Alimentation bébé

Bonjour

Nous arrivons à Rio début octobre, mon mari, mon bébé et moi même. 
Etant assez exigeante quant à la qualité des aliments en général, et particulièrement pour bébé, voici ma question :
Trouvons-nous des aliments bio (légumes, petits pots, du lait de croissance...) à Rio ?


Je vous remercie par avance

Belle journée :)

Rio étant une ville de plusieurs millions d'habitants dont pas mal (nonobstant les clichés misérabilistes) sont dotés d'un très fort pouvoir d'achat, je ne doute pas que vous trouverez une qualité équivalente à ce que vous obtenez à Paris.
Le tout sera de chiner pour connaître les magasins qui vous satisferont

En tapant: alimentação biologica no rio de janeiro sur Google.com.br, vous avez déjà plein d'indications

Merci  Benj
Pour la réponse, je vais effectivement regarder cela sur Google

Bonne journée !

Bonjour,

Vous êtes sérieuse??

et si vous n'en trouvez pas, comment allez vous faire?
Google ne vous répondra pas, il faut aller sur place!

Et comme le dit Benj77, c'est pas sur Mars que vous allez, mais dans une des villes les plus moderne au monde!

Comment croyez vous que font les mamans sur place? exigeantes ou pas?

Chère madame
Il faut vous détendre un peu !

Pour votre gouverne, je vais évidement arriver avec des boites de lait d'avance
Alors, à moins de m'apporter des réponses intéressantes, je vous remercie de bien vouloir m'épargner vos remarques désobligeantes

Et bien déjà il faudrait nous expliquer ce que vous recherchez de si "spécial".

Quand on s'expatrie, c'est comme ça, chère Madame. Trouve t'on telle marque ou que sais je, comme le font d'autres personnes.

et au passage, VOUS allez devoir vous détendre et être moins difficile pour vivre sur place.

Votre question n'est pas explicite pour qu'on vous réponde en détail.

Vous partez du principe de qualité. Alors de quoi s'agit il?

On trouve TOUT au Brésil, tout, pour tout le monde.

Je ne peux que vous invitez à relire mon message initial

Bonjour,

Je vis au Brésil depuis un an et demi et étais également pas mal "à cheval" sur la qualité de mes aliments (bio et local, achats pour la plupart au marché chez les petits producteurs).
Je ne suis pas à Rio, je suis dans une ville plus petite dans l'état de São Paulo.

Vous avez raison de vous poser la question, la "mode" bio n'est pas aussi généralisée au Brésil (pour des questions toutes simples d'intérêts liées aux producteurs de pesticides et autres "agrotoxicos"). On trouve du "bio", oui, mais cela me rappelle la situation du marché français quand j'étais ado : le bio encore marginalisé et très cher. La nourriture est, généralement, chère, mais le bio... disons que nous dépensons la même chose qu'en France, les bons fromages en moins, les bons fruits en plus (mais arrosés de bons produits bien toxiques, éhéh) J'ai mis du temps à me faire à cette idée.

Si vous avez les moyens, alors pas de soucis, vous trouverez votre bonheur. Si vous êtes un peu limite dans vos budgets, va falloir revenir au bon vieux "conventionnel"...

Bonnes recherches !

Persiste et signe, trouver des produits dans une ville de six millions (au moins) d'habitants dont quelques dizaines de milliers sont immensément riches, c'est possible.
En gardant en tête que les certifications au Brésil n'offrent pas "forcément" les certifications européennes, corruption plus développée aidant.
Pour ma part, bien que très sensible (asthme, eczéma voire pire) dès que je suis en contact avec des produits "louches", je fais attention sans me prendre la tête au Brésil et je suis rarement malade, plutôt moins qu'en France (sauf à SP: pollution atmosphérique qui doit selon moi esquinter davantage un bébé que de la bouffe non bio, et on n'y peut pas grand chose)

