enseignement Supérieur Technologie dominicaine ou institution qui a formé à l'étranger;
6) Vivre avec ouvert et notoire dominicaine (affidavit unicité et la cohabitation faite par un notaire public par le étrangère requérant et son partenaire consensuelle dominicaine, faite devant les sept
(7) des témoins Entreprise dominicaine;
7) Les références commerciales à l'étranger, émis par des entités commerçants ou dûment fournis Registre national des Contributeur (RNC);
8) Propriété des biens personnels pour établir la présomption d' enracinement pour la période de temps que dans les soi-disant demeurant République dominicaine. Est testée par au moins deux (2) des éléments suivants documents:
a) Factures et reçus, les commerçants dominicains être correctement identifié par son enregistrement national des contribuables (RNC)
b) la réception de paiements de location au nom du demandeur étranger;
c) les états de paiement par carte de crédit au nom de l'étranger demandeur;
d) l'immatriculation des véhicules à moteur dûment délivrée par la Direction Général de l'Internal Revenue
e) compte bancaire au nom du demandeur étranger aperturada avec avant l'entrée en vigueur de ce plan;
9) Copie du certificat duplicata de titre qui couvre une propriété régulièrement inscrits dans le registre des titres de propriété, accompagné de certification délivré par le registraire des titres ou par déclaration bandeau améliorations émises par la Direction générale au nom du cadastre national de l'étranger;
10) Copie du passeport indiquant l'admission du demandeur à la République Dominicaine par quelques-uns des points d'entrée dans le pays.
Article 17 -. Société liens dominicaine. À l'étranger, a pénétré illégalement sur le territoire de la République dominicaine vouloir régulariser leur statut d'immigration en fonction de leur dernier lien et présent avec la société dominicaine, peut être crédité par le même présentation de la preuve réelle, crédible et fiable, ce qui vous permettra démontrer un lien indéniable avec la société dominicaine.
Article 18 -. Conditions d'évaluer les liens avec la société. Les conditions suivantes sont définies comme des paramètres évaluation du lien avec la société dominicaine de cet étranger, qui a pénétré illégalement sur le territoire de la République dominicaine:
1) Fils né et a déclaré dans la République dominicaine et de vivre dans le pays;
2) Preuve de centre d'étude études dominicaine;
3) La compétence de la langue écrite en espagnol;
4) La compétence de la langue espagnole parlée;
5) Certificat de casier judiciaire vierge en RD;
6) Adresse connue à travers le temps de la permanence présumée
7) Salon ouvert* et notoire avec Dominicaine.
*moi non plus je ne sais pas trop ce que c'est, je suppose que c'est la même chose que vimada en swahili.
Article 19 -. Catégorie de l'immigration que les liens avec la société. Tout personne peut opter pour le statut de l'immigration en vertu de l'article 35 la loi sur les migrations lorsqu'ils sont présents au moins deux (2) de les conditions prévues à l'article précédent de ce plan.
Article 20 -. Essai des liens avec la société. Conditions liens avec la société dominicaine étrangère sont démontrées par les tests suivants:
1) L'existence d'un enfant né en République dominicaine et déclaré dans la République dominicaine, est testé avec certificat transcription de naissance délivré par l'adresse du bureau état civil central, à travers l'une de ses agences;
2) La preuve d'avoir terminé l'étude dans le centre dominicaine doit être émis par une institution dûment autorisés et enregistrés;
3) La constance de l'école dans le centre d'étude dominicaine devrait être délivré par l'institution dûment autorisés et enregistrés par le Ministère de l'éducation;
4) La compétence de la langue espagnole parlée sera vérifiée dans entretien personnel;
5) la concurrence de la langue espagnole sera vérifiée par écrit évaluation;
6) Le certificat d'absence de casier judiciaire de la République Publié dominicaine par le procureur général de la République;
7) Le nom et l'adresse permanente de tous les temps permanence, est testé avec la présentation d'au moins deux (2) de les documents suivants:
