Ras le bol de la vie metropolitaine

Bonjour à tous

Je suis paysan viande bio en metropole depuis 9 ans, je cesse tres prochainement mon activite pour des raisons economiques et pour un profond ras le bol de la vie metropolitaine (stress, arcelement administratif, manque de concideration de la profession, sensation de vivre sans objectifs)

Il y a 11 ans, j'ai fais un sejour de 3 mois en ce si beau territoire, ce fut rude mais franchement, ma plus belle experiance.
La plus belle connerie que j'ai faite, fut de rentrer sur Paris.

N'ayant aucune famille à charge ni liens locaux, je me sens pousser des ailes.

Si quelqu'un pouvait me tuyauter sur une assoc ou un organisme de formation pour que je puisse patager mes connaissances avec des jeunes ou des paysans guyanais, ma vie reprendrai tout son sens.

Par avance, blogueurs et blogueuses, merci

des jeunes ou des paysans guyanais

Il faudra déjà en trouver! :)

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le travail de la terre est jugé peu attrayant en Guyane (ça se comprend d'ailleurs parce qu'au delà de l'impression de luxuriance, entre les fourmis, les criquets, les pluies qui lessivent très vite les sols etc., faire pousser quoi que ce soit est très difficile et en plus, en "culture d'exportation", il y a la concurrence des pays voisins avec une main d’œuvre qui coûte six fois moins cher.
Reste l'agriculture pour le marché local, trustée par les Hmongs et une petite agriculture de subsistance sur les abattis, ancrée dans des traditions qui au fond marchent plutôt bien)
Note que pas mal de soi-disant agriculteurs visent uniquement la spéculation foncière. L’état commence d'ailleurs à contrôler ces détournements d'attributions de terrains

Pourquoi ne contactes-tu pas tout simplement... la chambre d'agriculture?
(OK elle est en faillite, mais elle existe quand même...)

Merci pour ta reponse,

je suis conscient de la difficulté de la culture vivrière locale compte tenu du lessivage et des ravageurs.
Non pas que la Normandie soit une région tropicale loin de là,
mais ma ferme est sur une terre pauvre (sableuse) et ou le climat y est tres froid l'hiver et très chaud l'été.
je cultive des fruits et legumes en permaculture, technique traditionnelle africaine que j'ai adaptée ici et ça marche du feu de dieux.

C'est bien dommage que l'agriculture ne soit pas plus développée, c'est pourtant un métier noble.

Quand à la chambre d'agriculture guyanaise, si elle est aussi competante qu'en metropole, ça craint.

Je ne me décourage pas je vais bien finir par trouver.

Encore merci.

Bonjour,

Afin d'ouvrir le champs des possibles, je ne souhaite pas uniquement me borner au strict domaine agricole (bien qu'il me tienne particulièrement à coeur), mais le jardin espace vert et l'horticulture me plaisent aussi.
Après tout travailler la terre pour des fruits et légumes, des animaux (productions fourragères) ou pour des végétaux d'ornement c'est un peu la même chose.

Merci.

Si je peux me permettre un conseil et sans mettre du tout tes compétences en doute, évite, en Guyane, un message libellé ainsi:

pour que je puisse partager mes connaissances avec des jeunes ou des paysans guyanais

Pour ma part, je ne doute pas que cela part d'un bon sentiment, mais c'est souvent interprété en Guyane comme "le gars qui vient d'arriver et qui veut régenter notre vie, nous apprendre comment on doit faire alors qu'on le fait depuis des siècles"

J'ai vu ça dans ma partie, avec les conseillers pédagogiques, comme moi, qui venaient de débouler. On m'avait averti de ces préventions et j'ai fait profil bas, commençant par poser des questions et attendant qu'on sollicite mes "lumières" : du coup, en quelques mois, j'ai été adopté quand d'autres ont été victimes d'un véritable rejet - ce qui était dommage car souvent leurs compétences n'étaient pas en cause...

Mais il y a tant de fumistes qui viennent en outre-mer et qui se présentent comme des experts que tout le monde souffre de cet état d'esprit.

Bonjour à toi Ben,

Excuse moi pour la formulation de mes propos, maladroite.
En tout cas ce n'est absoluement pas le fond de ma pensé, je ne suis vraiement pas un expert et j'apprends humblement tout les jours.

Lorsque je me suis installe paysan en Normandie, je n'etais pas de la region et le seul a faire du bio. La mefiance normande n'est plus a demontré, il m'a falut 5 ans avant de faire parti de la communauté des paysans locaux.
Ce sont les anciens qui m'ont le mieux accepté par ce que, ne connaissant pas le terroir, j'ai passé des heures à discuter avec eux pour apprendre.

Je ne suis pas sorti de la "cuisine à jupiter", et ne souhaite en aucun cas me comporté comme conquistador.
La guyane souffre encore trop de ces têtes chercheuses qui arrivent en terrains conquis, fraichement debarquée des belles ecoles et qui n'ont jamais mis les mains dans le camboui.

Pour ce qui est de mes competances elles sont modestes,du haut de mes 34 ans, j'ai un BTS agricole en agronomie et fais des stages en institus de recherche (INRA, centre européen pour l'agrobiologie), je ne suis pas ingenieur ni chercheur, par contre j'observe, j'ecoute.