Bonjour

Merci de votre message !
Oui j'ai effectivement lu (courrier international spécial Brésil) qu'ils utilisent bcp de pesticides qui ne sont plus utilisés (même aux US!!)
J'imagine bien que c'est pas encore ça (ceci dit, en France selon les région, on trouve, ou pas. En corse cet été, j'ai été surprise de ne rien trouver de bio pour bébé dans les hypermarchés)

Enfin, je pense que pour les fruits/ légumes j'arriverai à trouver/ jongler .. Et m'adapter ;-)
Mais pour le lait infantile/ de croissance, savez vous -à tt hasard- si on peut en trouver du bio ?

Merci encore
Sandy

-De vos messages-

Côté lait pour bébé, là je ne suis pas encore dans cette phase, éh éh ...
Bonnes recherches !

en tapant la recherche sur google.com.br, j'ai vu des offres. Comme c'est fluctuant, faites vous aider par des lusophones.

Sandy,

J'habite à SP et je viens de Montréal.

Je vois fréquemment des fruits et légumes bio à l'épicerie locale, mais le choix n'a rien à voir avec Montréal. C'est beaucoup plus limité et évidemment plus cher.

Personnellement, déjà qu'il y a des sceptiques partout par rapport à la véritable qualification 'bio' je serais encore plus sceptique au Brésil, étant donné la forte culture de laisser-faire et d'outre-passer les règles.

Faut pas rêver, non le Brésil n'est vraiment pas la France ou le Canada en termes de choix de produits et on ne trouve pas de tout, mais on fait avec, on s'habitue et on n'en est pas plus mal.

Bonne chance!

Émilie

Cela dit, je n'ai pas l'impression que les enfants brésiliens souffrent davantage que ceux des gringos...
Je viens d'arbitrer un match de foot entre gosses de 8 10 ans à Benfica près de Belém, et les petits Français, même bourrés de bio, auraient ramassé un 44 à 3 (technique et condition physique) :lol:

Les Français par contre auraient une plus petite chance de se ramasser une balle perdue en même temps...

emilie116 :

Les Français par contre auraient une plus petite chance de se ramasser une balle perdue en même temps...

Mais que faites vous dans ce pays horrible? Quel parent aimant y élèvera son enfant dans de telles conditions de risque au lieu de rentrer chez lui? :rolleyes: le péril pour soi, admettons, mais pour ses gosses?

Le Français que je suis (pas spécialement footeux en plus, euphémisme), on est venu lui demander gentiment, en délégation, d'arbitrer ce match sans prétention entre gamins, pour lui témoigner du respect, de la gentillesse et un vrai sens de l'accueil. 

Ça a effacé le stress ressenti il y a trois jours quand j'ai été braqué à Recife.

Ah! J'ai sifflé quatre coups francs dont certains sans doute erronés. J'ai mis un carton jaune. Et je suis toujours vivant, pourtant, même si les parents m'ont taquiné après le match!

OK, le Brésil a ses défauts (dont la violence, quoique nos matchs de foot en banlieue...). Mais on ne force personne à y vivre, alors on le prend comme il est, d'un bloc, ou on le laisse. Il évolue à une vitesse grand V, et nous donnera sans doute des leçons dans quelques décennies

Haha bah oui les Brésiliens sont sympas, j'en ai marié un et il a réussi à me convaincre que la violence du Brésil était moins pire que la violence de l'hiver montréalais...voilà pourquoi!

C'était une blague pour le foot, qui malheureusement est à moitié vrai dans certains quartiers défavorisés de Rio ou autre, mais bon.

Les Brésiliens ont raison, la violence on s'y habitue, mais c'est peut-être bien ça le pire.

Ah et à propos de l'alimentation qui ne serait pas saine "et toute cette sorte de choses"...