a) Location de biens pour le compte de l'étranger demandeur;
b) La réception du paiement du loyer pendant au moins six (6) mois, au nom du demandeur étranger;
c) la preuve du contrat ou de services reçus contrat à son nom dans la République dominicaine comme services comme l'électricité, téléphone, TV eau ou la collecte des déchets de service de télédistribution à la Ville le lieu de sa résidence présumée;
d) quartier de certification au nom du demandeur étranger, Conseil Quartier dûment délivré par respectif enregistré dans les municipalités et authentifié par un notaire Publique;
e) Loi sur la notoriété, mis en œuvre par un agent public, à sept (7) témoins d'affaires, voisins demandeur à l'étranger Je sais attestant dûment légalisée par le Procureur général de la République;
8) la cohabitation ouverte et notoire avec Dominicaine visée ce plan doit avoir les mêmes caractéristiques requises par le Règlement, qui est testé en présentant déclaration affidavit de l'unicité et de la cohabitation faite par un notaire public par le Dominicaine demandeur étranger et partenaire consensuelle, faite avant sept (7) des résidents étrangers travaillant Dominicains témoins ou.
Article 21 -. Conditions de travail et socio-économique. Sont à condition que les conditions et les valeurs suivantes des paramètres évaluation des conditions de travail et socio-économique pour que l'étranger qui sont entrés illégalement sur le territoire de la République Dominicaine ou étranger qui a légalement conclu, mais Vous avez dépassé le temps qui lui a permis de rester dans le territoire:
1) L'école primaire soit haut, au milieu ou à la base;
2) les biens réels;
3) Un travail régulier pendant le temps de prétendue permanence;
4) Propriété des biens personnels;
5) Le certificat d'occupation technique;
6) les comptes bancaires; 7) Deux (2) références d'affaires;
Article 22 -. Catégorie de l'immigration que le travail et les conditions socio-économiques. Tout étranger en situation irrégulière peut choisir d'opter pour le statut d'immigrant en vertu de l'article 35 de la Loi sur les migrations générale établie lorsque la preuve d'au moins deux (2) de les conditions de l'article précédent.
Article 23 -. Conditions de travail des essais et socio-économique. Travail et conditions socio-économiques de la situation étranger irrégulière sont démontrés par les pièces justificatives suivantes:
1) Les classes supérieures, secondaires et primaires sont testés par certificat délivré par les institutions compétentes, dûment certifiée;
2) Le degré d'un certificat de qualification technique est prouvé par l'émission l'institution qui a formé à l'étranger;
3) La propriété des biens est testé par duplicata certificat de titre qui couvre un bâtiment inscrit régulièrement dans le Registre des actes, la certification délivrée par le registrateur des titres ou Bandeau par des améliorations Déclaration publiée par la Direction Général du Registre national au nom de l'étranger;
4) La propriété des biens personnels est testé par au moins deux (2) de la les documents suivants:
a) Factures et reçus, les commerçants dominicains être correctement identifié par son enregistrement national des contribuables (RNC) des actifs acquis plus de dix mille pesos Dominicains (RD 10,000.00 $);
b) La réception du paiement de biens locatifs dont la somme dépasse Dix mille pesos dominicains (RD $ 10,000.00) pour le compte de demandeur étranger;
c) les états de paiement par carte de crédit au nom de l'étranger demandeur dont les paiements supérieurs à dix mille pesos somme Dominicains (RD 10,000.00 $);
5) l'immatriculation des véhicules à moteur dûment délivrée par la Direction Général Internal Revenue au nom du demandeur étranger;
6) L'existence d'un compte bancaire détenu à l'étranger est testé par certificat délivré par la banque concernée et il doit fournir une preuve de savoir s'il a des mouvements réguliers pendant au moins dix-huit (18) mois et si vous avez un équilibre qui dépassant dix mille pesos dominicains (RD 10,000.00 $);
7) le travail ordinaire est testée en présentant au moins un des les documents suivants: a) Preuve de paiement des salaires;