Pour etre le plus complet, sur notre département, nous avons monté une assoc de paysans et autres pour developper une agriculture durable et citoyenne (ARADEC sur tout le territoire).
C'est inimaginable les progres que nous avons tous fait que ce soit sur les élevages ou sur les cultures, en allant les uns chez les autres et en passant des heures a echanger nos "connaissances" et observations.
Il me semble qu'il n'y a que par le partage, qu'il peut y avoir progres, a une seule condition s'est qu'il soit equitable.

A bientot

Eh tu n'as pas à t'excuser! :) Un forum c'est fait pour échanger et justement, là tu connaîtras une erreur de formulation à ne pas commettre!

La Guyane souffre encore trop de ces têtes chercheuses qui arrivent en terrains conquis, fraichement débarquées des belles écoles et qui n'ont jamais mis les mains dans le cambouis.

Déjà beau quand ils sont au moins passés par ces écoles!

Vantardise et trafic de faux diplômes, de CV "enrichis", de certificats fabriqués de toute pièce, la région doit détenir le record parmi ces arrivants.

Si tu veux, un jour on se téléphonera. J'ai mené une étude pour la CA, il y a longtemps (en 1989), sur la conduite des abattis traditionnels. En trente ans, cette agriculture n'a guère changé ;)

Lire aussi ça, que j'ai commis sur un blog aujourd'hui en longue jachère:

http://borghesio.typepad.com/benjamin/2 … anioc.html

Je savais que la France était une république "bananiere", mais tout de même pas à ce point.

Alors comment peut on etre credible dans cette situation.

Sur le forum, j'ai lus vos échanges avec un "broussard", tout à fait enrichissant.
Tu me corrigeras si je me trompe, mais il me semble que le prefet actuel de guyane est l'ancien de l'orne.
Que le monde est petit.
Si c'est bien le cas, ce n'est pas pret de s'arranger.

Remarque si on ne gratte pas trop le vernis, la carte postale reste seduisante.

J'ai regardé ton lien, domage qu'il soit en jachère, il me semble qu'il y a plein d'articles interessants.

OK pour téléphone, a bientôt

Tu me corrigeras si je me trompe, mais il me semble que le prefet actuel de guyane est l'ancien de l'orne.
Que le monde est petit.
Si c'est bien le cas, ce n'est pas prêt de s'arranger.

Un Préfet, c'est comme un toutou: ça fait ce qu'on lui dit de faire, où on lui dit de faire, quand on lui dit de faire. :)

C'est le bras du gouvernement. C'est pour ça qu'en cas d'alternance on les mute massivement: ce n'est pas une sanction mais une disposition pour qu'ils ne fassent pas sur place le contraire de ce qu'ils faisaient un an avant...


Les préfets nommés en Guyane - comme souvent les procureurs - sont en quelque sorte "à l'essai".


Bien que normalement c'est une petite affectation (200.000 habitants) ceux qui y ont montré tact et savoir-faire (sous entendu: gérer au mieux les innombrables situations crapoteuses) ont ensuite des promotions fulgurantes.

Souvent, juste après, la Seine & Marne (gros département, énormes enjeux économiques)
Ou les services secrets (Dewatre à la DST après sa gestion fine du conflit surinamais et des répercussions en Guyane, Cordet en Seine St Denis et à la police, etc.)

Ou cette procureure qui fit merveille en Guyane pour manier l'éteignoir, et qui fut ensuite nommée en Bretagne pour clore  l'affaire du Bugaleid Breizh, ce chalutier sans doute coulé par un sous-marin de l'OTAN.

Comme on dit en Guyane... République bananière qui ne produit même pas de bananes.

Ah bas merde alors, moi qui pensait que la guyane etait restee le bagne de la republique, c'est en fait un centre de formation pour hauts fonctionnaires pourris ?

Puree, le vernis se craquelle...

Bon bas c'est pas grave, le tout c'est d'avoir le moins souvent à faire avec eux, aimer ce que l'on y fait.
Je suis certain qu'il y a des gens bons et justes, je pense aux locaux.

En tout cas les guyanais ne manquent pas d'humour, au sujet de la republique bananiere.

Lors de mon sejour de 3 mois, j'ai rejoins de la famille d'expat, haut fonctionnaire (désolé).
J'ai visité les sites que tous les blancs becs font, d'ailleur c'était drole car il n'y avait que des metros sous les carbets, vachement depaysant...

Par contre j'ai reussi à m'echapper de la villa à metro village, Remire, si mes souvenirs sont bons.
Pour aller sur le port de Cayenne et dans la vieille ville, curieusement, s'etait l'inverse, pas un blanc.
Je me souviens de jeu de dominos avec des anciens en buvant une biere très "locale" dans des gargottes franchement locales.
C'est pour moi les meilleurs souvenirs.
Ce sont ces echanges que j'ai aimé, simples et sinceres.
Je n'étais plus à disneyland, mais chez eux.
le long des fleuves, il y a des villages etapes pour passer la nuit ou visiter, on a vraiement l'impression d'etre pris pour des cons que nous sommes, tout y était faux, les sourirs forcés,les objets à vendre, l'accueil.
Je revois encore ces cons de blancs becs avec leurs gros sabots qui mitraillaient de photos sans respect comme au zoo, beurc'h.
Quelle honte j'avais.

