Le Visa: qqch qui me turlupine!

Bonjour!

Si je postule pour une offre d'emploi à Québec. Je me déplace jusque là, et l'employeur m'engage. Mais je n'ai encore rien fait comme démarche relative au Visa.

Il me semble, pas possible, qu'il me faille attendre plusieurs mois (comme j'ai pu le lire à différents endroits ici) pour aller m'installer à Québec ?

Avez-vous une idée de la longueur de la procédure ? (parce que je trouve que le plus simple, c'est d'y aller en ayant déjà un travail qui nous attend que d'aller là-bas avec son baluchon à la Tom Sawyer ==> c'est vraiment tout abandonner pour aucune certitude).

Ensuite, concernant la législation à proprement dite sur le droit social, il semble que c'est fort différent de la Belgique (mon pays de résidence actuel). Le contrat de travail semble être plus oral qu'écrit et betonné ? Est-il vrai que le turnover est très important ?

Bref, à lire ce qui se dit beaucoup çi et là, c'est que au Québec, "on engage vite mais on est plus vite mis à la porte".

Je suis du genre fonceur, mais pas inconscient. Est-ce une crainte vérifiée sur le terrain ou pure fabulation ?

Je précise que je travaille dans le domaine financier. Ce secteur est-il identique à tous les autres, ou jouit-il, à l'instar d'autres professions spécialisées, d'une réelle possibilité d'engagement mutuel sur le long terme ?

Merci beaucoup.

Lopic

bonjour,
tout ce que tu viens d'écrire et juste.
Tu n'auras pas de boulot si tu n'As pas ta carte de résident car ils embauchent très vite et débauche trées vite aussi. La plus part des nvo venus ont commencés par des petits jobs de serveurs, vendeurs, etc histoire de se faire une expérience du pays et surtout ça paye les factures. Surtout ça montre qu tu cherches à t'intégrer. Par contre côté job c pas évident, tu n'es pas obligatoirement le bien venu. Tu viens prendre le travail des autres.

si tu veux des infos je suis là

je rajoute la procédure dure de 10 à 12 mois et coûte presque 1500 euros

Salut la Belgique,
Le Canada n'est pas la Belgique.
Tu ne débarques pas comme ça sans prévenir.
Si tu n'as pas tes papiers en ordre, personne ne t'engagera. Surtout pas dans le domaine financier.
Alors, commence par faire une évaluation en ligne gratuite pour voir ou tu te situes, puis reviens nous dire ce qu'il en est.
http://www.immigration-quebec.gouv.qc.c … s/epi.html

A bientôt.
Roger (ancien belge)

salut

je suis daccord avec toi le tarbais. On ne rentre pas comme ça et comme j elui disais la procédure d'immigration c'est 10 mois environ. Côté boulot ce n'est pas évident non plus. Enfi je n'engage que moi. Beaucoup viennent mais beaucoup repartent. Mais une fois qu'on y a goutté c pas mal.

Dans un premier temps qu'il vienne en touriste et fasse ensuite sa demande si afinité.

see you

Vous savez, je suis dans les ressources humaines. Il y a eu il y a quelques semaines une Foire de l'emploi à laquelle mon employeur a participé.

Hier on m'a remis environ 200 CV reçus là-bas; il fallait que je passe au travers pour voir ce qui pouvait être intéressant. J'en ai mis ... 10 de côté ! Je vais valider le tout avec ma supérieure.

Pourquoi ? Justement ... des gens qui ont de très beaux diplômes, de bonnes études ... mais aucune expérience de travail dans leur domaine au Québec.  Certains semblent être ici depuis un certain temps et on dirait qu'ils n'ont pas de travail encore.

D'autres, par contre, vont d'un petit boulot à l'autre, qui n'a rien à voir avec leur domaine d'études. Ce qui est navrant, c'est lorsque je vois des gens qui travaillaient dans des laboratoires de pharmacies, avaient de bonnes responsabilités, et se retrouvent ici avec rien ... ou alors télévendeur (télémarketing).  C'est vraiment navrant ... Et nous nous demandons comment ces gens vont finir par trouver un boulot convenable. 