b) Certification de paie émis par le ministère du Travail dans le chiffre qui a enregistré le demandeur étranger;
c) la société employés Carné dominicaine;
d) l'affidavit notarié employeur que l'étranger est votre employé, indiquant la date de location.
8) Les références de commerce extérieur en situation irrégulière doit être donné par des entités commerciales ou des commerçants dûment inclure Registre national des contribuables (RNC); Article 24 -. Obligation d'informer les autorités. À l'étranger situation d'immigration irrégulière qui a présenté sa demande de régularisation autorité doit informer ces données de localisation, telles que nombre domicile et l'adresse de résidence du lieu de travail, téléphone, téléphone mobile et e-mail, le cas échéant, ainsi que les données tiers à contacter en cas d'urgence, de sorte qu'il peut être notifiés et informés de l'évolution de son dossier. Article 25 -. Prolongation des prestations. La catégorie ou sous-catégorie immigrants régularisés profite à la fois:
1) et les descendants mineurs sous sa tutelle,
2) Les enfants et les adolescents qui sont sous tutelle ou la garde légale, et
3) adultes sous sa tutelle, tel que déterminé par un tribunal.
Article 26 -. Traitement par ménage. Archives étrangers qui font partie d'un groupe familial, c'est à dire, les conjoints ou cohabitant avec ou sans enfants mineurs doivent être traitées ensemble et ceux-ci suivent l'état du premier.
Article 27 -. Première instance affiliation des enfants mineurs. Dans le cas d'un mineur fils a été hospitalisé étrangers vivant en compagnie de deux ou un de leurs parents, seront tenus de fournir la preuve de la filiation.
Article 28 - Les enfants des étrangers illégaux. Dans le cas de la vente au détail âge qui fait partie d'un groupe familial constitué d'étrangers résidant illégalement admis, dans laquelle ils alléguaient qu'il était né dans territoire de la République, ses parents vont fournir le dossier certifié certificat de l'enfant de la naissance avant sur l'état civil correspondant.
Article 29 -. Ménages ayant des enfants nés sur le territoire. La application et le fichier pour le réglage d'un groupe familial constitué d' étrangers résidant aux enfants de moins entrés illégalement, en affirmant que l'enfant est né sur le territoire de la République Dominicaine sera traitée avec ses parents, et elle Ils annexés les documents suivants:
1) Procès-verbal certifié transcription de naissance délivré par le l'adresse du siège social de l'état civil ou de ses agences;
2) Si l'enfant mineur est l'âge de l'école, record scolarisation dans le centre d'étude dominicaine;
Article 30 -. Étrangers en situation vulnérable. Ceux étrangers dans un vulnérables et leur statut juridique protection est prévue dans la législation spécifique, le traitement migration régularisation si quelque chose sera préférentiellement traitées selon les procédures qui doivent être établies pour la manipulation cette législation.
Article 31 - Les enfants et les adolescents. Étrangers. Dans le cas d' les enfants et les adolescents sans doute étranger non accompagné qu'ils sont dans un abri sous la supervision du conseil d'administration National pour l'enfance (CONANI), si elle a fait l'objet d'une mesure Protection, le Conseil national pour l'enfance (CONANI) avant de Ministère de l'Intérieur un record sommaire de l'enfant, accompagnée de la données suivantes:
1) Copie des documents d'identité, si elles existent;
2) Copie de l'ordonnance de protection délivrée par rapport à l'enfant;
3) l'emplacement du centre de données qui est l'hôte, et
4) Une photographie en couleur. Paragraphe -. Compte tenu du dossier, le ministère de l'Intérieur et de la Police prévoient que la Direction générale de l'Immigration a accordé la résidence Enfant temporaire ou de l'adolescent, en vertu des pouvoirs vertu de l'article 35, paragraphe 8 de la Loi Article 32 -.