Bien sur moi aussi j'avais pris un apareil photo, j'ai du faire 3 photos sur 3 mois, par contre j'ai des images et des odeurs plein la tête. Mon apareil n'a jamais quité le sac à dos.
A+

Eh il faut bien me lire! J'ai dit qu'il y avait des nuls et des véroles, je n'ai pas dit qu'il n'y avait que des nuls et des vérolés! :)

Simplement, il faut bien les répertorier, et faire en sorte qu'on ne soit pas assimilé à ces derniers.

Bon alors il y de l'espoir, ouvrons l'oeuil.

Je ne sais pas si tu as vu mais sur "blada", il y a des echanges savoureux sur l'actualité guyanaise. "Ca vaux son poids en coco".

Apres avoir lu differents posts (ici et sur blada), je me suis rendu compte de certaines choses.
En gros, si tu n'es pas fonctionnaire ou que tu ne bosse pas pour le CSG, tu n'as aucune chance de trouver un job en tant que blanc bec, merde je suis profondement decus, je pensais que la guyane avait besoin de gens sincères et dévoués pour, un temps soit peu, échanger des idées, pour ameliorer la vie quotidienne.
Quelle deception, c'est une chasse guardée pour planqués aussi incompétants que ceux que l'on a en metropole, seul le salaire est motivant?
C'est l'eldorado des pervers sexuels qui se font plumés par les bresiliennes, ou encore des pourris qui font leurs preuves avant d'integrer de hautes fonctions en metropole.
J'ai honte d'etre français.
Je ne sais pas ce que je vais faire, mais je vais y reflechir à deux fois avant de m'embarquer.

Ceci dit, j'ai toujours la nostalgie des ambiances du port et de la vieille ville de Cayenne, avec ces troquets improvisés, ces épiceries chinoises, mais oui nous savons tous qu'ils s'arangent du commerce, mais ils ne sont pas guère differents de nos chinois du 13ème à Paris, en exagone, nous sommes tous heureux d'aller chercher notre plaquette de beurre chez l'épicier nord africain du coin ou le chinois à 22h00. Ici ils participent au lien social.
Malheureusement, je n'ai pas connu les villes de rive des fleuves frontaliés, ou je suis certain que des etre exceptionnels y resident.

Je me demande vraiement ce que l'intrusion du blanc bec à amelioré sur les qualités de vie des gens du crus.

Le tourisme, super, quelle belle perversion des coutumes ancestrales.
Le CSG, à part les retombées des fumées de la belle ariane, ils n'en voient pas la queue d'une cerise.

Je suis très en colère et commence à comprendre pourquoi dans les DOM le blanc bec est si mal perçu, je comprends leur amertume.

Allez Carnaval....

Je ne sais pas ce que je vais faire, mais je vais y reflechir à deux fois avant de m'embarquer.


De toute façon ça me semblait évident, de réfléchir.


Cela dit, blada est à prendre pour ce que c'est: un site informatif certes, mais trusté par des métros justement de passage.

J'espere au moins que tu me comprends, je suis dans le doute.
Voila des millenaires, que ces peuples vont très bien, il a fallut que les blancs becs s'y mettent pour tout foutre en l'air.

Pour ce qui est de blada j'ai bien compris que s'était un repère de néocolonialistes sinon fachistes, contre quelques locaux qui se battent pour rétablire la verité

Voila des millenaires, que ces peuples vont très bien, il a fallut que les blancs becs s'y mettent pour tout foutre en l'air.

Pour ce qui est de blada j'ai bien compris que s'était un repère de néocolonialistes sinon fachistes, contre quelques locaux qui se battent pour rétablire la verité

Tu es trop manichéen.
J'ai travaillé sept années durant au contact des Amérindiens, dont trois ans à Camopi. Je peux te certifier que j'y ai trouvé la même proportion d'infâmes connards et de gens très bien que dans n'importe quel groupe d'humains, même si ça ne s'exprimait pas selon nos codes sociaux.
Ils pétitionnent contre les chercheurs d'or qui "dévastent nos forêts", à Camopi, mais ils les ravitaillent contre espèces sonnantes et trébuchantes. Les mêmes.
Quant à ces peuples qui vivaient très bien, pardon mais le cannibalisme, la torture abominable des prisonniers de guerre, les infanticides dès que le gosse avait une infirmité même minime (ça continue, d'ailleurs. En général, il se "noie accidentellement" vers deux ans ou trois ans: on touche un peu d'allocs comme ça), je ne pense pas que c'était jouissif.

Faire un abattis, même avec des cognées, des tronçonneuses et des produits qui démarrent les feux, c'est un travail de galérien. Alors j'imagine, avec des haches de pierre...

Pour les métros arrivés depuis quelques temps c'est exactement pareil. Des infâmes crétins côtoient des gens très bien. Simplement, les gens très bien font des gaffes dans leur présentation (début du fil de discussions)

Pour ta situation propre.

Il te faudra avant tout savoir si tu auras accès au foncier, soit en concession (bail emphytéotique) soit en propriété si tu as du capital.
Ou si tu peux avoir une emploi de formateur (exemple prof contractuel au lycée agricole)

Je me demande ce que l'on est venu foutre ici, ci ce n'est que pour l'equateur propice au lancement de ces fusées.
Je ne suis pas contre une visite de courtoisie, mais qu'on leur foute la paix.
Tous les peuples amerindiens ne nous ont pas attendus.
Ce sont maintenant les esclaves du tourisme blanc bec, seule ressource de devises,quelle déchéance.

Il n'y a pas de tourisme à Camopi... et d'ailleurs ils le réclament! :)

Des cruautés il y en a partout, mon père a travaillé en afrque noire, et crois mois des coutumes barbares à nos yeux il y en a beaucoup.