S'il y a des gens qui, par chance, hasard, bonne rencontre au bon moment, au bon endroit, un bon réseau, des contacts, etc., trouvent quelque chose qui correspond à leurs aspirations, on dirait que nombreux sont ceux qui en arrachent, comme on dit ici.  Et quand je vois quelqu'un qui était dans son pays représentant pour l'ONU dans le domaine de la santé (avec doctorat en médecine tropicale) et qu'il prend les commandes dans un magasin en ligne, c'est franchement triste. 

En tout cas, une immigration, ça se prépare sérieusement je crois. 

Bonne chance à vous ! ;)

Ensaimada :

...  Et quand je vois quelqu'un qui était dans son pays représentant pour l'ONU dans le domaine de la santé (avec doctorat en médecine tropicale) et qu'il prend les commandes dans un magasin en ligne, c'est franchement triste.

L'immigration vaut-elle vraiment la peine à ce prix là ?

Beaucoup de candidats immigrants devraient y réfléchir !

tarbais :

L'immigration vaut-elle vraiment la peine à ce prix là ?

Beaucoup de candidats immigrants devraient y réfléchir !

Ce projet d'immigration, ce n'est encore qu'une idée. C'est tout frais. Le statut de projet n'existe donc pas encore.

Mais une chose semble déjà certaine, je ne suis pas disposé à tout plaquer pour foncer tête baissée dans un environnement professionel qui ne me garantit rien. Comme je l'ai dit, je ne veux pas pas me retrouver là-bas à la Tom Sawyer sans savoir de quoi demain sera fait.

Alors de fait, je vais avancer à tâton, à ma manière, tout en évaluant le risque que je suis disposé à prendre. Si mes conditions ne sont pas remplies, l'état de projet n'aboutira pas, c'est un fait.

Merci de vos réponses.

Lopic

Hi,

Je vais me permettre de rebondir sur plusieurs points. Dans un premier temps il faut savoir que personne ne nous attend là-bas et encore moins les entreprises. Seul le gouvernement fait sa belle promotion pour faire venir du monde mais je vois plus ça comme un buisness car l'immigration coûte cher, ensuite trouver un logement, manger, s'habiller etc fait fonctionner le commmerce et rentrer de l'argent dans les caisses de l'état. Je suis resté 5 ans sur montréal et j'ai rencontré plus d'un français ou autre qui galéraient et repartaient au bout de 1 an, 2, ou 3.
Que des gens choisis et donc diplômés. J'ai vu des gens qui évoluaient dans un secteur porteur dans leur pays et se retrouvaient à vendre des godasses ou des fringues.

Malheureusement les entreprises ne jouent pas le jeu et considèrent que venant de l'extérieur nous ne sommes pas compétent. Pourtant en france on a encore cette notion de culture d'entreprise qui n'existe pas là-bas. Une opportunité, qqes dollars en plus, le gars se barre. Le turn over est important.

Immigrer seul je dirais oui, à 2 encore mieux car on peut se soutenir en cas de coup dur et surtout on divise les factures par 2 mais avec des enfants je dirais ..... ATTENTION....

Un autre problème important se situe au niveau de la reconnaissance des diplômes. Seulement 38% des diplômes étrangers sont reconnus. Source officielle.
Lors de mon immigration mon bac + 3 était très bien, une fois là-bas, on m'a reconnu 0000. C'est à dire qu'étant donné qu'ils n'avaient pas l'équivalent de ma formation ils ne m'ont rien reconnu alors que j'aurai dû avoir un bac. Au service des diplômes ils ont reconnu qu'en fait ils avaient une vieille liste de diplômes qui datait des années 80 je crois et si mon diplôme n'était pas marqué alors = 000000. Il a fallu que je râle en bon français pour qu'on me fasse une lettre (pas une reconnaissance) indiquant que je pouvais être apparenté à un DEC.......merci le québec

A décharge, lors de mes recherches d'emploi personne ne m'a demandé mes diplômes et en fait ils jugaient plus sur la compétence et là je dis bravo.....très bien.....Je leur disait tout de même que je n'avais pas de reconnaissance même si les années d'études étaient là.