Traitement médical des candidats. Lorsque au cours de l' la mise en œuvre de ce Plan demandeur étranger est dans le situations visées au paragraphe 2 et 3 de l'article 15 de la Loi, son demande peut être faite par une famille qui est enracinée dans la pays. La demande et les documents d'accompagnement viseront à fournir au ministère de l'Intérieur et de l'information au sujet de votre police état nécessaires pour évaluer si le demandeur concerné peut prétendre à situations visées aux alinéas a), b) et c) du paragraphe 1 de l'article 16 de la Loi Paragraphe:
Si le demandeur est hospitalisé ou recevoir un traitement temporairement ou de façon permanente dans le centre de santé dominicaine au cours le processus de régularisation, ne devrait pas se qualifier pour régularisé en conformité avec les dispositions de ce plan, doivent obtenir une autorisation rester jusqu'à la fin du traitement, car elle soumet dossier certifié par une autorité compétente de la République dominicaine état de santé; poursuivre le ministère de l'Intérieur et de la Police de soumettre les dispositions prévues par la Loi et le Règlement, après J'ai trouvé que la situation qui a donné lieu disparu ce traitement à immigrants.
Article 33 -. Durée de décider l'application. Dans les quarante-cinq (45) jours prolongées de réception de la demande, le ministère de l'Intérieur et Police de prendre une décision appropriée, conformément aux critères fixés dans ce plan et informe le demandeur ou son représentant légal et comme la Direction générale de l'immigration afin de procéder à fournir correspondant à l'état de l'immigration concerné. Paragraphe -. Résolution Sinon il doit être suffisamment motivés. Vous serez informé de la personne concernée, ou son représentant légal, pour écrit, informer les ressources de cette décision peut et les délais de dépôt et les alternatives disponibles à cette fin.
Article 34 -. Refus de la demande. Si une fois que j'ai terminé le processus de évaluation, le ministère de l'Intérieur et de la police estime que l'étranger ne qualifier pour la régularisation migratoire, procéder selon le Articles 121, 124, 125, 126 et 127 de la loi n ° 285-04 et 129, 130, 131, 132 et 133 du règlement. Article -. Recours. Le refus de la demande de régularisation peut être contestée par la personne concernée ou son représentant légal par voie d'appel devant l'organe directeur du plan dans le dans les trente (30) jours après avoir été avisé de la décision motivés. Le paragraphe: Le ministre statue sur le recours sommairement sur minuta, confirmer ou révoquer le (30) décision attaquée dans les trente jours de sa saisie. La décision d'intervenir est finale et immédiatement exécutoire.
Article 36 -. Rapatriement volontaire. Un étranger a la possibilité de demander au ministère de l'Intérieur et de la Police assistance rapatriement volontairement dans leur pays d'origine.
Article 37 -. Pourboire. Toutes les procédures établies dans le présent plan sont exonérés du paiement des droits et taxes par l'étranger parties prenantes. Il est supporté par le pouvoir exécutif pour résoudre leur mise en oeuvre. Article 38 -. Interdiction de l'expulsion. Au cours de la mise en œuvre de cette autorités du régime ne doivent pas adopter les mesures envisagées dans le Les articles 121 et suivants de la loi sur les migrations sur l'étranger en situation irrégulière qui se trouvent dans tout le pays de la République et qui relève du champ d'application de même.
Article 39 -. Avis. Toute information ou documentation par l'étranger aux fins de bénéficier de ce plan Nationale pour la régularisation est confidentiel et pour usage interne seulement.
Article 40 -. Renouvellement ou changement de catégorie. Tout étranger qui acquérir le statut d'immigration, conformément à ce plan et est soumis à renouvellement ou changement de statut, procède conformément à la législation pertinente.
Compte tenu dans la ville de Santo Domingo de Guzman, district de la capitale nationale la République dominicaine, le _________ () jours de _________ Deux mille treize (2013); *** Le texte de Plan National de régularisation de étranger dans situation immigration irrégulier résidant dans la République Dominicain aussi est disponible dans la portail de Internet de Ministère de Intérieur et Police http://www.mip.gob.do . M. José Ramón Fadul Ministre de Intérieur et Police Président de Conseils National de Migration