Mais de quel droit l'Etat français peu ou doit s'ingererer dans cette pratique ancestrale.
Sinon dans le but de capter des ressources minières ou naturelles.

Allons ne nous voilons pas la face, c'est juste pour le fric que tout cela est possible, les humains c'est la derniere des motivations.

Sinon les bidonvilles de cayenne seraient depuis longtemps résorbés, ne faisons pas preuve d'angelisme.

Le blanc bec est un organisme saprophage, un auportuniste, tel le gui sur le pommier.
Une fois que la branche est morte, il en change.

Tu vois, j'aimerai bien connaitre l'opinion du "broussard" a ce sujet.

Ceci dit la guyane est un terroir de l'impossible dans le respect des peuples qui y resident. ils ne nous ont pas attendus pour s'adapter au terrain ni developper des strategies d'harmonie avec la nature environnante.

C'est pourquoi j'aime ce departement plus que tous.

mon but n'est pas de culpabiliser les metros qui sont en guyane, mais seulement de les faire reflechire.
J'en ai ras le bol aussi de ces néocolonialistes qui se permettent tout et n'importe quoi sous pretexte qu'ils sont détenteurs des resources Scientifiques.
Mais de grace, faites en profiter les populations locales, elles ne sont pas plus betes que vous, partagez.

Merde, nous ne sommes que des humains, les blancs becs (dont je suis ) ont fait assez de mal à ce peuple.
Guyanais ne croyez plus aux chimères, prennez vous en mains.
Réagissez.

J'ai lu sur ce forum que pour les services sociaux, la priorité était mise pour le recrutement d'agents locaux, et que certains métros s'en offusquaient, mais merde, c'est bien normal, qui connais bien mieux les maux des guyanais que les guyanais eux mêmes, donnons nous leur chance de resoudre leurs problèmes.

Il me semble necessaire de leur foutre la paix.
La guyane n'est pas une base de loisirs ou tout est permis pour les metros, il faut lire tous les posts de metros qui là cherchent un village à l'americaine, là cherchent une place de fonctionnaire, et j'en passe.

La guyane n'est pas une pute que le blanc bec peu sauter à tout bout de champs.

C'est un terroir qui se respecte, merde.
Un peu de dignité.
Nous ne sommes pas chez nous, nous sommes chez eux.

J'ai lu sur ce forum que pour les services sociaux, la priorité était mise pour le recrutement d'agents locaux, et que certains métros s'en offusquaient, mais merde, c'est bien normal, qui connais bien mieux les maux des guyanais que les guyanais eux mêmes, donnons nous leur chance de resoudre leurs problèmes.

Là encore tu es "binaire" et manichéen.

Entendons nous bien: je suis aussi pour une sorte de préférence locale parce que dans mon ancienne partie, par exemple, je supportais mal certains établissements scolaires où les enseignants étaient majoritairement exogènes quand le personnel qui faisait le ménage était endogène. Situation profondément malsaine et génératrice de rancœurs qui, d'ailleurs existent fort peu en Guyane, infiniment moins en tout cas qu'aux Antilles.

Cela dit, ce sont des choses qu'il faut faire sans le dire. Parce que sinon, quelle que soit la compétence du Guyanais à un certain poste - et il y en a des compétents! - on le soupçonnera - y compris ses compatriotes qui souvent préfèrent avoir affaire à "un blanc" (eh oui!) d'être là par le piston et la préférence locale et pas sur ses mérites.

Plutôt qu'un piston ethnique, je suis pour qu'enfin on ait sur place un système de formation qui permette aux jeunes de se présenter à armes égales aux concours et examens. Comme ils ne sont pas plus cons que les autres, ils réussiront en proportion. Ce piston dispense finalement de mettre en place de vraies filières de formation qui marchent!

Je me souviens d'un DDO d'un tir d'Ariane, guyanais. Un journaliste guyanais - aussi! - l'interroge: "est ce que vous êtes fier de représenter votre pays en dirigeant les opérations de ce tir?"
Sa réponse: "Non! Je suis fier d'avoir pu prouver mes mérites et accéder à ce poste de responsabilités" Il avait tout compris!

Idem pour un copain pilote d'Air-Guyane: "on ne m'a pas mis là parce que je suis guyanais, mais parce qu'en empruntant 150.000 francs sur mes salaires à venir, je me suis payé toutes les qualifications requises, et que j'ai réussi à tous les examens

N'empêche. Quand le président du Conseil général de l'époque, guyanais pur souche, prenait l'avion, il voulait... un blanc aux commandes, alors que mon copain était sans nul doute le plus qualifié et le plus doué (je l'ai vu faire des poser à Saül avec un doigté incroyable, sous des trombes d'eau et en perçant une couverture nuageuse très basse)
 
Comment expliques-tu qu'en général pour un poste de conseiller pédagogique, il y a en moyenne entre 50 et 100 candidats, mais que pour celui que j'ai occupé, sur les fleuves avec les déplacements le cul sur des bidons de fuel et le paludisme en prime qui m'a bousillé la santé avec une trentaine de crises, je fus le seul, qu'aucun local ne voulut jamais l'occuper?

Lorsque tu trouveras plus de deux ou trois Guyanais pour servir (et pas se servir comme blancs ou guyanais, souvent) à Camopi, Maripasoula, Papaïchton, sauf une année contraints et forcés avant de fournir un certificat de complaisance, fais moi signe. C'est comme en France ces gens qui exaltent les cités. En foi de quoi, ils n'y mettent jamais les pieds.