Donc je dirai 1 à 1. Cependant je me suis fait refusé des postes car j'étais étranger....oui le racisme existe envers les français grande gueule que nous sommes...lol
C'est une vérité car j'ai l'habitude d'enregistrer mes entrevues sur un dictaphone et j'ai l'enregistrement où on me dit clairement que s'ils avaient vu que j'étais étranger on ne m'aurait pas convoqué......un ami québécois voulait absolument que j'aille en court....masi bon c'est pas grave, je considère qu'ils ne me méritent pas.

Voilà je voulais faire partager mon expérience. Today je suis en france depuis le printemps et devant 0 boulot, peu de proposition ou avec des salaires de merde (le dernier en date est 1300 euros pour un poste de cadre avec + de 22 ans d'expérience pro....comme ça vous avez mon âge..lol)je pense repartir. Montréal ou toronto ou vancouver je ne sais pas encore. Je recommencerai avec mon âge avancé par refaire un boulot basique....on verra bien.

En conclusion, l'aventure vaut le coup d'être vécue nais attention se n'est pas l'el dorado et personne ne nous attend. Si on est jeune, une expérience à l'étranger sera tjrs porteur sur un CV.....et de plus on peut améliorer notre anglais....je suis au top maintenant ;0) merci Mc Gill et ses cours du soir...mais j'ai mon accent qui fait rire.

Avant dernier acte, j'adorre Montréal....je m'y sent bien, c'est sécuritaire, propre (ce n'est pas beurk ville..pardon Paris, j'aime beaucoup et c'est ce qui m'incite ausi à revenir.
Dernier acte pour les garçons, il y a de très belles filles st de beaux mélanges surtout les filles latinos...Donc pourquoi ne pas trouver sa promise là-bas....

Par contre pour la personne des RH, es-tu française ou québécoise?
Je veux bien t'envoyer mon CV aus cas où...

Voilà the end !!!!!!!!!!

Salut !  Je suis québécoise Francan ;)

Ce que je viens de lire ici est fascinant et c'est pour cela que je m'intéresse depuis quelque temps au phénomène de l'immigration.

Comme Tarbais le disait, lorsqu'on a une bonne situation dans son pays, une bonne qualité de vie, est-ce que ça vaut le coup (et le coût) de tout plaquer pour repartir à 0 ailleurs ?

Travaillant avec une collègue française arrivée ici avec son nouveau mari français (qui lui pourtant avait déjà travaillé au Québec plusieurs années et souhaitait donc y revenir), j'ai été amenée à m'intéresser au pourquoi du pourquoi du comment. Car cette personne quittait une région splendide (elle le dit elle même), une maison incroyable avec des hectares de terrain, piscine creusée (bref, le rêve ... et j'ai vu les photos), pour venir ici. Ils sont très bien installés, certes, mais son mari, très diplômé et avec énormément d'expérience, autant en France qu'ici, est au chômage depuis maintenant 8 mois malgré un important réseau de contacts.

Elle-même a connu des jeunes qui sont venus ici et sont retournés au bout d'un an, d'autres qui en ont bavé ...

Quand on est seul ou en couple, oui, pourquoi pas tenter sa chance. Certains Français disent même qui si la personne n'a pas de trop d'études, ce sera mieux, parce qu'elle ne s'attendra pas à avoir un job correspondant et sera bien heureuse d'avoir un petit boulot. 

Cependant (et alors que maintenant je regarde nettement plus les CV que nous recevons), je constate que la plupart des gens ont de très bonnes études, certains détenant même des maîtrises ou des doctorats. Une majorité travaillait dans leur domaine avant d'arriver ici ... et je présume qu'ils pensaient qu'avec leurs diplômes, ils retrouveraient la même chose ici. Quelqu'un qui était archiviste dans un hôpital parisien s'est rendu compte une fois sur place, au Québec, que pour être archiviste ici, il faut des études nettement plus poussées ... que lui n'avait pas.  Première déception ...