Pierre tu as bien fait de ne pas t'occuper de la traduction, coté mise en page c'est long et chiant.
Mais c'est toi qui as fais le plus gros du travail.
Encore cinq jours et tu pourras échanger tes après-skis pour des tongs.

tu as tout à fait raison Philippe. Plus que 3 jours avant de me dévétir de tous mes vetements chauds.

De l'air

Bravo pour le boulot de Mise en ligne et de traduction....

pour faire simple,il serait peut être mieux de poser la question;il semblerait que le but de ce texte de nouvelle loi,était de régulariser les nombreuses naissances haïtiennes en république dominicaine.Ma question est donc la suivante:est il plus facile d'obtenir un visa de résidence,et non plus de faire une course marathon,par un tas d'intermédiaires,et à quel prix?
cordialement.

Bonjour Theret.
Cette loi ne s'applique pas seulement aux Haitiens, mais à tout le monde.
Il ne faut pas que ce soit dit qu'il s'agit d'un texte raciste visant une ethnie particulière. La régularisation touche donc tous les immigrés en situation irrégulière sur le territoire dominicain, comme nous l'avons connu en France en 1981.
Et c'est beaucoup mieux comme cela
Cordialement

Bonjour THeret,

Nous avons (au moins Pierre et moi) donné sur le forum les prix minimum des documents administratifs (au moins l'équivalent de 600 euros) hors frais d'avocats ou de faciliteurs.
Entre le dépôt du dossier COMPLET et l'obtention de la première cedula et du permis de séjour - valable seulement un an et à renouveler chaque année pendant 4 ans, puis 2 ans je crois, il faut compter entre 6 et 8 mois.
Ce n'est pas simple, mais je crois qu'en France ce n'est guère mieux.

Bien cordialement.

Sur le site du consulat de RD à Marseille tout y est expliqué.
Ils en connaissent beaucoup plus que moi et certainement d'autres.
C'est moins cher et presque obligatoire de tout faire en France.
c'était il me semble 30€ par traduction plus le visa de résident.

Ensuite en RD si l'on maitrise l'espagnol direction l'immigration, si l'on maitrise pas on soustraite à un avocat.

Il y aura ensuite une visite médicale.

Pour le reste je ne sais pas, comme sur un papier il y avait un cachet mal positionné et qu'à la chancellerie il n'ont pas voulu corriger, j'ai renvoyé au consulat, depuis 8 mois plus de nouvelle.

L'immigration à téléphoné à mon avocate (que je paie pas) pour dire qu'en février je devrais tout refaire, j'ai fais répondre que si j'étais en RD avec l'idée d'aider un peu, je n'étais pas là pour combler les lacunes des affaires étrangères et que changer de pays m'était indifférent.

Dans la nouvelle loi, ils ne font pas référence à l'emplacement du cachet, en mars je serai peut être encore en RD.

Bonnes préparations.

Bonjour et remerciements à tous.Je reviens vers vous.Merci à phil et à Piere, pour leurs avis qui m ont permis d analyser ce texte. Toujours pour avoir votre avis, en precisant qu 'il n'est pas dans mon désir ni dans mes intentions  d 'etre illegal dans ce pays. Je repose donc la question Est'il plus interressant de faire tres rapidement sa résidence en passant par tout le circuit que vous indiquer et que je connais bien pour l'initier. OU profiter de cette regularisation qui apparamment gratuite et ECONOMISER ainsi les 30.000 ou 40.000 pesosque cela couterait.
Merci encore pour vos lumières
Cordialement

ROL97 :

OU profiter de cette regularisation qui apparamment gratuite et ECONOMISER ainsi les 30.000 ou 40.000 pesosque cela couterait.
Merci encore pour vos lumières
Cordialement

Il faut lire le texte de la loi, les réponses y sont.
Il faudra trouver des notaires qui travaillent gratuitement.
Je suppose qu'il faudra des traductions, c'est plus cher qu'en France. Les économies c'est pas trop une certitude.
Le compte en banque doit être antérieur à la loi.........ect.

Cette loi son but principal c'est quand même de résoudre le problème des gens qui se sont retrouvés apatrides.