Je te le redis: i n'y a des cons partout, dans les mêmes proportions. Regarde le pedigree judiciaire du maire de Saint Laurent, guyanais pur souche. Ça vaut bien celui d'escrocs de passage sauf que lui il a saigné à blanc son pays, pas un pays de passage: circonstance aggravante.

Au final, même parmi les chasseurs de primes ou de bons salaires quelle que soit leur origine, j'ai toujours préféré travailler avec des gens de cette mentalité mais qui en donnaient pour le pognon qu'ils touchaient plutôt qu'avec des idéalistes qui en général pétaient un câble au bout de deux ou trois déconvenues.

J'ai eu deux suicidés dans ma circonscription, des "idéalistes" déçus. Morts pour rien: ils n'ont rien changé, et on les a oubliés très vite.

Je suis un vieux con, je sais. Mais pour réussir dans ce milieu très compliqué, je pense qu'il faut impérativement avoir le sens des nuances et savoir composer. Je n'ai pas dit s'écraser, mais faire la part des choses entre les indignations qui ne font que faire monter la tension artérielle et celles qui font avancer le Schmilblick.
Moi, je n'encense pas les Guyanais. Mais je ne les traite pas de racistes imbuvables comme cela fut écrit sur ce forum à l'encontre de mes propos. Parce que je ne me fais pas plus d'illusions sur eux que sur l'humanité, mais pas moins non plus.

Humble avis: si tu n'y arrives pas à composer, à dépasser tes indignations... laisse tomber. Parce que j'ai trop vu de braves gars repartir de Guyane clochardisés, cassés sinon à vie du moins pour des années, parce qu'ils se sont investis sans le recul nécessaire.

Je pourrais te parler de P..., dans ta branche, qui a créé jusqu'à 50 emplois bien payés (on a collaboré) pour une plantation d'ananas de qualité exceptionnelle. Et qui, si ça se trouve, est au RSA de nos jours.
De ce médecin (blanc) mort au sens strict du terme d'épuisement, seul chirurgien à St Laurent du Maroni: infarctus à 40 ans. Deux années pleines de boulot sans un jour de repos, faute de remplaçant. Le préfet le réquisitionnait à chacun de ses congés. Il aurait pu (et dû!) se mettre en maladie, il ne l'a jamais fait par éthique. Il y est resté.

Ne crois surtout pas que ton discours dont je ne remets pas une seconde en cause la sincérité trouvera un écho favorable auprès des locaux.
Ils n'en ont (à juste titre) rien à battre de la solidarité exprimée s'ils apprécient avec du recul les attitudes. Les discours au contraire, ça rend méfiant.

OUF, ça pour une réponse, c'est une réponse. Merci.
J'ai certainement idealisé un peu trop l'autonomie des guyanais.
Je ne renie pas ce que j'ai écris, simplement, il me semble que ces 50 dernières années furent dévastatrices pour les anciennes colonies françaises.

Il y a eu une politique de laissé faire dans les DOM, la même que l'on retrouve dans nos villes hexagonales.

Les anciennes générations nous regardent avec un oeuil bien veillant, elles ont compris que la seule solution de survie etait de montrer allegance au pouvoir en place.
OK, nous avons apportés le travail, la santé, l'éducation.

Mais moi ce qui me chagrine, c'est la derniere generation, celle qui n'a connue que le chomage et l'indiferance des politiques, c'est elle l'avenir.

Lorsque je vois que dans mon petit bled normand, le moindre jeune est obligé de partir ou sur de grandes métropoles ou à l'etranger pour envisager un avenir meilleur, ça me fout les boules. Et crois moi, ils ont toutes les armes pour reussir localement.
Alors si la metropole se desertifie en espace rurale, j'imagine que dans les DOM, c'est puissance dix.

La situation est ci instable, que je mets ma main à couper que dans les prochaines années, la cocotte minute va exploser.
Dans ma petite contrée, les artisans ne trouvent plus de jeunes pour reprendre les affaires ou pour travailler avec eux, ils se sont tous barrés, a la recherche d'avenir meilleur, loin de cette putain de france.

J'imagine que pour la guyane, ou tout les maux metropolitains sont a multiplier par 10, la situation doit être déplorable.

Si encore la france et ses DOM misait de façon pro sur le tourisme,apres tout nous avons des atouts, pour peu que nous les valorisions, nous pourions tirer notre épingle du jeu, mais ce n'est même pas le cas.

Tout est fait de façon amateur, et si des assoc ne mobilisaient pas des fourmis ouvrières, tout tomberai à l'abandon.

Nous ne sommes même pas capable, de comprendre que notre seul atout, c'est la diversité de nos paysages et ces cons de paysans qui les façonnent (dont je suis).

Je ne suis pas contre le fait que des blancs becs, mangent ou dorment le long des fleuves guyanais, mais au moins que les choses soient faites avec professionalisme.
Si la France et ces DOM TOM doit devenir un disneyland, pourquoi pas, mais au moins faisons en sorte que cela se fasse du mieux possible. De façon pro, il n'y a pas de honte, le tourisme est une industrie comme une autre.