Je suis étonnée, Francan, de constater que l'on ait pu vous dire des choses comme celles que vous relatez.  Ce qui est incroyable, c'est que pas plus tard que mardi, mon mari me disait que certaines personnes pourraient s'arranger pour enregistrer les entrevues et ensuite s'en servir comme preuve lorsqu'ils estiment qu'ils n'ont pas eu le poste ... parce qu'ils sont français ou marocains, etc.  Car si la discrimination est interdite ici, partout, une fois dans le bureau d'un patron ou d'un comité de sélection, les choses sont différentes.  Et j'ai même abordé le sujet au travail.  On m'a dit qu'à compétences égales ... ils seraient portés à embaucher un Québécois, car avec les différences de culture ou de mentalité, ça fait parfois des frictions, etc.  Idem pour le voile islamique, d'ailleurs; la situation ne s'est jamais produite, mais ils ne seraient pas portés du tout à embaucher quelqu'un portant un voile (d'ailleurs, sur 420 employés chez nous, dans la fonction publique, il n'y a aucun voile; deux femmes musulmanes je crois, mais qui ne portent pas le voile).

Alors le gouvernement, avec l'aide de la DGQ, fait de la publicité ... que certains n'hésitent pas à qualifier de « propagande ».  D'aucuns avancent même qu'ils veulent avant tout votre argent et après, si ça ne va pas, eh bien débrouillez-vous et bossez dans des petites jobines peu payantes. Cela rejoint ce que dit Francan

Si nous avons chez nous plusieurs employés qui viennent du Maghreb, certains de France et un de la Belgique ... eh bien ils sont au Québec depuis très longtemps. Ils ne sont pas arrivés il y a quelques mois.  Et dans leur cas, on voit que bien souvent ils ont fait toutes leurs études ici, ou alors leur primaire au pays ... et le reste ici.  Ce sont des gens qui ont la citoyenneté canadienne.

Ce que j'ai pu voir récemment, en faisant le tour de tous ces CV, m'a fait réfléchir énormément. 

Mais attention, pour une partie d'immigrants qui galèrent, il y en a une autre partie qui réussit et ça se voit aussi et il faut le dire.

Comme le dit une amie et collègue française, nous ne sommes pas au pays des Bisounours ici, loin de là.  Il faut dresser la colonne des pour et des contre avant de partir, vraiment bien calculer son affaire et surtout arriver ici avec pas mal d'argent pour tenir le coup les premiers temps, car effectivement, se reloger, se remeubler, faire face à l'hiver et à toutes les dépenses que cela occasionne, l'achat d'une voiture, etc. ça coûte très cher.  Une fois qu'on a tout fait cela et qu'il ne nous reste plus grand-chose, on fait quoi ? Demander de l'aide au Québec ? Malheureusement, il ne pourra rien faire, car sans avoir travaillé, on ne peut avoir de chômage.

Et pour ceux qui viennent avec des enfants, comme l'ont souvent dit bien des Français qui ont vécu l'expérience : assurez vos arrières.  Certains négocient une année de congé sabbatique et si c'est possible, c'est, je crois, une excellente solution.

Le Québec veut plus d'immigrants pour faire face à la dénatalité et aux nombre élevé de retraites qui seront prises d'ici quelques années, mais il va devoir faire ses devoirs auprès des employeurs et les mettre dans le coup aussi.

En fait, je crois qu'il faut oser vivre son rêve, mais en étant très prudent et en analysant la situation sous tous les angles.

Merci de faire part de votre expérience. C'est très intéresant de constater, que contrairement à ce que je croyais, le Canada n'est pas le pays qui ouvre ses bras bien grands à tous ceux qui désirent y rentrer, et ce quelque soit leur niveau de compétences.