A l'immigration avec un sourire on a droit facilement à un "mi amor", ils sont sympas.
La grande majorité à qui s'appliquera cette loi seront des haïtiens, c'est rare qui entendent "mi amor" et on peut pas dire qu'en RD on soit toujours sympas avec eux. L'ambiance sera peut être moins sympa pour la minorité des étrangers qui seront noyés dans la masse mais l'expérience sera certainement enrichissante, si c'est pas sur rendez-vous on aura le temps d'apprendre le créole.

Il y aura peut être parmi ces gens des bonnes âmes qui apporteront des "refrescos" dans les files d'attentes.

Bonne semaine.

Bonjour Rol97.
Je répond en partie à votre questionnement. Effectivement, la régularisation va être gratuite, semble t'il. Je pense qu'il faudra néanmoins des papiers légalisés et autres traductions. Entièrement gratuit donc, je ne le pense pas. Cela n'engage que moi.
Mais si je lis bien ce qui est dit, la régularisation se fait en 2 phases. La première qui serait le recensement des illégaux, et la deuxième phase sera la procédure administrative de régularisation. Et des dates y sont notés. La première phase se terminera fin mai 2014 ( de mémoire ). Cela veut dire que jusqu'en 2015 vous resterez un immigré illégal sur le territoire dominicain.
On critique, à juste titre ou non, la présence de clandestins chez nous en France, et ce que l'on fait lorsque l'on parts à l'étranger, c'est de reproduire la même situation. Certes, cela peut vous faire économiser quelque argent, mais il faut bien s'avoir que les papiers qui vont seront attribués devront être redemandés 1 an après et cela pendant plusieurs années, car l'attribution d'une résidence permanente ne se fait pas avant 5 ans je crois.
Rol 97, chacun voit  midi à sa porte. Personnellement, je vis dans un pays et je m'adapte à ces lois. Je crois que c'est déjà par cela que l'on réussi notre intégration ici. Ce qui me choque, ce sont les commentaires des dominicains concernant cette loi. Ici, il y a les mêmes " baufs " que chez nous. Les slogans : " la République Dominicaine aux dominicains ", chez nous ça fait " la France aux français " et ça, ça pue.
Cordialement.

Pierre69190 :

Cela veut dire que jusqu'en 2015 vous resterez un immigré illégal sur le territoire dominicain.

Dans la loi il est indiqué que l'on ne risque plus l'expulsion, mais comment les sorties du territoire dominicain seront'elles considérées?
Entre la date de demande de régularisation et la régularisation, je crois pas que des rajouts de cachets sur le passeport soit apprécié, je peux me tromper.
Habituellement quand un pays régularise, après il fait beaucoup plus attention aux frontières et la tolérance diminue fortement.

Si à la question (en espagnol qui faudra maitriser car écrit dans la nouvelle loi) de l'officier d'immigration: Pourquoi êtes vous entré illégalement, on répond pour gagner 137,33€, il appréciera.

Quand je veux gagner 100-200€, je prend un billet d'avion à 299€, c'est beaucoup plus facile.


Bonne journée.

Pierre69190 :

Bonjour Rol97.
Je pense d'une part, que quelque soit la nouvelle loi, les autorités dominicaines vont vous faire payer pour dépassement de date. J'ai entrepris mes démarches d'obtention de mes papiers sitôt mon arrivée ici, avec un visa valable 2 mois. Au final, j'ai déposé tous les documents requis avec 2 jours de dépassement. Ils m'ont fait payer une amende pour dépassement de 800 pesos.
D'autre part, tous les Ambassadeurs ont été convoqué pour obtenir des informations concernant cette régularisation. Pourquoi ne demanderiez vous pas conseil auprès d'eux ?
On critique, en France, tous ces immigrés clandestins. Pourquoi essayer de reproduire ici ce que l'on critique chez nous ?
Cordialement.