En foi de quoi c'est quand même en Guyane que le niveau de vie est - de loin - le plus élevé de tout le continent latino-américain et où on est, malgré les énormes carences si on compare à l'hexagone, quasiment le mieux soigné: on envoie des gens en France subir des greffes d'organe, qui sont au régime CMU.

Et c'est là qu'émigrent massivement Brésiliens et Surinamais, après une énorme vague de Haïtiens. Le flux n'est pas dans l'autre sens.

C'est aussi - ça n'a jamais cessé de m'étonner car c'est totalement schizophrène - en marge d'un vote sur des personnes qui appellent toujours à plus d'autonomie voire à l'indépendance* (Taubira par exemple, mais on se demande dans ces conditions comment elle accepte d'être la ministre d'un état qu'elle a renié) un vote massif à chaque fois que la question a été posée, contre toute autonomie supplémentaire allouée à la future et hypothétique "collectivité"

* Mon hypothèse qui n'engage que moi, c'est que confusément, les gens votent pour les revendicateurs en pensant qu'ils obtiendront davantage, mais qu'ils veulent que ça reste dans le système actuel.

La dernière fois, ras de marée populaire contre cette autonomie grandissante et pourtant tous les partis, de droite comme de gauche, "nationaux" ou "locaux",  appelaient au "oui"
Et pourtant cette part d'autonomie proposée non pas par le pouvoir central mais par les élus guyanais réunis en Congrès était très limitée.

Les Guyanais ne savent pas ce qu'ils gagneraient. Mais très confusément, ils savent ce qu'ils perdraient et ce serait les insulter que de penser qu'ils ne songent qu'aux avantages matériels du genre "allocations", etc.

On pourrait faire infiniment d'autres choses que du tourisme. Dans ta partie par exemple, une exploitation intelligente et respectueuse de l'incroyable biodiversité.
Un transfert progressif de technologie d'Arianespace sur place.

Evidement, la guyane est un poumon vert.
Je rêverai de pouvoir y developper les energies vertes,
voila un département ou il pleut en abondance, profite d'un ensoleillement constant ou presque, et voila que rien est fait. Tout pousse de façon régulière, il n'y a pas de saisons hivernales donc morte pour la végétation.
Le traitement des eaux y est déplorable, si ce n'est pas une forme de renoncement politique, je n'y comprends rien.

Bonjour a tous,
Je rentre du boulot.
C'est tout de même curieux que ces échanges ne provoque pas de commentaires de la communauté des expats autres que BenJ.
Alors, désolé si c'est un forum de fonctionnaires qui a des rêves d'exotisme, mais la realité est bien là.
Elle peut facher.
J'attends vos commentaires.

Desolé je ne suis pas fonctionnaire, je ne souhaite pas le devenir, et oui j'ai tout de même l'envie de quitter la metropole pour rejoindre ce département que j'aime, avec ses qualités et ses défauts.
Et non je ne souhaite pas resider dans ces quartier douillets, bien propres pour metros bien propres sur eux aussi.

Bonne nuit

Peut être aussi tout simplement que le samedi soir voire dans la nuit, les gens se distraient ou dorment? :)
Je ne t'ai répondu si tard que parce que j'avais un long et très fastidieux travail à terminer, qui me clouait devant l'ordinateur. Sinon ça aurait attendu.

Ne t'inquiette pas, moi aussi j'ai beaucoup de boulot en ce moment.

Je viens juste de voire les infos sur 1ère guyane.
Un nouvel établissement privé catho s'est créer pour l'agriculture à St Laurent, c'est génial, sur l'ensemble du corps enseignant, je n'ai vu qu'un métro (yes), et en plus le projet est de transmetre les methodes de culture des abattis
C'est une bénédiction!
Bon mon seul bémol, c'est que c'est catho, est ce que l'enseignement public et laïc n'est pas foutu de faire la même chose?
Je suis sur que si, mais preuve est faite que si ce ne sont pas des fonds privés qui financent les études, rien est possible pour le respect des traditions agricoles guyanaises.
A bon fonctionnaires salut.
J'ai vu aussi cette nuit un merveilleux reportage à charge sur la guyane intitulé "sur les routes du crime", ou l'on fait étalage des trafics de drogue, d'or et des femmes, quelle belle image pour la guyane sur France 4 (service public), même si c'est une réalité, j'éspère que l'office du tourisme nous montrera une belle image de "touloulou" pour regonfler les visites.
Je suis profondement enervé, il me semble que l'on veux prendre les guyanais pour des cons, des dealers de drogues et des hôtes de tous les trafics envisageables.
Je me refuse de donner cette image en public sans en connaitre les origines. C'est un peu trop simple.
La seule satisfaction de ce reportage, c'est qu'il a bien montré que ce sont en majorité des blancs becs qui se livrent à la consommation de pauvres filles du bresil (16 ans à 24 ans).
Alors à tous les expats mâles, baisez vos femmes et foutez la paix aux pauvres filles, sinon trempez vos couilles dans du bromure, pauvres cons.
Les biens gros et biens gras, donnez vos frais de passe pour des assocs pour le developpement de la guyane, ces gamines ne seront plus obligées de sucer votre pognon pour vivre. 

A+

http://www.cr-guyane.fr/espace-jeunes/l … e-a-matiti

Ça pour l’enseignement public.