Pour être honnête, j'aurais décris le Canada, et le Québec en particulier, comme étant un vaste pays prospère où le développement économique nécessitait l'arrivée de travailleurs triés sur le tas. De fait, si le gouvernement semble donner cette impression, il semble, selon vos témoignages, que la réalité du terrain est bien autre.

Ce que je cherche, c'est quitter mon pays (voir mon poste ad'hoc: Bouteille à la mer). Bien entendu, je ne recherche pas la facilité (vu que j'ai une situation professionelle très stable et rémunératrice ici), mais je ne vais pas foncer tête baissée dans la difficulté. Ce que vous décrivez correspond à un vrai chemin de croix que je ne suis, actuellement, pas désireux de suivre.

Cependant, j'ai une question qui me ronge. Vous dites que aucun employeur n'engage si un Visa n'est pas obtenu préalablement. Cela signife que les immigrants n'entrent au Canada qu'avec leur baluchon comme à l'époque où beaucoup ont tout laissé derrière eux pour aller chercher de l'or dans l'ouest américain...

La conclusion est tronquée ou pas ?

Lopic :

...j'ai une situation professionelle très stable et rémunératrice ici), ...

Alors ne la quitte pas.

Cependant, j'ai une question qui me ronge. Vous dites que aucun employeur n'engage si un Visa n'est pas obtenu préalablement. Cela signife que les immigrants n'entrent au Canada qu'avec leur baluchon comme à l'époque où beaucoup ont tout laissé derrière eux pour aller chercher de l'or dans l'ouest américain...
La conclusion est tronquée ou pas ?

La réponse est oui.
Montréal est la ville ou les chauffeurs de taxis sont les plus diplômés du monde entier.
Et ce n'est pas une blague.
Il n'est pas rare que ton chauffeur ait une maîtrise en biologie ou un doctorat en physique.
C'est connu.

99,9 % des immigrants qui entament les démarches le font en n'ayant absolument aucune idée du boulot qu'il feront en arrivant au Canada.
Heureusement, l'espoir fait vivre et chacun est comme toi. Ils espèrent tous avoir une vie meilleure. Quasi tous les immigrants ont commencés par des petits boulots payés à 8 pièces de l'heure.  Et croyez-moi, à ce tarif là, c'est très dur de s'en sortir.
Sans VRP, on est rien. Juste un simple touriste.
Personne ne t'engagera et tu n'aura droit à RIEN.
Donc, le Visa est INDISPENSABLE, juste pour débuter (à 8 $/H)
Je sais bien que ce que je vous dit ici n'est pas réjouissant et malgré tout, beaucoup réussissent et parvienne à avoir une vie meilleure qu'en Europe.
Le tout est de le vouloir et de tenir bon.

hi,

waou waou  vraiment merci pour tout ces éclaircissement et surtout sur des vérités du terrain  car on laisse croire sur certain forum et même sur des propagandes des services de l'immigration que tout est rose.

Certes il faut prendre du recul sur tout ce qui est dit concernant l'immigration au Canada, de plus l'Homme ne reste que là où il se sent à l'aise et épanoui.

Il y a des forums où on laisse croire effectivement que tout est rose (j'ai cru comprendre que certains exerçaient une forme de censure et les bilans tristounets étaient interdits).

Ce n'est pas rien de quitter un pays.  La moindre des choses est que les postulants à l'immigration connaissent le revers de la médaille.

Je suis tout à fait d'accord avec Tarbais lorsqu'il parle des chauffeurs de taxi.  Mon mari, lorsqu'il a terminé son travail de facteur, est ramené au bureau par un taxi.  C'est le même groupe de chauffeurs car les Postes ont une entente.