L'espérance de vie au Brésil progresse de façon gigantesque
(elle rejoint quasiment celle de la France et dépasse celle de la Guyane française dont le PIB/hab est le triple et qui a "la carte vitale" et un climat comparale),

malgré un système de santé publique qui a encore de sacrés progrès à faire,
malgré (comme dit plus haut justement, pas mal de morts par balles perdues - sauf pour eux) plus autant de morts sur les routes,
malgré un climat exigeant en Amazonie,
malgré la pollution paulista et carioca,
malgré des endémies pénibles (dengue, paludisme),
malgré de l'eau pas potable partout,

J'en déduis à bon droit, je pense, que tout en étant un peu attentif, il n'y a pas trop de souci à se faire, ne croyez-vous pas?

Benj,

je pense que pour les leçons, ils en donnent déjà pas mal au Brésil et d'autres devraient aussi en prendre de la graine. :D

Je maintiens qu'au Brésil et dans les grandes villes surtout, on trouve tout et qu'on ne manque de rien, pour peu qu'on prenne la peine de chercher et d'y mettre le prix. ;)

Pour un brésilien, l'important c'est d'être vivant, heureux et en bonne santé avant tout, amanha e outro dia!:P

Autre chose: un certain nombre de moisissures qui "tâchent" les fruits et légumes, propres au climats tropicaux, tout comme des déjections issues de certaines chenilles, fourmis ou autres insectes qui vivent sous ces latitudes sont toxiques à moyen terme (mes sources: IRD, ex ORSTOM)
C'est d'ailleurs le cas en France pour les pommes bios, à un degré moindre: il faut virer les "tâches" avant de les manger ou de les cuisiner.

Dans ces conditions, peut être vaut-il mieux un peu de pesticides qu'on élimine en épluchant, ou en attendant tout simplement quelques jours pour certains car leur durée de vie est limitée, que manger "naturel", mais toxique.

Pour la santé de bébé, même si c'est "chimique", protégez-le impérativement des moustiques car la dengue sévit à Rio comme dans toutes les grandes villes du Brésil (et plutôt dans les beaux quartiers que dans les favelas, pour une fois il y a une justice: l'aedes aegyptie ne se reproduit que dans des eaux claires). Une piqûre peut suffire si le moustique a sucé un individu déjà contaminé. Donc même une moustiquaire, ça ne suffit pas toujours.

Cette maladie est une véritable saloperie qui vous met à plat pour des semaines (pour avoir connu les deux, je préfère largement le paludisme, c'est dire! C'est plus violent, mais on en sort en quelques jours). Dix jours francs où on est totalement à plat, plus un mois environ avec des douleurs articulaires affreuses et un dégoût pour toute nourriture.

Alors pour des gosses, j'avoue que je compatis. Même pour le moutard qui a braillé huit heures durant à côté de moi dans l'avion, je ne souhaite pas le centième de ça :) (à sa mère qui ne le cajolait pas, si: je lui en souhaite une dizaine)

Attention aussi à la mononucléose: éviter les prêts de trucs qui se portent à la bouche (la maladie du baiser)

SandG,
Je me permettrais de faire une petite remarque: les gens ici essaient juste de vous aider. Ils sont directes, certainement. Aprés avoir vécus quelques années aux Brésil, on prend un peu les habitudes locales et c´est tant mieux. Ils ne sont pas désobligeants (ce mot m´a bien faire rire) mais juste très francs.
Mais maintenant je vais être aussi très direct: si ces petites remarques des membres du forum vous semblent désobligeante, attendez-vous à entendre 100 fois pire au Brésil (sans même être sortie de l´avion); pourrez-vous gérer ce stress ? Etes vous prêtes á venir au Brésil ?
Cordialement

Mais on ne peut pas non plus vivre en permanence avec un danger au dessus de la tête! Des précautions et des reflexes oui, ça s'apprend, on doit se forcer. Après ça devient naturel!

On doit raisonnablement, quand on ne connait pas un endroit, venant d'un autre très "asseptisé" prendre des précautions.