Quant à enseigner dans le cadre d'un lycée les méthodes de culture traditionnel sur abattis, ça me semble farfelu au plus haut point.
Il n'y aura pas meilleur formateur que l'Amérindien, le Bushinengué, le Créole voire l'Européen (il y en a!) qui ont leurs abattis, et la voie de l'apprentissage sera infiniment préférable (ou des stages dans le cadre d'un enseignement agricole plus large)
Je ne vois pas comment le lycée pourra mettre ça en application puisque le principe de rotation des sols est impératif: trois ou quatre ans d'utilisation avant une jachère de plusieurs décennies. Autant dire qu'il lui faudra des milliers d'hectare de foncier, si l'enseignement sera sérieux.

Merde BenJ,
tu ne vois pas le verre à moitier plein, mais le verre à moitié vide.
En agrobio métropolitaine, nous avons aussi des impératifs de rotation des cultures.
Je cultive 60 Ha, pour mes bovins et cultures, c'est fini le temps ou on laisse les terres en jachère sauvage, il existe des culture dites amelorantes, integrées dans la rotation qui permettent de cultiver dans des délais plus courts des parcelles en repos, renseigne-toi.
C'est tout de même un espoir pour la guyane que cette école.
Visiblement ils ont la possibilité de cultiver des terres proches du fleuve, si je n'ai rien compris, consulte le replay de guyane 1ère, et dis moi ce que j'ai loupé.
A+

Sauf que les conditions de culture en milieu équatorial n'ont rien à voir.

L'abattis se fait sur un brûlis, et sur un sol excessivement mince. Ce sont les cendres qui fournissent l'essentiel de la matière nutritive des plantes, et ces dernières sont lessivées en trois ou quatre ans par des pluies torrentielles (de 3.000mm à 5.000mm par an, on est dans une autre dimension)

En outre les nuisibles (surtout les fourmis) initialement détruits par le feu repartent vite à la conquête de l'abattis.

Alors ensuite c'est soit la jachère pluri-décennale (et même pluriséculaire chez les Amérindiens jusque dans les années cinquante) soit l'utilisation massive d'engrais et de pesticides (façon Hmongs) qui n'a plus grand chose à voir avec l'abattis traditionnel.

**

Ecoute,
je vais t'expliquer en quelques mots ce qu'est la culture en permaculture.

Dans un premier temps, tu pars d'un terrain en friche, ici de la foret.

Dans un premier temps tu pratiques un abttage des arbres et arbustes qui te genent.

Avec ces arbres et arbustes (cette biomasse) tu fais des endains de déchets verts (ligneux et bois morts), hachés le mieux que tu le peux.
C'est le coeur des planches, et par dessus tu dépose de la terre même pauvre, ici la laterrite.
La fermentation et la décomposition des branches et feuilles emprisonnées dans les andains va produire du compost et de l'humus.
Tu plantes les andains selon un plan de culture tres precis.
Et tu paille la surface des andains de débrits végétaux verts assurant ainsi la fumure et le maintien de l'humidité pour la culture à venir.
C'est la permaculture tropicale.

Si tu cultives à plat, tu broyes les végétaux en place sur place sans bruler, la décomposition de la matière organique donnera de l'humus et tu peux planter dans de bonnes conditions ton abattis de façon peraine.

J'ai fais simple, mais en fait c'est beaucoup plus complexe que cela, mais le principe est de ne rien exporter, tout doit rester sur la terre si pauvre soit-elle.
Crois moi, ça fais des miracles.
Cette méthode originaire de l'afrique equatoriale (donc assez proche de la guyane) fait des petits dans le desert nord africain et en métropole.
Consulte le site du BEC HELOIN ou PERMACULTURE sur le net, et tu veras une ferme normande qui fonctionne avec cette methode, c'est juste révolutionnaire.

Je ne remets pas en cause tes talents d'instructeur, mais l'agronomie c'est ma passion, le maintiens des sols, la lutte contre l'erosion, c'est mon dada.

A+

Je connaissais la théorie, et mes compétences ne me permettent pas de dire si c'est adaptable - ou non - au contexte amazonien (c'est tout à fait possible)

Ce dont en revanche je suis sûr, c'est que ça n'a jamais été entrepris dans le cadre des cultures traditionnelles sur le plateau des Guyanes ou en Amazonie brésilienne.
Ce qui ne signifie pas que ça ne marcherait pas, je le répète. je suis trop humble pour trancher hors de mon domaine de compétences.

Il faudrait expérimenter ou si des essais hors la tradition ont été réalisés avec succès, les populariser.

Je sais décrire ce que j'ai vu et ce qu'on m'a expliqué mais évidemment je ne saurais extrapoler et censurer un mode de culture original dans ce contexte.

Rassure toi, nous sommes tous humbles façe à la nature, c'est elle qui a toujours le dernier mot.
Mais si je pouvais faire des essais et développer cette methode en guyane, ce serait géniale pour tout le monde...

A+

Si ça te "branche" de faire des essais avec moi sur place, tu me le dis, toi, tu as la connaissance du milieu humain et moi j'ai la connaissance de la pratique, alors quoi de plus complet?

Excuse moi, j'ai fais un rapide flash back de mes posts, j'ai constaté de nombreuses fautes d'orthographe, j'en suis désolé, ma pensé allait plus vite que mes doigts sur le clavier, preuve que ce n'est pas un art accessible à tous, le monde de l'ecriture instinctive.

A+

Désolé mais je démarre en ce moment un projet au Brésil qui va me pomper toute mon énergie, et je n'ai pas la capacité de me disperser.