TOUS, je dis bien TOUS les chauffeurs qui le ramènent au bureau sont des immigrants.  Mon mari lui-même a découvert une réalité bien cachée (enfin, pas tant que ça).  Les chauffeurs sont tous maghrébins, certains viennent du Liban. Leur profession avant d'arriver ici : avocat, architecte, PDG d'entreprise, etc. Ces gens racontent à mon mari qu'ils appellent la famille régulièrement et leur disent que la vie est superbe ici; ils ne veulent tout simplement pas leur faire de peine en disant cela et montrer que c'est un échec.  Certains voudraient retourner au pays (un ou deux l'ont fait), mais d'autres ont des enfants qui sont aux études ici et ils ne peuvent donc pas repartir ... mais bien souvent, ils n'attendent que ce moment.

Certains n'ont pas hésité à dire à mon mari, qui a une bonne oreille, que si c'était à refaire, ils ne seraient jamais venus ici.  Ils se heurtent à une société de surconsommation, de mégaconsommation, mais à laquelle eux-mêmes n'ont pas du tout accès car ils n'en ont pas les moyens. Ils se sentent doublement « rejetés » ici. 

Certains pourraient dire que nous sommes négatifs ... je dirais plutôt, à la lumière de ce que je vois, que nous sommes réalistes.

Dans le cahier télé du Devoir aujourd'hui, on parle d'un phénomène qui perdure : la pauvreté chez les enfants ... les familles qui ont de la difficulté à nourrir leur famille, les enfants qui partent à l'école le ventre vide, le recours aux banques alimentaires qui a doublé, parfois triplé dans certaines villes, les grosses chaînes qui ont outrageusement augmenté les prix sur des denrées de base.  Ils font des promotions durant tout le mois, sauf, comme par hasard, au début ... lorsque les gens reçoivent leur chèque d'aide sociale (BS).  C'est salaud ! Et dans le même article, on ajoute :

« Sans compter les immigrants diplômés universitairs cantonnés à de petits boulots mal payés, faute de reconnaissance de leurs acquis. »

Et voilà qu'un mouvement de protection de la langue française va voir le jour demain, officiellement, sur la rive-sud de Montréal (Montérégie), car non seulement Montréal s'anglicise de plus en plus, mais les villes de la banlieue sud de Montréal s'anglicisent également. Il y a des quartiers complets où ce ne sont que des immigrants qui ne parlent un mot français.

Plus que jamais, la vigilance s'impose !

[at] Lopic

Si vous avez une bonne situation stable, faites attention.  Si vous pouvez obtenir une année sabbatique de votre employeur, faites-le. Venez tâtez le terrain ... au bout d'un an, vous saurez si ça vaut le coup ou  non.

Ensaimada :

[at] Lopic

Si vous pouvez obtenir une année sabbatique de votre employeur, faites-le. Venez tâtez le terrain ... au bout d'un an, vous saurez si ça vaut le coup ou  non.

C'est malheureusement impossible. J'occupe une fonction où ma responsabilité est grande et complexe. Engager quelqu'un d'autre pour me remplacer une année est tout à fait illusoire. Si je pars une année, c'est définitivement.

Alors ne la quitte pas.

Je ne recherche pas l'Eldorado. Mon rapport avec l'argent se résume à avoir de quoi vivre correctement et remplir des bseoins non exagérés. Mes revenus actuels sont bien au-delà de ce que je dépense.

Comme je l'ai dit, je cherche à fuir un pays, des racines. La première idée, c'était le Québec. Mais il y a d'autres destinations où le risque est moins démesuré.

Cela dit, mon aîné finira ses primaires dans 3.5 ans. Avec mon épouse, on s'est dit qu'on ne bougera pas avant cette échéance.

Cela me laisse largement le temps de tâter le terrain (par des vacances, par exemple) ou de suivre une démarche, sans doute utopique, de se faire désirer par un employeur sur place...

Mais je crois que c'est moins utopique que je ne l'ai laissé entendre. A moi de me prouver le contraire. J'aime ce qui est impossible. C'est mon moteur.

Bien dit Lopic ! ;)

Mais en passant, est-ce que j'ai bien lu lorsque vous dites que vous voulez fuir un pays, vos racines ... ? Ou alors vous vouliez dire le contraire ?