Perso, ici au Brésil, j'ai appris tellement de choses questions sanitaires, que je les applique partout partout où je vais dans le monde et plus encore au fur et à mesure de mes découvertes locales. On change d'éducation....:D ça a du bon l'expatriation!!

Nettoyer systématiquement viandes et volailles,  avant de les cuisiner. (Qui pense à faire ça en France?)  Retirer ses godasses AVANT l'entrée de son logement, (Asie et pays du nord Europe) pour ne pas faire entrer les saloperies du dehors? Qui pense à ça en France? Et un tas d'autres détails qui vous changent la vie...

La DENGUE, oui, mais encore faut il s'informer pour se mettre soi même à jour des recommandations : ses pots de fleurs, sa piscine, son balcon etc...des reflexes qu'on traine ensuite toute sa vie! la prévention, ça fait sourire jusqu'à ce qu'on soit concerné. 

Le BIO, oui, mais encore faut il savoir d'un pays à un autre à quoi ça correspond ! se renseigner d'abord, car les notions sont parfois radicalement "spéciales".

Je comprend bien qu'on veuille avoir un type d'éducation alimentaire pour son BB, quoique, mais quand on s'expatrie, il faut savoir aussi être moins exigeant, revoir un peu ses principes, et s'adapter. Sinon, c'est pas la peine.

J'ai tenté, avec le message sur la dengue, d'attirer l'attention sur les vrais problèmes (selon moi)
Cela dit même en ne créant pas de gite larvaire chez soi, comme il y aura bien un voisin qui ne prendra pas ces précautions, il faut sans doute passer aux moyens actifs à savoir les insecticides.

allspice, même si je le vois faire au  Brésil, je me refuse à "laver ma viande" :) sans pour autant critiquer ceux qui le font (ou alors si réellement elle a été exposée à la poussière et aux mouches comme à Oiapoque... là c'est quelque chose!)

Je pars du principe (peut être erroné mais mon médecin est d'accord avec moi) qu'en se maintenant au contact d'une quantité raisonnable de germes pathogènes, on s'auto-vaccine.

J'ai remarqué qu'au Brésil, ce sont souvent les gringos les plus prudents (lavage de fruits et des fois ils n'en mangent même pas, refus des jus, d'un verre d'eau etc.) qui dès le premier accroc à leur régime (inévitable à un moment ou à un autre) ramassent une monstrueuse gastro qui les met en vrai danger tant elle les déshydrate sous un climat tropical, quand pour ma part je ne subis que des épisodes mineurs de KK un peu mous, et encore, très rarement.

J'ai le souvenir d'une Américaine, dans le deserto dos Lençois (dur de s'isoler en plus :cool: ) qui posait culotte à peu près tous les cent mètres et qu'on a dû réhydrater presque de force tant la garce** était têtue, avec de l'eau de cuisson de riz un peu salée. Pourtant la veille à Barreirinhas, elle a même refusé la caïpirinha offerte de bon coeur "à cause de la glace pas faite avec de l'eau minérale"

** Garce pas parce qu'elle était malade, la pauvre. Mais parce qu'en refusant de prendre le traitement adapté en fonction de ce qu'on avait avec nous, à savoir du riz, du sel et de l'eau, elle compromettait la randonnée de six personnes.

benj,

Evidemment qu'il faut passer par l'étape "WC" assidument quand on arrive dans un pays, tropical. Même pour ma part vomir pendant mes premières 24 heures, et tomber dans les pommes! Je suis devenue ensuite courageuse et compréhensive sur mes symptômes ;)

La question de nettoyer n'est pas tant pour les bactéries naturelles locales, mais d'hygiène de préparation et d'emballage. Ce sont les propres brésiliens qui m'ont appris ça!

Passer sous l'eau avant de cuisiner les aliments!! 

95 % des brésiliens ont des amibes. Nous autres n'y échapperons pas, en passant par des phases plus ou moins difficiles question intestins. 