Bonjour Pierre,
Je ne vois pas trop le rapport avec les personnes en situation irrégulières en France, nous ne venons pas ici pour profiter d'un système social ( intéressant pour elles mais débile et ruineux pour la France  )  ici il n'y a, ni chômage, ni sécu, ni logements sociaux, ni soins gratuits à 100 %, et pas de CMU non plus ...

Juste une retraite paisible me tient à cœur, bien loin de ce qu'était notre beau pays !!!

Cordialement,
Dominique

Bonjour Dominique
Bien sur que l'on ne vient pas ici pour profiter des avantages sociaux du pays. Cela n'aurait pas de sens. Les autochtones d'ailleurs cherchent d'avantage à partir plutôt qu'à rester dans leur très beau pays. Cela fait réfléchir donc. Par contre, certains de nos compatriotes viennent ici se refaire la cerise. Pour certains, la vie devient intenable en Europe pour diverses raisons. Policière, fiscale, familiale etc...
Il est plus facile de venir ici et de se refaire un curriculum vitae blanc bleu, en gommant tout le noir qui pourrait l'enlaidir.
Mais il y a aussi ceux qui viennent ici pour profiter des errances ou de l'absence d'une législation très ( trop ) souple à bien des égards. Et c'est en cela qu'ils copient les immigrés bien de chez nous ( cher Jean Nohain ) qui viennent profiter des avantages sociaux comme vous le dites. Combien d'étrangers en situation irrégulières en ce moment en République Dominicaine ?
Cordialement

bonjour a tousz ayant un billet aller pour le 1 er janvier vers LT dois je absolumebnt prendre un retour prealablement? reponse Urgente merci a tous au plaisir de vous rencontrer la bas peut etre

Bonjour Giiles
Je dirai que cela dépend de votre situation et en même temps qu'il n'y a pas de soucis. D'après Doume06, en partant de Bruxelles seuls les Suisses doivent avoir un billet aller et retour ???
Si vous êtes français, donc, il n'y aurait pas de problème. Reste à savoir d'où vous partez ?
Quels sont vos documents de voyage : Passeport ou bien documents dominicains ( Cedula  ) ?
Vous êtes vous renseigné auprès de votre compagnie de voyage ?
Pour ma part, j'ai voyagé avec des billets simples, mais j'ai les documents dominicains. Mais je dois dire qu'à l'embarquement, on ne me demande que le passeport, et cela n'a jamais posé de problème.
Cordialement

super merci de ta reponse en fait j arrive de martinique ou je bosse là et j ai un billet air caraibes simple vol aller uniquement afin d etre libre de partir quand je le veux des que je depasse pas 3mois j ai un passeport sans visa RD

Bonjour Gilles.
As tu questionné Air Caraïbe ?
Cordialement

bonjour
je suis en Guadeloupe en ce moment  et j'habite en repdom,je prends toujours un billet aller simple,soit par Antilles express ou air caraïbes,et tous les antillais vivant en repdom font pareil,car ils ne savent jamais a quel date revenir.
cordialement

super lulu est ce interessant fiscalement d habiter la bas et de venir travailler en gwada?

non je n ai pas contacté air caraibes car ils me demanderont de prendre le retour de suite.. bien sur....

Bonjour Gilles.
Je n'en suis pas certain du tout. Pourquoi vendraient t'ils des billets aller simple tout en sachant que l'on vous refuserait l'embarquement ? Cela n'a pas de sens pour moi !
Cordialement

désoléde me répéter,ont peux prendre un billet allers simple dans les 2 sens depuis la france et les dom
sur le site de aircaraibes ,airfrance et antillesexpress,c'est tout a fait
possible
je le fait sans arrêt et depuis au moins 4 ans plusieurs fois par an

aucun intérêt gilles
français les impôts se payent en France

A la chancellerie a sto domingo comme au consulat dominicain à Marseille le meme discours : le visa de résidence devra être demandé depuis la France, a partir du 1 er janvier 2014. Cela prend au moins 21 jours une fois tous les documents réunis.

bonjour LULU 97139

EXACT   ALLEZ SIMPLE OU RETOUR.