Car il y a deux catégories de gens : ceux qui veulent vivre une expérience ailleurs, ce qui est très louable ... et ceux qui veulent fuir leur pays pour différentes raisons.

Ensaimada :

Mais en passant, est-ce que j'ai bien lu lorsque vous dites que vous voulez fuir un pays, vos racines ... ? Ou alors vous vouliez dire le contraire ?

Vous avez bien lu.
Je ne viens pas d'un pays en guerre.
Ni d'un pays où sévit une guerre civile.
Encore moins d'un pays où les convictions politiques vous mènent à l'échafaud.
Je viens d'un pays qui va exploser.
Un pays qui, bientôt, n'existera plus.
La Belgique.

Je me suis expiqué là-bas:

https://www.expat.com/forum/viewtopic.php?id=19891

Mais une autre idée me vient...
Monter sa propre activité.

Lopic :
Ensaimada :

Mais en passant, est-ce que j'ai bien lu lorsque vous dites que vous voulez fuir un pays, vos racines ... ? Ou alors vous vouliez dire le contraire ?

Vous avez bien lu.
Je ne viens pas d'un pays en guerre.
Ni d'un pays où sévit une guerre civile.
Encore moins d'un pays où les convictions politiques vous mènent à l'échafaud.
Je viens d'un pays qui va exploser.
Un pays qui, bientôt, n'existera plus.
La Belgique.

Je me suis expiqué là-bas:

https://www.expat.com/forum/viewtopic.php?id=19891

Cher Lopic,
Ton article est très bien écrit.
C'est exactment pour cela que j'ai quitté ce pays et que je m'apprête à devenir canadien le 14 décembre prochain.
Une page se tournera alors. 
C'est certain.
Plus de regard en arrière pour moi.

Merci Lopic; je viens de voir votre lien et je vais en prendre connaissance avec beaucoup d'intérêt demain, croyez-moi. Tarbais m'a d'ailleurs déjà envoyé des articles fort intéressants sur le sujet.

D'ailleurs, aux infos ce soir, j'apprenais que la Suisse va aller en référendum sur la construction (ou non) de minarets sur les mosquées !!!! Un pays comme la Suisse compte maintenant environ 400 000 musulmans.  Ils veulent maintenant des minarets.

Le muezzin va-t-il chanter sa douce sérénade durant la nuit et aux aurores ?

Pendant ce temps, Marseille aura une belle grande mosquée.  Payée par qui ???

L'auteur de la pétition en Suisse mentionnait que si ce mouvement musulman n'est pas arrêté, comme le furent les Maures à Poitiers en 783 par Charles Martel, d'ici 50 ans, les valeurs sur lesquelles s'est construit l'Occident n'existeront plus. Il va falloir être vigilant ... ici aussi. 

La vigilance ne va pas à l'encontre de la tolérance ;)

Ensaimada :

L'auteur de la pétition en Suisse mentionnait que si ce mouvement musulman n'est pas arrêté, comme le furent les Maures à Poitiers en 783 par Charles Martel, d'ici 50 ans, les valeurs sur lesquelles s'est construit l'Occident n'existeront plus. Il va falloir être vigilant ... ici aussi. 

La vigilance ne va pas à l'encontre de la tolérance ;)

Tu as raison. Cela dit, l'occident doit composer avec la multiculturalité et mène, indubitablement, à un certain éclétisme. C'est une suite logique de l'ouverture à ... l'immigration.

Par conséquent, que ce soit le belge ou le maghrébin ou encore l'asiatique, en s'immigrant, conservera sa culture. Plus la voie de l'immigration reste ouverte, plus il sera difficile de trouver des compromis multiculturels. C'est un phénomène sociologique auquel, je pense, chaque pays d'"acceuil" n'échappe pas ou n'échappera pas.