OUI, je suis d'accord pour passer par ces étapes, pas trop le choix d'ailleurs, nettoyant ou pas sa barbaque. Le lait, les légumes, et cie...

OUI aussi pour passer par ces étapes d'adaptation. Mais bon, si on peut limiter les dégâts, hein ;)

Faut pas non plus confondre les diarrhées avec les bactéries, car juste de manger des feijaos donne le même résultat, brésilien ou pas :D 

une dica : toujours mettre de la sauge fraiche dans la cuisson, ça évite pas mal de dégâts et d'interrogations post dégustation.

Les laitages locaux sont coupés, beaucoup d'intolérance pour les nouveaux, faut le savoir, donc un break (1 mois ou 2) et reprendre progressivement.

A chaque fièvre élevée, au dessus de 38° de plus de 24 heures sous paracétamol ou ibuprofène, consulter en urgence!

OI, je comprend le principe d'adaptation, mais quand même faut pas non plus exagérer sur "la mise en forme" de l'individu! si on peut s'éviter des désagréments médicaux, why not?

Pardon Benj, je ne vous rejoins pas 100% là dessus. J'ai jamais abusé des précautions de lavage, bien au contraire, mais si on peut éviter de passer par là progressivement, je ne vois pas le problème. De toute façon c'est selon les personnes et leurs réactions sanitaires.

Sinon on pourrait aussi réclamer des clims, de la propreté des lieux qu'on fréquente, des gens et leur hygiene, etc...j'ai chopper la gale pourtant, et rebelote le mois dernier, et pourtant...

Pour la DENGUE, ça, pareil que vous, les ponctions lombaires et cie!! alors je peux vous dire que le voisin qui fait pas sa part, il a eu maille à partir....vous pouvez me croire!

Pour votre dernière ligne OUI, je comprend bien!! :rolleyes:

Bonjour,
vous êtes déjà sûrement arrivés! j'ai une fille, je suis arrivée quand elle était bébé. Alors moi j'achète des légumes chez les primeurs (hortifruti...) et il y a des magasins BIO. Pour le lait vous trouverez facilement en supermaché ou drogaria. Les petits pots se font rares, le mieux c est la drogaria, et la gamme est très restreinte!! Par contre pour le dessert les petits pots nestlé en drogaria ont une gamme assez large! Les petits pots sont très pratique en voyage... mais la gamme de pots légumes est pratiquement inexistante! Personnellement je prépare toutes les purées de légumes,  j ai acheter un cuit vapeur et un mixeur... Ma fille n'a jamais été malade en 2ans et grandit très très bien...
Votre bébé va découvrir pleins de nouveaux légumes et fruits!
bonne installation!

SandG :

Bonjour

Nous arrivons à Rio début octobre, mon mari, mon bébé et moi même. 
Etant assez exigeante quant à la qualité des aliments en général, et particulièrement pour bébé, voici ma question :
Trouvons-nous des aliments bio (légumes, petits pots, du lait de croissance...) à Rio ?


Je vous remercie par avance

Belle journée :)

en phase avec manonluti :)

des petits pots ..beurk !!!! au Brésil, les maman préparent les plats de leur bébé et donc vous en trouverez difficilement en magasin sauf à les payer à prix d'or.....

mon fils est né au Brésil, ne sait pas ce qu'est un petit pot, un lait de croissance mais par contre connait la saveur d'un légume et d'un fruit.....aujourd'hui à 9 ans..il n'est que rarement malade ce qui n'est pas le cas de certains :o

:one avec chicobrasil et j'ajouterai qu'on mange sans doute plus équilibré dans les classes populaires que chez les petits bourges, en plus! :cool:

Mais puisqu'on parle de maladie, je vous signale que par 30° à Belém, j'ai chopé... une bronco-pneumonie (eh oui, la chaleur ne tue pas les germes) et respirer de l'air très chaud avec ça aux poumons, c'est assez l'horreur (et climatisation formellement interdite par le médecin)

Nouvelle discussion