Je te souhaite bon courage et quand j'en aurai le temps (c'est dispersé un peu partout) je t'enverrai ce que j'ai "capté" sur la transformation naturelle des feuillages et bois en compost dans la forêt équatoriale.

C'est un Brésilien à la fois agronome et anthropologue, chercheur au Museu Goeldi de Belém, qui m'a expliqué quelques petites choses sur le processus naturel - pas d'intervention humaine - qui permet la survie des palmiers en sous-bois. Cet humus dont les palmiers bénéficient se fait en mode aérobie et pas anaérobie ce qui ne veut pas dire, je le répète, que le mode anaérobie est impossible.

Sans être le moins du monde spécialiste, je crois qu'il faudrait déterminer le PH des végétaux et des bois qui seront mis à décomposer de même que celui des sous-sols (je sais que la latérite est quasiment stérile à cause de ce problème, mais on a également en Guyane des endroits sableux, même si ce n'est pas la surface majoritaire qui doivent offrir un milieu moins agressif aux cultures, s'il n'apporte en lui même aucun nutriment).

La constante sur les abattis traditionnel qui "marchent" plus longtemps que d'autres c'est (sauf pour le manioc), de tout laisser pousser dans un joyeux désordre.

Ça fait désordonné mais cet anthropologue qui a recueilli les témoignages d'Amérindiens et de Quilombos m'a confirmé ce que je subodorais: dès qu'on regroupe en un même endroit un type de culture (exemple, les bananiers, les maracudjas, les ignames) le prédateur en quelque sorte "spécialisé" viendra très vite se servir massivement quand en faisant tout pousser en vrac, la dispersion diminue relativement le risque.

cher ami, votre discussion est le reflet de mes passions.
je veux partir en Guyane pour faire de la permaculture, mais sur des butes de 1m de large, faites de bois pourri recouvert de végétaux et de terre qui ensuite est recouvert encore de paille et tout végétaux à disposition.
on a juste à aller ramasser le bois pourri sous les forêts ainsi que les tapis de feuilles.
une bute, on la fait à la minipelle mécanique sur 1 hectare, (donc 4800m2 planté) et c'est fait pour durer 15 à 25 ans sans rien labourer. j'ajoute à ça la culture électrique (pas celle d'EDF) en plantant un tube de cuivre tous les 10 mètres avec un bout de zinc accroché au sommet, et un un grillage zingué autour de la bute. ça fait un courant faible électronégatif qui double la croissance, si le sol est assez nourri à l'avance.
va plutot voir la vidéo de phillip forer sur google france. là, on n'a pas besoin de machine, et on récolte 20 tonnes par an de bio légumes, sans se crever, sans traiter, sans engrais, sans arroser et tout en améliorant le sol.
et le top, c'est de planter un caroubier femelle et une vigne framboisier tous les 7m, et ainsi le jardin devient mixte a la 7eme année et puis un verger à la 15eme année. le caroube est le fruit le plus rentable de tous les arbres fruitiers et il ne donne aucun travail, sauf de le semer et de récolter les gousses qui se vendent 1200 HT la tonne, et arrivent à 8 le kg sur france !!!
si t'as un peu d'avance, j'en ai aussi. écris moi vite, on peut faire de l'or ensemble, sur un sol où il n'y a ni or ni mercure :  remy.chanson[at]club-internet.fr

la permaculture est déjà en Guyane depuis des milliers d'années > les amérindiens
l'exemple est une belle carte a la place du CGS ou les Galibis ou Kaliñas étaient déjà  présents et l'on peut voir sur les photos de spot de 1981  les champs fait de butte de terre de 1 mètre
Pour la DDP engendré par ces deux métaux les conditions climatologique sont assez différents donc reprendre les mesures a cela il faut rajouter un sol pauvre en nutiments et des averses qui lessive les sols ( doù les buttes ) et d'autres variétés qui sont du continent font aussi des merveilles
http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/944/files/2014/05/021.jpg
source :
ICI

mais vous, où en êtes vous avec votre projet ?
est ce que vous êtes allé voir la vidéo de phillip forer ?
cette vidéo montre une nette amélioration du système en bute.
c'est un énorme avancement dans les technologies de jardinage écologique.
si la pluie lessive les sols, alors il faut sans doute recouvrir les butes avec du bois broyé, ou des herbes aux feuilles longues. ça ne partira pas avec le fouet des pluies.
partout dans le monde, les sols deviennent arables, chaque fois que les humains ont rasés les forêts pour labourer et semer des céréales.
je crois au système en bute comme étant la seule et unique bonne solution pour réparer les terres désolées en peu de temps. en Guyane, on ne manque pas de bois pourri et de feuilles mortes dans la forêt, pour faire des bonnes butes. il faut juste admettre le bien fondé de cette technique révolutionnaire
alors, tu m'écris ? car par ce forum, je reçois des contacts sans intérêt. remy.chanson (at) club-internet.fr

je souhaiterais entrer en "relation" avec benj77 : sur tous les forums, c'est celui qui a le meilleur regard sur la guyanne. A bientôt benj77
noelle

hortillonne :

je souhaiterais entrer en "relation" avec benj77 : sur tous les forums, c'est celui qui a le meilleur regard sur la guyanne. A bientôt benj77
noelle

Bonjour il te reste a lui envoyer un MP (Mail Personnel ) via la partie droite en haut du blogs la petite lettre et il te répondra dans les plus brefs délais,il passe quelque fois par ici
Bonne journée

Nouvelle discussion