Tu sais, par observation, j'ai déduit que ceux qui sont contre la multiculturalité sont bien souvent ceux qui ne perdent pas un iota de leur culture lorsqu'ils vont en vacances dans un pays où la culture est radicalement différente. En somme, ils n'acceptent pas des immigrants ce qu'ils font eux-mêmes sur les terres étrangères.

J'ai plutôt l'avis d'un conservateur. Chaque pays doit garder sa propre identité culturelle, sans pour autant imposer aux immigrants un abandon de ce qu'ils sont, mais sans leur donner la possibilité que leur culture s'impose à la culture originelle du pays. Autrement dit, si je vis dans un autre pays, j'adopterai toujours ma culture à la maison, mais je n'irai pas contre ce qui fait les valeurs de ce pays. Je crois que c'est juste une question de respect de la part de celui qui s'invite.

Le problème rencontré en occident, c'est que les immigrants ne sont plus des invités vu qu'ils sont la deuxième, voire la troisième génération. Il se passe, alors, une conséquence qui devient tabou dans le débat: le choc des cultures.

En Belgique, c'est différent. Il y a vraiment deux cultures différentes que rien, je pense, ne rapproche. L'une est latine, l'autre germanique. La langue est un élément essentiel de la culture. La Frontière linguistique n'est pas juste un tracé, c'est un fossé culturel. En Belgique, les deux principales communautés ne s'imposent pas à l'autre. Ce qui se passe depuis des années, c'est que la différence est justement devenue trop grande pour s'entendre, ou tout simplement vivre sous le même label national. Dumoins, c'est ce que certains aiment faire passer comme message, et les moutons sont lobotomisés.

J'en viens ,alors, naturellement à ma question sur un thème fort peu développé sur ce forum. Comment sont perçus les immigrants à Québec ?

Comment sont perçus les immigrants à Québec ?

Ca vaudrait peut-etre le coup de démarrer une nouvelle discussion à ce sujet peut-etre ? ;)

D'accord avec Julien ! Donc, avant de répondre, il faudrait peut-être ouvrir un nouveau fil de discussion. 

Mais lorsque vous dites, Lopic, comment sont perçus les immigrants à Québec, vous parlez de la ville de Québec ou vous voulez plutôt dire, globalement, le Québec ?

Cette discussion peut être vraiment intéressante si beaucoup de gens y participent.

Ensaimada :

Mais lorsque vous dites, Lopic, comment sont perçus les immigrants à Québec, vous parlez de la ville de Québec ou vous voulez plutôt dire, globalement, le Québec ?

Plutôt la province. Je pense que ce serait trop restrictif de sa cantonner à la ville.:)

Je m'excuse pour mon absence. Je ne suis pas infidèle à Expat.com, mais je vais également sur Immigrer.com où les discussions et les échanges sont fort intéressants.

Alors désolée pour mon retard à répondre. Je vais ouvrir un nouveau fil de discussion; on verra ce que ça donnera. Mais s'il n'y a que moi de Québécoise ici, ça n'aidera pas beaucoup.

En passant, Lopic, votre texte est très, très intéressant, à plus d'un égard. Merci !

Je suis fonctionnaire de mon etat et veux visiter le canada pour trois semaines en automne 2010. Je dispose d'une capacité financiere suffisante et tous les autres documents requis .Cependant je n'arrive pas à avoir une lettre d'invitation pour completer la procedure de visa car je ne connais personne au Canada. Aidez moi

Bonsoir pouvez décrire votre volonté et l'état de procédure?
merci.

Francknatalie05
Je vous remercie de votre reaction vis à vis de mon message. Comme Je suis fonctionnaire de l'etat Burkinabè et veux visiter le canada pour trois semaines en automne 2010.J'ai l'accord de mon ministre.J'ai pris attache avec l'ambassade qui m' a donné la liste de documents requis. Ainsi j'ai pu reunir tous les documents requis sauf la lettre d'invitation.Aussi je dispose d'une capacité financiere suffisante pour mon sejour .Et comme je ne connais personne au Canada je n'arrive pas à avoir une lettre d'invitation pour completer la procedure de visa.

Nouvelle discussion