et pour la Guadeloupe  aussi  notre dernier voyage le 20 juin
allez simple .et retour le 10 octobre  pas de problèmes.

et pour la France  pareil.
nous avons juste payer pour le dépassement  .

janemario

Bonjour à tous.
L'Etat dominicain a entrepris un plan de régularisation des sans papiers, présent sur leur sol. Ce plan vise essentiellement les Haïtiens, mais également tous les étrangers présents ici.
La complexité de pouvoir fournir tous les documents demandés, d'une part, rebute certaines personnes à entreprendre les démarches.
D'autre part, comme l'explique l'article d'un journal de ce matin, l'Etat lui même est complètement incapable de faire face à la complexité de la tâche. D'abord parce que le gouvernement Haïtien ne donne pas tous les documents réclamés, mais aussi parce que, afin d'éviter les risques de fraudes à la régularisation, la liste des documents réclamés est trop longue. Et donc le contrôle exercé par les autorités dominicaines de ces documents prends beaucoup trop de temps.


http://elnacional.com.do/plan-regulariz … l-fracaso/

Bonne chance aux futurs régularisés.
Cordialement

L'article que nous propose Pierre est l'exacte reflet de la situation actuelle. Très peu de bureaux sont ouverts ( par exemple au nord, Puerto Plata, Nagua, Santiago n'ont pas encore le matériel nécessaire; machine pour prendre les empreintes entre autres)
Cela ne s'adresse en aucun cas à des personnes qui auraient quitté le territoire dominicain dans les 3 dernières années ( pour rentrer en france par exemple prendre des vacances) Cela s'adresse vraiment aux illégaux qui n'ont pas la possibilité ou les moyens de rentrer chez eux faire une demande de visa de résidence.
J'ai la liste exacte des papiers à fournir si cela intêresse quelqu'un. C'est effectivement assez conséquent.
Il y a beaucoup de choses non dites ou non inscrites qui comptent dans l'acceptation des dossiers.  Ainsi la maitrise de l'espagnol me semble indispensable , en tous cas de ce que j'en ai vu, c'est bien vérifée( à l'oral comme à l'ecrit).  Bien que le processus soit gratuit, les papiers exigés doivent être certifiés par un notaire ( j'en connais peu qui fassent cela gratos ) et apostillés par la procuraduria de la capitale ( impots 330 pesos par document à payer à la banque de Reservas) Je ne vois pas beaucoup d'haitiens ayant les moyens de se payer tout cela.
D'autant que la plupart doivent déja résoudre le problème de ne pas avoir de pièce d'identité (le ministère des haitiens de l'étranger a mis en place un bureau a la Capitale ou normalement on peut se procurer un "kit";  acte de naissance, carte d'identité, passeport pour 1000 pesos) mais vous imaginez le chaos....

bonjour
le délais de la carte de tourisme est de 3 mois non 3 semaines :)

bonjour
Il aurait peut être mieux value arrivé déjà avec votre dossier et votre visas longue durée, ou autre accordé par l'ambassade, pour l'obtention ensuite de la résidence et celuda, car une fois votre arrivée ici, c'est la que vous avez 2 mois pour déposer votre dossier et le faire valider définitivement et lancer vos autres démarches, sinon en effet il va vous falloir faire tout d'ici  cela sera plus long forcement, le dossier demande quand même pas mal de document officiel :cool:

peelrepdom , votre réponse , pleine de bon sens concerne le visa de résidence, et pas le plan de régularisation.( Sur ce forum, il y a plusieurs posts sur le sujet ) Mais pour compléter vos infos, il n'est plus possible de régulariser sa situation une fois sur place si l'on n'a pas déja un visa.

Les dernières nouvelles du front.
Si je me base sur cet article il y aurait 8-9000 dossiers de régularisation d'haïtiens par mois.
Il y aurait eu des embauches d'étudiants haïtiens, bravo pour le pragmatisme et l'intelligence qui va de pair.
400 dossiers par jours bravo pour la performance.
Bonne semaine.

Nouvelle discussion